Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

En fait, des échanges, des débats et des études ont bien lieu et sont également publiés ; ils démontrent que la rencontre entre les deux courants est possible et que l'incompatibilité résulte de la simplification. Deux faits peuvent être pris en considération. D'une part, et cela depuis Freud, le phénomène de l'après-coup est souvent actif, et d'ailleurs reconnu, sans être dénommé. D'autre part, le terme d’après- coup est fréquemment utilisé par les analystes dans sa simplification courante en tant que déplacement temporel et de réflexivité antérograde, qui n’impliquerait pas les attractions de l'inconscient et le travail conséquent requis, au même degré que le concept lui-même. Enfin, toutes les études psychanalytiques peuvent également être considérées comme des après-coups de ce qui a motivé le travail de Freud. En effet, en lui emboîtant le pas, elles développent, affinent et donnent une signification nouvelle à ses propositions. De plus, en faisant face à des aspects de la réalité qui sont restés inexplorés dans le travail de Freud, elles l'enrichissent et la modifient dans leurs fondamentaux. Un retour aux conceptions de la source traumatique est ainsi nécessaire afin qu’une nouvelle ère de pensée puisse advenir, s’intégrer à la précédente et remanier l’ensemble. III. D. Nachträglichkeit dans la psychanalyse latino-américaine Selon la perspective latino-américaine, la Nachträglichkeit freudienne est une conception de la temporalité non linéaire, rétroactive, une interaction entre avant et après . Il est admis que le concept de Nachträglichkeit est associé à ce que l’on appelle le retour aux écrits de Freud. Malgré la dominance de la pensée kleinienne dans la psychanalyse rioplatense jusqu'à la fin des années 1960, la conception non-linéaire de Freud en termes de temporalité psychique n'a jamais été absente de sa transmission (Pontalis, 1968). L'opération de Nachträglichkeit requiert ainsi deux scènes : l'après qui construit- constitue l’avant. Ces scènes ont une matérialité différente et sont asymétriques. Dans la scène de l’ après , il y a un sujet qui se rend présent et qui s’entreprend à créer la scène avant , là où ce qui est présent est l'objet. C'est seulement dans cet après , avec l'apparition du sujet, qu'il est possible de construire la scène antérieure comme trauma, dans laquelle il y a/avait uniquement un objet, dans un mouvement circulaire, non réciproque, entre les deux scènes. Ceci nous permet de concevoir la causalité psychanalytique de manière non-déterministe. Nous pouvons ainsi voir, de cette façon, à quel point la signification et la temporalité sont imbriquées dans le Nachträglichkeit , ce qui révèle la différence entre les mécanismes d'action rétroactive et régressive. Si chaque scène se signifie (si la scène antérieure était d'elle-même et en elle-même traumatique), alors l'action rétroactive se transforme en régression.

364

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker