Finances News Hebdo 981

Du 6/7/8/9 mai 2020 - 8 DH - N° 981

Directeur de la publ ication : Fatima Ouriaghl i

Importations automobiles De nouvelles restrictions en perspective P. 26

RÉSERVES EN DEVISES Une sortie à l'international «le plus tôt possible»

P. 13

Budget général de l’Etat Quelle marge de manœuvre face à la crise ? P. 9

◆ Pensé d'abord poxw< POINT BOURSE HEBDO

Evolution de l'indice Masi depuis juin 2019

Le Masi se «déconfine»

P. 30

Dépôt légal : 157/98 ISSN : 1114-047 - Dossier de presse : 24/98 - Adresse : 83, Bd El Massi ra El Khadra, Casablanca - Tél. : ( 0522) 98.41.64/66 - Fax : ( 0522) 98.40.22 - Adresse web : www.fnh.ma

www.facebook.com/FNhebdo

OMMAIRE S

2

DU 6/7/8/9 MAI 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Actualité Voyons voir : Coronavirus : La Chine se sucre, le monde rit jaune

4 5 6 8

Ça se passe au Maroc Ça se passe en Afrique Ça se passe en dans le monde

Bourse & Finances Point Bourse Hebdo : Le Masi se «déconfine» Bourse : Des règles comptables adaptées au Covid-19 pour les entreprises Banques : Crédit du Maroc fait preuve de rigueur face au Covid-19 Banques : La machine du crédit sur la corde raide Réserves en devises : Une sortie à l'international «le plus tôt possible» Boursenews 9 10 11 12 13 14

Editorial

Par Fatima Ouriaghli

UN GOUVERNEMENT PRESQUE SYMPATHIQUE

I l nous a été donné de consta- ter, depuis le déclenchement de cette crise sanitaire inédite, une concrétisation à la fois magni- fique et touchante des principes de citoyenneté. Un gouvernement au ren- dez-vous, une solidarité agissante, le soutien sans faille aux ménages et entreprises impactés, une générosité débordante de toutes ces bonnes volon- tés qui ont contribué aux ressources du Fonds spécial pour la gestion du Covid-19, une mobilisation patriotique du personnel de santé, le respect du confinement par les citoyens…, voilà peut-être les ingrédients qui expliquent pourquoi, aujourd’hui, le Maroc est cité en exemple à l’international pour la manière avec laquelle il gère cette pandémie. De quoi être fiers en tant que Marocains ? Bien évidemment. Car, quand dans certaines économies déve- loppées, qui ont bien plus de moyens que le Royaume, l’on tergiversait sur les mesures à prendre sur fond de critiques acerbes des gouvernants, au Maroc, les briques pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont été posées progressivement, de façon méthodique, logique et cohérente. Suscitant, de fait, l’adhésion de l’en- semble de la population. Cette union exemplaire, dans cette épreuve difficile, nous a fait oublier la politique et ses arithmétiques mal- saines, pour nous offrir le visage d’un gouvernement presque sympathique, qui a su faire les bons choix. Un gouvernement qui a su faire taire ses différences et divergences, ses rancœurs et animosités et ses batailles

d’égo et de leadership, pour se mettre exclusivement au service de la collec- tivité. Souvenons-nous qu’il y a juste deux mois, l’arène politique était polluée par les polémiques stériles au sein de la majorité gouvernementale et autres guéguerres entre formations politiques. Souvenons-nous qu’il y a deux mois, l’Exécutif faisait face à une défiance exacerbée des Marocains. Souvenons-nous qu’il y a deux mois, la Au Maroc, les briques pour lutter contre la propagation du Covid- 19 ont été posées pro- gressivement, de façon méthodique, logique et cohérente. parole politique n’était pas audible. Aujourd’hui, comme par enchantement, les intelligences rebelles semblent paci- fiées et même les leaders politiques de l’opposition semblent faire profil bas. Autrement dit, le peuple fait confiance à ses gouvernants. Et osons-le dire: c’est la première fois, depuis que cette majorité est en place, qu’une telle sérénité transparait dans l’action gou- vernementale. Ce capital sympathie des citoyens vivra- t-il au-delà de la crise sanitaire ? On verra bien. Il appartient à ceux qui sont au pouvoir de l’entretenir. ! u

Economie Marché automobile : De nouvelles restrictions sur les importations en perspective Automarché : Chute historique des ventes de véhicules Droit d’accès à l’information : Un rempart contre les «fake news» Entretien avec Azeddine Akesbi : «La loi sur le DAI brille par son caractère restrictif» Budget général de l’Etat : Quelle marge de manœuvre face à la crise ? Entretien avec Driss Nokta : «L’arrêt d’activité dans le secteur immobilier est compris entre 50 et 60%» Entretien avec Nesrine Roudane : «Le télétravail n’est pas prévu par le code du travail marocain» Justice numérique : Des défis techniques et juridiques majeurs à relever Entretien avec Amine Handir : Livraison à domicile, «Le marché connaîtra un chamboulement radical après le Covid-19»

26

27 28 29

30

31

32

33

34

Focus Agricole Semis directs : L’OCP veut vulgariser la technique 36

Culture Arts plastiques : La Lettre à Qotbi 38

Développement durable Energies renouvelables : Le Royaume-Uni lorgne le marché marocain Objectifs de développement durable : Le Covid-19 : une aubaine ou un handicap ? 40 41

L'univers des TPME Accompagnement des PME en Afrique du Nord : Proparco injecte 20 millions de $ 42

• Directeur Général responsable de la Publication : Fatima OURIAGHLI Contact : redactionfnh@gmail.com

• Directeur des rédactions &Développement : DavidWilliam • Rédacteur en chef : Amine Elkadiri • Journalistes : Charaf Jaidani, Leïla Ouriaghli, Adil Hlimi, Momar Diao, Youssef Seddik, Badr Chaou, Chaimaa Abounaim, Khalid Aourmi • Révision : M. Labdaouat • Directeur technique &maquettiste : Abdelillah Chamseddine •Mise en page : Zakaria Beladal • Assistantes de direction : Amina Khchai • Département commercial : Samira Lakbiri, Salma Benmakhlouf, Rania Benchaib • Administratif : Fatiha Aït Allah, Nahla Sahlal • Édition : JMA CONSEIL • Impression : Maroc Soir • Distribution : Sapress • Tirage entre 15.000 et 18.000 exemplaires • Dépôt légal : 157/98 • ISSN : 1114-047 • Dossier de presse : 24/98 • N° Commission paritaire : H.F/02-05

