La revue du détaillant N° 572 - Edition 2016

VITE DIT

2015 : RECORD D’ACHETEURS ET DE CONSOMMATEURS DE PRODUITS BIO

• LA BIOŸ: UNE RÉPONSE AUX ATTENTES DES CONSOMMATEURS La Bio continue son ascension en France, en réponse aux attentes des consommateurs et, plus largement, des citoyens. Ancrée dans son époque, ce mode de production respectueux de l’Homme et de la Nature a conquis les Français, d'après les résultats du dernier Baromètre Agence BIO / CSA 2015. En 2015, la Bio a ainsi enregistré un taux record de consommateurs et d’acheteurs. 9 Français sur 10 (89%) consomment bio, au moins occasionnellement, alors qu’ils n’étaient encore que 54% en 2003. 65% des Français en consomment régulièrement, au moins une fois par mois, contre 37% en 2003. En terme d’achats, des niveaux inéditsŸsont également atteints : plus de 8 Français sur 10 (82% vs 43% en 2003) achètent des produits bio et 55% le font régulièrement (vs 33% en 2003). Ces très bons résultats se re³ètent dans le poids croissant du marché bio (tous circuits confondus, y compris RHD). On estime ainsi qu’en 2015, il aurait gagné +10% par rapport à 2014, pour atteindre un chiffre record de 5,5 milliards d’euros. •LA BIOŸ: UN DÉVELOPPEMENT SOLIDE En cohérence avec cette montée en puissance de la consommation citoyenne, la production bio poursuit son solide développement, entraînée par la hausse de la demande. La France compte aujourd’hui un total de 42Ÿ216 opérateurs exerçant des activités bio, soit +7,2% par rapport à 2014, alors qu’ils n’étaient encore que 18Ÿ380 en 2007. Les surfaces bio sont également en pleine expansionŸ: +17% par rapport à 2014. Plus de 1,3 million d’hectares sont désormais conduits selon le mode biologique sur le sol français, représentant 4,9% du territoire agricole, contre 2% ²n 2007. ŸŸŸ • LA BIOŸ: UNE AGRICULTURE ET UNE ALIMENTATION CITOYENNES L’agriculture biologique est solidement inscrite dans le développement durable. Cette agriculture d’avenir respecte l’environnement, apporte des bienfaits sociétaux et participe au développement économique. Il s’agit d’une agriculture et d’une alimentation citoyenne dont les principes et les valeurs sont au cœur de l’actualité, en phase avec les nouvelles attentes de la société. LES CHIFFRES À RETENIR • 9 Français sur 10 consomment des produits bio • 65% de consommateurs « Bio-réguliers » (au moins une fois par mois) • 82% des Français font confiance aux produits bio • 78% des Français estiment que la Bio est une solution face aux problèmes environnementaux • 82% des consommateurs bio dans une démarche de consommation durable : ils déclarent également acheter des éco produits fabriqués à partir d’ingrédients bio, en plus des produits alimentaires • 93% des consommateurs bio ont l’intention de maintenir ou augmenter leurs achats bio dans les 6 mois à venir La FNDECB a été alertée par Marie PROST-COLETTA, déléguée ministérielle à l’Accessibilité, au sujet de certaines pratiques douteuses, voire frauduleuses, concernant le dispositif des Agendas d’Accessibilité Programmé (Ad’AP). POUR RAPPELŸ: La loi du 11 février 2005 prévoit la mise en accessibilité de tous les établissements et installations recevant du public pour le 1 er janvier 2015. Cependant, les Etablissements Recevant du Public (ERP) n’étant pas tous accessibles à cette date, des Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’AP) ont été mis à leur disposition. Un agenda permet à tout gestionnaire/propriétaire d’ERP de poursuivre ou de réaliser l’accessibilité de son établissement après le 1 er janvier 2015. Il correspond à un engagement de réaliser des travaux dans un délai déterminé (jusqu’à 3 ans, sauf cas très particuliers), de les ²nancer et de respecter les règles d’accessibilité. L’un des avantages de l’Ad’AP est qu’il suspend les sanctions en cas de non-respect des règles d’accessibilité. Les dossiers d’Ad’AP devaient obligatoirement être déposés avant le 27 septembre 2015 à la mairie (ou dans des cas particuliers auprès du Préfet), De nombreuses entreprises, selon la Délégation Ministérielle à l’Accessibilité (DMA), sont sollicitées par des organismes les enjoignant d’entrer dans le dispositif Ad’AP en les démarchant de manière abusive. Ces sociétés proposent des prestations de diagnostic en évoquant des sanctions dans les documents qu’elles présentent laissant croire que ces derniers émanent d’une instance of²cielle. La Direction Générale de la Concurrence, Consommation et Répression des Fraudes (DGCCRF) a été saisie et une enquête est actuellement en cours. La FNDECB souhaite donc attirer votre attention sur cet état de fait et vous rappeler les informations suivantesŸ: • Si les dossiers d’Ad’AP devaient obligatoirement être déposés avant le 27 septembre 2015 à la mairie (ou dans des cas particuliers auprès du Préfet), cela ne signi²e pas qu’un ERP ne peut plus déposer d’Ad’AP au-delà de cette date. En effet, dans ce cas, il appartient à tout gestionnaire/propriétaire d’ERP d’expliquer au maire ou au préfet les raisons de son retard a²n d’éviter la pénalité prévue à l’article L111-7- 10 du Code de la construction et de l'habitation (1Ÿ500 € ou dans des cas particuliers 5Ÿ000 €)Ÿ; • Un ensemble d’outils, nécessaires à la mise en œuvre des Ad’AP, est à la disposition des entreprises sur le site http://www.accessibilite.gouv.fr/ comme, par exemple, un outil permettant aux entreprises de réaliser un autodiagnosticŸ; un Recueil des améliorations simples et utilesŸou une base de données des produits accessibles. ACCESSIBILITÉ : ATTENTION AUX DÉMARCHAGES ABUSIFS

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 6 N°572-Avril 2016

Made with FlippingBook Learn more on our blog