La revue du détaillant N° 583 - Edition 2017

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T Premier mensuel des petites et moyennes entreprises commerciales de l’alimentation de proximité

DOSSIER SPÉCIAL Chocolats & Confiseries

ENTRE NOUS, ON SE COMPREND — AG2R LA MONDIALE, le premier partenaire des métiers de l’alimentaire.

Avec 33 accords de branche, AG2R LA MONDIALE protège aujourd’hui 1 million de salariés et retraités et 115000 entreprises de la filière alimentaire en France. Chaque jour, notre équipe experte de la protection sociale et patrimoniale liée à vos métiers s’implique pour vous apporter toute l’expertise d’un groupe de référence en assurance de la personne (retraite complémentaire, prévoyance, santé, épargne salariale, assurances de dommages, passifs sociaux, activités sociales…). Nos actions de prévention santé sont primées par les trophées de l’innovation paritaire et mutualiste de l’Argus de l’assurance en 2012, 2013 et 2015.

Pour en savoir plus, contactez-nous au 0825800105 (0,15 euro TTC/min).

PRÉVOYANCE SANTÉ

ÉPARGNE RETRAITE ENGAGEMENT SOCIAL

J’ai besoin de livrer mes clients à domicile, sans fermer ma boutique.

Avec Proxi course, c’est le facteur qui prend en charge vos livraisons. Élargissez votre clientèle et offrez un service de proximité à vos clients, même dans les zones isolées.

LA LIGNE BUSINESS

laposte.fr/professionnel

a été créé en 1947 N° ISSN 0244-2604 ALLIANCE MAG, Sarl au capital de 73 632 R.C.S. Paris B 430 475 467 5 rue des Reculettes 75013 PARIS Administration : 01 55 43 31 85 Abonnement 1 an : 39 T.T.C. 2 ans : 58 T.T.C. Prix au numéro : 5,5 T.T.C. Périodicité : mensuel E-mail : contact@fnde.com Rédacteur de la Publication : Bernard REGNAULT Rédacteur en chef : Grégory GODDARD E-mail : contact@fnde.com Fax : 01 45 43 31 99 Gérant : Grégory GODDARD

Chères lectrices, chers lecteurs,

Chèr(e)s collègues, Les éditos de fin d’année sont toujours l’occasion de revenir sur les faits marquants de l’année écoulée et de partager les ambitions pour l’avenir. 2017 fut une année riche en évolutions et en nouveautés. Tout d’abord, évoquons le départ de Philippe PILLIOT, Délégué Général de la FNDECB jusqu’en juillet, et qui, après 32 ans au service des épiciers, est parti vers de nouvelles aventures tout aussi palpitantes. Grégory GODDARD a pris sa suite, et dans un souci d’optimisation des moyens, a proposé un rapprochement opérationnel des structures permanentes de la FNDECB avec celles de la Fédération des Fromagers de France. Ce projet de mutualisation est devenu une réalité puisque les équipes des deux fédérations coopèrent quotidiennement sur les sujets communs aux quatre métiers. 2017 a aussi vu l’arrivée d’un nouveau président à la tête de l’Union des Commerces alimentaires de Proximité, Alexis ROUX de BEZIEUX. Son élection a été accompagnée de la mise en place d’une Commission exceptionnelle sur le repositionnement du métier d’épicier. Ce dernier a en effet besoin de se réinventer pour résister en ces temps troubles où tout un chacun se réclame du commerce de proximité ! Mais qui symbolise le mieux la proximité et le lien social dans un quartier que l’épicier ? C’est dans cette optique que nous vous livrerons les recommandations de la commission dans le courant du 1er semestre 2018. En septembre 2017, l’UCPBIO a soufflé sa première bougie et nous sommes très heureux de représenter les spécialistes en produits BIO indépendants au sein de la branche. Saluons également nos collègues du Syndicat des Cavistes Professionnels (SCP) qui sont un puissant moteur à la Fédération. 2017, c’est aussi l’élection d’Emmanuel MACRON à la fonction de Président de la République. Il avait promis d’aller vite sur les questions du travail, et il a tenu sa promesse en passant outre le Parlement avec les ordonnances. Un dossier complet est consacré aux ordonnances Macron dans cette édition de la Revue du Détaillant. Notons aussi les Etats généraux de l’alimentation qui à mi-parcours ont donné lieu à deux demandes du Président : la révision du modèle de contractualisation à l'initiative du producteur, et l’inscription des travaux au sein des Interprofessions qui d'ici au 10.12.17 doivent remettre leur plan de filières. Votre Revue vous propose également un dossier complet sur les produits stars de la fin d’année - chocolats et confiseries - ainsi qu’un retour sur le Salon Gourmet Selection. Chers amis, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année tant au niveau personnel que professionnel.

Coordination rédaction : Marie-Lucille MESTRALLET Contributeurs : Marion RIBEIRO, Audrey LE MOISAN, Grégory GODDARD et Delphine FOURNIER

Publicité : Tél. : 01 55 43 31 97 Abonnement : Tél. : 01 55 43 31 84 Composition et impression : Printcorp 8 rue Jean-Pierre Timbaud

75011 Paris Tél. 01 55 28 87 09

Achevé d’imprimer sur les presses de Printcorp. Réf. : 16090006

(Reproduction autorisée avec mention de la source sous condition d’adresser un exemplaire de son utilisation).

Ne pas jeter sur la voie publique.

SOMMAIRE

ÉDITO

p.5

ACTUALITÉS

p.6-9

STOP LINÉAIRE

p.10-11

DOSSIER SPÉCIAL : CHOCOLATS & CONFISERIES

p.12-16

LES GÉRANTS

p.17-21

Bernard Regnault Président de la FNDECB

ACTUALITÉS

©Causses

INTERVIEW DE ALEXIS ROUX DE BÉZIEUX « LES FRANÇAIS SONT EN ATTENTE DE LIEN SOCIAL »

A la tête des trois épiceries Causses situées à Paris, Alexis Roux de Bézieux, nous raconte comment il est devenu épicier. Président du l’Union des Commerces alimentaires de Proximité (UCP) depuis juillet, l’homme veut croire en l’avenir, le développement et la pluralité de la profession. Pourquoi êtes-vous devenu épicier ?

représente plus de 400 fournisseurs et beaucoup de direct. Nous ne faisons pas de marques nationales mais du qualitatif. Nous proposons des produits du quotidien. Les brioches viennent du Cher, le cidre brut fermier de Normandie, les fromages fouettés de la ferme Cardot dans la Drôme, les charcuteries des Landes... » Trois épiceries c’est un succès ? A.R. de B. : « C’est un succès depuis l’ouverture de la première épicerie en 2011, rueNotre Dame de Laurette (9 ème arrondissement). Et pourtant ce n’était pas une rue de commerces de bouche. Depuis qu’on a ouvert, deux fromageries se sont ouvertes à côté. Cela nous apporte une complémentarité dans la rue. On a augmenté l’attractivité du secteur. On a ouvert une deuxième épicerie en 2014 dans le 3 ème arrondissement de Paris, rue Saint-Martin, et une dernière dans la Canopée du forumdes Halles (1 er arrondissement) en 2016. » Avez-vous suivi une formation pour devenir épicier ? A.R. de B. : « Je propose du fromage, de ce fait j’ai souhaité faire un 42 h fromager et une formation en distribution bio. C’était important d’apprendre sur les fromages. J’ai une culture familiale du fromage. Je voulais en apprendre davantage surtout que nous vendons des fromages de qualité. » Vous êtes président de l’Union des Commerces de Proximité depuis juillet 2017, quels sont les défis de la profession ? A.R. de B. : « Il y a des défis à relever c’est ce qui est intéressant. Ce n’est pas statique. Il y a beaucoup à faire pour peu que l’on avance ensemble. On sent que les français veulent et sont en attente de goût, racine, compréhension. Il faut travailler avec les fromagers. Il faut aider les épiciers à se former. Sur les aspects techniques aussi (réglementation) et les aspects économiques (bail, loyer...) comme sur les éléments de diagnostique d’un point de vente (normes...). Le risque du métier est que les épiciers se replient sur eux-mêmes car ils sont tellement autonomes que chacun pourrait se battre pour soi plutôt que pour le bien commun. Mais ça bouge. Il y a un renouveau du commerce avec les jeunes qui se lancent. Il y a plein de façon d’être épicier. On peut être dépanneur dans une zone rurale, faire du local uniquement, de l’ethnique... Les pouvoirs publics ont compris que le commerce local contribuait à la qualité de vie de manière certaine. Les villes ont embauché des managers de ville pour recréer une unicité des commerçants dans les centres-villes. »

Alexis Roux de Bézieux : « Tout est parti d’un livre que j’ai écrit en 2007 sur les épiciers de quartier et qui s’appelle « L’Arabe du Coin » (écrit avec Thomas Henriot). C’est un livre qui parle du rôle de l’épicier dans le lien social. Je n’ai jamais pensé devenir épicier lorsque j’ai écrit ce livre. J’ai fait du droit puis je suis entré dans un cabinet d’audit. Je m’y ennuyais et j’ai écrit ce bouquin au moment où je passais du temps chez les épiciers. J’ai quitté mon job ensuite pour entrer dans une ONG puis dans une boîte qui faisait du développement durable. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire dans l’alimentaire. J’ai créé l’épicerie que je rêvais d’avoir en bas de chez moi. » Il y a avait une épicerie en bas de chez vous ? A.R. de B. : « Je ne suis pas Parisien. Je viens d’une ville à côté de Lyon dans laquelle il y avait un épicier. C’est vraiment le lien social. C’est un lieu où les gens se rencontrent au-delà de leurs différences sociales. Les vieux, les enfants, les couples, les célibataires... j’avais cette envie de découvrir d’autres personnes et de m’ouvrir aux autres. J’avais ce besoin de retrouver du lien, de la solidarité dans les villes. » Les épiceries sont un lieu pourvoyeur de lien social ? A.R. de B. : « Les épiciers par leur culture d’origine, par leur permanence dans le quartier connaissent leur clientèle et sont de vrais acteurs du quotidien. Ils ont toute leur place dans la vie de la cité. Ce livre leur rend hommage. Si je l’ai écrit, c’était clairement pour ce lien que vous avez avec le territoire. » Qu’avez-vous ressenti en prenant le rôle de l’épicier ? A.R. de B. : « Je suis resté trois ans sur le terrain à 100 %. Aujourd’hui avec la création des deux autres épiceries, je suis plus dans l’administratif. J’ai vu les français demander de la qualité, de la proximité, du lien social, de la traçabilité... j’ai aussi réalisé que c’est compliqué pour eux car la part du budget des ménages consacré à l’alimentaire n’est plus que de 5 à 15 % car les loyers ont augmenté et les français ne sont pas prêts à renoncer au smartphone... Il y a de vraies attentes de la part des consommateurs ». Parlez-nous des épiceries Causses A.R. de B. : « Ce sont des épiceries d’alimentation générale de qualité. On vend de la charcuterie, de l’épicerie salée, sucrée, des fruits et légumes. On vend des fromages au lait cru à 90 %. Ça

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 6

N°583-septembre-octobre2017

ACTUALITÉS

SALON GOURMET SELECTION

La FNDECB est partenaire du Salon Gourmet Selection depuis quasiment ses débuts en 2009. La Fédération intervient en mettant au service des visiteurs, épiciers ou porteurs de projet, nos experts internes sur les sujets de la réglementation et de la formation. En quelques éditions, Gourmet Selection est devenu l’incontournable révélateur des tendances du marché de l’épicerie fine. Grâce à un vaste sourcing, la très large offre alimentaire proposée sur le salon répond aux attentes des professionnels qui souligne l’importance d’une sélection pointue, comportant des produits de qualité, authentiques, innovants. On peut ainsi croiser en arpentant les allées des incontournables (piliers sur leur segment de marché), comme des petites entreprises à l’esprit « start-up » qui tentent de se démarquer à travers des offres de niche ou une communication décalée. Car pour émerger au milieu des 315 exposants, il faut trouver des points de différenciation : certains soumettent leurs produits au concours BEST OF (voir pages 8-9) dans l’optique d’obtenir un prix, gage de qualité et de reconnaissance professionnelle, d’autres proposent des concepts produits rupturistes et innovants (voir pages 10-11). La FNDECB a donc rencontré de nombreux porteurs de projet venus chercher conseil auprès de notre experte « Réglementation ». Elle a répondu aux questions portant sur la thématique des obligations dans le cadre d'une ouverture de commerce alimentaire de proximité. Nos expertes « Formation » étaient également sollicitées sur les questions de la formation professionnelle en tant que gage d'expertise. Nous en profitons pour vous rappeler que le centre de formation de la FNDECB, FNDE Formation Commerces, est à votre écoute concernant tous vos besoins de montée en compétences. L’équipe a eu le plaisir d’accueillir sur le stand Vincent FERNIOT, célèbre chroniqueur TV, épicier à Paris et Président du jury des Best Of. Mme Chantal de LAMOTTE, Directrice du salon, et M. Nicolas TRENTESAUX, Directeur du réseau SIAL, ont également apporté leur soutien au métier et à toutes les épiceries. Enfin, le Salon Gourmet Selection s’annualise et nous aurons le plaisir de continuer notre partenariat dès septembre 2018. Nous sommes déjà en pleine réflexion pour accompagner cet événement avec des nouveautés et des interventions inédites.

Consultation Formation à une porteuse de projet

Notez dès maintenant dans vos agendas les dates de la prochaine édition : 23 et 24 septembre 2018 Paris • Porte de Versailles

Grégory GODDARD, Délégué Général de la FNDECB, Vincent FERNIOT, Chantal de LAMOTTE et Nicolas TRENTESAUX

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

7

N°583-septembre-octobre2017

ACTUALITÉS

SALON GOURMET SELECTION : LES BEST OF Véritable baromètre des tendances de l’épicerie fine, les BEST OF GOURMET SELECTION ont été décernés durant le salon lors du 1 er jour d’exposition. Ce concours, ouvert à tous les exposants, met à l’honneur les produits proposant une réelle valeur ajoutée. Le jury, présidé par le chroniqueur culinaire et épicier à Paris Vincent FERNIOT, a évalué les produits en lice selon des critères de goût, d’aspect, de texture, d’innovation. Parmi plus de 180 produits proposés par les exposants, 70 ont été présélectionnés et analysés par le jury qui a décerné 11 prix BEST OF selon 8 catégories.

GRAND PRIX DU JURY Jus de Homard de la Maison Bévillon

Extrait par première pression, ce jus garde toute la puissance aromatique du crustacé (il faut 200 g de homard pour réaliser 500 ml de jus). Cuisiné selon une recette originale, composée d’oignons, concentré de tomates, carottes et huile d’olive, il constitue une aide culinaire pour concocter des plats dignes de grands chefs en un tour de main : velouté, risotto, tagliatelles, pistou… L’avis du jury : « Un excellent produit, inédit, avec, en prime, un bon rapport qualité/prix. Une belle surprise ! »

BEST OF TRADITION Biscottes gourmandes briochées de La Chanteracoise • www.la-chanteracoise.fr

En ajoutant du beurre et des oeufs à la recette initiale, les biscottes deviennent fondantes, un fondant qui se marie à merveille avec leur croustillant naturel. Elles sont produites par la dernière biscotterie artisanale qui reste en France, implantée à St Germain-du-Salembre (24). L’avis du jury : « C’est un produit simplement beau et bon qui se transmet de génération en génération. »

BEST OF TERROIR ET RÉGION Pastis de l’Ile de Ré • www.pastisdere.fr

C’est le premier pastis millésimé et bio. Obtenu par macération alcoolique de graines de fenouil de l’Ile de Ré et infusion de plantes aromatiques, cet apéritif, racé, tout en élégance, est un produit maitrisé du champ jusqu’aux glaçons. L’avis du jury : « Un produit anisé original et apprécié pour son goût végétal, peu sucré et rond en bouche. »

BEST OF SURPRISE GRUSTATIVE Marmelade de Yuzu de La Chambre aux Confitures • www.lachambreauxconfitures.com

Alors qu’il est habituellement utilisé pour son jus, le yuzu jaune, cueilli en pleine saison au Japon, est ici traité dans son entier, écorce épaisse et pulpe, malgré ses nombreux pépins, le tout entièrement à la main. Avec ses saveurs de mandarine, citron et pamplemousse, il se déguste au petit-déjeuner, s’utilise en pâtisserie ou en cuisine. L’avis du jury : « Un produit surprenant, subtil et intensément parfumé ! »

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 8

N°583-septembre-octobre2017

ACTUALITÉS

Ex-aequo avec Miel de Framboisier des Ardennes de Hédène • www.hedene.fr

Récolté dans le parc naturel régional des Ardennes et issu des plus belles parcelles de fleurs sauvages de France, ce miel rare, dense et crémeux, révèle des notes florales et de fruits rouges d’une grande finesse et une longueur en bouche remarquable. L’avis du jury : « Un miel crémeux, agréable, super fruité au goût de framboise… une belle découverte gustative »

BEST OF PRODUIT INSOLITE Crème de Safou de Joe&Avrel’s • www.joe-et-avrels.com

Le safou est une prune sauvage d’Afrique centrale, un fruit rare. Travaillé en crème onctueuse selon une recette inédite signée par le chef Nathalie Schermann, il s’apprécie en tartinable ou comme condiment pour lier des sauces. L’avis du jury : « Sa texture fine et son goût délicat d’artichaut en font un original et idéal pour surprendre les fins gourmets »

BEST OF SAVEUR DU MONDE Smoky Lion de Cape and Cape • www.capeandcape.com

Il s’agit de l’unique thé fumé du continent africain. En provenance de Malawi, ce thé fumé au bois de goyavier est surprenant par sa finesse, sa complexité aromatique avec son attaque fumée, cendrée, puis un cœur boisé et miellé, pour finir sur une belle longueur en bouche fruitée. L’avis du jury : « Un thé étonnant, au goût de fumé qui pourra accompagner à merveille les poissons et autres produits fumés »

Ex-aequo avec Chocolat Tiramisu de Venchi • www.venchi.com

Créé en référence au plus célèbre des desserts italiens, ce Tiramisù proposé en version bouchée de chocolat, alterne des couches de pate de café et de crème mascarpone, le tout enrobé d’une délicate finition en cacao du Venezuela. En bouche, il éclate et fond, mélangeant ainsi les différentes couches dans un juste équilibre. L’avis du jury : « Un produit crémeux très gourmand, au vrai bon goût de tiramisu, avec une crème au café »

BEST OF INNOVATION TECHNIQUE Ecrasé de pomme de terre au Beurre AOP des Charentes de La Brouette • www.la-brouette.com De la Charlotte, du beurre des Charentes AOP, un peu de sel et c’est tout ! Cuit à juste température pendant plusieurs heures et écrasé avec soin, ce plat tout prêt est sans conservateur, sans additif et sans colorant. À conserver au frais. L’avis du jury : « Un très bon produit, aux délicates saveurs de noisette et au bon goût de fait maison.»

BEST OF ECO-RESPONSABLE Araku Coffee • www.arakucoffee.com

Bio et équitable, ce café 100% arabica est exclusivement issu de plantations cultivées à la main en petites parcelles et en biodynamie. En capsules 100% biodégradables et 100% compostables, il possède une forte identité déclinée en 6 profils aromatiques typés. C’est le premier café bio totalement intégré, sans aucun intermédiaire du caféier à la tasse. L’avis du jury : « Un produit délicat, au nez agréable, équitable et respectueux de la nature. »

Ex-aequo avec Pâtes protéinées à la poudre d’insectes de Jimini’s • www.jiminis.com

En utilisant la poudre d’insectes (farine de vers buffalo), le producteur innove dans l’utilisation de sources alternatives et durables de protéines. Fabriquées artisanalement à partir de 86% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, ces pâtes se rapprochent fortement des produits à base de farine complète. L’avis du jury : « Ces pâtes constituent une vraie solution alimentaire, une idée nutritive intéressante. C’est une curiosité à servir avec une sauce. »

Source : Salon Gourmet Selection

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

9

N°583-septembre-octobre2017

STOP LINÉAIRE

Lors de cette édition, nous avons rencontré de nombreux exposants, de potentiels fournisseurs pour diversifier votre offre en épicerie fine. Parmi les 250 exposants, nous avons souhaité mettre en lumière les « start-up » du secteur qui ont retenu notre attention par l’innovation, par le concept global ou encore l’esprit d’entreprenariat dégagé par ces jeunes marques.

SPÉCIAL SALON GOURMET SELECTION

OH MY TEA ! Oh my tea ! c’est le pari de 2 jeunes entrepreneurs qui décident de s’unir autour de leur passion commune : le thé. Mais ils décident d’aller plus loin en dépoussiérant cette boisson à l’attention d’une clientèle plus jeune qui la voit comme désuète, et ils proposent donc un concept fort : une pédagogie humoristique, décomplexée, et pleine de malice, afin de faire entrer le thé dans la vie des jeunes, tout en créant autour de lui un véritable mouvement sociétal : la « democrateasation » ! C’est ainsi que l’on retrouve des thés situationnels adaptés à chaque instant autour de 2 gammes : Just for pleasure : un répertoire détonnant et étonnant de 13 thés aromatisés naturellement, juste pour le plaisir ! Just for wellness : une subtile association de 7 infusions bien-être pour être au top tout au long de la journée, quelles que soient les situations ! Contact : www.ohmytea.com

MEAT ME Tout a commencé par la découverte du biltong en Afrique du Sud. Le biltong ? De la viande marinée, épicée et séchée dont raffolent les sud-africains. Thomas et Marc, les 2 jeunes cofondateurs, s’installèrent donc en Limousin pour développer des recettes adaptées aux français. Il fallait rendre le biltong plus tendre, moins salé et moins épicé. La production se fera finalement avec un atelier anglais, disposant d’un véritable savoir-faire dans les marinades. Parfait pour apporter une note innovante aux salades ou aux apéritifs, le produit se décline en 2 viandes : Biltong (bœuf Aberdeen Angus mariné) et en Fenalar (gigot d’agneau norvégien affiné 6 à 7 mois) à travers diverses recettes marinée - à l’ail, au piment, aux herbes. Contact : www.meat-me.fr

BRUSSELS KETJEP La Belgique est mondialement connue pour sa bière, son chocolat et ses frites… mais le monde ignore encore qu’elle est également le pays des sauces. En 2010, un « ketjep » (gamin en dialecte bruxellois) imagine un nouveau ketchup avec plus de tomates pour plus de goût. Après deux ans de développement, Brussels Ketjep, la première marque de ketchup belge est née et connaît un succès immédiat puisqu’elle propose maintenant une gamme de 6 sauces savoureuses, qui donneront aux burgers maison une touche premium et gourmande. On retrouve donc les traditionnels Ketchup et Mayo, la Dallas pimentée, la Mostoed moutardée, la Cowboy BBQ et la 1620 aux oignons caramélisés. Contact : www.brusselsketjep.com

GRANOMY / LA PETITE GRAINE FRANCAISE Surfant sur la vague végétarienne actuelle, voici Granomy et La Petite Graine Française qui revisitent les mueslis. A déguster en apéro ou à tout moment de la journée, les croustillants mueslis salés et sucrés sont réalisés à partir de graines issues de l’agriculture biologique. Des recettes 100% végétariennes élaborées et fabriquées en France, à base de graines et d’épices en version salée et de graines, fruits ou chocolat en version sucrée. Contact : granomy.fr / lapetitegrainefrancaise.fr

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 10

N°583-septembre-octobre2017

STOP LINÉAIRE

SASSY Les cidres de la Maison Sassy sont produits à partir de différentes variétés de pommes cultivées en Normandie et rigoureusement sélectionnées. La recette est inspirée du cidre servi au Château de Sassy depuis plusieurs générations. Elle a été retravaillée avec un maître de chai afin de proposer plusieurs variétés adaptées à tous les palais. Le cidre allie finesse et légèreté, il est très rafraîchissant et intensément fruité. Sassy se décline en 3 produits bien distincts : • L’Inimitable (5,2°) : plus sec, il garde des arômes de fruit et des notes acidulées - le classique • La Sulfureuse (3°) : Suave, elle dévoile des notes très fruitées - cidre rosé. • Le Vertueux (2,5°) : Vif et acidulé, il laisse une fin de bouche légère et tendre - cidre poiré A retrouver en bouteille de 25cl et 75cl . Contact : www.maison-sassy.com

LE PERLÉ DELOBEL & FILS Coup de cœur du Salon 2017 ! Hubert et Cathy Delobel décident de revisiter la vieille recette familiale du « vin de groseille » pour en faire l’apéritif du Nord, le Perlé de Groseille . Puis le Perlé se diversifie et accueille deux nouvelles recettes : le Perlé de Framboise et le Perlé de Cerise. Pourquoi est- ce si original ? Parce que le Perlé est le fruit de la « vinification » du jus de groseille / framboise / cerise. La fermentation amène l’alcool et de fines bulles. Il ne contient aucun colorant, arôme, vin ou liqueur. A ne surtout pas confondre avec unmousseux aromatisé type kir. Contact : www.leperle.fr

MAX DAUMINS EPICES Cette jeune société lance sur le marché une nouvelle gamme d’épices made in France. Un des créateurs de la marque a hérité de la passion des épices par sa mère, née à Madagascar, et décide de reproduire l’usage qu’elle en faisait : toujours utiliser une épice fraîchement moulue pour une explosion de saveurs. C’est ainsi qu’il eut l’idée comme une évidence de conserver les épices dans de petites dosettes. Les épices Max Daumin sont conditionnées en dosettes, soit l’équivalent d’une cuillère à café, parfaite pour une recette de 4 à 6 personnes. Les épices sont sélectionnées directement chez des producteurs à Madagascar, en Inde, au Sri Lanka, en Indonésie et en France. Ils proposent une gamme de huit épices sélectionnées : Curcuma, cannelle de Ceylan, gingembre, poivre noir, clou de girofle de Madagascar (Mannakara), cumin, coriandre d’Inde (Gujarat) et noix de muscade du Sri Lanka (Matale). Contact : www.maxdaumin.com

LA MARQUISETTE CESAR THIBON Encore une découverte rafraichissante (et à consommer avec modération) : la Marquisette est une boisson de tradition bien connue dans le sud de la France. Ses créateurs, les petits- enfants d’un certain César Thibon, décidèrent de mettre en bouteille cet apéritif typique en s’inspirant de la recette originale de leur grand-père : un subtil mélange de vin blanc (ardéchois), de limonade aux senteurs d’agrumes et de l’ingrédient secret de la famille. La Marquisette Cesar Thibon est disponible en bouteille de 25 et 75cl. A servir bien frais. Contact : www.lamarquisette.fr

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

11

N°583-septembre-octobre2017

Le Père-Noël arrive à grands pas de bottes fourrées et la hotte pleine de cadeaux mais aussi de gourmandises. Chocolats et confiseries font, depuis notre enfance, partie des fêtes de fin d’année. Tout... tout... tout... vous saurez TOUT pour réaliser vos stocks, répondre aux attentes des clients et réussir votre fin d’année !

LES CLASSIQUES ONT TOUJOURS LA COTE Les marques redoublent toujours d’imagination afin de proposer des produits toujours plus originaux, séduisants et gourmands. Noël, période festive par excellence, est l’occasion de se faire plaisir, de faire plaisir, sans culpabiliser et sans regarder à la dépense. Autant miser gros en proposant des classiques mais aussi les nouveautés des marques et ce, afin de toucher un large public. Voici un petit tour d’horizon des gourmandises de fin d’année. LES FRUITS DÉGUISÉS : friandises à base de fruits secs et de pâte d’amandes colorée. (pâte d’amande en forme de fruits, cerneaux de noix et pâte d’amande, dattes ou pruneaux avec pâte d’amande).

LES BOUCHÉES DE CHOCOLAT : les bonbons de chocolat fourrés prennent des formes et des goûts variés. Ils sont le grand classique des chocolats offerts en fin d’année ou non d’ailleurs. LES CHOCOLATS À LA LIQUEUR : bonbon de chocolats fourrés d’une liqueur (un sirop alcoolisé ou non). LES FRUITS CONFITS : désignent les fruits confits glacés au sucre ou recouverts de chocolats type sarments à l’orange, marrons glacés ( confiserie composée d’une châtaigne confite dans un sirop de sucre et glacé au sucre glace ), clémentines, citrons, oranges, angélique, cerises..., les fruits confits ornent les tablent de fête en région provençale. Les puddings anglais de Noël regorgent de fruits confits d’où l’importance d’en proposer à vos clients dès le mois d’octobre-novembre. LES PÂTES DE CHOCOLAT : les pâtes à tartiner au chocolat haut de gamme ou à base d’autres ingrédients (spéculoos, caramel...) font, depuis quelques années, partie des petites gourmandises que l’on s’accorde où que l’on offre en général sous forme de panier cadeau. LES SUJETS EN CHOCOLATS : Père Noël, sapin, bonhomme de neige, rennes ou autres petits sujets de chocolat font le bonheur des petits comme des grands. Le grand classique des fêtes de fin d’année. Vendus individuellement, en sachet composé ou sous forme de calendrier

LES PÂTES DE FRUITS : confiserie obtenue à partir de fruits cuits avec du sucre et éventuellement de la pectine. LES TRUFFES : mélange de crème fraiche et de chocolat noir recouvert de poudre de cacao. Aromatisées ou non, les recettes varient en fonction des marques. La truffe a été inventée par Louis Dufour, pâtissier à Chambéry ( Savoie ), en décembre 1895.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 12

N°583-septembre-octobre2017

CHOCOLATS & CONFISERIES DOSSIER SPÉCIAL

LE CHOCOLAT, STAR DE NOËL Les produits de cacao et de chocolat sont régis par la directive européenne 2000/36/CE, qui a modifié le décret français « cacao- chocolat » du 13 juillet 1976. La règlementation définit à la fois la composition (notamment les teneurs minimales en cacao et en beurre de cacao), et les règles en matière d’étiquetage. La réglementation définit 10 grandes catégories de produits de cacao et de chocolat ainsi que les conditions d’emploi des mentions de qualité. LES CACAOS : • Cacao en poudre : il doit contenir au minimum 20% de beurre de cacao, mais, lorsqu’il est dit « maigre », le taux ne doit pas excéder 20 %. • Chocolat en poudre : il doit contenir des sucres et au minimum 32 % de cacao en poudre, ou 25 % de cacao en poudre lorsqu’il est appelé « cacao sucré ». LES CHOCOLATS : • Chocolat : la dénomination « chocolat » seule correspond au produit qui contient au minimum 35% de cacao*, dont pas moins de 18% de beurre de cacao et plus 14% de cacao sec dégraissé. • Chocolat : la dénomination « chocolat » seule correspond au produit qui contient au minimum 35% de cacao*, dont pas moins de 18 % de beurre de cacao et plus 14% de cacao sec dégraissé. • Chocolat noir : le chocolat que l’on appelle noir est, pour la législation, un « chocolat fin » ou « supérieur », contenant au minimum 43 % de cacao* dont au moins 26 % de beurre de cacao et 14 % de cacao sec dégraissé. • Chocolat de couverture : il doit contenir au moins 35 % de cacao* dont minimum 31 % de beurre de cacao et 2.5 % de cacao sec dégraissé. • Chocolat au lait : il contient au minimum 25 % de cacao*, 14 % de lait en poudre et 25 % de matières grasses (beurre de cacao et matière grasse lactique). • Chocolat au lait « fin » ou « supérieur » : un peu plus riche en cacao, il doit contenir plus 30 % de cacao* dont pas moins de 2.5 % de cacao sec dégraissé et 18% de produits du lait*. • Chocolat de ménage au lait : il doit contenir au minimum 20 % de cacao* et 20 % de produits du lait*. • Chocolat blanc : il doit contenir au moins 20 % de beurre de cacao et 14 % de produits du lait*, dont 3,5 % de matière grasse lactique. *% de matière sèche

de l’avent, ces sujets de chocolat font partie de nos plus vieux souvenirs d’enfance. Une valeur sûre à proposer en épicerie ! LES MENDIANTS : Petits palets de chocolats parsemés de fruits secs, lesmendiants font partie des cadeaux gourmands de Noël. Les fruits étaient à l’origine les quatremendiants du Noël provençal, dont la couleur évoquait la robe des quatre principaux ordres mendiants : les raisins secs pour les augustins , les noisettes pour les carmes , les figues sèches pour les franciscains et les amandes pour les dominicains . LA PLAQUE DE CHOCOLAT : Classique oui mais toujours appréciée, la plaque de chocolat arbore pour Noël des emballages festifs. C’est l’occasion pour les clients de s’offrir ou offrir une plaque de chocolat « occasionnelle » un peu plus chère et plus haut de gamme que celle du supermarché habituel. LES SUCRES D’ORGE : confiserie sous forme de berlingots de couleur ambrée ou de bâtonnets translucides, en sucre dur coloré contenant des extraits d’ orge (ou de glucose qui remplace progressivement l’orge aujourd’hui). La forme de crosse du sucre d’orge de Noël rappelle que le père Noël échangea la mitre et la crosse de Saint Nicolas pour un bonnet rouge et un sucre d’orge. LES MERINGUES JÉSUS : c’est LA confiserie de Noël. Les petits jésus en sucre font aussi partie de nos plus vieux souvenirs d’enfance ! LES PAINS D’ÉPICES : un texte de 1453 rapporte que le pain d’épices était sur les tables des moines cisterciens de Marienthal (Alsace) à l’occasion des fêtes de Noël. Ce délicieux gâteau en forme de personnage ou de bottes de St Nicolas est décoré de sucre. Avec son petit goût d’anis, il est toujours aussi apprécié ! Le chocolat remonte à il y a environ 3000 ans en Amérique du Sud où les Mayas réservaient cette boisson divine aux nobles quand ils ne se servaient pas des fèves comme monnaie d’échanges. Les fèves de cacao furent ensuite ramenées en Espagne dans les cales des bateaux conquistadors. Les Carmélites eurent l’idée, un jour, de mélanger la pâte de cacao avec du sucre de canne afin d’en réduire l’amertume. La boisson conquit l’Espagne jusqu’à arriver en France au XVII ème siècle. La confiserie est liée à la démocratisation de l’utilisation du sucre. Au XIIème siècle, les croisés font découvrir à l’Europe la canne à sucre. Durant très longtemps, le sucre, considéré comme un remède, était utilisé et vendu très cher par les apothicaires. A la fin du XIV ème siècle, l’Europe se lance dans le commerce du sucre. Les premières confiseries de fruits apparaissent. Au XIX ème siècle, avec l’apparition du sucre de betterave, les confiseurs sont de plus en plus nombreux et inventent de nouvelles utilisations du sucre au travers notamment les confiseries. UN PEU D’HISTOIRE

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

13

N°583-septembre-octobre2017

CHOCOLATS & CONFISERIES DOSSIER SPÉCIAL

Nutella avec la cuillère. Nouveauté cette année, les enfants trouveront deux lettres à envoyer au Père-Noël dans leur boîte de barres Kinder. De quoi les séduire !

QUELQUES CHIFFRES

Le marché du chocolat représente 381 900 tonnes en France en 2016. Les ventes se font essentiellement à Pâques et à Noël. La consommation moyenne de chocolat en France s’élève à 6,95 kg par an par habitant ! Les Français aiment plus qu’ailleurs le chocolat à forte teneur en cacao. 30%du chocolat consommé en France est du chocolat noir, alors que la moyenne européenne se situe à 5 %.

Du côté de Lindt , les boîtes de chocolats sont toujours un must offert aux adultes. Lutti vise les familles et vous invite au jeu avec ses coffrets délirants « Le Jeu de Bwaaah ! »,

« La Roue Surprizz’ », le « Calendrier de l’Après » spécial Lapins Crétins (une référence télévisée pour les plus jeunes). La boîte de bonbons personnalisable Fizzbox permet d’afficher la photo d’un proche.

LES CATÉGORIES DE PRODUITS (¹) VENDUS EN FRANCE

Pâtes à tartiner 19 %

La marque Le Chocolat des Français propose un calendrier de l’avent fluorescent, très historique, retraçant 9 époques incontournables de l’Histoire de France. Leurs plaques de chocolats arborent des dessins de Noël qui feraient craquer n’importe qui !

tablettes 33 %

cacao en poudre 12 %

barres 9 %

chocolats et confiseries 27 %

Bonnat et ses célèbres plaques de chocolat en épiceries fines, ravissent tous les amateurs de chocolat.

(1) Total des ventes France des entreprises du secteur = Fabrications - exportations + importations (d’après enquête auprès des adhérents et non adhérents) (Source : iri)

Michel Cluizel a imaginé une sphère scintillante de chocolat noir et garnie. Les boîtes de perles scintillantes du même nom feront également un joli cadeau. On mise aussi sur le jeu chez Monbana avec un calendrier de l’avent modernisé et des citations humoristiques à chaque bouchée comme avec la boîte des « 12 bonnes résolutions pour la nouvelle année ».

Les Français ont consommé 3,5 kg de bonbons par personne et pour l’année 2015. 228 060 tonnes de confiseries ont été fabriquées en France en 2015. VENTES : COMMENT BIEN PRÉPARER LES FÊTES DE FIN D’ANNÉE ? Parlons stratégie de ventes. Adultes ou enfants, séduire la clientèle demande de se renouveler chaque année. Piochez dans nos idées. SURFEZ SUR LES TENDANCES : les marques imaginent chaque année de nouveaux produits. Packaging qui changent ou nouveautés pures, variez les produits et proposez un éventail large de chocolats et confiseries afin de toucher les grands comme les petits, ceux qui aiment les produits classiques comme les dernières nouveautés.

Nouvelle sur le marché, la marque de chocolat Okakao propose des plaques et des pots de pâte à tartiner gourmands. Idéal pour réaliser des coffrets cadeaux dégustation. Révillon reste dans le classique avec des papillotes de chocolats qui seront du plus bel effet à l’heure du café.

Cémoi lance cette année des boîtes cadeau de bonbons de chocolat façon dessert (Drôlement croustillant, Délicieusement fruité et Tendrement pâte d’amande). Leur nouveau sachet de papillotes pétillantes (avec en cadeau des tatoos) s’adresse aux enfants, stars de Noël, évidemment. Les boîtes de guimauves Cémoi touchent toutes

La marque de shortbread écossais Walkers se lance aussi sur le marché lucratif de Noël avec des biscuits en forme de petit bonhomme (gingerbread men).

Chez Nestlé , on pense aux enfants avec un calendrier de l’avent Smarties ainsi qu’une boîte de boules de Noël pour faire comme les grands. Du côté des adultes, le calendrier de l’avent After Eight en forme de tour Big Ben en séduira plus d’un comme la jarre Quality Street et les escargots pralinés Lanvin .

les générations. Qui n’aiment pas les guimauves ?

Ferrero reste dans le classique avec les traditionnels œufs Kinder version Noël, les calendriers de l’avent rassemblant les bonbons de chocolat phares de la marque, les coffrets pot de

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 14

N°583-septembre-octobre2017

CHOCOLATS & CONFISERIES DOSSIER SPÉCIAL

DISCUTEZ AVEC VOS CLIENTS : les conseils sont vivement recherchés par les clients qui viennent dans votre épicerie plutôt qu’en grande surface ! Prenez le temps de discuter, offrez une papillote, identifiez les besoins et orientez vers les

permettra de mieux répondre à la demande mais aussi vous aidera à gérer votre stock et échelonner les ventes. N’hésitez pas à proposer vos produits au moment où les grandes surfaces déploient leur arsenal début novembre. Eh oui, c’est le jeu de la concurrence. Lancez-vous ! Rien ne vous empêche en amont d’imaginer un petit questionnaire afin de définir les attentes de votre clientèle. Vous serez ainsi orienté dans vos commandes. PENSEZ À L’APRÈS-NOËL : après les fêtes, nombreux sont les clients à écumer les boutiques pour dénicher des gourmandises à tarif réduit. Les invendus ne seront pas perdus !