OYONS VOIR V

4

DU 6/7/8/9 MAI 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Coronavirus La Chine se sucre, le monde rit jaune

Par D. William

L e monde… rit jaune depuis maintenant plus de deux mois. Depuis que les miasmes du nouveau coro- navirus ont commencé à se dissé- miner sur toute la planète. Oui, le monde a les boules. Pas moins de quatre milliards de personnes, soit plus de la moitié des habitants de cette planète, sont confinées pour éviter la prorogation du Covid-19. Loin des convenances et des for- mules diplomatiques, le citoyen lambda que je suis est tenté de dire : «franchement, la Chine nous fait ch… ». Car ce que nous vivons actuelle- ment, c’est à cause des Chinois. Le président américain Donald Trump a d’ailleurs foulé les règles de bienséance et ne s’est pas embarrassé pour octroyer la natio- nalité chinoise au coronavirus, au risque de créer des tensions diplo-

matiques entre les deux pays. Les Chinois doivent-ils pour autant s’offusquer ? A l’évidence non. Car on a beau retourner cette crise sanitaire sous toutes les coutures, on revient au point de départ : la province de Wuhan où, selon la version officielle, les Chinois ont tripatouillé le pangolin. Ce qui a débouché sur cette crise planétaire, parce que le coronavirus ne s’est pas contenté d’agir localement, mais il a troqué son passeport wuhanais pour s’internationaliser. Les Chinois doivent donc faire profil bas, au regard de la souffrance créée par le Covid-19 à travers le monde. Je suis remonté contre eux parce qu’au départ, ils n’ont pas dit toute la vérité autour de l’ampleur et de la nature de cette crise en Chine. Ce qui aurait pu permettre aux Etats de mieux se préparer et, sans

aucun doute, de réduire le nombre de morts. Je suis remonté contre eux parce qu’actuellement en Chine, les Subsahariens vivent un véritable calvaire, sur fond de racisme. Depuis plusieurs semaines, des témoignages font état de mesures discriminatoires contre les Africains, avec expulsions de leur logement, refus de leur louer des appartements, interdiction d’entrer dans les centres commerciaux et restaurants, quarantaine obligatoire même lorsqu’on est testé négatif… Je suis en colère contre les Chinois quand je me rends compte qu’en ce moment, ils tirent un immense profit économique de cette crise sanitaire. D’où viennent la grande majorité des masques portés à travers le monde? De la Chine, qui fait monter les enchères au regard de la demande mondiale importante, et où certains

fabricants poussent le vice jusqu’à commercialiser des masques non conventionnels. D’où viennent la plupart des tests vendus dans le monde ? De la Chine: là encore, plusieurs pays, dont le Canada, l’Espagne et le Royaume- Uni ont eu à recevoir des tests défectueux. Le Royaume-Uni s’est vu ainsi fourguer pour 20 millions de dollars de tests inopérants. C’est un brin immoral de profiter d’une crise sanitaire mondiale dont on a été à l’origine pour s’enrichir. Je ne suis pas adepte de la thèse complotiste, mais reconnaissons qu’au final, les Chinois nous ont bien eus : • Selon le bilan du 5 mai au soir, sur une population de 1,4 milliard d’habitants en Chine, il n’y a eu que 82.881 cas pour 4.633 morts, quand en France on compte 170.551 cas et 25.531 morts, 250.561 cas et

25.613 morts en Espagne, 213.013 cas et 29.427 décès en Italie, ou encore 1.225.471 cas et 71.245 morts aux USA. • La Chine nous vend aujourd’hui tout ce dont nous avons besoin pour lutter contre le Covid-19. Début avril, les exportations chinoises de masques se chiffraient à 4 milliards d’unités, en plus des respirateurs, kits de détection et autres vêtements de protection. • La machine économique chinoise tourne pendant que dans la plu- part des pays dans le monde l’on s’accommode d’un confinement difficile en étant oppressés par un déconfinement problématique, lequel contraint les gouvernants à tenter de trouver le juste équilibre Economie-Santé. Avec le recul, je suis tenté de poser une question : A qui profite le crime ? ◆

oui , je souhaite m’abonner à cette offre spéciale pour 1 an BULLETIN D’ABONNEMENT Mon abonnement comprend : ❑ 52 numéros Finances News hebdo & 2 numéros du série. Voici mes coordonnées : ❑ M ❑ Mme ❑ Mlle Nom/Prénom : ...................................................................................... Adresse : .............................................................................................. Ville : ............................. Code Postal : ............................................... Tél : ........................................ Fax : .................................................... E-mail : ................................................................................................ Mon règlement ci-joint par : ❑ Chèque bancaire ou virement bancaire à l’ordre de JMA Conseil : Banque Populaire, Agence Abdelmoumen, Compte N° 21211 580 5678 0006-Casablanca - (Maroc)

Ç A SE PASSE AU MAROC

5

DU 6/7/8/9 MAI 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Coronavirus Réalisation d’un respirateur intelligent artificiel 100% marocain

L a Fondation de recherche, de développement et d’innovation en sciences et ingénierie a mis au point, en collaboration avec un comité de médecins composé d’une équipe de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé et d’un médecin militaire du service de santé militaire des FAR, un dispositif médical intelligent distribué de respiration artificielle à modes multiples. La réalisation de ce prototype a été parrainée par le groupe sucrier

marocain Cosumar. Il sera destiné à répondre aux besoins des différents centres médicaux accueillant les personnes souffrant de problèmes respiratoires. Ce respirateur artificiel, dont le brevet a été déposé auprès de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), est en cours d’homologation par les autorités compétentes et sera produit et commercialisé par une entreprise marocaine. ■

L e trafic portuaire a atteint un volume de 31,1 millions de tonnes à fin avril dernier contre 29,2 millions de tonnes pendant la même période de l'année précédente, soit une hausse de 6,3%, selon l'Agence nationale des ports (ANP). Concernant les flux des échanges, les importations se sont chiffrées à 20 millions de tonnes, marquant ainsi une augmentation de 5,2%, tandis que les exportations ont enregistré une nette amélioration de 7,4%, avec un volume de 11,1 millions de tonnes. «La communauté portuaire, sous l'égide de l’ANP, a fait preuve d’un engage- ment sans précédent pour assurer le transit du commerce extérieur dans un contexte difficile marqué par le Covid-19 et par des importations massives de céréales», ajoute l’Agence. Le commerce extérieur transitant par les ports, gérés par l'ANP depuis le début de l’année à fin avril de l'année en cours, a été fondamentalement marqué par des arrivées massives du trafic des céréales, qui ont atteint 3,4 millions de tonnes, en hausse de 36%, une grande performance des engrais et du phosphate brut avec des taux d’évolution respectifs de 63% et 6%, ainsi qu'une augmentation des importations de charbon (+5%). En ce qui concerne le trafic des conteneurs, il s'est établi à 445.807 Équivalent vingt pieds (EVP) et 4,3 millions de tonnes, enregistrant une quasi-stagnation respectivement en tonnage et en nombre de conteneurs EVP. Le port de Casablanca, en tant que principal port pour le transit du trafic domes- tique des conteneurs, a connu une hausse de 6% en EVP (+3% en tonnes). ■ Le trafic portuaire en hausse à fin avril ANP

La Chambre des conseillers adopte le vote électronique

L e bureau de la Chambre des conseillers a décidé de prendre toutes les mesures nécessaires pour adopter le vote électronique lors des séances plénières et de généraliser ce système aux commissions per- manentes à partir de la semaine prochaine. Un communiqué de cette institution législative, publié à l'issue de la réunion hebdomadaire à distance du bureau de la Chambre, tenue lundi et présidée par Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseil- lers, indique que «dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de l'article 60 de la Constitution dans son

électronique réalisé à cet effet, le bureau a décidé de prendre toutes les mesures nécessaires pour adopter le vote électronique durant les séances plénières, tout en le généralisant aux commissions per- manentes, à partir de la semaine prochaine». Le président de la Chambre des conseillers et les membres du bureau ont, par la même occasion, souligné l'importance de mobiliser tous les moyens techniques et logis- tiques pour le travail à distance, de manière à garantir la participation de tous les membres de la Chambre aux travaux de cette institution. ■

premier chapitre, qui stipule que le droit de vote des membres est un droit personnel qui ne peut être délégué, et l'article 175 lié au règlement intérieur de la Chambre, qui stipule que le vote doit se dérouler en public et à main levée ou par le biais du dispositif

L’Intérieur alerte sur la présence du Covid-19 dans les eaux usées

D ans le cadre du suivi de la pan- démie du virus Covid-19, des études menées dans plusieurs pays ont démontré la possibilité de présence de traces du génome de coronavirus dans les eaux usées issues des selles des personnes atteintes. Le ministère marocain de l’Intérieur

rappelle, à ce titre, que «toute utilisation des eaux usées est fixée par les dispo- sitions législatives et réglementaires en vigueur (…) fixant les normes de qualité des eaux destinées à l’irrigation». «De ce fait, aucune eau usée ne peut être utilisée si elle n’a pas été préalable- ment reconnue épurée et conforme à la

norme» , insiste le ministère. Dans une note adressée aux walis des régions et aux gouverneurs, l’Intérieur les invite à prendre toutes les dispositions néces- saires pour interdire toute utilisation non réglementaire des eaux usées, et ce dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. ■

Le Groupe PSA redémarre son usine de Kénitra

L e Groupe PSA a annoncé le redé- marrage progressif et sécurisé de la production le mercredi 06 mai 2020, tirée par l’activité commerciale. «Protéger nos salariés et protéger notre entreprise demeurent les deux principes intangibles de la conduite de nos opéra- tions. Notre protocole de mesures renfor-

PSA. «Depuis la fermeture de notre site, nous avons mis en place un protocole sanitaire renforcé sur notre site industriel de Kénitra avec l’appui de notre service médical et en colla- boration étroite avec nos partenaires sociaux. L’application stricte de ce protocole est sous la responsabilité

cées offre un haut niveau de protection à nos salariés dans le monde entier et constitue le premier critère de redémarrage de nos sites de production. L’activité industrielle étant tirée par l’activité commerciale, qui est notre second critère, nous relançons de manière pro- gressive et sécurisée notre appareil industriel pour fabriquer les voitures attendues par nos clients. Ainsi, ces deux critères guideront nos décisions pour les prochaines semaines et mois» , indique Yann Vincent, directeur industriel du Groupe

de Rémi Cabon, directeur du site de Kénitra. Grâce à cet effort collectif, validé par l’audit qui a eu lieu le 14 avril, nous pouvons sereinement reprendre la fabrication de la Peugeot 208 de façon progressive et sécurisée, tout en finalisant la montée en cadence de la Citroën Ami et en pré- parant les conditions d’un doublement de notre capacité de production à Kenitra» , souligne pour sa part Samir Cherfan, Executive Vice President, région Afrique & Moyen-Orient du Groupe PSA. ■

A SE PASSE EN AFRIQUE Ç

6

DU 6/7/8/9 MAI 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Nigeria : Plus de 40% de la popula- tion sous le seuil de l'extrême pauvreté

Afrique du Sud : Baisse de l'activité industrielle à un niveau record

Covid-19 : Au Sénégal, l'état d’urgence est prorogé jusqu’au 2 juin

L’ activité industrielle en Afrique du Sud a reculé au mois d'avril à un niveau record à cause du confi- nement total mis en place pour freiner la propagation du coronavirus, selon l’indice le Purchasing Managers’ Index (PMI), publié lundi par ABSA, l’une des grandes banques sud-africaines. L’indice a baissé à 46,1 points en avril contre 48,1 points un mois auparavant, révèle le Bureau des études économiques de la banque, signalant que l'indice des activités commerciales a baissé à 5,1 en avril contre 30,7 en mars. Par ailleurs, ajoute la banque, l’indice relatif aux condi- tions commerciales prévues durant les six prochains mois est tombé à 27,3, un niveau sans précédent. La pandémie du Covid-19 intervient au moment où l'éco- nomie sud-africaine pâtit d’une grave récession. Selon les projections de la Banque centrale du pays, le produit intérieur brut sud-africain devra se contracter de 6.1 pc en 2020. ■ Covid-19 : L'OMS préoc- cupée par la hausse des cas communautaires en Afrique de l’Ouest L a directrice régionale de l’OMS Afrique, Dr Matshidiso Moeti, s'est dit préoccupée par l’augmentation du nombre de cas communautaires de Covid-19 en Afrique de l’Ouest. «Nous sommes très préoccupés par la situation en Afrique de l’Ouest où nous voyons les cas communau- taires s’étendre dans un nombre important de pays» , a dit jeudi Dr Matshidiso Moeti, lors d’une e-conférence de presse. «En Afrique de l’Ouest, le Nigeria reste le pays le plus touché avec 1.532 cas et 44 décès, suivi de la Côte d’Ivoire (1.238 cas et 14 décès), de la République de Guinée (1.351 cas et 7 décès) et du Sénégal (882 cas et 9 décès)» , a-t-elle ajouté. Selon elle, dès l’apparition des premiers cas, l’OMS avait prévenu que l’urgence absolue sur le continent africain était de prévenir la transmission communautaire pour interrompre la propagation à un stade précoce. ■

Cameroun : 226 millions USD du FMI pour combattre l'impact du coronavirus L e Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approu- vé le déboursement au Cameroun de 226 millions de dollars par le biais de son instrument de financement rapide, pour aider le pays à combattre l'impact économique de la pandémie de coronavirus. Le taux de pauvreté urbaine s'élève à 18,04%, tandis que le taux de pauvreté rurale est estimé à 52,1%, précise la même source, notant que le seuil de pau- vreté national est calculé par les dépenses de consommation. Tout Nigérian qui a des dépenses réelles par habitant inférieures à 137.430 nai- ras (environ 381 dollars américains) par an est considéré comme pauvre, selon les normes nationales. Cette étude exclut l'Etat de Borno, au nord-est, qui a été ravagé par l'insurrection de Boko Haram pendant plus d'une décennie. ■ A u Nigeria, environ 40% de la population vivent sous le seuil de l'extrême pau- vreté avec moins d'un dollar par jour, selon un rapport du Bureau national des statistiques (NBS) sur la pauvreté et les inégalités. Un total de 82,9 millions de Nigérians, soit 40,1% de la population nigériane, vivent avec moins d'un dollar par jour, précise le rapport du NBS qui a mené une étude entre septembre 2018 et octobre 2019 avec l'appui de la Banque mondiale. Selon l'institution financière, l’objectif de ces fonds d'urgence est de «répondre aux besoins immédiats» du gouvernement camerounais résultant de la pandé- mie de Covid-19 et de la chute brutale des prix du pétrole.

L e chef de l'Etat sénégalais, Macky Sall, a prorogé pour la deuxième fois, jusqu’au 2 juin, l’état d’urgence proclamé le 23 mars en même temps qu’un couvre-feu (20h à 6h) sur toute l’étendue du pays pour relever le niveau de riposte à la pandémie du Covid-19. «Conformément à la loi sur l’état d’urgence, ces mesures donneront en particulier aux auto- rités administratives compétentes le pouvoir de réglementer ou d’interdire la circulation des personnes, des véhicules ou des biens dans certains lieux et à certaines heures, d’interdire, à titre général ou particulier, tous cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique; d’ordonner la fermeture pro- visoire des lieux publics et lieux de réunions, d’interdire, à titre général ou particulier, les réu- nions publiques ou privées de quelque nature qu’elles soient, susceptibles de provoquer ou d’entretenir le désordre», avait déclaré Macky Sall. A ce jour, deux mois après l’apparition du pre- mier cas positif au coronavirus dans le pays, le Sénégal compte plus de 1.200 cas positifs au Covid-19. ■

«La faiblesse de la demande mondiale, la baisse des prix des produits de base et les mesures de confinement pèsent sur les perspectives et entraînent un impact économique et social important», explique un communiqué du FMI. «Les autorités prennent des mesures décisives pour limiter la propagation du virus et son impact économique et social» , a souligné le Directeur général adjoint du fonds, Mitsuhiro Furusawa, cité dans le communiqué. ■

C ommunication F inancière

83, Bd El Massira El Khadra, Casablanca - Tél (022) 98.41.64/66. Fax : (022) 98.40.22 S.A.R.L. au capital de 2.400.000 DH Groupe éditeur de Finances News Hebdo, de Autonews et de la Quotidienne

EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2019

BILAN ACTIF

BILAN PASSIF

EXERCICE PRECEDENT

P A S S I F

EXERCICE

EXERCICE PRECEDENT Net

EXERCICE

A C T I F

Amortissement s et Provisions

Brut

Net

CAPITAUX PROPRES

992 326,54 2 400 000,00

1 952 939,39 2 400 000,00

Capital social ou personnel (1)

F I

Immobilisations en non valeurs → [A] Frais préliminaires Charges à répartir sur plusieurs exercices Primes de remboursement des obligations Immobilisations incorporelles → [B] Immobilisations en Recherche et Dev. Brevets, marques, droits et valeurs similaires

Moins : actionnaires, capital souscrit non appelé Capital appelé

A

2 400 000,00 2 400 000,00

2 400 000,00 2 400 000,00

N A N C E M E N T P E R M

C

Dont versé

97 750,00

10 918,33

86 831,67

9 294,17

Prime d'émission, de fusion, d'apport

60 000,00

60 000,00

T

Ecarts de réévaluation Réserve légale Autres réserves Report à nouveau (2)

I

97 750,00

10 918,33

86 831,67

9 294,17

98 710,72

98 710,72

Fonds commercial Autres immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles → [C]

F

-605 771,33

-1 707 965,52

4 109 129,09

3 420 440,45

688 688,64

443 013,88

Résultat en instance d'affectation Résultat net de l'exercice (2) Total des capitaux propres (A)

Terrains Constructions

I

396 895,84

228 964,64

167 931,20

218 753,59

-960 612,85 992 326,54

1 102 194,19 1 952 939,39

M

Installations techniques, matériel et outillage Matériel de transport Mobilier, Mat. de bureau, Aménag. Divers

M

Capitaux propres assimilés (B) Subvention d'investissement Provisions réglementées Dettes de financement (C) Emprunts obligataires Autres dettes de financement Provisions durables pour risques et charges (D)

224 448,56 3 487 784,69

205 521,81 2 985 954,00

18 926,75 501 830,69

29 997,03 194 263,26

O

Autres immobilisations corporelles Immobilisations corporelles en cours Immobilisations financières → [D]

B

I

19 741,79

19 741,79

19 741,79

L

Prêts immobilisés Autres créances financières

19 741,79

19 741,79

19 741,79

I

Titres de participation Autres titres immobilisés Ecarts de conversion actif → [E] Diminution des créances immobilisées Augmentations des dettes de financement TOTAL (A+B+C+D+E) Stocks → [F] Marchandises Matières et fournitures consommables Produits en cours Produits intermédiaires et produits résiduels Produits finis Créances de l'actif circulant → [G] Fournis. débiteurs, avances et acomptes

A N E N T

Provisions pour risques Provisions pour charges Ecarts de conversion-passif (E)

S

E

Augmentation des créances immobilisées Diminution des dettes de financement TOTAL I (A+B+C+D+E)

4 226 620,88

3 431 358,78

795 262,10

472 049,84

A C T I F C I R C U L A N T

992 326,54

1 952 939,39 9 015 483,06 2 177 979,17

Dettes du passif circulant (F)

10 337 931,52 1 794 383,57

P A

Fournisseurs et comptes rattachés Clients créditeurs, avances et acomptes

S S I F

45 480,00

32 040,00

Personnel Organismes sociaux

12 209 984,96

12 209 984,96

10 951 965,07

450 479,00 5 929 631,70 1 970 900,00 147 057,25

445 938,03 5 661 580,61 584 900,00 113 045,25

204 000,00

204 000,00

Etat

C I R C U L A N T

Clients et comptes rattachés

10 078 999,68

10 078 999,68

9 847 701,16

Comptes d'associés Autres créanciers

Personnel Etat

1 913 896,42

1 913 896,42

1 073 634,51

Comptes d'associés Autres débiteurs Comptes de régularisation- Actif

Comptes de régularisation passif Autres provisions pour risques et charges (G) Ecarts de conversion - passif (Eléments circulants) (H) TOTAL II (F+G+H)

13 088,86

13 088,86

30 629,40

Titres valeurs de placement → [H] Ecarts de conversion actif → [I]|Eléments circulants TOTAL II (F+G+H+I)

10 337 931,52 1 834 622,20

9 015 483,06 640 981,69

TRESORERIE PASSIF

T R E S

12 209 984,96

12 209 984,96

10 951 965,07

Crédits d'escompte Crédits de trésorerie Banques (Soldes créditeurs)

Trésorerie-Actif

159 633,20 126 560,00 16 635,60 16 437,60 159 633,20

159 633,20 126 560,00 16 635,60 16 437,60 159 633,20

185 389,23 119 367,00 49 658,69 16 363,54 185 389,23

T R E S

. . .

Chèques et valeurs à encaisser

1 834 622,20 1 834 622,20

640 981,69 640 981,69

Banques, T.G et C.C.P

. . .

TOTAL III

Caisse, Régie d'avances et accréditifs

TOTAL GENERAL I+II+III

13 164 880,26

11 609 404,14

TOTAL III

TOTAL GENERAL I+II+III

16 596 239,04

3 431 358,78 13 164 880,26

11 609 404,14

(1)Capital personnel débiteur.

(2)Bénéficiaire(+).déficitaire(-).

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES (SUITE)

Exercice du 01/01/2019 au 31/12/2019

OPERATIONS

OPERATIONS

TOTAUX DE L'EXERCICE PRECEDENT

TOTAUX DE L'EXERCICE

Concernant les exercices précédents 2

TOTAUX DE L'EXERCICE PRECEDENT

Propres à l'exercice 1

TOTAUX DE L'EXERCICE

Concernant les exercices précédents 2

DESIGNATION

Propres à l'exercice

DESIGNATION

3 = 2 + 1

4

1

3 = 2 + 1

4

PRODUITS D'EXPLOITATION

15 663 165,74

15 663 165,74 18 680 189,85

RESULTAT COURANT (III+VI)

-616 432,45

-144 225,00

-760 657,45

1 212 975,75

VII

Ventes de marchandises (en l'état) Ventes de biens et services produits

PRODUITS NON COURANTS

1 360,35

1 360,35

34 959,16

14 788 165,74

14 788 165,74

17 586 439,85

E

Produits des cessions d'immobilisations Subventions d'équilibre Reprises sur subventions d'investissement Autres produits non courants Reprises non courantes ; transferts de charges

Chiffres d'affaires

14 788 165,74

14 788 165,74 17 586 439,85

X

N O

Variation de stocks de produits (1) Immobilisations produites par l'entreprise pour elle-même Subventions d'exploitation Autres produits d'exploitation Reprises d'exploitation : transferts de charges Total I

I

P

VIII

60,35

60,35

15 310,73

L O

875 000,00

875 000,00

1 093 750,00

N

1 300,00

1 300,00

19 648,43

Total VIII

1 360,35

1 360,35

34 959,16

I

CHARGES NON COURANTES

83 631,75

200,00

83 831,75

35 408,72

C O

A

15 663 165,74

15 663 165,74 18 680 189,85

Valeurs nettes d'amortissements des immobilisations cédées Subventions accordées Autres charges non courantes Dotations non courantes aux amortissements et aux provisions Total IX

T

CHARGES D'EXPLOITATION

16 196 128,98

144 225,00

16 340 353,98 17 381 945,61

A

Achats revendus(2) de marchandises Achats consommés(2) de matières et fournitures

IX

U

83 631,75

200,00

83 831,75

35 408,72

T

3 385 574,00

115 950,00

3 501 524,00

4 854 766,32

R

II

I O

Autres charges externes

3 797 254,24

28 275,00

3 825 529,24

4 028 031,05

A

Impôts et taxes

161 886,16

161 886,16

131 534,05

83 631,75

200,00

83 831,75

35 408,72

Charges de personnel

8 695 355,92

8 695 355,92

8 193 264,94

RESULTAT NON COURANT (VIII-IX)

-82 271,40

-200,00

-82 471,40

-449,56

X XI

N

N

Autres charges d'exploitation Dotations d'exploitation

RESULTAT AVANT IMPOTS (VII+X)

-698 703,85

-144 425,00

-843 128,85

1 212 526,19

156 058,66

156 058,66

174 349,25

T

IMPOTS SUR LES RESULTATS

117 484,00

117 484,00

110 332,00

XII XII

Total II

16 196 128,98

144 225,00

16 340 353,98 17 381 945,61

III

RESULTAT NET (XI-XII)

-816 187,85

-144 425,00

-960 612,85

1 102 194,19

RESULTAT D'EXPLOITATION (I-II)

-532 963,24

-144 225,00

-677 188,24

1 298 244,24

PRODUITS FINANCIERS Produits des titres de partic. Et autres titres immobilisés Gains de change Interêts et autres produits financiers Reprises financières : transfert charges Total IV CHARGES FINANCIERES

TOTAL DES PRODUITS (I+IV+VII)

15 664 526,09

15 664 526,09 18 715 149,01

XIV

F

IV

I

XV

TOTAL DES CHARGES (II+V+IX+XIII)

16 480 713,94

144 425,00

16 625 138,94 17 612 954,82

N

A

RESULTAT NET|(total des produits-total des charges)

-816 187,85

-144 425,00

-960 612,85

1 102 194,19

XVI

N

83 469,21

83 469,21

85 268,49

C

Charges d'interêts

83 469,21

83 469,21

85 268,49

Pertes de change Autres charges financières Dotations financières Total V

I

V

E

R

83 469,21

83 469,21

85 268,49

RESULTAT FINANCIER (IV-V)

-83 469,21

-83 469,21

-85 268,49

VI VII

RESULTAT COURANT (III+VI)

-616 432,45

-144 225,00

-760 657,45

1 212 975,75

2)Achats revendus ou achats consommés : Achats - variation de stock. 1)Variation de stock : Stock final-Stock initial : Augmentation(+); Diminution(-)

A SE PASSE DANS LE MONDE Ç

8

DU 6/7/8/9 MAI 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Le Trésor US empruntera la somme record de 3.000 milliards de dollars au T2

L e Trésor américain a annoncé qu’il prévoyait d’émettre pour près de 3.000 milliards de dollars (environ 2.750 milliards d’euros) d’emprunts au deuxième trimestre. Un record, alors que l’administration fédérale aux Etats-Unis s’efforce de soutenir l’économie face aux consé- quences de l’épidémie de nouveau coronavirus. Exactement 2.999 milliards de dollars, ce montant est cinq fois supérieur à ce que le Trésor a emprunté sur un seul trimestre, en 2008, et il est aussi supérieur au montant maximal jamais emprunté sur l’ensemble d’une année fiscale, 1.800 milliards en 2009. «C’est plus important que ce que nous ferions habituellement en une année» , a dit un responsable du Trésor. Par comparaison, les émissions nettes du Trésor américain ont été lors du dernier exercice fiscal de 1.820 milliards de dollars. Lors de sa précédente estimation début février, le Trésor prévoyait au contraire de rembourser davantage qu’il n’emprunterait, avec un solde net négatif de 56 milliards de dollars d’emprunts sur la période avril-juin.

Le montant annoncé pourrait susciter des interrogations sur la capacité du marché à absorber un volume aussi colossal d’obligations souve- raines en seulement trois mois. Le Trésor américain a emprunté 477 milliards de dollars sur les marchés au premier trimestre. ■ PSA annonce une première vague de redémarrage des usines

Espagne : Le nombre de chômeurs grimpe à plus

L e nombre de chômeurs en Espagne a atteint 3.831.203 personnes à fin avril dernier, soit son niveau le plus haut enregistré au cours de cette période depuis 2016, a annoncé le ministère espagnol du Travail, des Migrations et de la Sécurité sociale. Le nombre des sans-emploi dans le pays ibérique a progressé de 282.891 personnes en avril dernier, soit 7,97% de plus par rapport au mois précédent, en raison de l'impact de la pandémie de coronavirus, a précisé la même source dans un communiqué. «La crise sanitaire du Covid-19 a commencé à avoir un impact notable sur le chômage à partir du 13 mars, avec une intensité particulière pendant les vacances de de 3,83 millions à fin avril

P SA a annoncé une première vague de redémarrage de ses usines selon un protocole de sécurité renforcé et un calendrier très progressif pour épouser au plus près la demande qui accompagnera le déconfinement lié à l’épidémie de coronavirus. «Le redémarrage progressif et sécurisé de la production s’effectuera au cours des prochaines semaines avec une première vague de réouvertures partielles de l’activité industrielle entre le 4 et le 11 mai, à partir du 11 mai en France», a déclaré le constructeur dans un communiqué. Chez PSA, la première vague concernera cette semaine l’Inde, le Portugal et le Maroc, puis la semaine prochaine l’Espagne, la Slovaquie, plusieurs usines de mécanique en France et une seule usine d’assemblage, celle d’Hordain (Nord) en raison de l’important portefeuille de commandes engrangé en véhicules utilitaires produits sur ce site. ■

Pâques. Au cours des dernières semaines d'avril, le chô- mage a modéré son rythme de croissance», a fait savoir le ministère. ■

Le Liban va solliciter le FMI pour une sortie de crise

La BCE doit justifier les achats de

économique

dette de la Bundesbank

L a Bundesbank, la Banque centrale nationale allemande, devra cesser dans trois mois, au plus tard, d’acheter des emprunts d’Etats de la zone Euro pour le compte de la Banque centrale euro- péenne (BCE) si cette dernière ne prouve pas

que ces achats sont justifiés, a décidé la Cour constitutionnelle allemande. Ce jugement constitue un revers pour le programme d’achats de titres publics (Public Sector Purchase Programme, PSPP), l’un des principaux outils du plan d’assouplissement quantitatif (QE) de la BCE, qui a permis depuis 2015 de limiter les coûts de financement des Etats membres. La Cour a précisé que sa décision ne s’appliquait pas au plan d’achats de titres de 750 milliards d’euros lancé en mars dans le cadre des mesures d’urgence prises face à la crise liée à la pandémie de coronavirus. La Cour donne à la BCE trois mois pour régler les problèmes du QE. Et au final, la décision laisse à la Bundesbank le choix de participer volontaire- ment au programme. ■

L e gouvernement libanais a annoncé qu'il va solliciter l'aide financière du Fonds monétaire international (FMI) pour tenter de sauver le pays d'une grave crise éco- nomique qui a suscité un regain de contestation sociale. A cet effet, le Premier ministre libanais, Hassan Diab, et le ministre des Finances, Ghazi Wazni, «ont signé la demande d'aide du FMI», indique un communiqué du gouvernement.

Cette décision intervient au lendemain de l'annonce d'un plan de relance pour tenter de sortir le Liban d'une grave crise marquée par une inflation galopante et une forte dépréciation de la Livre libanaise par rapport au Dollar. «Nous faisons un premier pas pour sauver le Liban du pro- fond déficit financier et il serait difficile de s'en sortir sans une aide efficace et décisive», a plaidé Diab. ■

B OURSE & F INANCES

9

DU 6/7/8/9 MAI 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Point Bourse Hebdo

Le Masi se «déconfine» ◆ Un enchaînement de séances haussières a permis au Masi de rebondir de 5,27% cette semaine. ◆ Les volumes hebdomadaires ont considérablement augmenté.

Evolution de l'indice Masi depuis juin 2019

la semaine dernière (Attijariwafa bank a drainé 40% des flux de la période). Pourtant, rien ne semble améliorer le moral des investisseurs : des prévisions de croissance revues à la baisse, une perspective de la notation souveraine dégradée, des chiffres du commerce extérieur en berne...etc. Seule la pers- pective d'un déconfinement, même très progressif, alimente l'espoir d'une reprise économique et favorise la prise de risque sur les actions. Rappelons que sur le plan macro, le haut-commissariat au Plan (HCP) a revu à la baisse ses prévisions de croissance du PIB. La croissance économique natio- nale serait amputée de 8,9 points, au deuxième trimestre 2020, par rapport à son évolution d’avant crise Covid-19, au lieu de -3,8 points prévu au 7 avril. Cela représenterait une perte globale poten- tielle d'environ 29,7 milliards de DH pour la première moitié de 2020, au lieu de 15 milliards DH prévue au 7 avril. Sur le plan micro, quelques émetteurs ont formulé des commentaires dans leurs

Par Y. Seddik

E nfin du vert à la Bourse de Casablanca ! Cloîtré dans une zone de congestion pendant presque un mois, l'indice Masi s'est progressivement «déconfiné» cette semaine (du 28 avril au 5 mai) en se défaisant de deux obstacles techniques. Un enchaînement de plusieurs séances de forte hausse lui a permis d'inscrire un rebond de près 5,27% à 9.557 points, et de réduire légèrement ses pertes annuelles (-21,48%). Malgré une macroéconomie morose, les opérateurs ont retrouvé un certain appétit pour les actifs risqués cette semaine. Des achats à bon comptes ont été opérés sur des grosses capitalisations et des valeurs de conviction. Ces accumulations, couplées à des opé- rations d'allers-retours, ont dopé les volumes hebdomadaires. Ces derniers se sont chiffrés à 1,02 milliard de DH, soit presque le triple des échanges de

communications financières de 2019 sur les éventuels effets de la pandémie du Covid-19 sur leur activité en 2020. En somme, sans grandes surprises. Comportements des sec- teurs Sur le plan sectoriel, 17 compartiments ont terminé dans le vert avec des hausses oscillant entre 6,53% pour les services de transport et 0,18% pour les assurances. A la baisse, les secteurs des services aux collectivités, de la sylviculture & papier et de la chimie ont reculé respectivement de 5,88%, 4,75% et 3,02%. Les plus fortes hausses de la semaine ont été enregistrées par Sonasid (12,38%), Alliances (11,12 %), BMCI (10,09%), Ciments du Maroc (9,58%) et Attijariwafa bank (7,94%).

Les plus forts replis ont été accusés par Lydec (5,88%), Med Paper (4,75%), Crédit du Maroc (4,18%), Involys (4%) et M2M Group (3,99%). Eléments techniques Techniquement, le Masi a franchi la borne haute de son trading range, le message passe ainsi de neutre à haus- sier à court terme. La prochaine résistance à travailler se situe à 10.200 points. Autre fait à relever : le Masi a terminé, en données quotidiennes, au-dessus de sa MM20j pour la première fois depuis le 27 février. À moyen-long terme, la tendance est baissière et seule une figure chartiste majeure de retournement pourrait la mettre à l'arrêt. ◆

Dans un monDe qui change, vos placements grandissent de jour en jour

BMCI MonéTaIrE Plus OPCvm monétaire assurant à court terme, liquidité quotidienne et sécurité

A BNP PAriBAs iNvestmeNt PArtNer

La banque d’un monde qui change

10

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

DU 6/7/8/9 MAI 2020

www.fnh.ma

Bourse Des règles comptables adaptées au Covid-19 pour les entreprises

L’ épidémie du Covid- 19 a poussé le Comité de veille économique (CVE) à décider la mise en place d'un cadre comptable plus approprié, qui per- met un traitement plus cohérent de certaines opérations dans le contexte exceptionnel et inédit que traversent les entreprises. Le Conseil national de la compta- bilité (CNC) a été saisi et a formulé un avis explicitant les incidences comptables de la pandémie du Covid-19. Certaines de ces règles vont soulager la capacité bénéfi- ciaire des entreprises cotées en 2020. Par A. Hlimi sur les impacts de la pandémie sur les comptes. ◆ Amortissements des dons et des charges de sous activité sur 5 ans. ◆ L'ETIC des entre- prises à fin avril a per- mis d'y voir plus clair

Le Conseil national de la comptabilité (CNC) a été saisi et a for- mulé un avis explicitant les incidences comptables de la pandémie du Covid-19.

