La revue du détaillant N° 572 - Edition 2016

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

Premier mensuel des petites et moyennes entreprises commerciales de l’alimentation de proximité

DOSSIER SPÉCIAL Comment choisir son assurance ?

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

a été créé en 1947 N° ISSN 0244-2604 ALLIANCE MAG, Sarl au capital de 73 632

R.C.S. Paris B 430 475 467 Gérant : Philippe PILLIOT

5 rue des Reculettes 75013 PARIS Administration : 01 55 43 31 85 Fax : 01 55 43 31 99 E-mail : nouvel.epicier@wanadoo.fr Abonnement 1 an : 39 T.T.C. 2 ans : 58 T.T.C. Prix au numéro : 5,5 T.T.C. Périodicité : mensuel Directeur de la Publication : Bernard REGNAULT Rédacteur en chef : Philippe PILLIOT E-mail : philippe.pilliot@wanadoo.fr Coordination rédaction : Alice ROZNOWIEZ Photos : Ph. PILLIOT (sauf mention contraire) Ont également participé à la rédaction : A.BAUFRE

Chers amis, Le mois dernier, je vous alertais sur l’attitude du gouvernement qui, de manière incroyable, voulait, dans son projet de loi sur le travail, modifier une nouvelle fois les règles de la représentativité patronale en instituant la règle de prise en compte à 80% sur le nombre de salariés et 20% sur le nombre d’entreprises. Dans son analyse du 17 mars, le Conseil d’Etat vient d’émettre un avis pour le moins pondéré disant, en résumé : « Le projet de loi apporte plusieurs modifications du mode de calcul de la représentativité des organisations d’employeurs au niveau national et interprofessionnel. Dans la mesure où le critère retenu [par le gouvernement] prend en compte à hauteur de 20% le nombre d’entreprises et à 80% le nombre des salariés de ces entreprises, il conduit à modifier les équilibres résultant de la loi de 2014 dont les dispositions ont été jugées conformes à la constitution. Le Conseil d’Etat ne peut par conséquent qu’inviter le Gouvernement à documenter un tel choix afin de justifier le respect du principe d’égalité devant la loi. » Reconnaissons qu’avec une telle réponse, nous restons toujours dans le flou… A suivre donc. Par ailleurs, nous continuons à mener de nombreux chantiers suite aux évolutions des métiers que l’on représente (réécriture de la grille de classification des emplois, mise en place d’un guide sur la pénibilité des emplois, développement de la formation, gestion des fonds de formation, prévention des risques en matière de TMS, gestion de la complémentaire santé EnVisages…). Pour toutes ces missions, nous avons besoin de plus en plus de professionnels pour siéger dans les commissions. Nous ne pouvons que vous encourager à nous rejoindre, en ne vous investissant que quelques heures dans l’année.

Publicité : Delphine MERON Tél. : 01 55 43 31 97 Abonnement : Tél. : 01 55 43 31 84 Composition et impression : Printcorp 8 rue Jean-Pierre Timbaud

75011 Paris Tél. 01 55 28 87 09

(Reproduction autorisée avec mention de la source sous condition d’adresser un exemplaire de son utilisation).

Ne pas jeter sur la voie publique.

SOMMAIRE

EDITO VITE-DIT ACTUALITÉS STOP LINÉAIRE

p.3 p.4-5 p.6-7 p.8-13 p.14-19

DOSSIER SPÉCIAL : COMMENT CHOISIR SON ASSURANCE ? DU CÔTÉ DES FROMAGES DU CÔTÉ BIO DU CÔTÉ FRUITS ET LÉGUMES LES GÉRANTS INFO PRO LES PETITES ANNONCES LE BULLETIN DABONNEMENT LA FNDECB À VOTRE SERVICE

p.21 p.22 p.24 p.25 p.26 p.27 p.28 p.30

Nous vous attendons !

Bernard Regnault Président de la FNDECB

ACTUALITÉS

LES RABELAIS DES JEUNES TALENTS ONT RASSEMBLÉ CETTE ANNÉE ENCORE PLUS DE 1 500 SPECTATEURS

LA 5 ÈME ÉDITION DES RABELAIS DES JEUNES TALENTS S’EST DÉROULÉE LE 14 MARS DERNIER, AU GRAND REX, À PARIS. TRENTE-TROIS LAURÉATS DANS ONZE MÉTIERS DE BOUCHE ONT REÇU LEUR TROPHÉE.

Devant plus de 1 500 spectateurs (professionnels des métiers de bouche, parents, maîtres d’apprentissage, professeurs, partenaires de la ²lière, partenaires professionnels…), les noms des 33 jeunes lauréats ont été dévoilés en grande pompe. Parmi eux, nos trois jeunes représentants : Marie Pasteur en spécialiste Bio, Nancy Druesnes en catégorie épicier et le caviste Simon Amadori. Cette cérémonie a permis de saluer et récompenser l'audace, la créativité, la passion, l'enthousiasme et l'ambition de ces jeunes qui, depuis un an, se sont distingués dans leur métierŸ: boucher, boulanger, charcutier-traiteur, chocolatier, crémier-fromager, épicier/caviste/bio, glacier, pâtissier, poissonnier, primeur, restaurateur. Convivialité, émotion, spectacle… la 5 ème édition des Rabelais des Jeunes Talents, organisée par la Confédération générale de l’alimentation en détail (CGAD), dont la FNDECB est l’une des composantes, a constitué une parenthèse très spéciale dans la vie des futurs ambassadeurs de l’excellence gastronomique à la française. Des moments que vous pouvez découvrir sur www.les-rabelais-des-jeunes-talents.fr

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 4 N°572-Avril 2016

ACTUALITÉS

QUE REPRÉSENTE POUR VOUS LE FAIT D’AVOIR REÇU LE TROPHÉE DES RABELAIS DES JEUNES TALENTS ?

Nancy Druesnes, lauréate en catégorie épicier. «ŸPour moi, obtenir ce prix est une énorme ²erté, avoir la reconnaissance de ma motivation au sein de mon épicerie, et surtout cela me donne l'envie d'aller encore plus loin professionnellement. J'ai en tête de nombreux projets désormais, et ce trophée va me permettre d'avoir une réelle crédibilité professionnelle au sein des métiers d'épicerie.Ÿ»

Simon Amadori, lauréat en catégorie caviste. «ŸJe dois reconnaître avoir été quelque peu hésitant au moment de franchir le pas de la candidature. Je me suis posé peut-être trop de question sur ma légitimité en tant que jeune talent, mais quel bonheur et quelle joie d'avoir vécu ce moment ! Ce fut certainement dans ma jeune carrière le moment où je me suis senti le plus ²er.Ÿ Les Rabelais Jeunes Talents c'est avant tout une incroyable mise en lumière pour les métiers de bouche. Quelle joie de pouvoir dire haut et fort à quel point nous aimons nos métiers et l'idée que l'on se fait du commerce de proximité.Ÿ Dans une période où le mieux consommer et bien-sûr le mieux boire prend tout son sens, les Rabelais

Jeunes Talents ont été une expérience hors du commun qui marque l'accomplissement pour moi d'un choix de vie dédié à l'amour des bons produits. Un grand merci à toute l'organisation, à la Fédération Nationale de l'Epicerie, Caviste et spécialiste en produits Bio. Un dernier mot pour adresser une pensée toute particulière à Delphine sans qui je n'aurais pas pu vivre cette superbe aventure.Ÿ»

Marie Pasteur, lauréate en catégorie Bio. «ŸJe suis très heureuse d'avoir reçu le Trophée des Rabelais des Jeunes Talents 2016, c’est une ²erté. C'était une belle expérience dont je me souviendrai toute ma vie.Ÿ»

Sources : www.ladepeche.fr www.ifopca.fr

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

5

N°572-Avril2016

VITE DIT

2015 : RECORD D’ACHETEURS ET DE CONSOMMATEURS DE PRODUITS BIO

• LA BIOŸ: UNE RÉPONSE AUX ATTENTES DES CONSOMMATEURS La Bio continue son ascension en France, en réponse aux attentes des consommateurs et, plus largement, des citoyens. Ancrée dans son époque, ce mode de production respectueux de l’Homme et de la Nature a conquis les Français, d'après les résultats du dernier Baromètre Agence BIO / CSA 2015. En 2015, la Bio a ainsi enregistré un taux record de consommateurs et d’acheteurs. 9 Français sur 10 (89%) consomment bio, au moins occasionnellement, alors qu’ils n’étaient encore que 54% en 2003. 65% des Français en consomment régulièrement, au moins une fois par mois, contre 37% en 2003. En terme d’achats, des niveaux inéditsŸsont également atteints : plus de 8 Français sur 10 (82% vs 43% en 2003) achètent des produits bio et 55% le font régulièrement (vs 33% en 2003). Ces très bons résultats se re³ètent dans le poids croissant du marché bio (tous circuits confondus, y compris RHD). On estime ainsi qu’en 2015, il aurait gagné +10% par rapport à 2014, pour atteindre un chiffre record de 5,5 milliards d’euros. •LA BIOŸ: UN DÉVELOPPEMENT SOLIDE En cohérence avec cette montée en puissance de la consommation citoyenne, la production bio poursuit son solide développement, entraînée par la hausse de la demande. La France compte aujourd’hui un total de 42Ÿ216 opérateurs exerçant des activités bio, soit +7,2% par rapport à 2014, alors qu’ils n’étaient encore que 18Ÿ380 en 2007. Les surfaces bio sont également en pleine expansionŸ: +17% par rapport à 2014. Plus de 1,3 million d’hectares sont désormais conduits selon le mode biologique sur le sol français, représentant 4,9% du territoire agricole, contre 2% ²n 2007. ŸŸŸ • LA BIOŸ: UNE AGRICULTURE ET UNE ALIMENTATION CITOYENNES L’agriculture biologique est solidement inscrite dans le développement durable. Cette agriculture d’avenir respecte l’environnement, apporte des bienfaits sociétaux et participe au développement économique. Il s’agit d’une agriculture et d’une alimentation citoyenne dont les principes et les valeurs sont au cœur de l’actualité, en phase avec les nouvelles attentes de la société. LES CHIFFRES À RETENIR • 9 Français sur 10 consomment des produits bio • 65% de consommateurs « Bio-réguliers » (au moins une fois par mois) • 82% des Français font confiance aux produits bio • 78% des Français estiment que la Bio est une solution face aux problèmes environnementaux • 82% des consommateurs bio dans une démarche de consommation durable : ils déclarent également acheter des éco produits fabriqués à partir d’ingrédients bio, en plus des produits alimentaires • 93% des consommateurs bio ont l’intention de maintenir ou augmenter leurs achats bio dans les 6 mois à venir La FNDECB a été alertée par Marie PROST-COLETTA, déléguée ministérielle à l’Accessibilité, au sujet de certaines pratiques douteuses, voire frauduleuses, concernant le dispositif des Agendas d’Accessibilité Programmé (Ad’AP). POUR RAPPELŸ: La loi du 11 février 2005 prévoit la mise en accessibilité de tous les établissements et installations recevant du public pour le 1 er janvier 2015. Cependant, les Etablissements Recevant du Public (ERP) n’étant pas tous accessibles à cette date, des Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’AP) ont été mis à leur disposition. Un agenda permet à tout gestionnaire/propriétaire d’ERP de poursuivre ou de réaliser l’accessibilité de son établissement après le 1 er janvier 2015. Il correspond à un engagement de réaliser des travaux dans un délai déterminé (jusqu’à 3 ans, sauf cas très particuliers), de les ²nancer et de respecter les règles d’accessibilité. L’un des avantages de l’Ad’AP est qu’il suspend les sanctions en cas de non-respect des règles d’accessibilité. Les dossiers d’Ad’AP devaient obligatoirement être déposés avant le 27 septembre 2015 à la mairie (ou dans des cas particuliers auprès du Préfet), De nombreuses entreprises, selon la Délégation Ministérielle à l’Accessibilité (DMA), sont sollicitées par des organismes les enjoignant d’entrer dans le dispositif Ad’AP en les démarchant de manière abusive. Ces sociétés proposent des prestations de diagnostic en évoquant des sanctions dans les documents qu’elles présentent laissant croire que ces derniers émanent d’une instance of²cielle. La Direction Générale de la Concurrence, Consommation et Répression des Fraudes (DGCCRF) a été saisie et une enquête est actuellement en cours. La FNDECB souhaite donc attirer votre attention sur cet état de fait et vous rappeler les informations suivantesŸ: • Si les dossiers d’Ad’AP devaient obligatoirement être déposés avant le 27 septembre 2015 à la mairie (ou dans des cas particuliers auprès du Préfet), cela ne signi²e pas qu’un ERP ne peut plus déposer d’Ad’AP au-delà de cette date. En effet, dans ce cas, il appartient à tout gestionnaire/propriétaire d’ERP d’expliquer au maire ou au préfet les raisons de son retard a²n d’éviter la pénalité prévue à l’article L111-7- 10 du Code de la construction et de l'habitation (1Ÿ500 € ou dans des cas particuliers 5Ÿ000 €)Ÿ; • Un ensemble d’outils, nécessaires à la mise en œuvre des Ad’AP, est à la disposition des entreprises sur le site http://www.accessibilite.gouv.fr/ comme, par exemple, un outil permettant aux entreprises de réaliser un autodiagnosticŸ; un Recueil des améliorations simples et utilesŸou une base de données des produits accessibles. ACCESSIBILITÉ : ATTENTION AUX DÉMARCHAGES ABUSIFS

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 6 N°572-Avril 2016

L’ALIMENTATION DE DÉTAIL une branche professionnelle dynamique

5 GRANDE S PROF E S S I ONS

SPÉCIALISTES EN PRODUITS BIOLOGIQUES

CRÉMIERS FROMAGERS

CAVISTES

PRIMEURS

ÉPICIERS

personnes 134 000 concourent au dynamisme de la branche

milliards d’€ de chiffre d’affaires

Une branche précurseur en matière d’avancées sociales

Une branche dynamique en matière de formation professionnelle

1

Parcours de progression organisé en 3 niveaux de qualifications

accords & avenants ont été signés depuis 2010

7

CQP Certificats de Qualification Professionnelle

• ont une complémentaire santé depuis 2009 • sont couverts par le contrat de prévoyance assurant

des salariés de la branche

une rente éducation et une rente handicap

• Dispensés en contrat de professionnalisation • Des centres de formation habilités sur toute la France • Un Centre de formation dédié aux métiers de la branche

Pour suivre l’actualité de la branche de l’alimentation de détail, rendez-vous sur commercantsdugout.fr

STOP LINÉAIRE

COTE D’OR invente « Brut » : une nou- velle gamme de tablettes ultra gour- mandes et au format original, pour des moments « chocolat » généreux et in- tenses ! Avec ses 2 barres emballées individuellement dans chaque pack, la marque propose un nouveau format pra- tique et intelligent, qui préserve toute la saveur du chocolat. 3 recettes inédites sont à retrouver : Noix de pécan cara- mélisées et cranberries, Noir amandes grillées et orange, Lait double noix aux noisettes grillées et amandes caramé- lisées .

RIANS s’est inspirée d’une recette tra- ditionnelle pour proposer 2 nouveaux desserts au rayon frais : Les Choux façon Profiteroles et Les Choux façon Pièce Montée . Ils sont élaborés avec des ingrédients simples, sans colorant, ni conservateur. Le lait utilisé dans ces nouveaux desserts est collecté par la marque chez ses parte- naires éleveurs, à proximité du village de

Rians, où la laiterie familiale est installée depuis 4 géné- rations. Les choux, très moelleux, sont garnis d’une gé- néreuse crème pâtissière parfumée avec une vanille de qualité : la Vanille Bourbon. Il suffit de verser le nappage au chocolat pur beurre de cacao et de parsemer les éclats de nougatine pour savourer Les Choux façon Profiteroles. Les choux se marient avec le caramel, onctueux, et les éclats de nougatine à parsemer pour obtenir les Choux façon Pièce Montée.

Le biscuitier belge JULES DESTROO- PER propose ses Spéculoos en duo dans des sachets fraicheur. Ces biscuits sont délicatement parfumés à la cannelle. Éla- borés selon une recette traditionnelle, ils sont composés uniquement d’ingrédients naturels de qualité, dont le beurre d’été,

LA COMPAGNIE ARTIQUE et HENAFF partagent leurs sa- voir-faire afin de proposer une recette : la Poêlée de pommes de terre & saucisses de cam- pagne . Illustrant leurs valeurs partagées de qualité et d’au- thenticité, cette spécialité cu- linaire bretonne apporte de

au goût incomparable. La marque a également appor- té une attention particulière au façonnage de ces bis- cuits rectangulaires. Ils sont, en effet, incrustés de motifs en forme de blé qui entourent les initiales JD.

l’originalité dans les linéaires surgelés. Cette poêlée est composée de saucisse de campagne HENAFF, élaborée à Pouldreuzic (29). La recette y associe des ingrédients tels que les pommes de terre (41%) et les oignons rosés de Bretagne (8,3%). Clin d’œil ultime au terroir de la région : le tout est arrosé d’une sauce cuisinée au cidre.

LE PETIT BASQUE présente son nouveau Yaourt de brebis framboise 0% . Préparé à base de lait écrémé ( < 0,5 % matière grasse) 100 % brebis, il affiche un faible taux de calories (70 kcal pour 125 g). Il contient de l’extrait naturel de stévia : cet édulcorant réduit de 30% la teneur en

sucre. Le goût légèrement sucré du lait de brebis, associé à l’arôme naturel de framboise, apporte de la fraîcheur. Pour varier les plaisirs, la gamme 0% de matière grasse se compose de yaourts nature et vanille 2 x 125 g et de fromages blancs 4 x 80 g et 1 x 400 g. Le conditionnement en pot carton recyclable de ces yaourts reflète l’engagement environnemental de la marque.

La collection de desserts THE COCONUT COLLABO- RATIVE s’agrandit avec le lancement en France d’une gamme de desserts très gourmands composée de deux produits 100% noix de coco : le Riz au Lait de Coco et les Petits Pots au Chocolat . Riz au Lait de Coco : une version revisitée du tra- ditionnel riz au lait, avec une recette 100% végétale, sans lactose, sans soja et sans gluten. Avec une texture onctueuse et une saveur vanillée bien équilibrée, ces desserts sont présentés dans des packs de 2 pots. Petits Pots au Chocolat : ils contiennent moins de 110 calories par portion et tous les bienfaits de la noix de coco ! Cette recette, à la texture onctueuse longue en bouche et au goût intense de chocolat, est élaborée à partir d’ingrédients de qualité. Les Petits Pots sont conditionnés dans des packs de 4 desserts.

Avec un pouvoir salant semblable à celui du sel classique, le Sel équilibre de CEREBOS permet aux consommateurs de profiter de toute la saveur du sel tout en contrôlant leur apport en sodium. Issu d’une recette équi- librée contenant du chlorure de sodium en quantité réduite (50% en moins) et 50% de sels minéraux, il offre un accord entre saveurs et plaisir. Sa richesse en minéraux, potassium et magnésium, en fait un allié pour la forme et l’équilibre.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 8 N°572-Avril 2016

STOP LINÉAIRE

des fermes bretonnes. Cette nouveauté vient enrichir la gamme de Yaourts en pot en verre 4 x 125 grammes déclinée dans les saveurs Nature, Goyave, Coco, Citron, Ananas, Cerise, Vanille et Grenadine.

AOSTE lance en 2016 une nouvelle gamme autour de la volaille avec : les fines tranches de dinde séchée et le filet de canard séché .

Le Filet de canard séché . Riche en protéines, peu gras (3% de matières grasses), il constitue une nouvelle offre de produits sains. Les ca- nards utilisés sont élevés et préparés en France. Séché, soigneusement affiné, le gras de couver- ture est retiré pour proposer aux consomma- teurs le meilleur de la viande. Les Fines tranches de dinde séchée . La viande de dinde est maigre avec seulement 2% de matière grasse et une valeur énergétique convaincante (177Kcal pour 100 g) ! Elle est revisitée par la marque pour dévoiler tous ses arômes. Innovant, le filet 100% dinde est appré- cié pour son onctuosité et sa saveur légèrement fumée.

