Le Hérisson du Confluent - 1er Juin 2020

Page 1

LE HÉRISSON DU CONFLUENT “ Qui s’y frotte s’y pique ”

Les informations que vous ne trouverez pas ailleurs VOTRE QUINZOMADAIRE D’INFORMATIONS LOCALES - PRIX DE VENTE: € 1 N°1 - 1 er Juin 2020

à la Une

Édito

M ais alors combien sont-elles, ces voitures-épaves, ces voitures- ventouses dans nos quartiers ? Trop, à coup sûr. Ouvrez l’œil, il y en a partout. En Ville basse, comme en Ville haute. Certaines d’entre elles sont carrément démontées. Capot levé, moteur à l’air, roue sur cric, en faisant des objets chancelants et dangereux. D’autres encore, n’ont pas bougé de leur emplacement depuis de longues semaines, voire des mois. La mousse verdâtre ouencore la rouillequi recouvre les carrosseries en témoigne. Ici et là, elles sont laissées à l’abandon par leurs propriétaires. Pour quelles raisons ? Elles sont diverses et variées : non paiement d’assurance, automobiliste parti, envolé, etc... Cette vision de laisser-aller voire d’horreur saute encore plus aux yeux à Surville.

O n les voit en ce moment sortir de leur hibernation et, s’ils sont malheureusement de moins en moins nombreux, on les connait mal, car ils ont été peu étudiés. Les hérissons sont pourtant très utiles aux jardins car ils s’attaquent aux nuisibles. Ils sont discrets mais bruyants lorsque cela est nécessaire. Quel plus beau symbole pouvait-on trouver pour ce nouveau média 100% local. Conçu et imprimé à Montereau, le Hérisson du Confluent vous apportera ce que vous ne trouvez pas ailleurs. Ce premier numéro est forcément imparfait. Sachez qu’il a été conçu par des rédacteurs soucieux de la qualité des informations et attentifs à vos attentes. Le Hérisson du Confluent se positionne comme un journal d’informations, de distractions et d’opinions. Il évoluera au fil des numéros et au gré de vos remarques et suggestions. Grâce à vous petit hérisson deviendra grand... Dans ce numéro : page 1 Le scandale des voitures-épaves page 2 Beaumarchais : les suites de l’incendie page 3 La vérité sur les masques du Département page 4 Quand les syndicats refusent une prime de 1 000 € page 5 Rencontre avec Nordine Zaïdi, écarté de la mairie page 6 Histoires d’ici : l’abeille et le Christ Recette : cake au brie de Montereau page 7 Petites annonces page 8 Six mois sans réunion du conseil municipal : du jamais vu à Montereau

d’un ruban rouge et blanc pour prévenir du danger qu’elle représente sur la voie publique. Mais quand même, ça fait tâche ! « Au départ, ce n’était pas une mais deux voitures calcinées qui se trouvaient à cet endroit. Une a été enlevée, l’autre est restée, je ne sais pas pourquoi. Tous les jours, j’ai cette vision sous les yeux lorsque j’accompagne mes enfants au square Braille-Descartes » témoigne Amina, maman de deux petits garçons. Elle ajoute : « Ce n’est pas rassurant » Son amie Najet renchérit : « D’autant plus que les petits posent toujours des questions et puis, pourquoi, la voiture a brûlée ? Les épaves de ce type renvoient une mauvaise image du quartier et notamment d’insécurité » René, dynamique grand-père de 65 ans qui habite Surville depuis 23 ans précise : « C’est dommagecarc’estaussiunepollutionvisuelle ».

le scandale des voitures-épaves

Juste en face de l’aire de jeux Braille- Descartes, il y a là une voiture entièrement calcinée trônant sur la voie publique. Impossible de la manquer. Le bitume a fondu par endroit et le petit mur qui se trouve juste à côté de l’ épave est noirci. Normal, au regard de l’intensité de l’incendie que l’on devine aisément. Depuis combien de temps s’y trouve-t-elle ? “ Des semaines” aux dires des riverains. Certes, l’ épave est entourée

Que dit la loi ? Une voiture-ventouse ne doit pas rester stationnée plus de sept jours sur le même emplacement, elle peut être enlevée par une fourrière. Cette infraction est punie d’une amende. Encore faut-il que cette loi soit appliquée. Ce qui ne semble plus le cas à Montereau...

Made with FlippingBook HTML5