Baromètre des émotions

L’enquête montre que les émotions positives sont plus fréquentes chez les salariés français : 55% ont une balance émotionnelle nettement positive. Ils sont aussi 48% à estimer avoir "fréquemment" ressenti du bonheur au travail. Ceux qui présentent une balance émotionnelle très positive sont les cadres supérieurs (29%) et les professions intermédiaires (27%), ayant 2 à 15 ans d’ancienneté (26%) et travaillant dans le secteur des services aux entreprises (27%) ou aux particuliers (28%). Les salariés habitant l’Ile de France présentent aussi une balance émotionnelle plus positive que les salariés d’autres régions de France : Paris/IDF (30%), Sud-Est et Sud-Ouest (26%), Nord-Est (22%) et au Nord-Ouest (21%). Par ailleurs, l’étude révèle aussi que les émotions négatives sont très présentes : ils sont 30% a avoir une balance émotionnelle plutôt négative, vivant et travaillant avec des émotions négatives comme la colère, la tristesse, frustration. Parmi eux, les salariés desadministrations (21%), ceux qui ont 2 ans d’ancienneté (20%) ou 16 ans et + (24%), les employés (21%) et ouvriers (23%) ainsi que ceux travaillant dans une ETI (24%) ou TPE (20%). La balance émotionnelle et l’homéostasie d’une entreprise dépendent grandement de sa culture managériale, du degré d’autonomie accordé aux salariés, de la communication plus ou moins bienveillante, de l’attention portée à l’humain et à son bien-être. « Apprendre à mettre des mots sur les maux émotionnels, constitue un premier pas pour être au mieux de ses capacités individuelles comme collectives, pour agir dans la complexité et l’incertitude, acquérir des habitudes de communication bienveillante, d’agilité situationnelle. Il est donc essentiel de former les managers et salariés à développer leur intelligence émotionnelle, enfin d’en faire un vecteur de « mieux-être » personnel et collectif », poursuit Richard Beraha. Des ressentis qui varient en fonction de plusieurs facteurs et reflètent les mutations de notre société avec des écarts de perception importants Les ressentis positifs les plus marqués au travail sont la concentration, la confiance en soi, l’énergie, la motivation et le calme. A l’inverse, les ressentis négatifs les plus fréquents sont la fatigue, l’anxiété et le stress, la contrariété, la tension et la colère. L’étude montre que les émotions ressenties par les salariés français diffèrent suivant les 3 facteurs suivant : biologie, culture, environnement. Les populations les plus fragilisées par les mutations actuelles, les femmes tout d’abord, mais aussi les séniors, les employés, les ouvriers, les non cadres, ou les salariés en région, sont en proie à des ressentis plus négatifs. Par exemple, les hommes déclarent plus d’émotions positives comme la sérénité ou la confiance en soi que les femmes qui ressentent plus de fatigue ou de tristesse. Les salariés de - de 45 ans citent aussi plus d’émotions négatives (culpabilité, honte et confusion) que les 45 ans et plus (sérénité, énergie).

sbt-human.com

Made with FlippingBook - professional solution for displaying marketing and sales documents online