Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

TRANSFERT (Le) Entrée tri-régionale

Consultants interrégionaux : Marie-France Dispaux (Europe), Richard Gottlieb and Eva Papiasvili (Amérique du Nord), Adriana Sorrentini (Amérique Latine) Co-chaire de coordination interrégionale : Arne Jemstedt (Europe)

I. INTRODUCTION ET DÉFINITIONS INTRODUCTIVES

Le transfert est aujourd'hui un concept shibboleth pour tous les analystes du monde entier. Le terme allemand Übertragung ( transfert en français) signifie déléguer (le transfert, la délégation) des expériences d'un contexte à un autre. A ne pas confondre avec les différents usages du mode 'transfert' (par exemple dans les théories expérimentales de l'apprentissage), le mot utilisé est ‘ transference’ en anglais. Dans son sens le plus large, le transfert, caractéristique universelle de la vie mentale, est un phénomène répandu qui est impliqué dans toute relation. Mais la spécificité de la psychanalyse se trouve dans la quête qu'elle poursuit de la saisir, surtout que depuis le début, le transfert semble représenter « le pire obstacle que nous puissions rencontrer » dans le traitement psychanalytique (Freud, 1895, p. 301), et parce qu'il devient ultérieurement l'un des outils propre à la cure. Depuis son introduction dans l'ouvrage Studies on Hysteria ( Etudes sur l'hystérie ) (particulièrement en relation à l'idée d'une 'fausse connexion', c'est-à-dire le transfert d'une charge affective de représentations pathogènes – intolérables pour la conscience – sur le médecin en tant que personne), la notion de transfert s'est progressivement développée en un processus fondamental du traitement psychanalytique, un processus dans lequel les désirs inconscients, les conflits infantiles et les blessures traumatiques se réactualisent dans le ici-et-maintenant de la relation de l’analysant avec l'analyste, qui est le point central d'une résistance acharnée par rapport à la remémoration. Cette modalité du fonctionnement psychique qui implique l'intégration d'une autre personne, qui intervient en qualité d'objet dans la vie psychique de quelqu'un d'autre et qui mobilise des fantasmes de désir, ainsi que des conflits, peut se généraliser suffisamment pour que le transfert de l'analyste sur le patient s'envisage également, laissant la place, à son tour, à la notion de développement du contre-transfert (Voir aussi l'entrée CONTRE-TRANSFERT). Des définitions différentes du transfert qui sont apparues dans des dictionnaires contemporains et dans des écrits en Amérique du nord (Auchincloss & Samberg 2012), en Europe (Laplanche et Pontalis 1967/1988, Skelton, 2006) et en Amérique latine (Borensztejn, 2014) se rejoignent sur une base de référence formulée

461

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker