Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

conceptualise « l'opposition entre le Moi cohérent et les éléments détachés du Moi et refoulés » (p.17) et ajoute que l'inconscient ne coïncide plus avec ce qui est refoulé : tout ce qui est refoulé est inconscient mais tout ce qui est inconscient n'est pas refoulé. De plus, tel une projection mentale sur la surface corporelle, « Le Moi est avant tout un Moi corporel » (p.27). Le Moi est le représentant du monde externe (la réalité) alors que le Surmoi est le représentant du monde interne, c'est-à-dire le représentant du Ça. Le Surmoi est un niveau particulier du Moi, représentant les interdits moraux internalisés et les idéaux sociétaux, il est l'héritier du complexe d'Œdipe. A partir de 1920, les deux classifications des pulsions, Eros et Thanatos, qui œuvrent dans la fusion, la combinaison et l'alliance, sont localisées dans le Ça. Freud, quand il écrit : « Les dangereuses pulsions de mort pour une part rendues inoffensives par mixtion avec des composantes érotiques, pour une part déviées vers l’extérieur en tant qu’agression, pour une grande part elles continuent certainement leur travail interne sans obstacles » ajoute que « plus un homme contrôle son agressivité, plus intense la propension à l'agressivité de son idéal sera contre le Moi ». Le Moi est une organisation, qui aspire à la synthèse, un ‘pacificateur’ conciliateur des tendances conflictuelles entre le Ça et le Surmoi et un ‘ambassadeur’ qui aspire au compromis entre les trois agences/systèmes psychiques que sont le Ça le Moi et le Surmoi, et le monde externe. Le développement complet des conflits inter-systémiques de l'inconscient entre les trois systèmes/structures de l'esprit, le Ça, le Moi et le Surmoi, et la seconde théorie de l'angoisse, est survenu trois ans après, dans son texte « Inhibitions, Symptoms and Anxiety » (Freud, 1926). (« Inhibition, symptôme et angoisse »). C'est là que le siège de l'angoisse est localisé dans le Moi. L'angoisse est désormais considérée motrice des défenses , et non leur conséquence. Le signal d’angoisse est une angoisse traumatique archaïque rudimentaire déformée qui sert à signaler les dangers liés à la perte de l'objet, la perte de l'amour de l'objet, la castration et la perte de l'assentiment intérieur/l'amour du surmoi. Les mécanismes de défense activés par l'angoisse sont désormais localisés résolument dans le Moi inconscient. Ses écrits sur les mécanismes de défense ont continué leur expansion dans « Le fétichisme » (1927e), où Freud a décrit la notion de ‘ désaveu ’, la croyance inconsciente qui consiste simultanément en un savoir et non-savoir (p.154). Dans « Splitting of the Ego in the Process of Defense » (1940e) (« Le clivage du moi dans le processus de défense »), Freud a développé, à partir du mécanisme du désaveu, la notion de clivage inconscient du Moi qui agit au détriment de sa fonction synthétique. Freud a systématiquement continué la remise en cause de ses premières idées antérieures, dans ce nouveau contexte : Une démonstration exemplaire de cette continuité entre les premières et les dernières étapes de la construction de sa théorie, dans « Constructions in Analysis » (1937d) (« Constructions dans l'analyse »), explicite le retour de Freud sur la question de l’investissement de l’objet en chose au niveau de l'inconscient, une hypothèse déjà émise en 1895. Dans Studies on Hysteria, ( Études sur l'hystérie ), Freud avance que

185

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker