La revue du détaillant N° 570 - Edition 2016

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

Premier mensuel des petites et moyennes entreprises commerciales de l’alimentation de proximité

DOSSIER SPÉCIAL Les produits du terroir

www.volkswagen-utilitaires.fr

Le Crafter qu’il vous faut avec votre mobilité assurée : c’est ce qui s’appelle être bien servis. Gamme Crafter avec Solution CarePort Pro à partir de 339 € HT / mois* sans apport.

*Exemple pour un Crafter Business Line L2H2 35 TDI 136 en Location Longue Durée sur 36 mois et 60 000 km sans apport, 36 loyers de 339 € HT. **La solution Careport Pro est une offre de LLD incluant obligatoirement la Perte Financière souscrite auprès de COVEA FLEET SA à Directoire et conseil de surveillance au capital de 93 714 549 euros RCS Le Mans B 342 815 339 – 160, rue Henri-Champion – 72100 LE MANS. Entreprise régie par le code des assurances soumise à l’Autorité de contrôle prudentiel (Secteur Assurance) 61 rue Taitbout 75009 PARIS, le Contrat de Maintenance souscrit auprès de Volkswagen Bank GmbH et la Garantie Véhicule de Remplacement fournie par EUROP ASSISTANCE France 1 promenade de la Bonnette, 92230 Gennevilliers, entreprise régie par le code des assurances, S.A. au capital de 23 601 857 €. RCS Nanterre 451 366 405. Offre réservée à la clientèle professionnelle jusqu’au 31/03/2016, chez tous les Distributeurs Volkswagen Véhicules Utilitaires participants, sous réserve d’acceptation du dossier par Volkswagen Bank GmbH – SARL de droit allemand – Capital 318 279 200 € – Succursale France : Bâtiment Ellipse 15 Avenue de la Demi-Lune 95700 Roissy en France – RCS Pontoise 451 618 904. Mandataires d’assurance et d’intermédiaire d’assurance ORIAS : 08 040 267 (www.orias.fr).

Volkswagen Véhicules Utilitaires recommande Castrol EDGE Professional

a été créé en 1947 N° ISSN 0244-2604 ALLIANCE MAG, Sarl au capital de 73 632

R.C.S. Paris B 430 475 467 Gérant : Philippe PILLIOT

5 rue des Reculettes 75013 PARIS Administration : 01 55 43 31 85 Fax : 01 55 43 31 99 E-mail : nouvel.epicier@wanadoo.fr Abonnement 1 an : 39 T.T.C. 2 ans : 58 T.T.C. Prix au numéro : 5,5 T.T.C. Périodicité : mensuel Directeur de la Publication : Bernard REGNAULT Rédacteur en chef : Philippe PILLIOT E-mail : philippe.pilliot@wanadoo.fr Coordination rédaction : Alice ROZNOWIEZ Photos : Ph. PILLIOT (sauf mention contraire) Ont également participé à la rédaction : A.BAUFRE

Chers amis, Parmi tous les combats que nous menons, voici l’exemple de l’un d’entre eux, suivi depuis des années. Sous l’impulsion de l’UNFD qui représente les Primeurs, les organisations professionnelles comme la nôtre, viennent de parvenir à obtenir un délai supplémentaire sur l’utilisation des sacs de caisse. Initialement, l’usage des sacs de caisse devait être interdit à compter du 1 er janvier 2016. Le dialogue avec le gouvernement, représenté par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royale, a porté ses fruits en donnant 6 mois de délai pour que les commerçants puissent épuiser leur stock. Autre « victoire », si l’on peut parler ainsi de victoire…, nous avons pu obtenir que l’utilisation de sacs de 50 micron minimum reste utilisable. D’un autre coté, si je viens de vous parler des sacs de caisse, il ne faut pas oublier qu’à compter du 1 er janvier 2017, ce seront tous les sacs remis en dehors des caisses qui seront prohibés, sauf s’ils font 50 microns minimum. Evidemment, nous ne pouvons que conseiller de ne plus commander ce type de sacs au risque de vous retrouver avec un stock important sur les bras. Qu’est-ce qui nous attend demain ? Même si les textes ne sont pas encore clairs, nous pensons que seuls certains détaillants seront concernés, il s’agit, pour 2020, de l’interdiction de vaisselles, gobelets, verres jetables sauf ceux compostables en compostage domestique et constitués de matières biosourcées. Mais nous resterons vigilants, et nous aurons le temps de vous en reparler. Sur le fond, ce type de dossier démontre combien il faut que nous, organisations professionnelles, soyons particulièrement vigilants. Oui, le « zéro déchet, zéro gaspillage » est important, mais les commerçants ne doivent pas être les victimes d’une démarche écologique.

Publicité : Delphine MERON Tél. : 01 55 43 31 97 Abonnement : Tél. : 01 55 43 31 84 Composition et impression : Printcorp 8 rue Jean-Pierre Timbaud

75011 Paris Tél. 01 55 28 87 09

(Reproduction autorisée avec mention de la source sous condition d’adresser un exemplaire de son utilisation).

Ne pas jeter sur la voie publique.

SOMMAIRE

EDITO ACTUALITÉS VITE-DIT STOP LINÉAIRE DOSSIER SPÉCIAL :

p.3 p.4 p.5 p.6-10 p.12-18

LES PRODUITS DU TERROIR DU CÔTÉ DES FROMAGES DU CÔTÉ BIO DU CÔTÉ FRUITS ET LÉGUMES LES GÉRANTS INFO PRO LES PETITES ANNONCES LE BULLETIN DABONNEMENT LA FNDECB À VOTRE SERVICE

p.21 p.22 p.24 p.25 p.26 p.27 p.28 p.30

Continuons le dialogue avec nos gouvernants, et tout ira bien !

Bernard Regnault Président de la FNDECB

ACTUALITÉS

SALON SANDWICH & SNACK SHOW, LES 14 ET 15 MARS 2016 : LE RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE DE LA RESTAURATION RAPIDE

Partenaire de la FNDECB, le Salon Sandwich & Snack Show réserve de nouveau un programme chargé cette année. Suite au succès de l’édition 2015, Parizza , le salon de la restauration italienne, se joindra au Sandwich & Snack Show et à un petit nouveau, le Japan Food Show , le nouveau rendez-vous réservé à la restauration japonaise. L'association des 3 salons créera deux jours spécialement dédiés à la consommation hors domicile à Paris . Au programme : • Les business modèles de 30 concepts innovants et dans la tendance, décryptés sur un espace : le Snacking Concepts ,

• Le Zapping du Snacking sera de retour pour un tour complet des nouvelles tendances du marché, • Toujours au cœur des dernières nouveautés du secteur : la Sandwich & Snack Show Academy .

Mais aussi ... • Cette année encore, ce sera la chasse aux innovations sur le salon, • Les SNACKING D'OR by France Snacking reviennent en 2016, et mettront en lumière les produits et équipements les mieux adaptés à l’univers de la restauration rapide et nomade, • De la compétition avec la 11 ème Coupe du Monde Délifrance du Sandwich , • Comme chaque année, le magazine B.R.A. Tendances Restauration viendra remettre ses trophées B.R.A. Concepts Snacking sur le salon.

Rendez-vous les 14 et 15 mars 2016, Paris Porte de Versailles Pav. 3. Pour plus d’informations, contactez la FNDECB au 01 55 43 31 97.

STRASBOURG ÉVÉNEMENTS, TOUJOURS FIDÈLE À SON RENDEZ-VOUS DES « GRANDS CONCOURS DU MONDE » 5 concours internationaux en simultané Riesling du monde, Pinot Gris du monde, Gewurztraminer du monde, Sylvaner du monde et Pinot Blanc du monde -, un lieu prestigieux : le Palais des Congrès de Strasbourg rénové, le patronage renouvelé avec l’OIV, la reconduction en tant que membre de VINOFED et toujours le partenariat of²ciel avec l’Union de la Sommellerie Française. • DATES 2016 : DIMANCHE 10 ET LUNDI 11 AVRIL Le choix du dimanche et du lundi est plébiscité par tous les dégustateurs professionnels internationaux. Ainsi, Strasbourg événements annoncera les Grands Prix du Jury dans l’après-midi du lundi, en présence des membres du jury. • PATRONAGE ET PARTENARIAT RENOUVELÉS Les Grands Concours du Monde obtiennent, pour la 5 ème année consécutive, le patronage de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin). Ce patronage garantit le respect et l’application des normes très strictes dans l’organisation des concours. VINOFED (la Fédération Mondiale des Grands Concours Internationaux de Vins et Spiritueux) renouvelle également son soutien et con²rme ainsi la légitimité incontestable des résultats des 70 dégustateurs professionnels internationaux. En²n, le partenariat of²ciel de la prestigieuse Union de la Sommellerie Française sera dignement représenté au sein du jury par Serge DUBS, meilleur Sommelier du Monde 1989 ainsi que par de nombreux sommeliers de renommée internationale. • TRANSFORMATION RÉUSSIE : LE PALAIS DES CONGRÈS DE STRASBOURG Les concours se dérouleront cette année dans l’enceinte du Palais des Congrès entièrement rénové. Une salle spécialement aménagée, des espaces agréablement métamorphosés dans un lieu prestigieux : l’écrin idéal pour la mise en valeur d’un tel événement.

La date limite d’inscription des viticulteurs souhaitant présenter leurs vins aux concours est fixée au 7 mars 2016. Toutes les infos utiles sur : www.lesgrandsconcoursdumonde.com

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 4 N°570-Février 2016

VITE DIT

LES CANDIDATS AUX RABELAIS DES JEUNES TALENTS 2016 ONT ÉTÉ SÉLECTIONNÉS !

La FNDECB a sélectionné ses nouveaux lauréats ayant postulé pour représenter leur métier à la soirée des Rabelais des Jeunes Talents, le 14 mars 2016. Parmi toutes les candidatures reçues, ce sont Nancy Druesnes, pour la catégorie épicerie, Marie Pasteur en bio et Simon Amadori pour le métier de caviste, qui seront donc les ambassadeurs de nos métiers pour toute l’année 2016 ! Jugés sur la qualité de leur formation (scolaire et professionnelle) ainsi que sur leur motivation et leur ambition, ils feront désormais partie de la grande famille des « Rabelais des Jeunes Talents »… ce qui leur offrira peut-être des opportunités professionnelles et médiatiques. Pour rappel, l’année dernière, nous avons eu le grand plaisir d’accueillir lors de l’inauguration de la soirée, le 16 mars 2015, le président de la République François Hollande. Nous espérons vivement que cette nouvelle session sera placée sous les même augures. LE CONCEPT DES RABELAIS Pour la 5 ème année consécutive, 33 jeunes (dans onze catégories distinctes : boucher, boulanger, charcutier traiteur, chocolatier, épicier/ caviste/bio, crémier-fromager, glacier, pâtissier, poissonnier, primeur, restaurateur) reconnus par les professionnels du métier pour leur talent, leur dextérité, leur créativité, leur motivation et leur goût, se verront remettre un trophée. On compte à ce jour plus de 130 jeunes de 17 à 26 ans, réunis, à Paris, autour de Sébastien Demorand, au Cirque d’Hiver (2012) puis au Grand Rex (2013, 2014, 2015), pour recevoir cette distinction et entrer dans le cercle des Rabelais des jeunes Talents. Certains d’entre eux ont d’ores et déjà créé leur entreprise, d’autres sont partis tenter leur chance à l’étranger, en²n, les plus studieux ont complété leur formation pour ajouter de nouveaux talents à leur palmarès. Tous les Jeunes Talents récompensés ont cette qualité : l’ambition de réussir. A l’initiative de la CGAD, la Cérémonie des Rabelais des Jeunes Talents propulse chaque année sur le devant de la scène 33 jeunes hommes et femmes, dignes représentants de ces métiers de proximité, créatifs et généreux. En leur honneur et en présence de nombreux invités, chefs d’entreprise, centres de formation, presse nationale, régionale et spécialisée… la Cérémonie des Rabelais des Jeunes Talents offre à la gastronomie française, une soirée 5 étoiles ! QUE REPRÉSENTE POURVOUS LE FAIT D’AVOIRREÇU L'ANNÉE DERNIÈRE LE PRIXDES RABELAIS DES JEUNES TALENTS ? ELOÏSE GAUTIER, 28 ANS, LAURÉATE EN CATÉGORIE BIO – CQP OBTENU À 26 ANS - IFOPCA «ŸC'est une grande ²erté de recevoir un trophée et surtout de voir que notre métierŸest reconnu. Le CQP Bio (IFOPCA) m'a permis d'approfondir mes connaissances auprès de professionnelsŸde l'agriculture biologique. Je suis ravie que l'on récompense cette profession exercée par des passionnés.ŸJ'admire tousŸlesŸmétiers représentésŸlors de la soirée. Ils sont valorisés et apportent énormément au maintien du patrimoine gastronomique français.Ÿ» CINDY COISNE, 22 ANS, LAURÉATE EN CATÉGORIE EPICIER - CQP OBTENU À 21 ANS - TREMPLIN 84 «ŸLe fait d'avoir reçu le prix des Rabelais des jeunes talents me procure une certaine ²erté et une belle reconnaissance pour notre métier. Cette soirée restera un excellent souvenir, je me suis bien amusée. Je conseille à tous ceux qui sont contactés par la FNDECB de participer à cette aventureŸ: c'est une très belle expérience.Ÿ» BILLY RAULOT, 23 ANS, LAURÉAT EN CATÉGORIE CAVISTE – CQP OBTENU À 21 ANS - INFA ROMAN «Ÿ La récompense des Rabelais représente pour moi un gain de légitimité dans le monde du vin et un encouragement énorme pour la suite. Cela me conforte dans l'idée d'aller au bout de mes projets, et c'est une première étape dans l'univers des concours.Ÿ» Le prochain mois, nous vous présenterons les lauréats 2016.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

5

N°570-Février2016

STOP LINÉAIRE

QUINOA D'ANJOU est produit par les agriculteurs de la Coopérative Agricole du Pays de Loire depuis 2009, convain- cus que le quinoa peut devenir une vraie alternative au riz et aux pâtes dans l’ali- mentation des Français, et une vraie

miel ainsi que son lieu de récolte, pour une information parfaite. La gamme se décline en 3 collections : Miels de Crus, Miels de Terroirs et Mariages de Saveurs .

