La revue du détaillant N° 584 - Edition 2018

LE VRAC : RETOUR AUX SOURCES DOSSIER SPÉCIAL

A QUI S’ADRESSE LE VRAC ?

« Le vrac s’adresse à toutes les catégories socio- professionnelles, sans limite d’âge. Il peut autant plaire aux CSP+ qui souhaitent manger mieux qu’aux étudiants qui ont des besoins alimentaires et un budget restreints » détaille Célia Rennesson. Les consommateurs se soucient de réduire leur empreinte écologique en réduisant les déchets liés aux emballages et en limitant au maximum le gaspillage alimentaire. C’est ainsi que les Français sont vigilants à 47% sur la quantité de déchets induits par leur mode de consommation voire de vie. Le vrac peut cependant paraitre contraignant au premier abord. Il faut anticiper ses courses en préparant les contenants nécessaires pour accueillir les produits. La directrice de Réseau Vrac est lucide sur ce point mais reste positive : « les consommateurs actuels devront bien sûr adopter de nouveaux réflexes. Nous avons perdu l’habitude d’anticiper l’équipement pour faire nos achats avec la disparition des consignes par exemple. » Cependant, prenons l’exemple de l’interdiction des sacs en plastique : il a contraint les clients à s’adapter. Et cela s’est finalement passé sans heurt. Nous avons tous à porter de main un cabas réutilisable lorsque nous nous rendons en magasin. Pour le vrac, c’est la même chose. « S’organiser en amont et prendre le pli sont les mots d’ordre. Une fois cette nouvelle habitude mise en place, l’effort que ce changement d’habitude a nécessité au départ disparait très rapidement. » Et les épiceries vrac sont là pour accompagner leurs clients. Ils proposent des contenants disponibles sur place en achat, en consigne ou en don.

Photos © Masayo

Le vrac s’inscrit dans une tendance durable de consommation : consommer la juste quantité, consommer mieux. Mais le modèle rencontre quelques limites à dépasser pour garantir la stabilité du marché. Actuellement les épiceries quasiment 100% vrac sont circonscrits à de petits volumes, elles n’excèdent pas les 60m². Ces petites surfaces de

LES LIMITES DU VRAC

vente sont également liées aux ressources humaines nécessaires pour garantir un niveau d’offre maximal. Il faut que la présentation des produits soit toujours irréprochable. Rien ne doit trainer pour rassurer le consommateur sur l’hygiène et les conditions de stockage des denrées. Aussi, le vendeur occupe un rôle fondamental au sein de l’épicerie. Les consommateurs attendent du conseil et de l’accompagnement quel que soit le type de commerces, mais encore plus dans une épicerie quasiment 100% vrac. Le vendeur- conseil initie les petits nouveaux à la pesée des contenants, leur propose ces derniers s’ils ne sont pas équipés, recommande tel ou tel produits, etc.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

13 N° 584 - Janvier / Février 2018

Made with FlippingBook - professional solution for displaying marketing and sales documents online