Non le chocolat ne fait pas grossir s’il est consommé avec modération. Privilégiez le chocolat à 70 % si vous avez la main lourde sur le paquet. Les diabétiques peuvent d’ailleurs consommer du chocolat noir à 70 %.

gourmandises appropriées. Proposez-leur des idées de coffrets mêlant tablettes de chocolat, pot de pâte à tartiner et petites douceurs par exemple. CAPTIVEZ VOS CLIENTS : racontez des anecdotes et/ou des renseignements sur la fabrication et l’histoire des produits. Saviez-vous que ce petit ourson est incontournable depuis des générations ? Ces chocolats sont produits dans telle région ... Connaissez-vous l’histoire de la truffe ? Orientez-les sur les accords chocolats/ boissons (chocolat, thé, café...). Proposez des recettes à réaliser avec des ingrédients en vente dans votre commerce (Voir encadré en fin de dossier). SOLLICITEZ LES SENS : chocolats et confiseries s’apprécient aussi avec la vue et l’odorat ! Imaginez une belle vitrine avec chocolats, confiseries, sujets de Noël, guirlandes lumineuses.... et/ou un rayon décoré, une tête de gondole... Nombreux sont les clients à faire du lèche-vitrine durant la période des fêtes. D’autant plus lorsque votre vitrine clignote de loin ! Pourquoi ne pas diffuser une petite musique de Noël et vaporiser un spray gourmand dans la boutique ? L’esprit de Noël gagnera vos clients et pourra déclencher des ventes. PROPOSEZ DES DÉGUSTATIONS, DES ANIMATIONS : ouvrez une boîte de chocolats ou confiseries et faites goûter ! Quoi de mieux pour convaincre les clients que de faire connaître vos produits. Méthode efficace lorsque l’indécision pointe le bout de son nez. Organisez des loteries, jeux ou concours seul ou en lien avec d’autres commerçants afin d’augmenter votre flux de visiteurs et susciter des ventes. SOYEZ PRÉSENTS SUR INTERNET : votre épicerie a sa page Facebook ? Attirez les gourmands avec des photos, des vidéos, des astuces, des idées de cadeaux, des recettes... Facebook est simple d’utilisation et vous assure une belle visibilité auprès des abonnés. Incitez à liker et partager vos publications et votre cercle d’abonnés grandira ! Votre Fédération vous proposera très prochainement de vous former à ces nouveaux outils digitaux voire à rejoindre son panel d’épiciers testeurs. PROPOSEZUNCOIN«CHOCOLATSETCONFISERIES» ADAPTÉ À DIVERS RÉGIMES ALIMENTAIRES : vegan, bio, équitable, sans gluten, sans sucre, sans sel... Proposer des produits spéciaux qui conviendraient à des régimes particuliers vous assure de toucher un public bien présent et souvent déçu de ne trouver dans le commerce que des produits classiques. Vos concurrents seront peut-être sur le banc de touche avec cette idée ! GÉREZ VOS STOCKS : préparez vos stocks de confiseries et chocolats ! Anticiper vous

CONSEILS POUR BIEN CONSERVER VOS DOUCEURS

Une fois leurs achats effectués, vos clients vous demanderont certainement combien de temps se conserve le chocolat ou les bonbons ? A quelle température ? Au réfrigérateur ou non ? Surtout si leurs achats sont effectués dès novembre et que les précieuses gourmandises doivent patienter à la maison avant le jour J. Voici quelques petits conseils.

• Ne surtout pas mettre le chocolat au réfrigérateur. En effet, ce dernier fige le beurre de cacao, le fait ressortir et cela blanchi le chocolat et enlève une partie de l’arôme du cacao. • Ne pas placer le chocolat à la lumière ni au soleil ni à l’humidité. Entreposez-le dans un endroit sec et sans lumière (dans un placard

Le chocolat contient trois des substances qui protègent les dents contre le sucre. Les polyphénols empêchent le développement des bactéries, les phosphates détruisent les acides formés et le fluor renforce la résistance de l'email.

par exemple c’est très bien). Entre 10 et 18 degrés. Le chocolat n’aime pas les températures trop chaudes et trop froides. • Le chocolat n’aime pas non plus les changements de température trop brusques qui peuvent lui donner un aspect rugueux ou irrégulier. Il s’agit du sucre contenu dans le chocolat qui produit cela. Tout comme la matière grasse, cela ne change pas son goût chocolat, seulement son aspect. • En dessous de 25° inutile de s’inquiéter pour les chocolats. En effet, ils supportent bien la température ambiante, tant qu’ils ne sont pas en plein soleil ou près d’une source de chaleur (cheminée, chauffage, gazinière, four, bougie...). • Dans de bonnes conditions, le chocolat peut être gardé pendant longtemps. Plus votre chocolat est noir, plus longue peut être sa conservation. On estime la durée de vie d’une tablette de chocolat noir à deux ans. Le chocolat au lait quant à lui peut être conservé durant un an et demi. • Les confiseries et bonbons au praliné ou à la ganache sont plus fragiles. Ils peuvent généralement être gardés une semaine voire deux maximum. Comme celles fourrées aux fruits. Enfin, celles contenants de l’alcool peuvent être gardées plus longtemps. • Les bonbons se conservent sachet fermé à température ambiante. Ne pas mettre au réfrigérateur. Ils risqueraient de durcir • Ne pas exposer les bonbons au soleil ou près d’une source de chaleur. • Conservez vos meringues dans une boîte hermétique à l’abri de l’humidité.

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

15

N°583-septembre-octobre2017

CHOCOLATS & CONFISERIES DOSSIER SPÉCIAL

EN BREF... Anticipez les besoins, surfez sur les tendances comme sur les grands classiques. Réveillez l’esprit de Noël qui sommeille en chacun de nous. Parlez douceur de vivre, créer du lien avec vos clients, conseillez-les. Communiquez ! En vis-à-vis ou via les réseaux sociaux. Egayez et décorez vos vitrines, vos rayons.

Valorisez vos produits et n’hésitez- pas à les faire découvrir. Raconter vos produits, émoustillez leurs papilles. Vous avez désormais toutes les clés pour captiver les clients et doper vos ventes.

Le cacao contient des flavanols. Ce sont des molécules bénéfiques pour la relaxation des vaisseaux sanguins.

IDÉES RECETTES En cette période de fêtes, pourquoi ne pas proposer une petite activité ludique à vos clients ? Ils seront ravis de s’y mettre sous le regard étonné de leurs enfants et petits-enfants et en attendant le jour J ! Et bien sûr avec des ingrédients que vous aurez pris soin de mettre en avant dans votre épicerie. Pensez à distribuer et/ou mettre à disposition des photocopies de la recette !

RECETTE DU PAIN D’ÉPICES Ingrédients pour 4 personnes :

TRUFFES AU CHOCOLAT Ingrédients : • 300 g de chocolat noir

• 200 g de farine de blé • 120 g de cassonade • 100 g de beurre doux • 50 g de miel • 15 cl de lait demi-écrémé • 8 g de mélange d’épices à pain d’épices • 5 g de levure chimique • 1 œuf • 1 pincée de sel fin Préparation Etape 1 - Préchauffez le four th.6 (180 °C).

• 100 g de beurre • 2 jaunes d’œuf

• 125 g de sucre glace • 1 c. à soupe de lait • 4 cl de crème liquide • poudre de cacao

Préparation Etape 1 - Cassez le chocolat en petits morceaux dans une casserole. Ajoutez le lait et laissez fondre à feu doux (vous pouvez aussi faire fondre votre chocolat au bain-marie). Mélangez avec une spatule en bois pour obtenir une pâte lisse. Étape 2 - Ajoutez alors le beurre en parcelles en continuant à bien mélanger puis incorporez les jaunes d’œufs un par un et enfin la crème liquide. Mélangez bien. Ajoutez alors le sucre glace en fouettant. Versez la pâte dans un saladier et placez au frais pendant au moins 2 heures. Étape 3 - Quand la pâte est bien dure, formez des petites boules de la taille d’une noix et roulez-les dans le cacao pour l’enrobage. Gardez au frais jusqu’au moment de déguster.

Étape 2 - Faites fondre dans une casserole le miel, le lait et le beurre. Mélangez bien jusqu’à ce que lemélange soit homogène. Étape 3 - Dans un saladier, mélangez la farine avec la levure et le sel, puis ajoutez la cassonade et le mélange d’épices. Étape 4 - Creusez un puits au centre. Versez-y progressivement le lait. Étape 5 - Mélangez, puis ajoutez l’œuf et fouettez jusqu’à obtenir une pâte bien lisse. Étape 6 - Versez la pâte dans un moule à cake beurré et enfournez pour 45 min. Étape 7 - Laissez reposer 1 h avant de servir. ASTUCE ! : Pour le rendre encore plus gourmand et savoureux, vous pouvez agrémenter la pâte du pain d’épices de fruits confits ou de fruits secs (éclats de noisettes, d’amandes, raisins sec, morceaux de figues...).

Sources : journaldesfemmes • atelierduchocolat • femmeactuelle• planete-auto-entrepreneur • Syndicat national de la confiserie • Le syndicat du chocolat • CuisineAZ • paindepices-lips

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

4 16

N°583-septembre-octobre2017

LES GÉRANTS

LE TITRE EMPLOI SERVICE ENTREPRISE

Le Titre emploi service entreprise (Tese) simplifie vos formalités sociales et vous fait gagner du temps dans la gestion administrative de vos salariés. Il ne doit pas être confondu avec le chèque emploi service universel (CESU), lequel sert à rémunérer et déclarer uniquement les salariés des secteurs des services à la personne, pour des activités liées au domicile du particulier. A QUI S’ADRESSE LE TESE ? Ce dispositif facultatif est applicable aux entreprises de France métropolitaine relevant du régime général (hors groupement d’employeurs). Il permet à ces entreprises, si elles emploient moins de 20 salariés de gérer l’ensemble de leur personnel quel que soit leur contrat de travail (CDI, CDD, contrat d’apprentissage). Attention : lorsque vous voulez adhérer au Tese, vous devez l’utiliser exclusivement pour l’ensemble de vos salariés. Le Tese est utilisable pour toute nouvelle embauche et pour les salariés déjà présents dans l’entreprise. Le Tese vous fait gagner du temps Le Tese, c’est : i un seul formulaire en ligne pour les formalités liées à l’embauche ; i une seule déclaration en ligne pour les organismes de protection sociale gérant les régimes collectifs et obligatoires ; i un seul règlement pour les cotisations dues à ces organismes. Vous devez, cependant, régler directement auprès de chaque organisme concerné les contributions destinées au financement de la formation professionnelle, au service de santé au travail ainsi qu'aux régimes facultatifs ou individuels de protection sociale, à la taxe d'apprentissage... COMMENT ÇA MARCHE ? En pratique, il vous faut tout d’abord adhérer en ligne : www.letese.urssaf.fr ; onglet Espace employeurs (adhésion gratuite). Munissez-vous à cet effet de votre numéro SIRET, de vos coordonnées bancaires (en cas de prélèvement automatique) de l’intitulé de la convention collective, des taux de cotisation de retraite complémentaire, de complémentaire santé et de prévoyance (avec numéros de contrats idéalement). Il vous sera aussi demandé, entre autres, quel service de santé au travail vous avez choisi pour le suivi médical de vos salariés. Attention : parallèlement à la demande d’adhésion, vous devez contacter les différents organismes sociaux dont vous dépendez pour effectuer les formalités d’affiliation. Pour retrouver les informations sur l’adhésion : http://www.letese.urssaf.fr/tesewebinfo/cms/documentation.html Pour contacter un conseiller du Tese : 0 810 123 873 (Service 0,05Ð/min + prix appel). En principe, votre centre Tese devrait être celui de Paris. Puis, vous saisirez le contrat, lequel permet d’effectuer les formalités d’embauche en une seule fois : contrat de travail et DPAE. L’opération est à effectuer pour un salarié déjà présent. Il vous faudra aussi effectuer les déclarations sociales , ceci en saisissant le volet social avant le 25 du mois d’activité (sauf embauche en fin de mois : dans les 5 jours après la date du début de contrat). Le bulletinde paie et le décompte de cotisations seront ensuitemis à dispositiondans votre Espaceemployeur (avertissement par mail de leur mise en ligne). Enfin vous pourrez payer les cotisations dues par chèque ou prélèvement automatique (recommandé).

Et vous devrez acquitter directement auprès de chaque organisme concerné les contributions destinées au financement de la formation professionnelle, au service de santé au travail ainsi qu'aux régimes facultatifs ou individuels de protection sociale, la taxe d'apprentissage et le cas échéant, la participation au fonds de développement pour l'insertion professionnelle des handicapés. Quels documents sont à remettre au salarié ? Vous devrez donner au salarié : • Une copie du contrat, signé des deux parties ; • Le bulletin de paie ; • Une attestation annuelle de salaires déclarés dans le cadre du Tese.

Guide demande d’adhésion

sur www.letese.urssaf.fr

@

Mode d’emploi

Août2016

L A R E V U E D U D É T A I L L A N T

17

N°583-septembre-octobre2017

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24

Made with FlippingBook - professional solution for displaying marketing and sales documents online