Cornwall_2012_07_25

Moose Creek, un village, une âme

À Moose Creek, les villageois croi- ent que le nom de leur village a été donné par les chasseurs. Mais on ne sais pas si c’est une légende ou une histoire vraie. Situé à quelque 80 kilomètres d’Ottawa, le village de Moose Creek compte environ 850 âmes et fait partie du canton de North Stor- mont. Tout près du village coule une cascade miniature qui ne gèle pas l’hiver et qui devient le point de ralliement, en toute saison, des orignaux et autres animaux qui s’y abreuvent. L’orignal est apparu sur les terres de Moose Creek il y a long- temps, boivent l’eau de la cascade qui forme un ruisseau et qui porte désormais le nom du village, Moose Creek. Les premiers colons, d’origine écossaise, se sont installés sur ces terres et y ont bâti des maisons et des fermes, et c’est sûrement l’une des raisons pour laquelle on pouvait se procurer du whisky blanc dans le premier magasin général. Une des toutes premières habitations se trouve sur une crête, du côté ouest du ruisseau, et aurait appartenu à un

certain M. McFall. Les hommes ont commencé à cul- tiver la terre aride. Il n’était pas rare de voir des troupeaux de moutons parce que leur laine servait à fabri- quer des vêtements chauds pour les hivers rigoureux de ces terres plates. Un moulin à scie, à carder et un au- tre à bardeaux ont fait tranquille- ment leur apparition. Par la suite, la construction du chemin de fer du Canada Atlantique, entre Montréal et Ottawa, a été le début d’une ère nouvelle pour la communauté de Moose Creek. Le village, surplombé par la mag- nifique église Notre-Dame-des- Anges, a tous les avantages de ses jumelles. Les jeunes et moins jeunes peuvent s’en donner à cœur joie à la piscine publique, au centre récréatif, au terrain de balle et à la patinoire couverte. Cette petite communauté vit en parfaite harmonie avec son environnement, et l’entente est bon enfant entre les anglophones et francophones. Grâce à l’entraide des gens, aux magnifiques terres qui la colorent, Moose Creek continue de prospérer.

L’artère principale de Moose Creek

Claude Théoret, de chez Richard’s Mercerie

Adèle Constantineau, vendeuse Chez Ginette

Maison coquette de Moose Creek

Made with FlippingBook HTML5