Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

Deux années plus tard dans ses « Recommendations to Physicians Practicing Psychoanalysis » (« Conseils aux médecins sur le traitement analytique »), Freud (1912 ) recommandait que les analystes en formation doivent reconnaître, résoudre et surmonter ces contre-transferts, en préparation à leur futur travail analytique avec les patients. Plus tard encore, il ajoutait : « Nous devrions ne pas abandonner notre neutralité envers le patient, que nous avons acquise en surveillant le processus de contre-transfert » (Freud 1915, p. 164). Freud considérait l'esprit de l'analyste comme un 'instrument', que l'efficacité de son fonctionnement serait entravé par le contre- transfert, par les limites imposées au travail psychanalytique en raison des conflits irrésolus et des points aveugles du psychanalyste. Ainsi, le contre-transfert était perçu comme un obstacle à la liberté de l'analyste et à sa capacité de comprendre le patient. Le contre-transfert devait d'abord être reconnu puis résolu. Pourtant, tout au long de ses nombreuses lettres et les réévaluations de sa propre pensée théorique, par ses allusions énigmatiques sur les contradictions et les conflits, restant fidèle à sa quête théorique auto-subversive à anticiper et modéliser une multitude de conceptualisations (Reisner, 2001), Freud s'était également aperçu que ses disciples avaient appris à soutenir une partie de leur propre conscience et de leur propre connaissance. L'approfondissement de notre connaissance sur le contre- transfert est en accord avec ce principe. Dans ce contexte, d'ailleurs, il convient de rappeler que le premier rêve détaillé dans le texte d’inauguration de la psychanalyse, « The Interpretation of Dreams » (« L'interprétation des rêves ») (Freud, 1900), était bien « L'injection faite à Irma », daté de 1895, le rêve de contre-transfert par excellence. Les reconstructions historiques, par Harold Blum (2008) et Carlo Bonomi (2015), de la vie de Freud pendant son auto-analyse durant les années 1895-1899, qui coïncident avec ses écrits de « L'interprétation des rêves », révèlent la complexité du transfert de Freud sur Fliess, ainsi que son propre contre-transfert envers leur patient en commun, Emma Eckstein (‘Irma’ dans le rêve, et plus tard la première thérapeute psychanalytique femme). Blum and Bonomi démontrent comment ce contre-transfert a modelé le développement théorique de Freud (ainsi que d'autres thèmes, depuis la bisexualité à l'hétéronormativité, la théorie du traumatisme sexuel aux conceptualisations du développement psychosexuel, les fantasmes inconscients et les conflits intrapsychiques). Dans ce contexte, la notion du contre-transfert représente et illustre l'interaction constante entre la théorie et la pratique, le travail clinique et la conceptualisation, depuis la « naissance de la psychanalyse » et tout au long de son évolution. Freud a donné naissance au concept, mais n'a pas fait la démarche d'élaborer explicitement le contre-transfert en termes d'outil de travail psychanalytique, qu'il avait par ailleurs effectué pour le transfert. Les premières conceptions explicites de Freud ont fini par être qualifiées de perspectives ‘étroites’ sur le sujet du contre-

118

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker