Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

conceptualiser. Selon les termes freudiens, le refoulement était représenté comme une barrière qui défend le système conscient de celui de l'inconscient. Bion a théorisé l'inverse, en ce que le refoulement a pareillement défendu le système Ics des stimuli sensoriels originaires du système Cs. (Bion 1962, p.27 ; Grotstein, 2008). La barrière de contact divise et unifie à la fois les phénomènes mentaux conscients et inconscients : grâce à la perméabilité sélective, un échange entre les systèmes Cs et Ic. est rendu possible. La perméabilité sélective de la barrière de contact entre le conscient et l'inconscient est créée et renforcée par la fonction alpha par laquelle les données sensorielles brutes (les éléments bêta) sont transformées en éléments alpha qui peuvent être utilisées à penser et à rêver. La fonction alpha comprend aussi bien les processus et fonctions primaires que secondaires dans les deux systèmes que sont les Cs . et Ics. (Grotstein 2004, 2007). Selon la pensée de Bion, dans le domaine de la fonction alpha, les principes de plaisir et de réalité sont tous deux inclus : ils ne sont pas considérés être des principes distincts comme le théorisait Freud, mais conjoints en des oppositions binaires dans les deux systèmes et fonctionnant normalement de manière coopérative (Bion, 1962, 1963, 1965). Depuis le concept de la barrière de contact découle celle de ‘ vision binoculaire’ : une capacité fondée sur une double focalisation qui favorise la coopération entre les fonctions mentales conscientes et inconscientes (Reiner, 2012). Bion s'y réfère, quand il ajoute qu’une sorte de vision mentale binoculaire nous est nécessaire : un œil aveugle [au monde sensuel], l'autre doté d'une vision suffisante (Bion, 1975, p.63). La vision binoculaire apporte une profondeur et une résonnance à l'expérience, Grotstein (1978) la considère comme une ‘voie qui suit un chemin parallèle’, qui facilite l'appréhension des phénomènes qui ont lieu au cours d'une analyse. Les systèmes Ics et Cs peuvent être considérés comme les deux yeux ou les deux hémisphères cérébraux réceptifs aux intersections de ‘O’ en constante évolution, depuis leurs points d’observation respectifs (Grotstein 2004). Une telle vision binoculaire permet à l'analyste de prêter attention et de tenter de comprendre ce qu'il voit, depuis une perspective réversible: une consciente et une autre inconsciente qui à son tour favorise une façon de voir les choses depuis des perspectives différentes (De Bianchedi, 2001). Bion considère qu'en qualité d'analyste, nous devrions utiliser à la fois notre esprit conscient et inconscient pour être réceptif à ‘O’ « comme Vérité Absolue (au sujet de) la Réalité Ultime » (Bion 1970, p.88). La théorisation de l'inconscient, en tant que système, dérive de ce concept, qui coïncide partiellement avec ‘O’, ce qui est inconnaissable et inconnu puisqu'il reste en dehors de la conscience réflective. La seule façon d'y accéder s'effectue par la résonance en ‘O’ avec celui-ci. En présentant le concept de ‘O’ et en le reliant à la chose en soi et ‘l'infini’, Bion propulse le concept de l'inconscient dans l'ère postmoderne de la compréhension, qui est ainsi relié à l'infini, le chaos et la théorie de la complexité, la théorie de la catastrophe et de la spiritualité (Grotstein 1997). Il convient de souligner qu'une forte corrélation entre l'environnement primaire et la possibilité de contact avec ‘O’ existe : la qualité des

198

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker