Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

Klein, l'inconscient se caractérise par les mécanismes de défense de l'enfant, qui est poussé à se débarrasser des parties du Moi empreintes de sadisme et d'angoisse, dominées par la pulsion de mort , par les processus inconscients de clivage et d'identification projective . Sont ajoutées en outre les défenses de déni et d'idéalisation. Le concept de l'inconscient issu du refoulement originaire proposé par Freud ne concorde pas avec le concept kleinien de l'inconscient (Mancia, 2007). Dans la théorie kleinienne, la vie interne de l'individu est fondée sur le phantasme inconscient et est gouvernée par des positions paranoïde-schizoïde et dépressives (PSP-PD) (Klein, 1935). Ce sont des modes de fonctionnement intrapsychique qui reflètent la manière dont une personne entre en relation avec ses propres objets internes et qui donc influencent profondément comment elle entre en relation avec les personnes du monde extérieur. Le concept initial kleinien d' identification projective est devenu progressivement orienté vers la relation, évoluant ainsi dans le modèle théorique bionien en une forme de communication particulière et une sollicitation inconsciente à la contenance et la rêverie. Dans le fonctionnement mental inconscient de la fonction alpha, que Bion a détaillé (1962, 1965), l'on peut y entrevoir la manière dont l'Inconscient se développe dans un contexte relationnel : le psychisme conscient et inconscient de l’enfant est structuré par la fonction maternelle de rêverie, élément crucial de l'organisation de la vie inconsciente du jeune enfant. Avant l'émergence du refoulement, l'inconscient est façonné par la facilitation transformative effectuée par le psychisme du parent des expériences sensorielles et émotionnelles qui accèdent à l'enfant dans le domaine des relations primaires. Toutes les régions et les cultures psychanalytiques ont été influencées par le concept central kleinien de ‘ fantasme inconscient’. Le ‘fantasme’ (phantasy), qui s'épelle en anglais avec un 'ph' plutôt qu'avec un 'f', met l'accent sur la référence du terme à la forme basique de la structure psychique et son contenu idéationnel spécifique, plutôt qu'uniquement le scénario d'un souhait élaboré des dérivatifs pulsionnels ou du rêve éveillé. La base théorique sur laquelle l'esprit est considéré être organisé par, et autour, de ces pierres d'assise de base de la structure psychique, fait suite à l'assertion de Melanie Klein, selon laquelle la connaissance de, ou au moins le sentiment par rapport à, l'objet, comme but ou source de satisfaction, fait partie inhérente des pulsions . En contraste à la théorie freudienne en ce que les pulsions existent avec leurs dérivatifs dans la psyché et l'objet doit être ‘trouvé’ afin d’être placé en équation inconsciente, Klein stipule que l'objet de la pulsion est là, ab initio , in-né et intrinsèque . De même avec l'objet, il existe également un sentiment inné du soi en sa qualité de sujet , c'est-à-dire le sujet désirant qu'elle que soit sa qualité partiale, vague ou primitive, et donc l’unité fondamentale du ‘je qui désire quelque chose de vous’, ou ‘je qui fait quelque chose à vous’ (en tant qu’objet partiel ou total) est assumé depuis les premiers débuts de l'activité psychique. Le concept freudien de ‘ barrière de contact’ a été élargi par Bion, qui l'avait récupéré depuis le « Project for a Scientific Psychology » ” (Freud, 1895), (« Projet pour une psychologie scientifique ») et en avait proposé une nouvelle façon de le

197

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker