Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

objets primaires et les interlocuteurs (et, en analyse, la qualité de la position analytique de l'analyste) déterminent la capacité de l’enfant/patient à tolérer la rencontre avec ‘O’ (Gaburri & Ambrosiano, 2003) et avec la réalité émotionnelle qui l'accompagne. Pour Bion, ‘O’ est le domaine de ‘l'objet psychanalytique’, le véritable nord vers lequel la question analytique devrait être dirigée, même si elle ne peut jamais être véritablement ‘connue’. Cette perspective selon laquelle quelque chose est là mais qui ne peut que ‘devenir’, ou être appréhendée intuitivement, parce qu'elle ne provient pas ‘de la sensorialité’, est réminiscente, dans son sens épistémologique du terme, à la pensée de Platon, de Kant et de différents mystiques. Dans la mesure où les éléments, ou ‘faits’ du O de notre existence ne peuvent jamais être complètement connus ou verbalisés, la dimension ineffable de l'être est par définition ‘ inconsciente’ . Cependant, la partie ‘inconsciente’ inconnaissable de O n'est pas l'inconscient dynamique freudien du refoulé. Elle est plus proche des plus profondes strates du Ça freudien, quelque chose qui est en train d'émerger, de non structuré, pas encore constitué. Si l'on peut ainsi parler ‘d'éléments’ dans le domaine de O, l'on peut dire qu'ils consistent en des perturbations ou des turbulences qui ne sont pas encore psychiques (‘ pré-psychiques’ ou ‘proto-psychiques ’). Bion n'a jamais désigné les contenus de O, mais en a décrit les phénomènes prépsychiques, protomentaux qu'il a qualifiés d' éléments bêta , qui ne peuvent être pensés ou que l'on ne peut penser, sauf si, ou au point où, ils sont transformés par une sorte de ‘travail du rêve’ psychique. Il a attribué à cette dernière activité le terme de ‘ fonction alpha’ et a affirmé que la fonction alpha était essentielle à un processus continu, 24 heures par jour, qui génère des ‘ pensées de rêves éveillés’ Ceux-ci sont considérés être les pierres d'assise de la pensée, de l'acte de penser et de l'organisation psychique. Une fois créés, les éléments alpha sont utilisés pour constituer une barrière de contact, c'est-à-dire ils sont, l'un après l'autre, essentiels à la transformation de l'expérience (la mentalisation), la délimitation de l'espace psychique, la création d'un contenant pour les pensées et la division topographique des contenus de l'esprit dans les systèmes Ics et Pcs/Cs. Puisque les éléments bêta sont des stimuli sensoriels jusqu'à ce qu'ils aient acquis un sens , ils sont différents du concept de ‘représentations’ de Freud. Bien que ce dernier puisse être conscient ou inconscient, les éléments bêta sont par définition au-delà, ou plutôt avant, la conscience , en ce qu'ils sont non pas psychiques, mais en ce qu'ils ‘ existent ’ ou sont enregistrés uniquement à un niveau neurobiologique ou somatique (les organes sensoriels et le cerveau font partie du premier). Cette formulation concerne le premier modèle de l'arc de Freud, tel qu'il est décrit dans son « Projet d'une psycholog ie scientifique ». Il est important de noter que les éléments bêta sont nécessairement inconscients, parce qu'ils ne sont pas encore psychiques , non pas parce qu'ils auraient soit été soumis au refoulement, ou auraient subi une quelconque autre modification défensive rendue nécessaire par un conflit avec le surmoi, ou par une angoisse produite par leur contenu ou signification illusoire ou effrayante. Une fois les éléments bêta transformés en éléments alpha – c'est-à-dire

199

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker