Étoile d’Horizon – Mars 2021

programme de gestion des dossiers d’invalidité Soutien aux employés blessés ou malades Page 7

Des liens très spéciaux Deux sœurs (qui sont aussi belles- sœurs) et une transplantation Page 9

Histoire de deux pandémies : un regard poétique Le passé façonne le présent Page 13

Numéro 25, volume 6 Mars 2021

Une publication pour le personnel du Réseau de santé Horizon

D’ailleurs à ici : le chemin parcouru par un groupe d’infirmières formées à l’étranger pour se rendre jusqu’à Horizon Page 19

Amitié, soins et dévouement : Cinq infirmières témoignent de leur vie professionnelle ensemble depuis plus de 30 ans Page 6 Cousues avec amour : L’épouse d’un ancien patient en soins palliatifs fabrique des courtepointes pour de futurs patients et leurs familles Page 10

ContenU

5 6 7

8 9 10 11

12

LHM contribue au mieux- être de la population vulnérable Joignez-vous à l’équipe du Programme SANE d’Horizon

Des liens très spéciaux : deux sœurs (qui sont aussi belles-sœurs) et une transplantation

L’espoir renaît aux cliniques de vaccination contre la COVID-19 pour les travailleurs de la santé d’Horizon

Amitié, soins et dévouement : cinq infirmières témoignent de leur collaboration depuis plus de 30 ans

L’équipe de Gestion des dossiers d’invalidité d’Horizon : un soutien aux employés blessés ou malades

Résultats de recherche d’un projet des Services thérapeutiques d’Horizon, à Saint John, publiés dans une revue nationale

Cousues avec amour : la veuve d’un ancien patient en sois palliatifs fait des courtepointes pour de futurs patients

Horizon et SMNB collaborent pour le mieux-être des médecins à l’HRDEC 4e collecte annuelle de pyjamas à Sussex : mission accomplie

MÉDIAS SOCIAUX

19

Bienvenue à la boutique virtuelle d’Horizon! 20

13

14

Mentions dans les médias sociaux 15

16

17 18

Des habitudes saines pour favoriser la compassion envers soi-même

La résilience chez les travailleurs de la santé durant la pandémie de COVID-19

Une nouvelle carrière au Nouveau-Brunswick permet un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée

Le passé façonne le présent : un regard poétique sur l’histoire de deux pandémies au Nouveau-Brunswick

#RechercheChezHorizon : un projet collaboratif remporte le premier prix du FRSNB

D’ailleurs à ici : le chemin parcouru par un groupe d’infirmières formées à l’étranger pour se rendre jusqu’à Horizon

En page couverture : De gauche à droite : Christina (Tina) Christopher, Janabelle (Jana) Pama, June Panadero et Kriselle (Ellie) Laude, collègues à l’Hôpital régional de Saint John du Réseau de santé Horizon, photographiées en mars.

Dans chaque numéro Message de la présidente-directrice générale

Ce bulletin est publié par le Service des communications du Réseau de santé Horizon. Il est distribué gratuitement au personnel, aux médecins et aux bénévoles d’Horizon. La version française est offerte en ligne à l’adresse fr.horizonnb.ca. Rédactrice : GinaBeth Roberts Chef de la création : Hudson Creative Agency Impression : Advocate Printing Veuillez transmettre vos commentaires et vos idées d’article à EtoileHorizon@HorizonNB.ca.

Mot de la rédactrice Le coin des collègues Regardez qui brille

Mot de bienvenue de la rédactrice

L’espoir renaît

Chers membres du personnel, médecins et bénévoles, Il est difficile de croire qu’un an s’est écoulé depuis que la pandémie de COVID-19 s’est fait une place dans notre quotidien, à la maison comme au travail. Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé déclarait la pandémie de COVID-19. Le même jour, la Dre Jennifer Russell, notre médecin-hygiéniste en chef, annonçait un premier cas présumé (plus tard confirmé). À partir de ce moment-là, la majeure partie du monde s’est mise en quarantaine. Pendant ce temps, vous vous êtes retroussé les manches pour faire face au défi de taille qui s’est présenté à vous et qui était en évolution constante.

aux cliniques de vaccination contre la COVID-19 pour les travailleurs de la santé d’Horizon

Bienvenue au 25 e numéro de l’ Étoile d’Horizon! Si tout anniversaire souligne une étape, le 25 e anniversaire — ou l’anniversaire d’argent — est en effet un événement marquant! Je ne saurais trop vous remercier tous et toutes du soutien et des encouragements que j’ai reçus en créant les 25 numéros de cette publication au cours des cinq dernières années. Un gros merci à ceux et à celles qui ont contribué au succès de la publication en présentant, en rédigeant, en révisant, en traduisant, en concevant et en lisant les articles. Je remercie tout particulièrement les personnes qui ont accepté d’être photographiées. Ensemble, nous avons créé 453 pages d’articles (le double, si l’on tient compte de la version française). Sans vous tous et vous toutes, l’ Étoile d’Horizon n’existerait tout simplement pas. Cette publication rejoint effectivement tout le monde au sein d’Horizon. Comme de multiples priorités se sont disputé l’attention de l’organisation entière au cours de l’année dernière, pandémie oblige, il n’a pas été facile d’en arriver là : nous avons ajusté les dates de publication, réduit le nombre de pages et supprimé certaines des fonctions les plus interactives. Tout de même, ça valait vraiment la peine! Les analyses que j’ai lues et les témoignages que j’ai entendus m’indiquent que le nombre de personnes qui lisent l’Étoile est plus élevé que jamais. Je suis donc très heureuse que nous puissions continuer à partager vos expériences avec vos collègues de toute l’organisation, quel que soit le format. Nous continuerons à nous adapter tout au long de 2021, au besoin, pendant que nous poursuivons notre intervention à la pandémie de COVID-19. J’espère que vous continuerez à me faire parvenir vos suggestions à HorizonStar@HorizonNB.ca. Bonne lecture!

Depuis, nous avons tous joué un rôle important pour en arriver où nous en sommes aujourd’hui : la vaccination de la population néo-brunswickoise, y compris le personnel du domaine de la santé. Notre plan de déploiement de la vaccination a pris de l’ampleur au cours des dernières semaines et cette tendance devrait se maintenir au cours des prochains mois, comme le prévoit le plan à jour de déploiement de la vaccination contre la COVID-19 du gouvernement du Nouveau-Brunswick. En date de la mi-mars, nous avions envoyé 14 000 invitations prioritaires pour la prise de rendez-vous de vaccination aux employés et aux médecins (travailleurs de la santé) d’Horizon qui travaillent activement dans nos établissements.

En décembre dernier, le gouvernement du Nouveau-Brunswick (GNB) annonçait son plan d’immunisation du Nouveau-Brunswick contre la COVID-19. Depuis, Horizon s’est affairé à mettre sur pied des cliniques de vaccination contre la COVID-19 et à vacciner ses employés et ses médecins (travailleurs de la santé) admissibles qui travaillent activement dans nos établissements. Des cliniques pour les travailleurs de la santé ont été mises en place à l’Hôpital régional de Miramichi, à l’Hôpital régional Dr Everett Chalmers,

à l’Hôpital régional de Saint John et à L’Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon. En date du 23 mars 2021, plus de 8 000 membres du personnel et médecins d’Horizon avaient reçu une première dose d’un vaccin contre la COVID-19. Merci à toutes les équipes d’Horizon qui contribuent à la franche réussite de nos cliniques de vaccination, y compris nos partenaires du Réseau de santé Vitalité, de la Santé publique du Nouveau-Brunswick, et bien d’autres!

4

5

SE FAIRE VACCINER À…

Karen McGrath Présidente-directrice générale Des milliers de personnes ont déjà reçu une première ou une deuxième dose du vaccin contre la COVID-19, et ce nombre continuera d’augmenter au cours des dernières semaines du mois de mars, puisque d’autres cliniques de vaccination sont prévues. Ce n’est pas rien! Nous avons aussi aidé à établir des cliniques de vaccination pour les membres du personnel et les résidents de foyers de soins de longue durée, pour les Premières Nations, et sous peu, nous offrirons le vaccin aux premiers intervenants, aux professionnels paramédicaux et aux personnes souffrant de problèmes de santé complexes. L’administration du vaccin ne change pas les directives en matière de santé publique et de prévention et de contrôle des infections en vigueur pour l’instant, mais j’espère qu’elle vous donnera une bien bonne dose d’espoir. Malgré la bonne nouvelle, il est tout à fait normal de ressentir diverses émotions, qu’elles soient bonnes ou moins bonnes durant ce mois charnière. Dans une vidéo, le North American Center for Threat Assessment and Trauma Response explique comment les traumatismes sont emmagasinés dans le corps et que le corps se souvient des anniversaires, même si l’esprit conscient ne s’en souvient pas. On y offre également des stratégies cérébrales pour faire attention à votre santé mentale et celle des autres. Il s’agit là d’une perspective très intéressante. Au cours de la prochaine réunion du Conseil d’administration (le 15 avril), Horizon fera part de son nouveau plan stratégique qui comprend trois priorités stratégiques, chacun comprenant plusieurs objectifs. Nous présenterons d’autres renseignements aux membres du personnel et aux médecins avant la réunion du Conseil d’administration, puisque nous savons à quel point il est important pour les membres du personnel et les médecins à tous les niveaux de l’organisation de savoir quels aspects de leur travail sont touchés par le plan. Ainsi, vous en apprendrez davantage sur notre plan stratégique, ses priorités et ses objectifs au cours des semaines et des mois à venir. Comme vous le savez peut-être déjà, j’ai récemment annoncé que je prendrai ma retraite le 16 janvier 2022. Si j’ai annoncé la nouvelle si tôt, c’est pour donner au gouvernement le temps nécessaire pour préparer ma succession. Nous souhaitons pouvoir dénicher une nouvelle tête dirigeante avant mon départ afin d’assurer une transition sans heurts pour tout le personnel d’Horizon ainsi que pour tous nos patients et clients. Soyez assurés que je demeure dévouée envers le bien-être du Réseau de santé Horizon et le vôtre et que j’ai encore plusieurs objectifs à atteindre au cours des

L’Hôpital régional de Saint John du Réseau de santé Horizon

L’Hôpital régional deMiramichi du Réseau de santé Horizon

GinaBeth Roberts Rédactrice, Étoile d’Horizon

prochains mois avant de passer le flambeau à mon successeur. La présidente-directrice générale du Réseau de santé Horizon,

L’Hôpital régional Dr Everett Chalmers du Réseau de santé Horizon

L’Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon

Karen McGrath

Coin des collègues L’équipe de Gestion des dossiers d’invalidité d’Horizon : un soutien aux employés blessés ou malades

Amitié, soins et dévouement : cinq infirmières témoignent de leur collaboration depuis plus de 30 ans Dans le domaine des soins infirmiers, il est

deuxième chez-moi. L’Hôpital St. Joseph est le meilleur endroit pour travailler! » Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle préférait dans son travail au Centre de soins d’urgence de l’Hôpital St. Joseph, Carole Calnan répond : « la collaboration de l’équipe à la prestation de soins axés sur le mieux-être du patient et de sa famille. » Rita raconte qu’elle a décidé de devenir infirmière parce que trois de ses amies s’orientaient vers cette profession. « Cette décision s’est avérée être la meilleure de ma vie », déclare-t-elle. « J’adore mon travail d’infirmière et d’enseignante et j’aime prendre soin des gens. La gentillesse, la sollicitude, l’empathie et la compassion font partie de notre identité. » Tous les jours, les membres de l’équipe

partagent leurs connaissances et s’appuient les unes sur les autres. Elles continuent à accorder la priorité à la santé et au mieux-être de leurs patients et s’efforcent de les mettre à l’aise, quelle que soit la blessure ou la maladie. Carol Mason indique qu’il y a deux choses qu’elle aime particulièrement dans son travail : « les gens avec lesquels je travaille; notre façon de collaborer et de nous soutenir mutuellement, et, en rentrant chez moi à la fin de mon quart de travail, la réalisation que j’ai aidé quelqu’un. » « Nous nous sentons très privilégiées de travailler ensemble depuis si longtemps », affirme Michele, « et nous sommes fières d’être des infirmières du Centre de soins d’urgence de l’Hôpital St. Joseph! »

courant que les infirmières immatriculées et les infirmiers immatriculés travaillent dans divers milieux au cours de leur carrière, en changeant de poste, de service et de lieu de travail. Il est donc exceptionnel que depuis plus de 30 ans cinq infirmières immatriculées travaillent ensemble dans le même service Jackie Belyea, Carole Calnan, Rita Brown et Michele Perkins-Stephen, toutes des infirmières immatriculées, travaillent au Centre de soins d’urgence (anciennement un service d’urgence) de l’Hôpital St. Joseph du Réseau de santé Horizon. du même établissement d’Horizon! Depuis les années 1980, Carol Mason, Cette équipe d’héroïnes de première ligne a fait face à de nombreux changements au cours des trois dernières décennies, notamment au début des années 2000 lorsque le service d’urgence entièrement opérationnel 24 heures sur 24 a été transformé en un Centre de soins d’urgence. Au début de leur carrière d’infirmières à l’Hôpital St. Joseph, les patients nécessitants des soins médicaux d’urgence arrivaient en ambulance au Service d’urgence. « Les patients se présentaient 24 heures sur 24 pour obtenir les soins d’urgence dont ils avaient besoin; ils pouvaient être admis dans d’autres unités de l’hôpital », explique Michele. « La situation a changé lorsque le Service d’urgence est devenu le Centre de soins d’urgence. » L’objectif était d’éviter le dédoublement des services avec ceux offerts par le nouvel Hôpital régional de Saint John. Malgré l’importance de ce changement pour l’équipe, « nous nous sommes adaptés », déclare Michele. « Bien que notre rôle ait changé, notre engagement envers nos patients depuis plus de 30 ans et notre désir de leur rendre service sont restés constants. » Gabrielle Smith, infirmière gestionnaire, explique que tout comme dans un service d’urgence, la notion d’une « journée typique » au Centre de soins d’urgence n’existe pas. Chaque jour se déroule de façon imprévisible. À leur arrivée, les patients sont évalués par une infirmière et reçoivent un numéro de triage. Les procédures de diagnostic et les traitements médicaux varient en fonction du patient. Les besoins de chaque patient sont uniques, un qualificatif qui décrit également ces cinq infirmières. Elles se distinguent non seulement par leur capacité à s’adapter à un environnement en constante évolution, mais aussi par leur esprit d’équipe et leur amitié. « Nous avons partagé de bons et de moins bons moments, des journées chargées et des journées tranquilles », déclare Jackie. « Mes collègues m’ont toujours soutenue. Me rendre au travail, c’est comme me rendre dans mon

L’objectif du Programme de gestion des dossiers d’invalidité consiste à atténuer de manière ciblée et coordonnée les effets directs et indirects de l’invalidité sur l’employé, sa famille et son employeur. L’équipe d’Horizon qui offre le programme fournit un soutien et des ressources aux employés qui sont malades ou blessés sur les lieux du travail ou ailleurs, et qui ont besoin de dispositions adaptées à leurs besoins. « Lorsqu’une blessure ou une maladie survient, notre équipe offre des programmes de gestion des absences et de l’invalidité pour favoriser la santé globale de l’employé », précise Michèle Rankin, gestionnaire régionale des dossiers d’invalidité à Horizon. « Nous sommes là pour informer, responsabiliser et soutenir tous les employés afin de les aider à passer de la maladie ou de la blessure au mieux-être avec succès. » Blessures et maladies liées au travail et non liées au travail Une blessure ou une maladie liée au travail est définie comme un préjudice corporel ou psychologique subi au cours de l’exercice d’une activité professionnelle. Une blessure ou une maladie non liée au travail désigne un préjudice corporel ou psychologique ou un problème médical personnel sans rapport avec le travail. Le domaine de la gestion des dossiers d’invalidité est axé sur les absences du travail résultant de maladies ou de blessures liées ou non au travail, et sur la prévention des risques à l’origine de ces absences au moyen de mesures d’adaptation, de prévention et d’aide au rétablissement. La recherche montre que les interventions précoces aident à prévenir les invalidités à long terme. Pour cette raison, Horizon s’est engagé à aider ses employés malades et blessés à se rétablir en leur proposant des options visant à soutenir leur réadaptation sur le lieu de travail et des programmes de retour progressif et sécuritaire au travail. Le programme d’aiguillage direct vers la physiothérapie offert dans le cadre d’un partenariat entre Horizon, Travail sécuritaire NB et les cliniques de physiothérapie locales en est un excellent exemple. Lorsqu’une blessure ou une maladie liée au travail se produit, le personnel du Programme de gestion des dossiers d’invalidité d’Horizon prend en charge tous les aspects connexes. Les renseignements pertinents sont examinés et les documents relatifs aux demandes d’indemnisation pour accidents de travail ou maladies professionnelles sont soumis à Travail sécuritaire NB, conformément à la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail et aux politiques de Travail sécuritaire NB. La plupart du temps, les absences de courte durée pour cause de blessure ou de maladie non liée au travail sont gérées au niveau du service où l’employé travaille. Cependant, si l’absence se prolonge ou si le cas devient plus complexe, on fait souvent appel au Programme de gestion des dossiers d’invalidité pour aider l’employé et son gestionnaire sous forme d’options de gestion des absences, de programmes de réadaptation au travail, de programmes de retour progressif et sécuritaire au travail et de mesures d’adaptation.

L’équipe offre des conseils, des outils et une expertise pour aider les employés et les gestionnaires à réussir le rétablissement au travail, le retour au travail et les plans de réadaptation professionnelle. Pour ce faire, l’équipe explore diverses options, comme la modification des tâches ou de la nature du travail, entre autres. L’équipe dispose de ressources pour apporter son soutien aux employés dans chaque grand établissement d’Horizon.

Graphique de : gouvernement du Canada

De gauche à droite : Robin Savoie, commis aux dossiers d’invalidité; Michèle Rankin, gestionnaire régionale des dossiers d’invalidité; et Brigitte Carter, coordonnatrice principale des dossiers d’invalidité, région de Saint John, Hôpital régional de Saint John du Réseau de santé Horizon.

Obligation de faciliter le retour au travail Les employeurs sont tenus par la loi de faire tous les efforts raisonnables pour faciliter le retour au travail d’un employé blessé ou malade. Toutefois, ils ne sont pas tenus de proposer des mesures susceptibles de leur causer des préjudices injustifiés en matière de coûts financiers, de continuité de service, de santé et de sécurité ou de conventions collectives. Il incombe principalement à l’employeur, en tant que responsable des lieux de travail, de faciliter le retour au travail de l’employé. Toutefois, chacun a un rôle à jouer, y compris le syndicat et l’employé : Employeur : • Veiller à ce que les employés soient conscients de leur droit à bénéficier de mesures d’adaptation de la part de l’employeur. • Être informé de l’obligation légale qui incombe à l’employeur de prendre des mesures d’adaptation et pouvoir en discuter avec les employés. • Explorer les possibilités d’adaptation jusqu’au point de la contrainte excessive et être disposé à réexaminer et à modifier les mesures d’adaptation en fonction de l’évolution des besoins. • Faire preuve d’égalité dans le traitement des employés et respecter leur confidentialité. • Gérer de manière indépendante les demandes d’adaptation simples et directes. • Consulter les Ressources humaines ou le Programme de gestion des dossiers d’invalidité pour toute question qui se pose ou pour demander de l’aide dans les cas plus complexes. Employé ou employée : • Prendre des mesures préventives pour assurer la sécurité et le mieux-être personnels. • Demander des mesures d’adaptation si nécessaire et suggérer des solutions appropriées si possible. • Fournir des documents médicaux pour justifier les limitations et les restrictions. Syndicat : • Fournir aux employés des conseils et des recommandations en matière d’adaptation. • Soutenir les mesures d’adaptation indépendamment de la convention collective, à moins que le soutien de ces mesures n’impose une contrainte excessive.

6

7

De gauche à droite : April Leet, coordonnatrice débutante des dossiers d’invalidité, régions de Fredericton et Haut de la Vallée et de Moncton; et Jaime Maynard, coordonnatrice principale des dossiers d’invalidité, région de Moncton, L’Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon.

Carol Mason, Jackie Belyea, Carole Calnan, Rita Brown et Michele Perkins-Stephen travaillent ensemble en tant qu’infirmières immatriculées et amies au Centre de soins d’urgence de l’Hôpital St. Joseph depuis plus de 30 ans.

De gauche à droite : Lacey Melanson, commis aux dossiers d’invalidité; Kim Currie, coordonnatrice principale des dossiers d’invalidité, région de Fredericton et du Haut de la Vallée, Hôpital régional Dr Everett Chalmers du Réseau de santé Horizon.

Lisa Connors, coordonnatrice débutante des dossiers d’invalidité, régions de Miramichi et de Saint John, Hôpital régional de Miramichi du Réseau de santé Horizon.

KimberlyWilliston, coordonnatrice principale des dossiers d’invalidité, Hôpital régional de Miramichi du Réseau de santé Horizon.

Depuis leurs débuts comme infirmières à l’Hôpital St. Joseph il y a plus de 30 ans, Rita Brown, Michele Perkins-Stephen, Jackie Belyea, Carole Calnan et Carol Mason se sont adaptées ensemble à de nombreux changements, notamment la transformation du Service d’urgence en un Centre de soins d’urgence.

Voulez-vous renseigner vos collègues sur les services que vous offrez aux patients et au personnel dans l’ensemble d’Horizon? Écrivez à HorizonStar@HorizonNB.ca.

Les résultats de recherche d’un projet des Services thérapeutiques d’Horizon, à Saint John, sont publiés dans une revue nationale

Des liens très spéciaux : deux sœurs (qui sont aussi belles-sœurs) et une transplantation

Linda Duncan, une commis d’unité de soins infirmiers à l’Hôpital régional de Saint John (HRSJ) du Réseau de santé Horizon, a sauté sur l’occasion d’échanger son rôle d’employée d’Horizon contre celui de patiente d’Horizon. En 2020, la sœur de Linda, Sandy, est tombée malade d’une infection récurrente, la colite à Clostridium difficile (C. difficile). Lorsqu’on lui a demandé son aide, Linda, membre de l’équipe d’Horizon depuis 32 ans, n’a pas hésité à prêter main-forte à sa sœur. « Quand la Dre Jacquelyn LeBlanc, spécialiste des maladies infectieuses, m’a demandé de participer à une transplantation fécale, particulière. Elles sont sœurs par le sang, mais elles sont aussi belles-sœurs, ayant épousé les frères Duncan il y a 47 et 49 ans. Au fil des ans, la famille Duncan a traversé de nombreuses épreuves, mais en mars 2020, elle s’est trouvée devant l’un de ses plus grands défis. Si mars 2020 rappelle le début de la pandémie de COVID-19 pour un grand nombre de Néo- Brunswickois, chez les sœurs Duncan, ce mois marque également le diagnostic de cancer du sein de Sandy. En avril, Sandy a subi une lumpectomie. « Comme c’était une chirurgie d’un jour, elle n’a pas eu besoin de rester à l’hôpital, chose dont nous sommes reconnaissantes compte tenu des restrictions liées à la COVID-19 », précise Linda. « Mais dans les mois suivant la chirurgie, Sandy ne se sentait pas bien, et elle a dû être admise à l’hôpital en juillet après avoir reçu un diagnostic de C. difficile. » j’ai répondu : “Vous voulez dire une transplantation de caca?” » Selon elle, l’étrangeté de la chose l’a fait rire. Linda et Sandy ont une relation très Le C. difficile peut provoquer des symptômes allant de la diarrhée jusqu’à une inflammation du côlon potentiellement mortelle. Les sœurs Duncan s’attendaient à un court

Une revue nationale a publié les données sur l’ergothérapie recueillies dans le cadre du projet de modèle de réservation à accès ouvert des Services thérapeutiques de Saint John, Horizon. La réservation à accès ouvert désigne le système administratif permettant de fixer les rendez-vous des patients. En 2017, il s’est avéré nécessaire de rendre plus efficace le système de prise de rendez- vous des patients aux Services thérapeutiques dans la région de Saint John, notamment en ergothérapie, en physiothérapie ainsi qu’en audiologie et orthophonie. En collaborant avec son équipe, Becky McCollum, directrice des Services thérapeutiques pour la région de Saint John, cherchait à réduire la liste d’attente des patients en consultation externe ainsi que les délais d’attente de plus en plus longs pour obtenir ces services. Grâce à une approche LEAN six Sigma, l’équipe des Services thérapeutiques de Saint John a adopté un modèle de réservation à accès ouvert. « Les patients n’avaient plus besoin d’être aiguillés par un médecin; ils pouvaient appeler eux-mêmes pour fixer un rendez-vous à l’heure qui leur convenait. Les cas urgents recevaient des rendez-vous en priorité », explique

du nombre d’aiguillages de la part des clients eux-mêmes. Les délais d’attente n’ont pas nécessairement diminué, mais on a vu un plus grand nombre de clients. On a constaté que les patients recevaient leur congé plus rapidement, car ils évoluaient plus rapidement dans le système d’ergothérapie tout en bénéficiant de traitements de la même qualité qu’auparavant. Les thérapeutes ont ainsi pu prendre de nouveaux clients plus tôt. Aucun changement n’a été relevé en ce qui concerne les rendez-vous manqués en ergothérapie, bien que les données des autres disciplines concernées indiquent des changements à cet égard. Cette étude a été publiée dans le Canadian Journal of Occupational Therapy 2020, volume 87, numéro 5, dans un article intitulé « Investigating Open-access Booking in New Brunswick Occupational Therapy » par le Dr David Speed et Shelley Fyffe. Grâce au succès global obtenu dans l’amélioration des résultats administratifs, le modèle de réservation à accès ouvert deviendra une solution à l’échelle de la région; les Services thérapeutiques des régions de Moncton, de Fredericton et de Miramichi verront le déploiement du modèle au printemps 2021.

Becky. « Ce petit changement a eu une grande incidence sur l’efficacité administrative. » Le Dr David Speed, un professeur de l’Université du Nouveau-Brunswick et psychologue en psychologie appliquée, cherchait à mener des études avancées sur le modèle de réservation à accès ouvert. Quelques mois après la mise en place du projet, il a commencé à travailler avec Becky ainsi qu’avec Shelly Fyffe, ancienne facilitatrice de l’amélioration des processus d’Horizon, pour analyser les résultats du projet, en commençant par les données sur l’ergothérapie. L’étude visait à déterminer si le modèle de réservation à accès ouvert améliorait les résultats administratifs en matière d’ergothérapie. L’équipe s’est penchée sur le nombre d’aiguillages, les délais d’attente pour les premiers rendez-vous, la possibilité d’offrir des congés plus rapidement et l’incidence possible du modèle sur le nombre de rendez-vous manqués. Becky et son équipe ont surveillé les données brutes sur le nombre d’appels et de cas de rendez-vous manqués ainsi que les délais d’attente afin de déterminer les gains en efficience réalisés grâce à l’utilisation du modèle de réservation à accès ouvert. Les résultats de l’étude dans le domaine de l’ergothérapie ont révélé une augmentation

8

9

Les sœurs Duncan, Sandy (gauche) et Linda (droite), ont vécu de nombreuses expériences uniques dans leur vie, y compris leur mariage à deux frères. En 2020, elles ont ajouté à cette liste une transplantation fécale, grâce à laquelle Sandy a pu se remettre de la colite à Clostridium difficile (C. difficile).

séjour à l’hôpital, mais l’état de Sandy a continué à s’aggraver. De nombreux problèmes sont apparus, notamment une insuffisance rénale. « Pendant son séjour à l’hôpital, Sandy n’a pas pu bénéficier de la radiothérapie », explique Linda. « Elle a traversé des moments difficiles, mais elle a réussi à se rétablir, et je suis si heureuse d’avoir pu l’aider. » En apprenant que Linda avait décidé de subir une transplantation fécale en faveur de sa sœur, de nombreux collègues et amis lui ont confié qu’ils n’avaient jamais entendu parler d’une telle intervention. « Il s’agit d’un mode de traitement du C. difficile reconnu comme étant très efficace chez les patients qui ne répondent pas au

traitement classique », souligne la Dre LeBlanc. Le Dr Cory Gillis, gastro-entérologue, a effectué l’intervention avec succès et Sandy a reçu son congé en octobre. Aujourd’hui, elle a repris sa vie quotidienne, ses commissions et ses activités habituelles. « Nous sommes très reconnaissants envers tout le personnel. Sandy a passé du temps dans de nombreuses unités et chaque membre du personnel a été extraordinaire », dit Linda. « Nous tenions à raconter cette expérience afin que les gens puissent entendre parler des transplantations fécales, cette formidable option qui nous a permis d’aider Sandy. »

Becky McCollum, directrice des Services thérapeutiques pour la région de Saint John (à droite), aux côtés de Tracy Underwood, gestionnaire des Services d’ergothérapie pour la région de Saint John, qui a joué un rôle clé dans le succès du projet de modèle de réservation à accès ouvert des Services thérapeutiques de Saint John. Le projet a remporté le prix Quality Quest d’Horizon en 2019.

Les sœurs Duncan, Linda (gauche) et Sandy (droite), ont vécu de nombreuses expériences uniques dans leur vie, y compris leur mariage à deux frères. En 2020, elles ont ajouté à cette liste une transplantation fécale, grâce à laquelle Sandy a pu se remettre de la colite à Clostridium difficile (C. difficile).

Horizon fait équipe avec la SMNB sur un projet de mieux-être des médecins à l’HRDEC Cet article a été publié en collaboration avec l’équipe des communications de la Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB).

Cousues avec amour : L’épouse d’un ancien patient en soins palliatifs fabrique des courtepointes pour de futurs patients et leurs familles

et à leur famille », explique-t-elle. « Au cours de longs mois, les membres de la famille restent assis à côté de leur proche, et ils ont froid. » Lana et son équipe ont été surprises par la générosité du geste. « Cet acte de bonté et de sollicitude à l’égard de ceux qui traversent une période très difficile est une source d’inspiration », affirme Lana. « Le don a aidé le personnel à réaliser à quel point les soins qu’il offre touchent non seulement le patient, mais aussi sa famille. » En se rappelant sa visite à l’équipe de l’Unité de soins palliatifs pour livrer les courtepointes, Rosemonde est très émue. « Quand j’ai apporté les courtepointes, deux membres du personnel sont sortis et se sont précipités dessus », se rappelle-t-elle. « C’étaient des personnes que je voyais souvent quand Eldon était à l’hôpital; les voir si heureuses était très important pour moi. » Bien sûr, Eldon avait sa propre courtepointe lorsqu’il était patient, mais celle-ci est entreposée en toute sécurité à la maison.

À l’Unité de soins palliatifs de l’Hôpital de Moncton (LHM) d’Horizon, sept courtepointes faites à la main portent l’inscription : « A bit of comfort in memory of Eldon Gilmore 2020 » (un peu de réconfort en mémoire d’Eldon Gilmore 2020). Ces mots simples et le geste attentionné qui les ont inspirés apportent une chaleur et un apaisement fort nécessaires aux patients en soins palliatifs et à leurs proches. Lorsque le mari de Rosemonde Gilmore, Eldon, est décédé à l’été 2020, après un séjour d’un mois à l’Unité de soins palliatifs, elle avait envie d’honorer sa mémoire. Alors, elle s’est lancée dans la confection des courtepointes. Après une longue carrière comme pharmacienne, cette retraitée est vite devenue « accro » à son nouveau passe-temps. Elle a appris la plupart des techniques de courtepointe par l’intermédiaire de Victoria’s Quilts Canada, une organisation qui fabrique des courtepointes et en fait don aux personnes atteintes du cancer au Canada.

« L’Unité de soins palliatifs compte sept lits, j’ai donc voulu faire une courtepointe pour chaque lit », explique Rosemonde. En deux mois, elle a réalisé six courtepointes, chacune avec un tissu et un motif uniques. Une amie courtepointière lui a offert une de ses créations pour que Rosemonde puisse avoir sept courtepointes à donner. « Les courtepointes ont un effet positif sur nos patients; elles leur procurent un environnement chaleureux et confortable, comme à la maison, dans un moment très difficile », déclare Lana Hebert, l’infirmière gestionnaire de l’unité. « Elles offrent aux patients et à leurs proches l’occasion de se blottir et elles sont idéales pour garder les patients au chaud la nuit. » Comme les jours et les nuits en soins palliatifs peuvent être longs, le réconfort apporté par une courtepointe est loin d’être négligeable. Rosemonde connaît personnellement la difficulté de s’asseoir au chevet d’un être cher en soins palliatifs. « Les courtepointes sont destinées aux patients

Lorsque des médecins de l’Hôpital régional Dr Everett Chalmers (HRDEC) du Réseau de santé Horizon à Fredericton ont demandé à la Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB) et à son programme de mieux-être des médecins de contribuer au financement de l’installation d’un support à vélo à l’hôpital, il est devenu évident que la proposition répondait parfaitement aux critères d’admissibilité. « Le programme a été conçu par la SMNB pour soutenir les initiatives de mieux-être des médecins; les médecins qui ont fait la demande ont longtemps songé au projet », explique Lisa LePage, chef des opérations de la SMNB. « Nous avons vu l’intérêt d’un partenariat avec Horizon afin de le réaliser. » Bien que la pandémie ait retardé son installation, un nouveau support à vélo pouvant accueillir à la fois des vélos modernes et des vélos à roues surdimensionnées (fat bikes) a été installé en novembre 2020 à l’entrée des médecins de l’hôpital. Installé sur un nouveau socle en béton, le support permet aux médecins qui se rendent au travail sur deux roues de mieux sécuriser leurs vélos. Le support peut accueillir jusqu’à 14 vélos. Comme les médecins sont extrêmement occupés, trouver du temps pour faire de l’exercice peut être difficile », explique la Dre Erica Frecker, chef du Service d’obstétrique et de gynécologie de l’HRDEC, qui a pris les devants pour ce projet dans le cadre du programme de mieux-être de la SMNB. « Faire du vélo est un excellent moyen de se changer les idées entre la maison et le travail. » Daniel Lynch, responsable de la Gestion des installations de l’hôpital, a déclaré que l’ancien support à vélos était devenu un peu vétuste et moins fiable; de plus, il n’était pas adapté à certains styles de vélos modernes.

La Dre Erica Frecker, chef du Service d’obstétrique et de gynécologie, HRDEC, Horizon, et le Dr LiamHickey, urologue, devant le nouveau support à vélos de l’hôpital.

10

11

« Nous avons voulu nous procurer un nouveau support à vélos depuis quelques années, mais grâce au soutien de la SMNB, nous avons pu accélérer le projet », déclare-t-il. « Il y a eu beaucoup de communication dans les deux sens sur les délais. Nous avons essayé de faire avancer les choses plus rapidement, mais compte tenu de l’année que nous avons passée avec la COVID-19 et des retards dans la recherche d’un entrepreneur, ce n’était tout simplement pas possible. » Malgré les retards, il a été heureux de le voir installé.

Le Dr Liam Hickey, urologue à l’hôpital, estime que les établissements de santé jouent un rôle important dans la promotion de choix sains. « Encourager et faciliter le transport actif est un moyen simple d’envoyer un message positif au public sur les choix sains », dit-il. « Je sais que je me sens mieux quand je suis plus actif physiquement. Avec nos horaires chargés, il est difficile de trouver du temps pour faire de l’exercice. Maintenant qu’il y a un endroit fiable pour sécuriser les vélos à l’hôpital, il y a un obstacle de moins pour intégrer l’activité physique dans nos déplacements. »

Quatrième édition annuelle de la campagne de collecte de pyjamas du Centre de santé de Sussex : mission accomplie

À la mi-décembre, le personnel du Centre de santé de Sussex du Réseau de santé Horizon a récolté des pyjamas pour l’Armée du Salut de Sussex dans le cadre de sa quatrième campagne annuelle menée à cet effet. Malgré la pandémie, la campagne de fin d’année a remporté un franc succès, se soldant par le don de 308 pyjamas à la collectivité. Pilotée par Estelle Arbing, infirmière au Service d’urgence, la campagne a bénéficié du soutien du personnel, des amis, des familles et des membres de la collectivité. « En raison de la situation actuelle causée par la pandémie, nous n’avons fixé aucun objectif pour la campagne cette fois-ci », souligne Monica Tays, infirmière gestionnaire. « Nous avons estimé que tout don constituerait une bénédiction. » Depuis 2016, la campagne de collecte de pyjamas du Centre de santé de Sussex a permis de donner un total de 827 pyjamas au profit du bien-être des membres de la collectivité. L’équipe attend déjà avec impatience sa cinquième campagne annuelle en 2021!

Estelle Arbing, infirmière immatriculée, responsable du projet de collecte de pyjamas, se prépare à faire don des 308 pyjamas à l’Armée du Salut de Sussex.

Deux des sept courtepointes faites à la main que Rosemonde Gilmore a données à l’Unité de soins palliatifs de L’Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon.

Le personnel de L’Hôpital de Moncton contribue au mieux-être des membres vulnérables de la collectivité

Le passé façonne le présent : un regard poétique sur l’histoire de deux pandémies au Nouveau-Brunswick

Parfois, ce sont les petites choses qui sont les plus importantes. Cependant, il peut être difficile pour les personnes les plus vulnérables dans nos collectivités d’avoir accès à certaines des plus petites nécessités de la vie. Pour aider à fournir des produits de base à ceux qui en ont le plus besoin, le personnel du Service d’urgence et celui du Programme de soins aux victimes d’agression sexuelle (programme SANE) de L’Hôpital de Moncton (LHM) du Réseau de santé Horizon ont fait cause commune au cours de la période des fêtes. « Nous avons décidé de faire de petits cadeaux pour mettre un peu de soleil dans la vie des gens », déclare Emmanuelle Landry, coordonnatrice du programme SANE pour les régions de Moncton et de Miramichi. « Depuis le début de la pandémie de COVID-19, beaucoup de gens éprouvent des difficultés. » Emmanuelle s’est associée à Trena Brown, infirmière gestionnaire du Service d’urgence de LHM, pour solliciter l’aide du personnel sous forme de dons. À leur grande joie, les membres du personnel ont répondu avec enthousiasme, dépassant les attentes quant à la générosité des dons. « Ça fait toujours du bien d’aider les autres », de dire Emmanuelle. Dans le but d’aider une population mal desservie, elles ont décidé de donner des sacs de produits de base aux membres du Centre de jeunes QUEST et du Sanctuaire. Le Centre de jeunes QUEST est un centre de ressources pour les jeunes de 16 à 24 ans qui sont sans abri ou qui risquent de le devenir. Le Sanctuaire, quant à lui, offre un espace constructif et sécuritaire aux personnes

