La revue du détaillant N° 569 - Edition 2016

THÉS ET TISANES DOSSIER SPÉCIAL

Le planteur, devant libérer la salle de séchage, se retrouva avec un volume important de feuilles encore humides, qu'il risquait de perdre s'il ne les séchait rapidement. Il alluma donc un feu avec des racines d'épicéas et plaça les feuilles de thé par-dessus. En quelques instants, les feuilles séchèrent mais prirent un goût de fumée très particulier. Quelques jours plus tard, un marchand étranger, rendant visite au planteur, découvrit ce lot de thé, dont personne ne savait que faire. Il fut séduit par son parfum et l'emporta avec lui en Europe, où il connut un grand succès.

fois plus que le Souchong - et de la saison de la récolte, les va- riations climatiques affectant la maturité de la feuille. Certains thés sont donc riches en caféine : thés primeurs, cueillettes abondantes en bourgeons ; d'autres en sont quasiment dépour- vus : thés fumés, Wu Long. La caféine est un puissant stimulant du système nerveux. Contrairement à celle du café, la caféine du thé se diffuse lente- ment dans l'organisme. Elle permet, à ce titre, de rester éveillé et concentré sans être excité. Elle fait du thé une boisson idéale de l'activité aussi bien intellectuelle que physique.

LES THÉS SOMBRES

La recherche scientifique a démontré une action des polyphé- nols du thé vert sur le mauvais cholestérol. Ainsi une consom- mation quotidienne de 5 tasses de thé par jour entraîne au bout de quelques mois une baisse du LDL-cholestérol, le mauvais, par opposition au HDL-cholestérol. Une action digestive des polyphénols a été démontrée : boire du thé vert limite l'absorp- tion des graisses au cours de la digestion. Ainsi, une tasse de thé prise en fin de repas, environ 40 minutes après, facilitera la digestion en activant l'élimination des matières grasses. A l'heure actuelle, ces recherches sont faites chez l'animal et les mêmes résultats restent à démontrer chez l'homme pour pou- voir établir un lien entre consommation de thé et prévention de certains cancers. Par ailleurs, ces recherches ne se font en aucun cas dans un cadre thérapeutique mais uniquement en terme de régime alimentaire préventif. Il faut également savoir que le thé vert est riche en vitamines K (épaissi le sang). Il est donc déconseillé aux personnes qui suivent un traitement an- ti-coagulant.

Ce type de thés est obtenu grâce à un procédé de sudation. Avant d'être roulées, les feuilles subissent une torréfaction spécifique, qui tue la plupart des enzymes. Celle-ci se fait dans des bassines en fer, chauffées à 280°C-320°C, dans lesquelles sont placées les feuilles recouvertes de paille. La paille em- pêche la vapeur d'eau de s'évaporer et permet une cuisson à l'étuvée. Elle est indispensable dans la mesure où les feuilles utilisées sont âgées, donc pauvres en eau. Pendant cette opé- ration, la teneur en caféine des feuilles baisse. Un premier rou- lage est ensuite effectué, puis les feuilles sont disposées en tas d'environ un mètre de haut, recouverts d'une toile humide qui maintient un degré hygrométrique de 85 %. C'est la sudation. Elle dure environ 24 heures et peut être renouvelée plusieurs fois. Ce sont les seuls thés qui se bonifient avec le temps et dont l'âge constitue parfois un argument de poids dans certaines ventes aux enchères. Dès son apparition en Asie, le thé fut considéré comme un ali- ment bienfaisant pour l'organisme. Les références les plus an- ciennes sur le thé mettent en avant ses propriétés médicinales : le thé était utilisé à l'origine sous forme de pâte, en cataplasme pour combattre les rhumatismes. A leur manière, les légendes sur le thé, qu'elles soient chinoises, indiennes ou japonaises, il- lustrent toutes les propriétés stimulantes et tonifiantes du thé. THÉINE/CAFÉINE Caféine et théine sont une seule et même molécule, celle-ci étant simplement présente en plus grande proportion dans le café. La teneur en caféine d'un thé dépend à la fois de la feuille utilisée - le bourgeon et la première feuille en contiennent deux LE THÉ ET LA SANTÉ

LES VITAMINES

VITAMINE C Le thé est une plante naturellement riche en vitamine C (environ 250 mg pour 100 g de feuilles fraîches). En revanche, celle-ci est entièrement détruite dès lors qu'elle est infusée dans une eau supérieure à 30°C. Le thé ne peut donc pas se prévaloir d'un apport en vitamine C. En revanche, les flavonoïdes, l'un des tanins, favorisent l'absorption de la vitamine C par notre organisme.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 14 N°569-Janvier2015

Made with FlippingBook - professional solution for displaying marketing and sales documents online