CHARLES & ALICE propose 2 nou- velles mousses de fruits aux notes en- soleillées. La gourmandise des fruits est mariée à une texture aérienne dans ces recettes, composées à 70 % de fruits et d’une touche de crème. Retrouvez ain- si la Mousse de fraises et la Mousse de Mangues Passion .

alternative aux céréales classiques dans leurs terres. Quinoa d'Anjou est une graine entière qui se consomme donc en accompagnement de viande ou poisson, en sa- lade, dans les soupes, et même en version sucrée comme un riz au lait. Quinoa d'Anjou est une excellente source de protéines, fibres, fer, potassium, calcium, magnésium et autres nombreux minéraux. La production est garantie sans gluten, et le quinoa se distingue par une saveur plus prononcée, une texture plus croquante et une couleur crème. Depuis 1981 dans les Hautes-Alpes, la confiturerie artisanale CHATELAIN prépare ses confitures, gelées et com- potes dans le respect des traditions, au chaudron à feu nu. La gamme de confitures premium contient une faible teneur en sucre et 60 % de fruits, issus de producteurs régionaux ou nationaux. Avec ces 11 recettes originales, dans des pots en verre recyclable, retrouvez la finesse du produit de luxe, avec des arômes clairement identifiables en bouche.

MALO invite petits et grands à s’évader toute l’année avec ses Yaourts en pot carton aux saveurs Abricot, Citron, Fraise, Framboise et Noix de coco . Leur texture ferme et fondante en bouche restitue le goût doux et léger des fruits d’été. Préparés à partir de lait entier pasteurisé d’origine française et de ferments lactiques, leur condi- tionnement dans des pots de forme tronconique en carton met en valeur les recettes. Au-delà de l’esthétique « vin- tage », ce format évite les remontées de sérum ou « petit lait ». Il permet de conserver la fermeté et l’onctuosité du yaourt mais également la succulence du fruit. CONNETABLE propose ses Sardines à l’ancienne à l’huile d’olive et aux 5 baies . Une recette de caractère : le piquant des poivres, la douceur aromatique des baies roses et la coriandre se mêlent délicate- ment à la sardine travaillée à la main à Douarnenez dans le respect de la tradition.

Pour 2016, SUZI WAN lance 2 nouveautés : une sauce soja sucrée au gingembre et une sauce soja allégée en sel . Ces deux innova- tions répondent aux attentes actuelles des consommateurs : découvrir de nouvelles saveurs et « mieux manger ». La sauce soja sucrée au gingembre, parfait mélange de

DESSAINT TRAITEUR , spécialiste de la crêpe, innove avec de nouvelles références exotiques : des fajitas pra- tiques et savoureuses. Garnies, elles sont à retrouver au rayon frais. Ces 3 recettes sont présentées dans un em- ballage permettant de les réchauffer en 2 minutes au micro-ondes. On retrouve : la version Chili Con Carne , au bœuf origine France, la version Poulet Salsa , avec sa sauce et ses légumes croquants, et la version Poulet cheddar sauce piquante , pour relever les en-cas. Le tout enveloppé dans une galette de maïs mexicaine, dorée et moelleuse.

2 saveurs, illustre également la volonté de la marque de simplifier l’utilisation d’ingrédients asiatiques afin de dé- clencher des nouveaux réflexes culinaires au quotidien.

NESTLE P’tit Yogo sont des gourdes au lait et à la purée de fruits. Sources de calcium, elles sont garanties sans conservateurs. Grâce à leur format, elles s’emportent par- tout et encouragent les enfants à manger tous seuls dès 10 mois. 3 recettes sont à retrou- ver : Laitage Banane, Laitage Mangue Banane et Laitage Pomme Fraise .

MIEL & MIELS est une nouvelle marque de miels français haut de gamme. Issues du meilleur des récoltes d’un groupe d’api- culteurs passionnés, les collections offrent des miels d’exception, sélectionnés pour leur qualité gustative. Chaque appellation indique avec précision l’origine botanique du

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 6 N°570-Février 2016

Fondé en 2004, l’IFOPCA a été créé à l’initiative des organisations profession- nelles représentatives au plan national des métiers du commerce de l’alimentation. Il est le seul centre de formation continue dédié aux commerces de l’alimentation de détail.

LES STAGES ŒNOLOGIE

LA FORMATION « DEVENIR EPICIER »

Créée par la Fédération Nationale de l’Epicerie, Caviste et Spécialiste en produits Bio (FNDECB) et dispensée par l’IFOPCA, la formation « DE- VENIR EPICIER » est proposée sur 5 jours, en 35 heures. Spécifique et adaptée, elle accom- pagne les créateurs d’épicerie dans leur projet. Futur professionnel de l’épicerie et porteur de projet, elle vous aidera à : • Connaître les étapes importantes pour la création de votre commerce • Assurer votre projet de création ou de re- prise de magasin • Connaître les points importants de la légis- lation hygiène • Savoir constituer son assortiment • Connaître les obligations liées au métier

Professionnel ou futur professionnel de la branche, vous souhaitez : • Maîtriser les techniques de dégustation des vins et leurs accords ? • Construire une gamme de vins pour votre magasin ? • Approfondir vos connaissances sur les prin- cipaux vignobles ?

Les stages œnologie vous accompagnent dans votre démarche ! 10 journées de formation de 7 heures sont organisées uniquement les lundis.

Renseignements et inscriptions :

Les prochaines sessions ont été fixées :

Tel : 01 55 26 39 90 Fax : 01 55 26 39 91 14 rue des Fillettes - 75018 PARIS Mail : contact@ifopca.fr

Du 21 au 25 mars 2016 Du 18 au 22 avril 2016 Du 30 mai au 3 juin 2016

STOP LINÉAIRE

PATES GRAND’MERE innove avec sa gamme Sans Gluten Bio. Élaborée sans œufs, à base de semoule de maïs et de riz, et com- posée exclusivement d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, la gamme est adap- tée aux personnes cœliaques. Elle convient également aux consommateurs privilégiant les denrées issues de l’agriculture biologique ou souhaitant réduire leur consommation de gluten. Les pâtes de la gamme sont proches d’une pâte classique de qualité supérieure, tant au niveau de l’aspect, de la texture que du goût.

BONNE MAMAN met la gourmandise à l’honneur avec sa gamme de crêpes . Crêpes au chocolat au lait : une recette authentique au beurre frais associée au fondant du chocolat. Une nouveauté qui se distingue avant tout par son goût très chocolaté (40 % de chocolat) et par son format pratique grâce à son emballage individuel. Crêpes à la confiture de fraise : célèbre pour ses confitures, la marque a mis tout son savoir-faire dans cette recette, pour un résultat moelleux et fondant. Crêpes sucre et rhum ambré : une recette innovante et surprenante. Savoureuse et moelleuse, cette crêpe détonne par son audacieux mélange de sucre croquant et son délicat parfum de rhum. Une crêpe riche en goût qui réveillera les papilles.

La tisane Douceurs du soir de LA VIE EN HERBES a été élue Meilleur produit bio 2016. Elle a été créée pour son goût et ses proprié- tés apaisantes et relaxantes : elle contient de la mélisse, de l’anis vert en graines, tilleul, oran- ger, thym, citron. Elle est vendue en sachet vrac de 35 g ainsi que sous forme d’infusettes, faciles d’utilisation. VALPIBIO enrichit sa vaste gamme de pâtes et couscous bio sans gluten avec 2 nouveautés : les Cannelloni de Maïs et le Couscous de Riz . Composés de 50 % de farine de maïs blanc et 50 % de farine de maïs jaune, les cannelloni se cuisinent de façon traditionnelle. Le couscous est réali- sé à 100 % avec du riz blanc. EVERNAT présente ses nouvelles Barres Cranberries Macadamia Chocolat au lait : pour une pause pratique et gourmande ! Sources de fibres, elles allient du chocolat au lait, des fruits secs et du riz soufflé. Elles sont à retrou-

Marc et Guillaume Pa- jotin ont lancé P&P FRUITS , la première gamme de Tomates Pre- mium Longue Conser- vation. Grâce au procédé de pasteurisation à froid par hautes pressions,

on retrouve les saveurs des tomates fraîches d’été toute l’année. Cueillies à maturité en pleine saison, les tomates biologiques gustatives de variétés anciennes sont trans- formées en Dés de tomates et en Jus premium . Basée à côté de Nantes, la marque privilégie les circuits courts. Les produits, pasteurisés sans cuisson, permettent d’of- frir les saveurs des fruits toute l’année en respectant les saisons et l’environnement. Les dés de tomates se dé- gustent comme base culinaire crue ou cuite. Le jus, fruité et gourmand, se consomme à toute heure comme boisson ou comme base pour des soupes froides.

ver en 3 sachets individuels à emporter partout.

Le Gevrey-Chambertin 2013 du DOMAINE MEO- CAMUZET est issu de plusieurs petites parcelles. Ce bourgogne se présente comme un vin solide. Cette cuvée dévoile un nez encore discret mais une profondeur perceptible et des notes épicées. La bouche fraîche et coulissante a un côté agréablement mentholé, avec un joli équi- libre entre texture et tanin. La finale est saline.

GRANDEUR NATURE enrichit sa gamme de 2 nouveau- tés : Dessert au café et Dessert praliné . Sans soja, sans gluten ni cholestérol, ces recettes constituent des alter- natives pour les personnes intolérantes aux laits animaux et au soja. Entièrement élaborées à base de riz, elles sont certifiées AB (Agriculture Biologique). Sources naturelles de calcium, elles apportent 15 % des Apports Journaliers Recommandés (pour un pot de 100 g).

CHATEAU LYONNAT , l’une des plus vastes pro- priétés de Lussac-Saint-Emilion, traduit l’esprit des grands bordeaux de la rive droite. Château Lyonnat 2011. Avec 85 % de merlot, 11 % de cabernet- sauvignon et 4 % de caber- net-franc, Lyonnat 2011 se dévoile avec éclat :

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

9

N°570-Février2016

STOP LINÉAIRE

son nez intense de réglisse, puis de fruits rouges et noirs et d’épices séduit immédiatement par son harmo- nieuse élégance. La bouche ronde aux tanins fins et ve- loutés évolue avec une belle ampleur jusqu’à une finale longue et charnue. Emotion 2011. Le merlot pur donne le ton de cette riche cuvée Prestige. D’une robe grenat dense, elle s’ouvre sur un nez complexe de fruits noirs et de framboise compotés, puis d’épices et de sous-bois. La bouche dense, à l’attaque ronde et souple, s’ap- puie sur une ribambelle de tanins soyeux révélant une grande maturité. Elle se développe avec am- pleur livrant au passage des saveurs de fruits, de pain grillé et d’épices. La longue finale, fraîche et élégante, témoigne de son beau potentiel de garde.

viennent compléter l’harmonie de ce vin. L’attaque, ma- riant subtilement onctuosité et puissance, laisse place à un bouquet aux saveurs de cassis et de framboise ac- compagné d’une touche épicée et vanillée. La finale har- monieuse et boisée confirme la qualité d’un vin plein de promesse, apte au vieillissement. Dans son écrin sérigraphié d’une dentelle aérienne de roses entrelacées, La Vie en Rose , à la robe scintillante, dévoile un nez d’une large palette aromatique et une belle persistance en bouche . Valérie Rousselle, propriétaire de CHATEAU ROUBINE , cru classé en Côtes de Provence et son fils Adrien ont imaginé cette cuvée en 2014. Ce millésime 2015 est issu majoritairement du cépage emblématique provençal Tibouren et Cinsault, il dévoile des arômes de grande élé- gance et de gourmandise. Cet hiver, laissez valser la robe veloutée des vins rouges californiens E. & J. GALLO WINERY . Les saveurs de fruits mûrs et d’épices des cuvées « Dancing Bull Zinfan- del » , « Louis M. Martini » et « Rancho Zabaco » laissent leur empreinte enveloppante au palais. Pour les amateurs de vins blancs, les notes d’agrumes et la fraîcheur déli- cate du « Dancing Bull Sauvignon Blanc » permettent d’oublier la saison…

Le DOMAINE DE BARONARQUES présente La Capitelle de Baronarques 2013 . La capsule de ce vin de Bordeaux

porte la signature de la famille Rothschild, la couronne et les cinq flèches, et l’étiquette af- fiche la mention « Vignoble Baron Philippe de Rothschild ». Ses caractéristiques : Robe grenat aux reflets pourpres. Le nez révèle des nuances florales de pivoine se mêlant aux arômes de garrigues et de fruit frais. De légères notes poivrées et de genièvre viennent agrémenter ce nez fin et délicat. La bouche présente une belle densité, des tanins bien intégrés et une jolie fraîcheur. Elle se prolonge par d’harmonieuses notes

Parfait pour flatter les saveurs méridionales, le Dancing Bull Zinfandel 2013 distille ses notes de mûre et de cerise. Les saveurs acidulées de fraise et de framboise mettent les papilles en émoi. Poivre noir et vanille donnent du relief à votre plat. Le Dancing Bull Sauvignon Blanc 2013 joue la carte de la vivacité. Citron vert, kiwi, herbes fraîches et buis… contrastent avec le velouté de la bisque, ses saveurs pimentées, et apportent de la fraîcheur à votre plat. La bouche est subtile avec des touches de fruits exo- tiques comme la mangue ou la goyave.

d’eucalyptus et de menthol. La finale est longue et sa- voureuse avec un agréable retour aromatique de baies sauvages.

Le CHÂTEAU LA TOUR DE MONS 2013 est issu d’un assemblage de 55 % merlot, 37 % ca- bernet sauvignon, 6 % cabernet franc et 2 % petit verdot. Le vin présente une robe profonde d’un joli grenat où se cachent d’élégantes fragrances de fruits noirs et de torréfié. En bouche , cette cuvée se révèle fraîche et puissante, il dévoile une structure harmonieuse et des tanins soyeux. La finale, longue et persistante, se termine sur des notes épicées.

Élaborée à base de Cabernet Sauvi- gnon issu des meilleures parcelles de la région, la cuvée Louis M. Martini rend hommage à son millésime 2013 ensoleillé. Gourmand avec ses saveurs de cassis, de prune ou de chêne cara- mélisé, le vin sera l’allié des plats à base de viande. Les arômes de prune typiques du cépage Zinfandel et ses notes de fruits noirs confiturés font du Rancho Zaba- co l’allié privilégié des gibiers.

Au cœur de Châteauneuf-du-Pape, le DO- MAINE DES SENECHAUX compte parmi les plus anciens vignobles de la région. Composé d’un assemblage de 61 % grenache noir, 20 % syrah, 18 % mourvèdre, 1 % vaccarèse-cin- sault, le Domaine des Sénéchaux rouge 2012 est doté d’une belle robe aux reflets violacés. Le nez est flatteur s’ouvrant sur des arômes de cerise, de bois et de fruits rouges murs. Après agitation, des notes de griottes et de réglisse

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 10 N°570-Février 2016

A l’occasion du Salon International de l’Agriculture, qui se déroulera du 26 février au 6 mars prochains à Paris, votre magazine La Revue du Détaillant a choisi ce mois-ci de mettre à l’honneur les produits de nos terroirs.

La cuisine française est riche en parfums, en saveurs, en couleurs... Chaque région fabrique des produits d'exception, issus d’un savoir-faire ancestral, qui font la réputation du patrimoine culinaire français.

tamment parmi les nouvelles générations. Dans cette nouvelle « foodosphère », en consommateurs ultra connectés, surinfor- més, responsables et sensibles à leur approvisionnement et aux arguments sur la lutte contre le gaspillage, les jeunes se réapproprient le patrimoine gastronomique français et misent, quand ils en ont les moyens, sur plus de qualité et de proximité. À notre pays, riche de ses produits gastronomiques et de ces nouveaux challenges, de pouvoir conjuguer innovation et tra- dition, excellence et approvisionnement de tous ces différents marchés mais aussi territoires et filières, tourisme et culture culinaires, bon sens et plaisir. Les produits de nos régions et de nos terroirs constituent un formidable atout économique pour la France, et ses grands ac- teurs ont su anticiper les nouveaux défis « citoyens » qui les at- tendaient et ont fait toute la différence sur le long terme. C’est le cas du leader dans le secteur des vins et spiritueux français, le champagne, qui contribue de manière déterminante à la vi- talité de l’économie nationale. À l’origine de 30 000 emplois di- rects, il est le premier acteur de sa filière sur l’export avec une présence dans plus de 190 pays et compte pour 13 % en volume de la consommation mondiale des vins effervescents. En 2003, la Champagne a été la première région viticole au monde à cal- culer son empreinte carbone et à définir plusieurs axes d’ac- tions aboutissant à des solutions particulièrement innovantes. La filière Champagne fait aujourd’hui partie des rares filières économiques à avoir réduit ses émissions en valeur absolue. Aujourd’hui, 100 % des exploitants du vignoble champenois sont intégrés dans cette démarche (Source : CIVC).

DU PETIT PRODUCTEUR AU CLIENT RESPONSABLE

On appelle « circuit court et de proximité » toute forme de vente qui rapproche producteurs et consommateurs, dans une volon- té de consommer mieux et local. Si les habitudes de consommation n’évoluent pas toujours dans le bon sens (déstructuration des repas notamment hors domicile, grignotage, recherche de produits pratiques et bon marché...), des signaux positifs sont néanmoins perceptibles : la cuisine redevient un plaisir collectif, notamment portée par la tendance des émissions culinaires et des personnalités du monde gastronomique, les produits des régions de France sont recherchés, les innovations ou les idées les plus ambitieuses voient le jour. Et surtout les comportements évoluent aussi, no-

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 12 N°570-Février 2016

Si le segment des vins et des spiritueux est le plus dyna- mique, ceux de certains produits frais et de produits transfor- més de niche se portent également bien. En 2013, la France a, par exemple, exporté pour 64 millions d’euros d’huîtres. Et la consommation de foie gras à l’étranger augmente de 15 % par an depuis 10 ans. Elle est portée par une clientèle variée, composée de gastronomes mais aussi de restaurateurs et de détaillants qui recherchent non seulement cet incontournable de la haute gastronomie française, mais aussi ses produits « cousins » de la boucherie fine comme les viandes auxquelles sont associés naturellement le goût et la qualité.

Sur le territoire, le poids de la gastronomie est tout aussi im- portant puisqu’elle représente près de 61,8milliards d’euros de chiffre d’affaires et 794 000 emplois salariés pour les métiers de la restauration, soit le 5 ème secteur pourvoyeur d’emplois ; plus de 145 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 475 000 actifs pour les métiers de bouche ; plus de 1, 7 milliard d’euros de chiffre d’affaires pour les arts de la table. Enfin, la gastrono- mie représente 13,5 % des dépenses des touristes étrangers. (Source: DGCIS 2013) • 82 % des Français ont une bonne opinion de la profession agri- cole. • 30 000 emplois directs originaires du marché du champagne • 61,8 MILLIARDS d’euros de chiffre d’affaires pour la gastro- nomie française La fabrication de produits gastronomiques permet de sauvegarder de vieux métiers. À l’heure où l’histoire d’un produit, son ancrage territorial, sa traçabilité et son impact sur l’environnement consti- tuent des critères de sélection pour les consommateurs et les clients de la restauration, l’alimentation citoyenne remet en avant celles et ceux qui ont misé sur ces fondamentaux. Des métiers tra- ditionnels retrouvent des débouchés, des savoir-faire ancestraux sont à nouveau recherchés et transmis, des passerelles se créent entre entreprises et artisans. Cette valorisation des terroirs et des produits gastronomiques qui en découle, amène ainsi des producteurs à faire alliance avec des artisans. En plus du bénéfice environnemental, l’encouragement des cir- cuits courts et de l’approvisionnement en mode local participe à l’économie locale, par la valorisation des savoir-faire et du patri- moine locaux. DES MÉTIERS ANCESTRAUX QUI RETROUVENT UN INTÉRÊT

LES PRODUITS DU TERROIR DOSSIER SPÉCIAL

France » (81 %, 35 % le font même « beaucoup plus souvent »). D’ailleurs, l’origine et la proximité géographique du produit sont les critères qui les rassurent le plus. Ils citent d’abord le fait qu’il soit directement vendu par le producteur (23 %), devant l’existence de labels et d’appellations officiels (16 %). Ils plébiscitent la fabrica- tion locale (9 %). De fait, les consommateurs accordent désormais autant d’importance au label agriculture biologique (8 %) qu’au « made in France » (7 %).

Une grande partie des consommateurs est composée d’actifs qui n’ont pas le temps ou l’énergie d’aller au marché mais sou- haitent pouvoir acheter des produits locaux à proximité de chez eux. Pour remplir vos étals, n’hésitez pas à vous mettre en rela- tion avec des agriculteurs, des producteurs locaux…

CONSOMMER AUTREMENT, CONSOMMER ÉCLAIRÉ Outre les acteurs de la distribution, alimentaire notamment, qui expérimentent un certain nombre d’alternatives afin de renou- veler leur offre, les clients prennent eux aussi le taureau par les cornes. Ils fréquentent de plus en plus de lieux tentant de renou- veler la supérette du coin. Cela dans le but de changer les ma- nières de consommer, que ce soit du point de vue de la réduction des coûts, de la requalification des produits consommables, ou en- core d’une gestion plus respectueuse de l’environnement. Par bien des aspects, l’idéal à atteindre semble s’inspirer d’un modèle que l’on connaît bien : celui du petit commerce de quartier. Ainsi, les consommateurs se détachent petit à petit du supermarché imper- sonnel et froid, pour se tourner vers une formule plus chaleureuse et plus personnalisable, qui se traduit par la possibilité de mieux choisir l’origine et le traitement des denrées acquises.

A noter également que la fréquence d’achats de produits locaux est en forte progression. 80 % des consommateurs disent acheter dé- sormais des produits locaux et parmi eux, près de 4 personnes sur 10 déclarent le faire même souvent (41 %, contre 39 % qui le font parfois et 20 % rarement ou jamais). Il s’agit surtout d’une tendance qui progresse (69 % des acheteurs de produits locaux déclarent en acheter actuellement plus qu’avant) et qui devrait continuer à se renforcer (59 % disent qu’ils vont en acheter plus dans les 6 pro- chains mois). « Consom’acteurs », les Français qui achètent des produits locaux sont massivement convaincus que cette façon de consommer permet de faire marcher l’économie locale (97 %). Ce très fort intérêt pour les produits locaux est également en adéqua- tion avec leur envie de « vrai » : 81 % des Français éprouvent au- jourd’hui un besoin de retour à la nature et aux choses essentielles. Il reflète également leur attachement au monde agricole : pour 1 Français sur 2, il est « primordial » de transmettre aux enfants des connaissances sur le monde agricole et ses modes de production.

LES FRANÇAIS, DE PLUS EN PLUS « CONSOM’ACTEURS » À LA RECHERCHE DE TRAÇABILITÉ « Bienvenue à la ferme » et IPSOS ont mené une étude afin de mieux comprendre le rapport des Français à la consommation lo- cale : dans un contexte de défiance alimentaire, quelles sont leurs nouvelles habitudes et leurs attentes pour faciliter l’accès aux pro- duits locaux et aux producteurs de leur région ? On y apprend ainsi que 1 Français sur 2 dit ne plus vraiment savoir de quoi se composent les produits alimentaires qu’il consomme (50 % disent « très souvent » ou « souvent »). Pas moins de 47 % des consommateurs ont aussi le sentiment qu’il est difficile de se procurer des produits alimentaires sur lesquels ils se sentent entièrement rassurés. Seulement 2 Français sur 10 n’ont eu que rarement ou jamais ce sentiment (19 %). Enfin, plus d’un tiers des consommateurs avoue aller plus qu’avant chercher des informa- tions sur Internet sur des produits alimentaires avant de les ache- ter (39 %). Preuve de leur inquiétude : près de 8 Français sur 10 disent cher- cher plus qu’il y a 5 ans à connaître l’origine d’un produit alimen- taire avant de l’acheter (77 %). Plus d’un tiers affirme même le faire « beaucoup plus souvent » (34 %). Ils ont aussi de plus en plus tendance à privilégier l’achat de produits alimentaires « made in

Toutefois, la consommation de produits locaux souffre encore des prix proposés : 1 Français sur 2 estime que les produits alimen- taires locaux sont plus chers que les autres. Proposer des prix plus accessibles est d’ailleurs considéré comme le principal moyen de renforcer la consommation « locale » (62 %)… Elle souffre égale- ment du manque de points vente. Les consommateurs estiment qu’ils pourraient être plus incités à consommer des produits ali- mentaires locaux s’il y avait plus de points de vente disponibles (40 %), une meilleure visibilité de l’information « produits locaux » sur l’étiquette (34 %), la possibilité d’être en contact direct avec le producteur (34 %) ou encore une meilleure visibilité dans les rayons (32 %).

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 14 N°570-Février 2016

• FRUITS ET LÉGUMES • ALCOOLS, DIGESTIFS • DESSERTS ET CONFISERIES • FOIE GRAS • CONDIMENTS ET ÉPICES

La très grande majorité des Français fait toujours ses courses ali- mentaires en grandes surfaces (88 %) même si beaucoup vont aus- si dans les commerces de proximité (74 %) ou encore au marché (62 %) et auprès des producteurs locaux (43 %). Mais, en ce qui concerne les produits locaux, les consommateurs les achètent presqu’autant au marché (73 %) que dans les grandes surfaces (68 %). Les producteurs locaux sont un peu moins sollici- tés (61 %) que les commerces de proximité (65 %).

LA MISE EN VALEUR DES PRODUITS DANS VOTRE RAYON Il existe de nombreuses possibilités de produits et spécialités du terroir typiques, que vous pouvez proposer dans vos rayons parmi différentes catégories :

• PLATS CUISINÉS • FROMAGES • VINS • CHARCUTERIE

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

15

N°570-Février2016

Le fonds d’action sociale des salariés

Être toujours à vos côtés

EXEMPLES D’AIDES POSSIBLES - Soutien financier en cas de reste à charge important sur les soins de santé - Participation à l’acquisition d’équipements spécifiques aux personnes handicapées ou invalides - Aides aux frais de déplacement Q UN ENGAGEMENT DE SOLIDARITÉ Un de vos salariés est en situation particuliè- rement difficile suite à un problème de santé engendrant des frais exceptionnels qui peuvent déséquilibrer son budget ? Votre salarié peut bénéficier d’une aide person- nalisée.

Son dossier complet sera examiné avec bien- veillance par la commission nationale paritaire qui se mobilisera pour lui apporter le meilleur soutien possible.

DEMANDE D’INTERVENTION SOCIALE ConventionCollectiveNationaledu commerce dedétailde fruits et légumes, épicerie etproduits laitiers

SANTÉ — Fonds social santédes salariés

Vousêtesensituationdedétressesuiteàungraveproblèmedesantéquiengendredes frais exceptionnels (nonprisenchargepar le régimegénéralouavecun resteàcharge important) etquidéséquilibrentvotrebudget? Vouspouvezobteniruneaideexceptionnelle !

Pourcela,complétezet renvoyez le formulairededemanded’interventionsocialeaccompagnéde l’ensembledesdocuments justificatifs.

Lacommissionnationaleparitaireexamineraavecbienveillancevotresituationetsemobiliserapour vousapporter lemeilleursoutienpossible.

LEPANORAMADESAIDES : •Resteàcharge importantsurdessoinsdesanté. •Participationà l’acquisitiondeséquipementsspécifiquesoupersonneshandicapéesou invalides. •Aidesaux fraisdedéplacementsoccasionnéspar l’hospitalisationd’unproche. •Autresdépenses liéesauxsoinsdesanté.

RETOURDUDOCUMENT : AG2RLAMONDIALE

DirectiondesAccordsCollectifsPôleAlimentaire FondssocialsantéCCNEnvisages 104-110boulevardHaussmann 75379PARISCEDEX08

DEMANDEUR Nom : _________________________________________________ Prénom(s) : ________________________________ Nomdenaissance : __________________________________ Datedenaissance : Adresse : ___________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________________

Codepostal :

Ville : _____________________________________________________________________________

Tél.domicile : Portable : Courriel : ___________________________________________________________________________________________________________ N°deSécuritésociale : Emploi :____________________________________________________________________________ Dated’entréedans l’entreprise : Nometadressede l’entreprise :_________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________ ___________________________________________________________________________________

Votre salarié peut télécharger son formulaire de demande d’intervention sociale sur le site www.envisages.info

AG2RPRÉVOYANCE,membredugroupeAG2RLAMONDIALE - Institutiondeprévoyance régiepar lecodede lasécuritésociale -35,boulevardBrune75014 Paris -MembreduGIEAG2R.

Pour plus d’informations, votre salarié peut contacter nos chargés de clientèle au 09 69 32 2000

LES PRODUITS DU TERROIR DOSSIER SPÉCIAL

EN FONCTION DE LA RÉGION OÙ VOUS VOUS TROUVEZ, VOUS POUVEZ PAR EXEMPLE SÉLECTIONNER (LISTE NON-EXHAUSTIVE) :

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

17

N°570-Février2016

LES PRODUITS DU TERROIR DOSSIER SPÉCIAL

ANIMEZ LE RAYON

VOUS SOUHAITEZ IMPLANTER UN ESPACE COMPOSÉ DE PRO- DUITS LOCAUX ? L’offre actuelle permet d’y consacrer une place à part entière dans votre magasin. De multiples possibilités s’offrent à vous en fonction de vos besoins et de votre plan de merchandising. Il est avant tout nécessaire de répondre à quelques questions : quelle est ma clientèle ? Quelle ma zone de chalandise ? Quelle est ma concurrence ?

Toutes les stratégies que vous mettrez en place auront un impact sur vos ventes. Dégustation, promotion spéciale, mise en avant de produits dans les rayons, fiches recettes, fiches sur les produits, fiches sur les producteurs, les possibilités sont nombreuses. Pensez également à mettre en avant les promotions afin qu’elles soient facilement identifiables par les clients. Vous pouvez faire sortir du rayon les produits concernés ou bien les disposer en tête de gondole ou sur un îlot à part. L’affichage est également essentiel pour matérialiser les promotions : pancartes, affichettes, le tout est de mettre en avant l’offre en cours. Il faut donc apporter un soin tout particulier à ce rayon, pour mettre en valeur la qualité des produits.

Vous pourrez ensuite vous décider pour :

Acheter des produits locaux permet de valoriser le travail des producteurs de nos terroirs et de déguster des produits de qualité, qui ont subi moins de traitement car ils viennent de moins loin, tout en soutenant l’économie locale. Ainsi, vous pouvez identifier et mettre en avant les producteurs locaux à qui vous faites appel, par le biais d’affichettes ou d’ardoises. Le changement des modes de consommation est une réali- té qu’il ne faut pas négliger. Les clients sont de plus en plus nombreux à faire le choix de produits bons pour la santé, respectueux de l’humain, de l’animal et de l’environnement. Cela passe par l’alimentation mais c’est aussi un état d’esprit, qui nous pousse à adopter, au quotidien et durablement, un comportement responsable. Alors pour s’adapter à cette de- mande croissante, en ce début d’année 2016, pourquoi ne pas prendre quelques bonnes résolutions ?

UN RAYON À PART ENTIÈRE Si votre surface de vente est suffisamment importante, vous pou- vez choisir de créer un rayon à part entière. Ainsi, pour faire ses courses, le consommateur se dirigera directement vers le rayon, que vous aurez indiqué au préalable par un affichage spécifique.

UNE IMPLANTATION DANS UN RAYON CLASSIQUE

Vous pouvez également proposer une gamme de ces produits dans un rayon classique. Dans ce cas, le consommateur raisonnera en terme de besoin : ce n’est qu’une fois qu’il se retrouvera dans le rayon du produit voulu qu’il choisira entre une version classique ou non.

Sources : www.salon-agriculture.com • www.rue89lyon.fr • www.demainlaville.com www.lsa-conso.fr • www.bonjourdefrance.com • www.aftouch-cuisine.com

• www.technoresto.org Copyright : ingimage

Témoignez dans les dossiers de LA REVUE DU DÉTAILLANT et partagez vos expériences professionnelles, donnez votre avis, racontez votre histoire…

Avec ces témoignages, votre magazine vous ressemble et aborde les sujets qui vous concernent au quotidienŸ!

Pour cela, contactez notre rédaction par téléphone au 01 55 43 31 76 , par mail a.roznowiez@fnde.com ou par courrier à l’adresse FNDECB – LA REVUE DU DÉTAILLANT 5 rue des Reculettes 75Ÿ013 PARIS

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 18 N°570-Février 2016

DU CÔTÉ DES FROMAGES

LE GRUYÈRE Le Gruyère de France est issu des prairies de Savoie et de Franche-Comté (Haute-Saône et Doubs). Ce savoureux fromage au lait cru est bien-entendu célèbre pour ses petits trous, allant de la taille d’un petit pois à celle d’une cerise. Sa pâte blonde offre une texture fondante aux arômes subtils. Autant de richesses qui s’expriment en saveurs et en bienfaits.

LE TERRITOIRE DE PRODUCTION

LES RACES LAITIÈRES DU GRUYÈRE

Seules cinq races de vaches sont autorisées à donner leur lait pour le Gruyère : la Montbéliarde, la Simmental, l’Abondance, la Taren- taise et la Vosgienne. Leur lait est apporté chaque jour dans les fro- mageries où le Gruyère est élaboré artisanalement. Il en faut 400 litres pour produire une meule de 42 kg environ, et au moins 120 jours de maturation en cave pour que se développent les saveurs délicates du Gruyère et son onctuosité.

EN BREF

Il est de coutume de dire que le Gruyère de France est produit en Savoie et en Franche-Comté. Dans les faits, la production du lait et du Gruyère se concentre sur quatre départements : le Doubs, la Haute-Saône, la Savoie et la Haute-Savoie. L'affinage pouvant être réalisé ailleurs dans la zone. Cette aire géographique associe des territoires de montagnes et de plateaux calcaires. Le profil pédologique se caractérise par la présence de roches sédimentaires et de sols souvent peu épais. Au nord de la zone de production, le climat est de type continen- tal, avec de grandes amplitudes thermiques entre l'hiver et l'été, et des précipitations bien réparties sur toute l'année. Au sud de la zone de production, le climat est davantage septentrional avec une température moyenne annuelle basse (malgré de grandes chaleurs estivales) et un grand nombre de jours de gelées.

• Fromage fabriqué au lait cru. • Pâte pressée cuite. • Zone de production : régions Savoie et Franche-Comté. • Meule d’environ 42 Kg, talon légèrement bombé. • De 53 à 63 cm de diamètre et 13 à 16 cm de hauteur. • Croûte : du brun à l’oranger, selon l’affinage. • Pâte ivoire à jaune, plus ou moins dorée selon la saison de fabri- cation et parsemée d’ouvertures, relatives à la flore d’affinage et révélatrice d’arômes. • Les trous varient en densité et en tailles (d’un petit pois à une cerise). • Goût doux, fruité et fleuri. • Texture fondante. • Une plaque jaune de caséine, appliquée au talon de la meule en assure la traçabilité. • Durée d’affinage minimale : 4 mois. • Matière grasse : 47 à 52 % de gras sur sec minimum, 32% par rapport au poids total. • Indication géographique protégée (IGP) depuis 2013.

UN PEU D’HISTOIRE

L’histoire du Gruyère se confond avec les contraintes de la mon- tagne, de l’hiver et d’une production laitière saisonnière. Elle se conjugue à l’esprit coopératif et à la solidarité qui réunit les fa- milles paysannes d’autrefois autour de la confection d’un fromage capable de nourrir la communauté tout au long de l’hiver. C’est ce que l’on appelle un fromage de garde, dont la taille nécessite le lait de plusieurs fermes. L’ancêtre le plus lointain du Gruyère (avant même de s’appeler ain- si), est né un savoir-faire qui s’est développé, il y a très longtemps, dans les Alpes suisses. Au XVIIème siècle, à la faveur de troubles politiques et religieux, des fromagers originaires de la Suisse cen- trale trouvent refuge dans les régions voisines, en Savoie et en Franche-Comté (qui ne sont alors pas encore françaises).

QUELQUES CHIFFRES

• 200 EXPLOITATIONS LAITIÈRES ENVIRON • 9 ATELIERS DE FABRICATION • 3 CAVES D’AFFINAGE • 52 000 MEULES PRODUITES PAR AN ENVIRON • 1 700 TONNES COMMERCIALISÉES PAR AN ENVIRON

Sources : www.gruyere-france.fr Copyright : ingimage

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

21

N°570-Février2016

DU CÔTÉ BIO

LES FRUITS SECS Ce mois-ci, La Revue du Détaillant s’intéresse à un produit incontournable de l’épicerie : les fruits secs… et notamment les fruits secs bio ! Il existe 2 types de fruits secs, les « moelleux » (pommes, abricots, raisins, figues, bananes, poires…) et les « oléagineux » (amandes, noix, pistaches...). Focus sur les « moelleux ».

les besoins musculaires. Ils sont même conseillés en cuisine en tant qu’édulcorant pour remplacer le sucre. • LIPIDES : ils n’en contiennent pas. • FIBRES : leur teneur est supérieure à celle d’un fruit frais.

UN CONCENTRÉ D’ÉNERGIE

UNE PALETTE VARIÉE

LE PRUNEAU Plutôt recommandé pour ses propriétés laxatives et pour sa ri- chesse en fibres, il est aussi très nutritif et énergétique. Il contient beaucoup de provitamine A, de vitamine B, de potassium, de ma- gnésium et de fer et sa teneur en glucides en fait un aliment éner- gétique, un stimulant nerveux sain et efficace. LA FIGUE Comme le pruneau, la figue séchée est riche en fibre. Par sa teneur en glucose, elle est un fruit énergétique et stimule la digestion. La formation de cristaux en surface en est la preuve et n’altère en rien ses qualités. Beaucoup de minéraux sont présents comme le ma- gnésium, le phosphore (mémoire, système nerveux), le potassium ou le fer. Un fruit sec recommandé pour le métabolisme des os et des muscles, ainsi que pour la formation du sang. LA DATTE Par sa richesse en vitamines A, B1, B2, en potassium et en magné- sium, la datte est reminéralisante, nutritive, énergétique. Elle est également considérée comme un tonique du système musculaire et nerveux. Par sa forte concentration en vitamine B2 et en magné- sium, on lui confère des vertus anti-cancéreuses. LA MANGUE Elle est riche essentiellement en vita- mines A, B et C. LA BANANE

Chargés du soleil de l’été, les fruits frais sont récoltés à pleine ma- turité. Ils contiennent alors plus de 80 % d’eau. On gagne jusqu’à cinq fois plus d’énergie pour un fruit après séchage : un vrai concentré nutritif ! Mais pas seulement. Réputés pour leur grande richesse en fibres, les fruits secs apportent oligo-éléments, miné- raux et vitamines et offrent des sucres variés facilement assimi- lables par l’organisme (fructose, saccharose, glucose). En revanche, les fruits secs sont quatre à six fois plus caloriques que frais. Leurs constituants sont plus concentrés parce qu’on sèche toujours des fruits bien mûrs (donc bien sucrés). BIO : POUR UNE QUALITÉ DES FRUITS ET DU SÉCHAGE Les différences entre fruits secs bio et non bio sont nombreuses. Côté culture, la principale distinction porte sur l’optimisation du milieu et des variétés, sur l’entretien des sols et aussi sur des pra- tiques qui excluent formellement l’usage des produits chimiques de synthèse. En effet, si les fruits ont été traités lors des cultures et des récoltes, les pesticides se retrouvent en concentration impor- tante dans leur version sèche. L’autre facteur important, ayant des effets sur la composition de ces produits, est la qualité du séchage. Effectué au soleil et avec soin, cette technique augmenterait leur teneur en magnésium et en vitamines. Les fruits secs bio sont récoltés à maturité et déshy- dratés en douceur, naturellement et non desséchés brutalement sous évaporateurs. Ce sont le soin et la patience qui évitent l’usage du soufre* dans les fruits secs. *Le dioxyde de soufre est utilisé comme désinfectant, antiseptique, antibactérien, gaz réfrigérant, agent de blanchiment et comme conservateur de produits ali- mentaires, notamment pour les fruits secs. COMPOSITION • MINÉRAUX : ils sont riches en magnésium (figue, banane, rai- sin), en fer (abricot, pruneau) et plus particulièrement en potas- sium (abricot, banane, raisin). • GLUCIDES : ils contiennent du fructose, du glucose et du saccharose (sucres simples) dont le passage dans le sang va être ralenti par la présence des fibres. Ils sont indispensables pour

Réputée nourrissante et calorique, car elle est très riche en glucides et en vitamine C (5mg/100g), la banane séchée est une très bonne source de sels minéraux (chlore, potassium, ma- gnésium). Elle est proposée, selon les goûts, séchée en rondelles croquantes ou entière. ABRICOT Avec une teneur élevée en provitamine

A, l’abricot séché est le concurrent sérieux de la carotte. En effet, il contient une quantité particulièrement élevée de carotène, précur- seur de la vitamine A, qui a un rôle particulièrement important pour la vue et pour la protection de nos cellules (il stabilise les défenses immunitaires contre les radicaux libres qui menacent l‘organisme). Par sa richesse en fer, l’abricot influe sur la bonne constitution du sang et par sa teneur élevée en potassium, il est vital pour la santé du cœur et des muscles.

Sources : www.biolineaires.com • www.biocoop.fr Copyright : ingimage

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 22 N°570-Février 2016

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32

Made with FlippingBook Online newsletter