Glen Sheppard, gestionnaire des budgets et des rapports, Services financiers, au Centre Woodbridge du Réseau de santé Horizon, raconte la genèse du ministère de la Santé au Nouveau-Brunswick et l’incidence de la réponse de ce dernier à la grippe espagnole sur la gestion de l’épidémie de COVID-19 de la province plus de 100 ans plus tard. La fierté du Nouveau-Brunswick En 1917, le DrWilliamRoberts un siège libéral de Saint John gagna Deux fois, en vain, un projet de loi sur la santé il présenta Mais fort du soutien de la communauté, il persista Ainsi le premier ministère de la Santé de l’Empire britannique se créa Ceministère ne comptait que deux employés au début Peu après, la grippe espagnole dans la province est apparue Le DrMelvin, commemédecin en chef et au nomde la Couronne, déclara Par un premier acte officiel, la province réagira

12

13

Emmanuelle, avec des représentantes du Sanctuaire.

Emmanuelle Landry, coordonnatrice du programme SANE pour les régions de Moncton et de Miramichi, présente les dons à une représentante du Centre de jeunes QUEST. travaillant dans le commerce du sexe, soit par choix, soit pour des raisons de survie. Les sacs étaient remplis d’articles essentiels comme des produits d’hygiène féminine, du shampoing, du savon, des limes à ongles, du rince-bouche, une brosse à dents, du dentifrice, du vernis à ongles et du parfum. Si l’accès à des articles essentiels comme les produits d’hygiène féminine ou le savon va de soi pour de nombreuses personnes, la situation est tout autre pour ceux et celles qui ne peuvent pas se procurer les articles dont ils ont besoin.

Florence (Flo) Bastarache, caissière au Service des finances à LHM, a ajouté aux dons sa touche spéciale : des tuques, des foulards et des mitaines faits à la main, tous des articles indispensables pour passer les hivers rigoureux à Moncton. Ayant eu l’occasion de livrer les sacs personnellement, Emmanuelle a indiqué que de grands sourires illuminaient le visage des bénéficiaires, même à travers les masques. Les deux organismes ont remercié le personnel d’Horizon de leur générosité.

Les écoles, les églises et les théâtres sont donc fermés Et les grands rassemblements sont déconseillés Les masques sont portés et les déplacements en traversier et en train sont limités Qui aurait pu prédire que, plus d’un siècle plus tard, les mêmes consignes seraient données? Si fulgurante est la grippe espagnole qu’elle fauche les gens en quelques heures Mais certains, en défi de la loi, se rassemblent et dansent sans peur La nature humaine? La tentation? Le sentiment d’invulnérabilité? J’aimerais que les leçons d’histoire ne soient pas si vite oubliées! À tous les médecins et infirmières le Dr Roberts et le DrMelvin font appel Et le personnel de la province est redéployé de plus belle Dans la cuisine d’une école de Fredericton, la Croix-Rouge des repas pour les malades prépara Une fois les ressources coordonnées, la situation se stabilisa

Joignez-vous à l’équipe d’infirmières examinatrices en cas d’agression sexuelle (programme SANE) d’Horizon pour offrir du soutien aux victimes de violence conjugale et d’agression sexuelle Le programme de soins aux victimes d’agression sexuelle (SANE) d’Horizon est à la recherche d’infirmières et d’infirmiers immatriculés pour se joindre à son équipe. Ce programme joue un rôle essentiel dans la prise en charge des victimes de violence conjugale et d’agression sexuelle. Généralement, les intervenants du programme SANE sont les premiers à traiter une victime et à écouter son histoire.

Pour préparer les infirmières et les infirmiers immatriculés à assumer ce rôle, des séances de formation ont lieu tout au long de l’année. Les participants commencent leur travail clinique SANE avec un mentor qui leur apporte soutien et conseils. Le programme SANE exige que les intervenants soient de garde par rotation, en dehors de leur rôle principal comme infirmière ou infirmier. Pendant ces périodes, ils travailleront sur une base individuelle avec les victimes afin de les aider à passer à travers l’une des pires périodes de leur vie. Les infirmières et infirmiers immatriculés participant au programme SANE fournissent des soins avec compassion, sans porter le moindre jugement. Pour chaque victime, ils effectuent un examen médico-légal, de la tête aux pieds. Ils fournissent aux victimes des soins et des traitements cohérents, ininterrompus et attentionnés et collaborent avec la GRC et les forces de police municipales, le système judiciaire, les services d’aide aux victimes et d’autres services de soutien communautaires. Si ce rôle vous intéresse, communiquez avec la coordonnatrice du programme SANE de votre région ou envoyez un courriel à la boîte de réception du programme SANE : SANE.Coordinators@horizonnb.ca.

Grâce à ces actions, le Nouveau-Brunswick a eu un faible taux demortalité Rien de tel qu’une véritable pandémie pour l’aider à se démarquer Il est difficile de croire à quel point ces pandémies sont similaires Malgré toutes nos avancées technologiques, le vrai progrès reste éphémère Un Néo-Brunswickois très dévoué A donné naissance au concept d’unministère de la Santé En raison de la grippe espagnole il y a une centaine d’années Il a prouvé l’importance de ce rôle au Canada et aumonde entier

COORDONNATRICES DU PROGRAMME SANE D’HORIZON Régions de Moncton et de Miramichi : Emmanuelle Landry, 506-857-5686 ou Emmanuelle.Landry@HorizonNB.ca Région de Fredericton et du Haut de la Vallée : Candice Dekleva, 506-459-6540 ou Candice.Dekleva@HorizonNB.ca Région de Saint John :

Maureen Hanlon, 506-653-2926 ou Maureen.HanlonE@HorizonNB.ca

#RechercheChezHorizon : un projet collaboratif pour améliorer les résultats des patients subissant une fusion des vertèbres remporte le

MENTIONS DANS LES MÉDIAS SOCIAUX

premier prix du FRSNB Tout au long de l’année 2020, la Fondation de la recherche en santé du Nouveau-Brunswick (FRSNB) a accepté des mises en candidature pour le prix de la meilleure collaboration en matière de recherche en santé dans la province. Chaque mois, un projet illustrant le travail effectué en équipe a été mis en valeur afin de souligner l’importance de la collaboration dans le domaine de la recherche. En février, le Canada East Spine Centre (CESC) a reçu le premier prix de ce qui allait devenir les quatre prix du concours 2020 (les trois autres étant attribués en mars, en avril et en juillet). Les recherches menées par le CESC visent à améliorer les soins et les résultats des personnes atteintes de pathologies de la colonne vertébrale. L’équipe spécialisée étudie les moyens de traiter le plus efficacement possible les patients de manière holistique. Pour ce faire, certains sujets doivent être explorés : l’incidence des facteurs psychologiques et sociaux sur les résultats des patients après une chirurgie de la colonne vertébrale; les habitudes des patients en matière de consommation de narcotiques pour gérer leur douleur; et des stratégies qui peuvent être employées pendant la période périopératoire pour optimiser la réponse des patients aux traitements. En fin de compte, ce fut la publication de février (voir l’article publié par Huddle ici) qui a valu au CESC le prix Équipe de recherche en santé de l’an 2020. L’article de février 2020 publié par l’équipe a mis en lumière une nouvelle collaboration entre le Dr Robert Stevenson et le physiothérapeute Stephen Mundle du Programme de santé et de mieux-être

cardiovasculaires du Centre cardiaque du Nouveau-Brunswick (CCNB) d’Horizon, ainsi que les chirurgiens orthopédistes Edward Abraham et Neil Manson et l’équipe de recherche du Canada East Spine Centre : Erin Bigney, Eden Richardson, Dana El-Mughayyar, Mariah Darling et Amanda Vandewint. En adoptant une démarche de traitement intégrée, l’équipe s’est penchée sur la manière dont un programme de préadaptation pourrait améliorer les résultats des patients après une fusion des vertèbres. Il semblerait que les traitements de préconditionnement offerts par la réadaptation cardiaque puissent améliorer la capacité de fonctionnement physique et la santé mentale des patients au départ, ce qui entraînerait une amélioration des résultats sur le plan de l’invalidité et de la douleur postopératoires. Dans le cadre du Programme de réadaptation cardiaque du CCNB, les patients participant à l’étude ont été affectés de manière aléatoire à un programme de réadaptation cardiaque assortie de traitements, ou à des traitements classiques sans réadaptation cardiaque. Cette étude est actuellement en phase de recrutement. Si les données confirment l’hypothèse selon laquelle la participation au Programme de réadaptation cardiaque avant une chirurgie de la colonne vertébrale améliore les résultats des patients, cette démarche sera alors proposée à l’échelle provinciale aux patients à risque qui doivent subir une chirurgie de la colonne vertébrale. Compte tenu du grand nombre de projets de recherche importants en cours dans le domaine de la médecine ici au Nouveau- Brunswick, le CESC est profondément honoré

d’avoir reçu le prix Équipe de recherche de l’année décerné par la FRSNB. Ce projet de recherche n’aurait pas été réalisé sans le soutien financier de la Fondation de l’Hôpital régional de Saint John et de la Fondation de la famille McCain. Chercheurs d’Horizon faisant partie des Équipes de recherche du mois en 2020 : Une collaboration pancanadienne examine les traumatismes de la queue de cheval (mars 2020) La satisfaction face à la vraie vie suite à un traumatisme de la moelle épinière (avril 2020) Au-delà du patient moyen : en route vers les soins personnalisés (juillet 2020) Donner une voix aux patients et aux soignants lors de l’établissement des priorités de recherche (août 2020) Une équipe de recherche vise à améliorer la qualité des soins des patients subissant une chirurgie cardiaque (septembre 2020) Pour améliorer la qualité de vie du patient, il est important de considérer ce dernier sous un angle holistique. En médecine traditionnelle, les spécialités chirurgicales envisagent généralement les soins sous l’angle de leur spécialisation. Toutefois, une telle approche peut faire en sorte que les facteurs de risque ou les possibilités de soins préventifs ne sont pas cernés. Ce projet vise à réduire le risque d’effets indésirables minimes pour le patient tout en maximisant la possibilité de réduire la douleur et l’invalidité postopératoires, ce qui se traduit par une amélioration globale de la qualité de vie du patient.

Sur les plateformes de médias sociaux d’Horizon, nous avons vu de nombreux patients, clients et familles de vos patients parler des soins professionnels, sûrs et de qualité que vous fournissez.

Dans cette rubrique récurrente, nous mettrons en lumière certaines de ces « mentions dans les médias sociaux ». Si vous voyez une mention dans un média social, avisez-nous en écrivant à HorizonStar@HorizonNB.ca.

Troy Lifford @TroyLifford

Gale Allen Merci à Rhonda, une vraie leader compatissante. Vous aidez à améliorer la vie des patients et du personnel au quotidien.

À l’HRDEC pour des radiographies. Le dépistage #COVID19 va bon train; le personnel gère le flux des patients, pose des questions pour la sécurité de tous. @HorizonHealthNB 13 h 53 : 9 décembre 2020 6 J’aime

Laura Mazerolle Que ce personnel infirmier, ces médecins, ces concierges, ces travailleurs médicaux et tous ceux qui les aident prennent soin des gens me rend si reconnaissante! Bravo pour votre dévouement et pour l’aide que vous apportez aux gens chaque jour! Vous êtes TOUS si précieux et on VOUS aime tous!! @Carol_Reimer Merci à Horizon pour l’excellent travail accompli par tous les services en collaborant à la santé de tous en cette période d’évolution en matière de données et de plans. Je suis si heureuse de vous savoir à la prestation des soins. Note de la rédaction : Carol Reimer est membre du Conseil d’administration d’Horizon.

Kate @cummingsgoing

Bonjour @HorizonHealthNB. Bravo au labo d’analyses sanguines à l’HRDEC! Durée de ma visite? 20 min, malgré les protocoles COVID. Service super sympa, efficace, sans douleur. 9 h 09 · le 3 février 2021 1 Réponse 8 J’aime

14

15

Joignez-vous à la conversation! Suivez-nous sur

Du coin supérieur gauche, dans le sens des aiguilles d’une montre : Edward Abraham; Dana El-Mughayyar; Eden Richardson; Erin Bigney; Amanda Vandewint; Neil Manson; Rob Stevenson; Mariah Darling; Stephen Mundle.

Page 1 Page 2-3 Page 4-5 Page 6-7 Page 8-9 Page 10-11 Page 12-13 Page 14-15 Page 16-17 Page 18-19 Page 20

news.horizonnb.ca

Made with FlippingBook - professional solution for displaying marketing and sales documents online