MARIE-AMELIE propose cette année une toute nouvelle gamme au rayon traiteur de la mer : les rillettes de pois- sons . Sans conservateur, sans arôme artificiel et sans ex- hausteur de goût, ces recettes originales sont cuisinées avec des produits authentiques et composées d’au moins 50% de filets de poissons. Rillettes de lotte – Safran et basilic. Elaborée avec le chef étoilé Serge Chenet, cette recette a été récompen- sée par le 1 er Prix Coup de Cœur du Public lors des ren- contres innovantes du Languedoc-Roussillon en 2015. La lotte est relevée par une pointe de vin blanc, un peu de safran, du fenouil et du basilic. Rillettes de saumon – Thym et citron confit. Le citron confit et le thym se conjuguent parfaitement à ce duo de saumon et de saumon fumé. Rillettes de dorade – Echalotes et 5 baies. Assaison- née de poivre 5 baies, la dorade, poisson très apprécié pour sa chair fine et parfumée, se marie à la perfection aux échalotes et aux tomates dans cette recette. Rillettes de thon – Aubergines et tomates marinées. Un bel équilibre entre le thon et la compotée d’auber- gines et de tomates marinées.

La laiterie bretonne LE GALL étoffe sa gamme de Mi- ni-beurriers avec les nouvelles saveurs « Algues de Bre- tagne » , « Persillade » , et « Doux » , qui viennent com- pléter la « Fleur de sel de Guérande ». Le tout dans un format inédit, en barquettes de 5 x 25 g. Mini-beurrier Persillade. Il fait la part belle au persil ciselé et à l’ail finement haché. Mini-beurrier Doux. Il révèle le beurre de baratte à l’état pur. Son goût léger aux saveurs de noisette ap- porte de la douceur. Mini-beurrier Algues de Bretagne. Il marie l’authen- ticité du beurre de baratte aux notes iodées et salées de 3 algues cultivées sur le littoral nord breton : la dulse, la laitue de mer et la nori. Mini-beurrier Fleur de sel de Guérande. Reconnue pour ses qualités gustatives par les plus grands Chefs, elle relève le goût des mets les plus simples et les plus délicats.

GAVOTTES s’installe au rayon bis- cuits apéritifs et lance les Crêpes fourrées au fromage BOURSIN Ail & Fines Herbes. La marque, connue pour sa crêpe dentelle, se fait une place au rayon des biscuits salés. Ain- si, elle reprend sous son nom les Apé- ri’Crêpes de Traou Mad et propose une gamme croustillante et légère, aux saveurs originales.

La Laiterie MALO innove et présente son nouveau Pana- ché de yaourts au lait entier . Composé de 8 yaourts en pot en verre de 125 grammes, il permet de varier les plaisirs avec 4 parfums : framboise, coco, vanille et citron . Ils sont

Le Salon International de l’Agri- culture 2016 s’est clôturé et comme chaque année le palma- rès du Concours Général Agricole a affiché une belle liste de mé- dailles. Ainsi, un miel de sapin du Jura a reçu la médaille d’Argent Miel et Miels .

élaborés à partir d’arômes naturels et sans colorant. Rigoureusement sélectionné, leur lait entier provient

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

9

N°572-Avril2016

STOP LINÉAIRE

Récolté par la COMPAGNIE DES MIELS DU JURA , l’un des adhérents fondateurs de la Coopérative France Miel, ce miel médaillé sera mis en pot pour Miel et Miels. Déjà existant en format 50g, il sera également proposé en for- mat 150g pour l’occasion. Les deux références arboreront le médaillon du Concours Général Agricole.

VALPIBIO lance 2 nouveaux produits sans gluten pour les apprentis boulangers et pâtissiers : des préparations sans sucre, sans sel, ni matières grasses et des ingrédients neutres, toujours issus de l’agriculture biologique. Mix Pain Bio : très pratique pour

préparer des pains sans gluten sans se préoccuper des proportions de farines. La mise en œuvre et la cuisson sont fa- cilitées avec une nouvelle recette, pré- sentée dans un nouveau format de 500 g. Mix Pâtisserie : prêt à l’emploi, il s’adapte à de nombreuses recettes su- crées ou salées : tartes, biscuits, sa- blés, cookies, cakes, financiers… Découvrez les boissons SOY 100% végétales et naturellement sans lactose. Ces boissons au soja et au riz s’apprécient chaudes ou froides, aussi bien au petit-déjeuner qu’à tout moment de la journée. Elles peuvent également remplacer le lait dans toutes les recettes sucrées ou salées. De plus, elles présentent les caractéristiques suivantes : Fabrication française Soja bio sans OGM et issu d’une filière Bio Solidaire Cultivé dans le Sud-Ouest

GIOVANNI RANA , spécialiste des pâtes fraîches à l’ita- lienne, dévoile 3 recettes aux associations de saveurs gourmandes, sans conservateurs, ni additifs, réalisées avec des ingrédients naturels et rigoureusement sélec- tionnés. La marque innove avec une nouvelle collection de ravioli, présentant des duos de couleurs, textures et saveurs. Duetto Champignons émincés & Taleggio A.O.P : l’onctuosité du fameux fromage lombard rencontre dans cette recette toute la délicatesse des champignons. Duetto Noix & Gorgonzola A.O.P : le goût du Gorgon- zola est sublimé par la touche croquante des noix. Ravioli Thon & Tomate : ils viennent compléter la gamme Classique. La marque a sélectionné des to- mates cueillies à pleine maturité et gorgées de soleil, pour les associer à l’intensité du thon.

Sont ainsi à retrou- ver : Biosoy Nature,

Biosoy Calcium, Biosoy Va- nille, Boisson Petit Epeautre et Noisette, Boisson Chocolat, Boisson au Riz complet de Ca- margue. Les boissons végé-

tales à la Vanille et au Chocolat existent aussi en format pocket (20 cl), à emporter partout !

GRANDEUR NATURE présente les nouvelles Mottes de Beurre de Baratte . Certifiées Agriculture Bio- logique (AB), elles allient fabrica- tion à l’ancienne en baratte et goût authentique. Elles se distinguent par leur format inédit en motte. Disponibles en doux et aux cris- taux de sel de mer, elles exaltent la saveur franche et agréable du beurre de baratte. Une texture et un goût singuliers obtenus grâce au procédé de barattage. Une fois les particules de matières grasses contenues dans la crème de lait

La CAVE DE TAIN L’HERMITAGE présente sa gamme Bio Cornas et Hermitage 2013 , et Crozes-Hermitage et Saint Joseph 2014 . Elle entre ainsi dans sa 7 ème année d’engagement dans le développement du- rable. Ses objectifs sont notamment une viticul- ture naturelle et la pérennité du métier de ses vignerons.

Cornas 2013 . Robe sombre aux reflets viola- cés intenses. Nez très expressif sur des notes de fruits noirs et rouges très fines et élégantes, et de poivre noir. Bouche surprenante de fraîcheur, tanins fins et élégants, texture savoureuse et fruit croquant : une superbe expression de la Sy- rah.

séparées du « petit lait », les grains de beurre sont ex- traits de la baratte, lavés et transformés en une pâte ho- mogène.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 10 N°572-Avril 2016

STOP LINÉAIRE

Hermitage 2013 . Robe pourpre profond aux reflets violacés. Nez intense de fruits noirs et rouges mûrs, avec une touche florale, empreint d’élégance. La bouche est tout en rondeur, gras et amplitude dès l’attaque. Les tanins, bien présents, se fondront avec les an- nées. Fruits noirs, notes florales de violette, de torréfaction et de pâtisserie à la cerise composent une finale pleine de classe. Crozes-hermitage 2014 . Robe profonde aux reflets rubis. Nez frais sur les petits fruits rouges et les épices douces. La bouche , pleine de charme et de finesse, offre un fruit croquant et un tanin souple. Finale longue et épicée. Saint-Joseph 2014 . Robe sombre et pro- fonde aux reflets rubis. Nez intense et com- plexe, d’épices et de pain grillé. La bouche est ronde et gourmande, avec des tanins très fins. Arômes de fruits noirs mûrs, d’épices douces (vanille, cannelle), avec des notes de cuir et de chocolat. L’essentiel est la nouvelle cuvée de la MAISON MONMOUSSEAU . Rare dans le Val de Loire : une fine bulle blanche premium, non dosée. Un lent élevage de 30 mois sur lattes apporte à cette cu- vée un équilibre entre maturité, richesse et fraî- cheur. Dégustation : Robe dorée pâle avec des reflets argentés, bulles fines, régulières et abondantes. Nez délicat et fruité, déroulant des arômes de poire, de pomme, d’amande fraîche, de muscade et de vanille, de noisette, puis une touche florale d’aubépine. Bouche fraîche, jolie balance entre la rondeur et la subtile amertume du Chenin blanc, structure élégante, bonne longueur sur des fines herbes.

Les capsules de la gamme espresso garantissent un café de grande qualité. Mousse fine et dense, bou- quet aromatique en bouche caractérisé par une pointe d’agrumes et de jasmin, un goût légèrement floral, un arôme final complexe. Les capsules gourmandes possèdent des saveurs intenses et raffinées. A retrouver : Espresso saveur ca- ramel beurre salé et son muffin pomme cœur caramel salé ; Espresso saveur chocolat cookie et son muffin choco-noisette ; Espresso saveur Con Panna et sa crème fouettée ; Espresso saveur vanille macadamia et son muffin meringue cœur citron .

Le CHATEAU CALON SEGUR , 3 ème Grand Cru Classé de Saint-Estèphe, s’étend sur un terroir de 55 hectares. Le Château Calon Ségur 2011 est issu d’un assemblage de 72% de cabernet sauvignon, 6% de cabernet franc, 20% merlot et 2% petit verdot. Brillants reflets violines en- tourant une robe rouge rubis, c’est un vin plein d’élégance et de finesse. Son bouquet est com- plexe, allant du floral au bois de cèdre et en pas- sant par des notes empyreumatiques. Les ta- nins, soyeux et élégants, s’accompagnent d’une belle fraîcheur qui perdure jusqu’à la finale dont les notes de fruits rouges révèlent l’éclat.

Le vignoble du CHATEAU GRAND-PUY DUCASSE s’étend sur 40 hectares de graves garonnaises silico graveleuses. Le millésime 2013 est issu d’un assemblage de 62% cabernet sauvignon et 38% merlot. Cette cuvée dévoile une robe d’une cou- leur intense et profonde. Elle présente un joli nez fruité, frais et épicé. La bouche est complexe avec une extraction tannique tout en douceur. Ce vin a une finale agréable et longue. Le boisé est délicat et fondu.

Le CLOS DUBREUIL est situé sur le plateau de Saint-Emilion. Dubreuil Chardonnay 2014 est le seul vin de France 100% chardonnay pro- duit à Saint-Emilion. Cette cuvée présente une couleur pâle avec des reflets dorés et vert. Au nez , le Dubreuil Chardonnay dévoile un fruit très délicat avec une grande fraîcheur et quelques notes de fruits de la passion. En bouche , le vin révèle un équilibre avec un chêne très bien inté- gré et une longue finale fruitée. Dubreuil Char- donnay 2014 est le second millésime sur de très jeunes vignes, il est prêt à boire et devrait très bien évoluer d’ici 2 à 5 ans.

COLUMBUS CAFE , chaîne française de coffee shop, s’est associé à Cafés Méo, torréfacteur français indépen- dant, pour créer et apporter le coffee shop à la maison.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 12 N°572-Avril 2016

STOP LINÉAIRE

Le CHATEAU SALETTES Rosé 2015 , AOC Bandol, est issu d’un assemblage de 4 cépages différents : 30% mourvèdre, 35% cinsault, 30% grenache, 5% syrah. Il présente une robe pâle avec des nuances de roses à saumonées. Le nez , complexe et élégant, dévoile des arômes de petits fruits rouges, relevés par des notes de pêche, d’abricot, ainsi que des épices douces. L’attaque en bouche se révèle franche, le subtil équilibre entre gras et vivacité procure un grand volume de bouche . La finale longue, fraîche et fruitée s’achève sur des notes d’oranges confites et de poivre blanc.

Pétula rosé 2015 de MARRENON , AOC Lube- ron, est le 10 ème millésime de cette cuvée. Il est issu d’un assemblage à 95% syrah et 5% gre- nache noir. Il est doté d’une belle robe pâle sur une teinte légèrement violine. Au nez , la cuvée Pétula révèle des notes de petites baies rouges, une touche de Maras des bois et des notes de fruits de la passion. La bouche est juteuse, avec une impression presque lactée, gourmande et acidulée. Des arômes de mangue, de fruits à chair blanche accompagnent la finale.

Auparavant disponible en bouteille transpa- rente, Rosé Majeur d’ AYALA est dorénavant contenu dans une bouteille verte : un choix avant tout destiné à préserver la qualité du vin afin de le protéger de la lumière. Cette nou- velle apparence est également plus élégante et en cohérence avec le reste de la gamme. Elle assure une régularité constante dans l’aspect extérieur de la cuvée. Deuxième référence en volume pour Champagne Ayala, Rosé Majeur fait preuve d’une belle fraîcheur due à la forte proportion de chardonnay dans l’assemblage. Doté de notes de groseilles et de framboises, ce champagne rosé est particulièrement à l’aise à table.

