Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

Le rôle du fantasme dans le développement de l'activité inconsciente est conçu comme une force organisatrice majeure dont l'origine se situe dans une interaction de facteurs environnementaux et intrapsychiques complexe (Arlow 1969a,b ; Arlow & Richards, 1991). Les fantasmes inconscients sont des organisations dont le but est de concourir à ce que la personne maximalise le plaisir et minimise le déplaisir. Pour les théoriciens modernes des conflits, chaque fantasme inconscient est l'expression de la façon dont la fonction synthétique de la psyché humaine gère les conflits. Les contenus de ces fantasmes inconscients sont dérivés des ambivalences et des conflits survenus pendant l'enfance, et leurs variantes pendant le cycle de vie. Les éléments complexes se forment dans l'esprit, selon les circonstances et les besoins. Les éléments du conflit restent catégoriquement les mêmes à chaque instance, c'est-à-dire un dérivatif pulsionnel, un affect désagréable, une défense, une expression morale/éthique ou une demande provenant du monde externe, alors que le contenu du conflit varie selon les caractéristiques personnelles, l'expérience et la situation actuelle de chacun. Les théoriciens du conflit perçoivent, dans cette interprétation, l'expression de la structure et du processus inhérents dans l'activité de compromis qui définit toute vie psychique. III. B. L'inconscient dans la théorie ‘britannique’ de la relation d'objet (Klein, Bion, Winnicott) La théorie de la relation d'objet est un développement majeur postfreudien qui s'est déployé au Royaume-Uni et en France. La théorie des relations d'objet développe un concept selon lequel les fondations de l'inconscient ne s'appuient plus sur le modèle de la pulsion énergétique freudien plutôt solipsiste, ni sur le processus du refoulement, mais sur un modèle relationnel de la psyché humaine. Les concepts théoriques variés qui résultent de l'école de la relation d'objet représente l' Inconscient comme un système qui se développe et se forme au cœur d'une relation. La théorie de la relation d'objet se focalise sur le rôle de l'objet conçu comme le dénouement / comme le produit de l'internalisation des expériences relationnelles que l'individu a vécues depuis les premiers stades de son existence. A partir de cette perspective, un point de rencontre s'effectue entre les domaines intrapsychiques et intersubjectifs , les faits relationnels et les fonctions mentales inconscientes. L’enfant intrinsèquement doté de pulsionnalité est ainsi façonné par les interactions avec l'environnement, lesquelles sont à leur tour modelées et colorées par les processus psychiques inconscients. Bien que relativement peu connu durant son existence, ‘l'homme qui a dé-clivé l'atome psychique’ (Malberg & Raphael-Leff, 2014), W. R. D. Fairbairn (1952) est largement considéré l'un des premiers innovateurs théoriques dans ce domaine. Pendant des décennies, le travail de Melanie Klein, mieux connu et plus influent, a adopté une perspective purement intrapsychique et intersubjective. Pour

196

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker