Le Dictionnaire Encyclopédique de la Psychanalyse

Retour vers le menu

III. L'EVOLUTION POST-FREUDIENNE DU CONCEPT DE L'INCONSCIENT

La théorie psychanalytique postfreudienne a connu des changements remarquables, ainsi que le développement de plusieurs nouveaux modèles théoriques et cliniques dans les trois régions. Il convient de souligner que les premières contributions en théories contemporaines freudiennes suivantes (nord-américaines) : la théorie structurelle/la psychologie du Moi et la théorie moderne du conflit, partagent d'importantes similarités. Les différences sont subtiles, le plus souvent en termes de focalisation plutôt que de fond. Quand bien même leur subtilité, elles sont importantes, par exemple leurs focalisations sur le fonctionnement et les processus du Moi inconscient, dont le rôle unique qu'exerce le Moi inconscient à la formation des défenses et des résistances, ainsi que la fonction synthétique de l'esprit dans la gestion du conflit respectivement. La diversité des conceptions contemporaines sur l'inconscient traverse les contributions des théoriciens d'obédience kleinienne, bionienne, relationnelle, française et latino-américaine, ainsi que les conceptions neuropsychanalytiques interdisciplinaires. La liste comporte en conclusion les diverses approches des phénomènes inconscients groupaux. III A. Les développements postfreudiens de la théorie structurelle Les révisions auxquelles Freud a procédé au fil du temps (1920, 1923, 1926) ont été l'occasion de penser à nouveau les idées sur l'inconscient, particulièrement en Amérique du Nord, où de nombreux psychologues du Moi ont émigré pendant les années 1930. Pour un grand nombre de ces analystes nord-américains, qui ont rédigé sur le sujet pendant les années 1940, 1950, l'inconscient émerge d'une matrice indifférenciée qui déclenche un potentiel pour les développements et fonctions futures du Moi. Certaines de ces fonctions sont dénuées des effets de conflits, ce que Hartmann (Hartmann, 1939 ; Hartmann, Kris et Loewenstein, 1946) a qualifié de fonctions autonomes, alors que d'autres devenaient seulement autonomes en second lieu, à la suite de la résolution des conflits. Dans ce processus, tous les aspects sont médiés par les relations, car les identifications deviennent la fonction majeure du Moi pour faciliter cette ‘neutralisation’ de l'énergie. La théorie structurelle postfreudienne a progressivement incorporé des considérations génétiques, développementales et adaptatives (Rapaport and Gill. 1959, Freud, A. 1965) aux théories dynamiques, structurelles et économiques existantes de la métapsychologie freudienne. C'est là qu'un thème essentiel se faufile : l'importance croissante qui est portée sur les expériences des personnes dans l'environnement de l'enfant. Grâce à ce développement, une valeur accrue est donnée à de nouvelles sources de contributions sur l'inconscient par rapport à l'activité de transfert. Si l'on prend en compte la montée des influences provenant de Budapest, de Berlin et plus tard des analystes

187

Made with FlippingBook - Online Brochure Maker