Le CHATEAU ROUBINE , cru classé Côtes de Provence, exalte toutes les richesses de son ter- roir à travers la diversité de ses cépages et la complexité de ses vins. InSpire Rosé 2015 est issu d’un assemblage 90% tibouren et 10% clai- rette, dont les vignes sont plantées sur un sol argilo-calcaire à 140 mètres d’altitude. Il pré- sente une robe brillante d’un rose pâle, franc et lumineux. Le nez est subtil, un fruité complexe et légèrement fumé qui développe des notes suaves. En bouche , c’est un vin franc, épanoui, frais, délicat et très long, offrant un rosé tout en finesse, en rondeur et d’une grande élégance.

Témoignez dans les dossiers de LA REVUE DU DÉTAILLANT et partagez vos expériences professionnelles, donnez votre avis, racontez votre histoire…

Avec ces témoignages, votre magazine vous ressemble et aborde les sujets qui vous concernent au quotidienŸ!

Pour cela, contactez notre rédaction par téléphone au 01 55 43 31 76 , par mail a.roznowiez@fnde.com ou par courrier à l’adresse FNDECB – LA REVUE DU DÉTAILLANT 5 rue des Reculettes 75Ÿ013 PARIS

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

13

N°572-Avril2016

Le contrat d'assurance est le lien juridique qui oblige l'assureur à garantir le risque et le souscripteur à en payer la prime. En tant que professionnel, vous êtes contraint d’adhérer à une assurance spécifique afin de couvrir vos activités. Les atteintes aux biens, les pertes liées à l’exploitation, la responsabilité civile pro, l’assurance qui couvre plusieurs risques… Il existe plusieurs propositions en matière d’assurance pour l’entreprise. Entrepreneurs et dirigeants d’entreprise, suivez nos conseils pour comprendre et mieux choisir le contrat d’assurance professionnel qui répond à vos besoins.

SOUSCRIPTEUR Le souscripteur ou preneur d'assurance ou contractant, est la personne qui souscrit le contrat d'assurance et qui s'engage à payer la prime ou cotisation. Il ne faut pas confondre le souscripteur, avec l'assuré et le bé- néficiaire : le plus souvent, le souscripteur souscrit pour son propre compte et possède alors la qualité d'assuré et de bénéfi- ciaire, mais il peut souscrire un contrat pour le compte d'autrui. ASSURÉ L'assuré est la personne, physique ou morale, sur la tête ou sur les intérêts desquels repose une assurance. Exemples : • Dans une assurance sur la vie, l'assuré est la personne dont le décès entraînera le versement du capital inscrit au contrat. • Dans une assurance de responsabilité, l'assuré est la per- sonne dont la responsabilité est engagée. • Dans une assurance contre l'incendie, l'assuré est la per- sonne dont le bien est garanti. TIERS En assurance, toute personne autre que l'assureur, le souscrip- teur et l' assuré est considérée comme un tiers. Le tiers n'est donc pas lié par le contrat d'assurance . Cependant, le tiers peut bénéficier de la garantie souscrite.

DESCRIPTION

Le contrat d'assurance , comme tous les contrats conclus entre particuliers, obéit aux principes généraux énoncés dans le code civil. Cependant le contrat d'assurance, fait l'objet d'une réglementa- tion particulière dont l'ensemble des textes est regroupé dans le Code des Assurances . Il est conseillé de renégocier régulièrement les clauses de vos contrats d’assurance.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 14 N°572-Avril 2016

COMMENT CHOISIR SON ASSURANCE ? DOSSIER SPÉCIAL

CONDITIONS GENERALES Clauses de la police d'assurance, qui sont communes à tous les assurés garantis par le même type de contrat. La police d'assurance est le document écrit et définitif, qui constate l'existence et les conditions du contrat d'assurance.

PROTECTION JURIDIQUE L'assureur ne verse pas d'indemnité mais offre une prestation de service : • il conseille l'assuré, • il met à sa disposition son réseau d'avocats, d'experts, et autres auxiliaires, • il rembourse les frais de justice : honoraires, droits de plaidoirie et autres frais et dépenses. ATTENTIONS PARTICULIERES Le contractant doit faire attention à ce que le contrat com- prenne : • Perte d’exploitation en cas de sinistre • Vol de marchandises • Transport de fonds • Incapacité de travail • Perte de marchandises : panne de meuble frigorifique, coupure de courant, incendie... • Assurance-vie Depuis le 1 er octobre 1993, les particuliers en litige avec une compagnie d'assurance peuvent faire appel à un médiateur in- dépendant dont l'intervention est rapide et gratuite. Personnalité extérieure à la compagnie d'assurance, le média- teur ne peut être saisi que si le litige persiste après épuisement des procédures internes de traitement des réclamations et à la condition que la voie judiciaire n'ait pas déjà été choisie par l'assuré. Le traitement des réclamations comprend ainsi deux niveaux : • l'assuré s'adresse d'abord au service chargé des réclamations de la compagnie d'assurance, • le recours au médiateur n'intervient qu'en dernier ressort. En cas de désaccord, comment procéder : Avant de recourir au médiateur, vous devez épuiser toutes les possibilités de dialogue, de réclamation et de recours que la compagnie d'assurance et, le cas échéant, les contrats mettent à votre disposition. • En premier lieu , contactez votre interlocuteur habituel (agent général, courtier, bureau local de la compagnie d'assurance) qui, dans la plupart des cas, proposera des solutions. • Si le désaccord persiste , adressez-vous au service spéciale- ment chargé de traiter les réclamations (service consomma- teurs, service clientèle, service réclamations, l'appellation dif- fère selon les compagnies d'assurance). N'oubliez pas, préalablement, de réunir toutes les pièces sur lesquelles figurent les références de courriers, numéros de contrat ou de dossier ouvert à la suite d'un sinistre. • Dans tous les cas , évitez de vous dessaisir des documents ori- ginaux ; il est préférable de fournir des photocopies. • Perte d’activité pour raisons de santé • Responsabilité civile professionnelle • Bris de glace

Les conditions générales énumèrent : • Les risques couverts par le contrat, • Les exclusions de garanties,

• Les obligations des parties et les sanctions de leur non-respect, • La procédure amiable de règlement des litiges entre l'assuré et son assureur.

CONDITIONS PARTICULIERES

Les conditions particulières adaptent le contrat à la situation de chaque assuré. Elles comportent des mentions obligatoires : Article L 112-4 du Code des assurances : " La police d'assurance est datée du jour où elle est établie. Elle indique : • les noms et domiciles des parties contractantes ; • la chose ou la personne assurée ; • la nature des risques garantis ; • le moment à partir duquel le risque est garanti et la durée de cette garantie ; • le montant de cette garantie ; • la prime ou la cotisation de l'assurance..." Les conditions particulières et les conditions générales constituent les deux parties de la police d'assurance.

FRANCHISE > Pourquoi une franchise

• C'est une mesure de gestion qui évite à l'assureur la prise en charge des petits sinistres et donc la dégradation de ses résultats, laquelle déclencherait une augmentation tarifaire. • L'existence d'une franchise peut inciter à davantage de pru- dence. • C'est un élément de prévention puisque l'assureur peut baisser voire supprimer une franchise initialement prévue si l'assuré adopte certaines recommandations de l'assureur.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

15

N°572-Avril2016

COMMENT CHOISIR SON ASSURANCE ? DOSSIER SPÉCIAL

> Que devez-vous déclarer à votre assureur ? Vous devez répondre à ses questions, en général imprimées sur un questionnaire appelé proposition . Il vous demandera d'indi- quer par exemple : • si vous êtes propriétaire, copropriétaire ou locataire, • en quoi consiste votre commerce, • les modes de protection, de fermeture et de surveillance des locaux, • le nombre de personnes employées, • les sinistres survenus pendant les deux ou trois dernières an- nées. En fonction de vos déclarations, l'assureur vous proposera un contrat adapté à vos besoins. Il s'agira, le plus souvent, d'une assurance « multirisques » regroupant l'ensemble des garanties utiles à un commerçant tant pour sa vie professionnelle que sa vie privée : • incendie, explosion et acte de terrorisme, • tempête, catastrophe naturelle, Lorsque la valeur de biens à assurer (matériel, marchandises) dépasse un certain montant, le risque d'incendie est plus lourd et l'assurance devient complexe. L'assureur délivre alors des contrats séparés pour chacune des assurances. ATTENTION ! Toute déclaration peut avoir des conséquences graves : • nullité du contrat en cas de fausse déclaration intentionnelle, • réduction proportionnelle de l'indemnité s'il n’y avait pas in- tention de frauder. > A partir de quand serez-vous assuré ? L'assureur peut vous remettre une note de couverture par laquelle il s'engage à vous garantir immédiatement en contrepartie du versement de la première prime ou d'un acompte (cas très fréquent en automobile). Dans le cas contraire, la garantie ne commencera que le lendemain à midi de la signature du contrat et du paiement de la première prime. En cas de cession d’un commerce, le Code civil stipule que les contrats d’assurance sont transférables au repreneur afin que la transmission de l’entreprise ne cause pas de rupture d’assurance. Le Code des assurances prévoit que l’acquéreur a 90 jours pour dénoncer les contrats d’assurance en cours. LA COMPOSITION DU CONTRAT D'ASSURANCE Il se compose au moins de 2 parties : • Les conditions générales imprimées auxquelles s'ajoutent les • dégâts des eaux, • vol, bris de glace, • perte d'exploitation, • perte de la valeur du fonds de commerce, • responsabilité civile professionnelle et privée.

• Si vous ne savez pas quel service contacter ou quelles procé- dures utiliser, adressez votre réclamation au siège de la société (à l'attention du Directeur Général). Si aucune de ces procédures internes de règlement des litiges n'a abouti, vous pouvez alors saisir le médiateur.

LES PARTENAIRES DE LA FEDERATION La FNDECB a lié des liens particuliers avec : MAPA : Mutuelle d’Assurance des Professions Alimentaires 1, rue Anatole Contre BP 60037 17400 SAINT-JEAN-D’ANGELY CEDEX

Tél : 05 46 59 59 59 Fax : 05 46 59 59 50

MACIF : Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels de France

2 et 4 rue Pied de fond 79037 NIORT CEDEX 9 Tél : 0 820 805 806

LA MEDIATION DANS L’ASSURANCE

LE SECTEUR PROFESSIONNEL DE L'ASSURANCE Il existe différentes formes de sociétés d'assurance, des socié- tés anonymes et des sociétés d'assurances mutuelles. > Vous voulez vous assurer : à qui pouvez-vous vous adres- ser ? • un agent général représentant d'une société d'assurance, • un courtier, commerçant indépendant, • le bureau d'une mutuelle. LE RÔLE DE L'ASSUREUR Les conseils de l'assureur peuvent éviter des erreurs aux conséquences financières importantes lors : • de l'aménagement d'un magasin, • de l'extension d'activités, • de nouveaux services offerts aux clients, • de l'accroissement des stocks. N'oubliez pas de consulter votre assureur. Vous êtes son client, il vous aidera à étudier les conséquences des décisions impor- tantes à prendre. LES CONTRATS D'ASSURANCE L'assureur doit vous remettre, avant de conclure un contrat : • une fiche d'information sur les prix et les garanties, • un exemplaire du projet de contrat et de ses annexes ou une notice d'information.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

17

N°572-Avril2016

COMMENT CHOISIR SON ASSURANCE ? DOSSIER SPÉCIAL

conditions spéciales également imprimées, définissant les garan- ties, • Les conditions personnelles (souvent intitulées conditions parti- culières) qui adaptent le contrat à votre cas personnel. Vous recevrez 2 exemplaires de ce contrat, • L'un que vous devez retourner à l'assureur après l'avoir signé , • L'autre que vous conserverez, Tout ceci après avoir vérifié que toutes les mentions correspondent bien à votre situation. > Quand devez-vous payer les primes ? La première cotisation : lors de la souscription du contrat et au plus tard au moment de la signature du contrat. Ensuite, à chaque échéance. L'assureur envoie un avis d'échéance. Pensez à vérifier les variations du montant des primes et des garanties. ATTENTION ! En cas de non-paiement ; l'assureur envoie, au minimum 10 jours après l'échéance, une lettre recommandée de mise en de- meure, dont l'effet est de suspendre la garantie 30 jours après son envoi. 10 jours après (soit 40 jours après l'envoi de la lettre recom- mandée), l'assureur peut résilier le contrat, mais il conserve le droit d'exiger l'intégralité des primes échues avant la date de résiliation. > Quelles modifications devez-vous déclarer ? Tout ce qui a été précisé dans le contrat à la suite de vos décla- rations et qui se trouve modifié. Exemples : En assurances multirisques : • changement dans l'activité commerciale, • augmentation de personnel, • nouveaux risques de voisinage aggravant le risque d'incendie.

La lettre doit être faite, de préférence, par lettre recommandée . Un constat amiable doit être rempli dans les cas : • d'accident d'automobile, • de dégât des eaux. L'ASSURANCE DES BIENS PROFESSIONNELS > Contre quels éléments s'assurer ? • Incendie, explosion, foudre, tempête, catastrophe naturelle, • Acte de terrorisme, • Dégâts des eaux (fuite de canalisation, débordement d'appa- reils à eau, infiltration au travers les toitures), • Vol et vandalisme, • Bris de glace, • Bris de machine. > Quels sont les biens à assurer ? • Le bâtiment, si vous êtes propriétaire • Le mobilier, les agencements, le matériel, notamment informa- tique • Les marchandises. > Quelles sont les responsabilités attachées aux locaux ? Si le commerçant est locataire : assurance des risques locatifs. Dans tous les cas : assurance du recours des voisins. Les déclarations à faire à l'assureur ? Vous devez lui indiquer : • si vous êtes propriétaire, copropriétaire ou locataire, • la surface de votre commerce, • la nature de la construction et de la couverture des bâtiments, • la nature et la valeur des marchandises entreposées, celles de vos matériels professionnels, • la présence éventuelle, dans le même bâtiment ou dans des bâtiments voisins, de commerces, d'ateliers ou d’industries ag- gravant des risques d'incendie ou d'explosion (menuiserie, sta- tion-service...). • les modes de protection, de fermeture et de surveillance des locaux.

En assurance automobile : Utilisation pour le commerce d'un véhicule auparavant réservé à l'usage privé. Mais aussi modification des locaux ou même de véhicule si vous l’aménagez en véhicule réfrigéré. > Quand et comment déclarer les sinistres ? Dans les 5 jours à partir du moment où vous en avez eu connais- sance. Ce délai est réduit à 2 jours pour tous les cas de vol (il s'agit de jours ouvrés).

L'ASSURANCE DES VEHICULES PROFESSIONNELS > Assurance automobile obligatoire • Elle s'impose pour tous véhicules terrestres à moteur,

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 18 N°572-Avril 2016

COMMENT CHOISIR SON ASSURANCE ? DOSSIER SPÉCIAL

• Elle couvre les dommages corporels et matériels causés aux tiers par le véhicule assuré.

> Quelles sont l'étendue des garanties ? • Vérifier que le montant des garanties est suffisant, compte tenu de vos activités, • Une franchise plus ou moins importante pourra vous être pro- posée : la franchise permet une réduction de la cotisation, mais tous les dommages engageant votre responsabilité et inférieurs au montant de la franchise resteront à votre charge et, pour les dommages plus importants, vous supporterez le montant de la franchise. LA PROTECTION JURIDIQUE La protection juridique est une garantie qui a tendance à se gé- néraliser aussi bien dans la vie professionnelle que privée. La protection juridique est plus complète, puisqu'en cas d'acci- dent, votre compagnie d'assurance prend en charge la défense de vos intérêts et les frais de justice éventuels. Cette garantie est particulièrement utile dans la vie profession- nelle puisqu'elle vous permet de bénéficier de l'assistance d'un conseil juridique en cas de conflit lié à l'exercice de votre pro- fession : litige avec un fournisseur, une banque, une adminis- tration (y compris le fisc). En cas de procès, les honoraires et les frais de justice sont pris en charge, partiellement ou totalement. Son coût varie généralement de 300 à 500 € par an selon l'as- sureur La protection juridique est incluse dans la cotisation pour tous les adhérents à un syndicat membre de la FNDECB. N’hésitez pas à vous renseigner au : 01 55 43 31 79.

> Quelles sont les garanties facultatives ? • Assurances incendie et vol du véhicule, • Assurances des dommages au véhicule : dommages tous acci- dents ou dommages collision, • Protection juridique, • Bris de glace du véhicule, • Assurance des marchandises et du matériel transporté en cas de vol ou d'incendie, • Garantie du conducteur. ATTENTION ! Il faut déclarer exactement l'usage du véhicule, en particulier en cas de tournées, et l'utilisation éventuelle d'une remorque. Véhicule aménagé : déclarer la valeur des aménagements pour les garanties « dommages ». Les peintures et aménagements spéciaux ne seront pris en charge par l'assureur que sur votre demande expresse et sous réserve que le contrat le mentionne, garantie généralement assortie d'une surprime. En l'absence de permis valable , l'assureur, après avoir indem- nisé les victimes, a le droit de se retourner contre le respon- sable. Penser au renouvellement des permis poids lourds. Les véhicules en crédit-bail peuvent faire l'objet de garanties spécifiques. En cas d'accident matériel, les responsabilités sont détermi- nées d'après le contrat amiable établi lors de l'accident. Veillez à bien le rédiger. Le commerçant est responsable des dommages causés par lui- même ou par son personnel, et du fait de ses locaux, de son mobilier, de son matériel, de ses marchandises. Exemples Dommages liés au contrat de vente (vendeur professionnel) : • vente de bouteille de gaz démunie du chapeau de protection Responsabilité de dépositaires : • vol d'un sac à main d’une cliente > Quelles sont les déclarations à faire ? Enumérer toutes les activités exercées en précisant : • si des travaux sont effectués chez des clients : installation, ré- parations, • si des travaux sont effectués sur des objets confiés par des clients, • le nombre de personnes employées. Dans certains cas, la cota- tion pourra être fixée en fonction du montant des salaires effective- ment versés, avec révision en fin d'année. > Quelles sont les garanties à vérifier ? • En cas de vente, livraison ou installation d'objets : garantie de la responsabilité civile après livraison ou installation. • Vente de produits alimentaires destinés à la consommation sur place ou à emporter : garantie des intoxications alimentaires, • En garantissant des opérations de manutention. Dommages provenant des locaux et des biens : • heurt contre une palette laissée sur le trottoir L'ASSURANCE DES RESPONSABILITES PROFESSIONNELLES

Avant de faire votre choix, demandez à ce que l'assureur se déplace dans votre boutique pour qu'il se rende compte de votre activité, de votre zone d'implantation, de l'étendue des biens à assurer, de la nature et de la valeur déclarée de votre marchandise, et de la protection existante. La prime d'assurance dépendra de ces différents paramètres. Néan- moins, les compagnies possèdent chacune leur politique d'indemnisation et de prix, notamment pour la franchise qui représente le montant résiduel demeurant à votre charge en cas de sinistre. Si le prix de la franchise doit rester sup- portable pour votre entreprise, sachez que plus celui-ci est bas, plus les cotisations sont chères. Mais le critère du prix seul ne suffit pas. Il faut également que les garanties corres- pondent à la réalité du commerce. Autre point important à prendre en compte : la variabilité des stocks. Dans le meil- leur des cas, il faut que le commerçant puisse garantir un montant suffisant pour couvrir le sinistre maximal qu'il pour- rait subir. Un commerce est une cellule vivante. Le contrat doit inclure des clauses adaptées à l'évolution des stocks selon la saisonnalité de l'activité.

Sources : La formation « Devenir Epicier » en 35h, créée par la FNDECB www.commerce.chefdentreprise.com www.dynamique-mag.com Copyright : ingimage

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

19

N°572-Avril2016

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32

Made with FlippingBook Learn more on our blog