Il s'agit de Maroc Telecom et Crédit du Maroc. Le premier ne s'est pas prononcé sur la manière dont il provisionnera cette charge de 1,5 Md de dirhams alors que le second a préféré la rattacher intégralement à son résultat trimestriel le faisant plonger de 41,4%. En neutralisant la contribution au fonds de sou- tien Covid-19, le résultat net part du groupe progresse de 3,4%. La décision de Crédit du Maroc est un choix de rigueur comptable en consacrant au maximum le principe de spécialisation des exercices (et même des trimestres !).

parle ici des charges fixes de struc- ture comme les charges de per- sonnel des fonctions supports, les charges financières, les loyers… La sous-activité est définie par un niveau d'activité de la société ou de l'un de ses départements inférieurs au niveau prévisionnellement consi- déré comme normal. Quand on voit le nombre de sec- teurs quasiment à l’arrêt ou à l’ar- rêt, cette mesure leur permettra de lisser la baisse des résultats courants sur 5 ans. Le rôle central de l’ETIC L'Etat des informations complé- mentaires (ETIC) doit offrir une information la plus exhaustive aux investisseurs. Si le législateur a autorisé l’arrêté des comptes 2019 sans tenir compte des consé- quences du Covid-19, même si elles sont connues à la date de l’arrêté, les entreprises doivent en

nuité d’exploitation montre bien le caractère exceptionnel de cette crise et de cette norme comptable, puisque même si ce principe est remis en cause, les entreprises doivent simplement le mention- ner sans pour autant produire des comptes en valeurs liquidatives. Il faut dire que l’ETIC et les rapports financiers annuels (RFA) ont per- mis aux entreprises qui ont publié fin avril de donner plus d’informa- tions au marché sur les impacts du Covid-19. Certains émetteurs, comme Snep, ont affirmé que la crise sanitaire n’avait pas d’impact sur l’activi- té, quand d’autres, comme Afric Industries, ont expliqué qu’ils allaient potentiellement revoir leurs dividendes à cause de la crise. D’autres encore ont indi- qué que cela risquait de retarder leurs investissements, à l’image de LafargeHolcim. ◆

parler dans l’ETIC. L’avis du CNC précise que cela doit se faire même si la crise n’a pas d’effet sur l’activité, ce que beau- coup ont fait dans leurs publications à fin avril. Les entreprises pour lesquelles la crise aura des impacts significatifs sur l’activité doivent le mentionner autant que possible. Le traitement du principe de conti- significatifs sur l’ac- tivité doivent le men- tionner autant que possible. Les entreprises pour lesquelles la crise aura des impacts

Amortissement des dons sur 5 ans

Les sociétés cotées ont fait plu- sieurs milliards de DH de dons au Fonds de lutte contre le Covid-19, autant de ressources qui seront amputées de leurs résultats annuels 2020 si l'on se réfère aux normes comptables classiques. Mais l'avis du CNC permet désor- mais d'amortir ces dons sur 5 ans en les transférant à l'actif du bilan si l'entreprise en fait le choix. Pour le moment, deux émetteurs ont publié leurs résultats à fin mars.

Traitement de la sous-activité

Voilà une autre décision qui soula- gera considérablement les secteurs en baisse d'activité. Il leur sera désormais possible d'immobiliser les charges fixes liées à la sous- activité et les amortir sur 5 ans. On

11

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

DU 6/7/8/9 MAI 2020

www.fnh.ma

Banques Crédit du Maroc fait preuve de rigueur face au Covid-19

C rédit du Maroc a choisi l'option de la rigueur dans le traitement comptable du don de 85 millions de DH au profit du fonds Covid-19 en intégrant l'inté- gralité de cette charge dans les comptes arrêtés à fin mars. En neutralisant cette contribution, le résultat net part du groupe progresse de 3,4% à 129,4 millions de dirhams à fin mars 2020 au lieu d'une baisse de 41,4% du RNPG publié. En termes d'activité, Crédit du Maroc affiche une progression des ressources bilan, à fin mars 2020, de 2,9% à 42,5 Mds de dirhams, découlant de l’augmentation des ressources à vue de 6,9% à 28,7 Mds de dirhams et de la bonne tenue des ressources d’épargne en évo- lution de 1,3% à 9,75 Mds de dirhams. En face, les emplois clientèle s’apprécient sur les douze derniers mois de 2,9% à 41,7 Mds de dirhams malgré les premiers effets négatifs de la crise sanitaire Covid-19. Dans le détail, les encours des crédits aux particuliers sont en progression positive de 5,3% à 18 657 millions de dirhams s’appuyant sur la nouvelle produc- tion de l’année 2020 qui se monte à 1.093 millions de dirhams. À noter que la production des crédits aux particuliers a reculé de 14,3% par rapport à la même période 2019, en lien avec le ralentissement conjoncturel de l’activité observé dès début mars 2020. Le produit net bancaire consolidé du Crédit du Maroc s’élève lui à 622,5 millions de dirhams à fin mars 2020, en hausse de 3,7% par rapport à l’exercice précédent. Dans le détail, la marge nette d’intérêt progresse de 3,6%, la marge sur commissions s’accroît de 2,3% et le résultat de marché augmente de 4,1% grâce au dévelop- pement des volumes clientèle sur les activités de change. Le coût du risque consolidé affiche, à fin mars 2020, une hausse de 19,5% à 92,7 millions de dirhams, soit une hausse du taux de coût du risque de 10 points de base à 0,8% au premier trimestre 2020. Cette progression découle principalement de ◆ La banque a fait le choix de provisionner toute la charge du don au Fonds Covid-19 dans le résultat à fin mars. ◆ Le résultat net part du groupe de 41,4% au pre- mier trimestre. Par A. Hlimi

l’intégration des premiers impacts prévision- nels de la crise Covid-19 qui seront ajustés en fonction de l’évolution de la crise sanitaire. S’agissant du taux de couverture, il s’améliore

de 211 points de base à 92,7%. Au final, le résultat net part du groupe Crédit du Maroc recule de -41,4% à 73,3 millions de dirhams, en intégrant les premiers impacts de la

crise sanitaire. En neutralisant la contribution au fonds de soutien Covid-19, le résultat net part du groupe progresse de 3,4% à 129,4 millions de dirhams à fin mars 2020. ◆

Avis de convocation des actionnaires à l’Assemblée Générale Ordinaire Annuelle du 26 Juin 2020

Les actionnaires de la société TIMAR S.A , société anonyme au capital de 30.110.000,00 MAD, dont le siège social est sis à Casablanca, Rue M’Barek Ben Brahim, Avenue O, Rue Abou Baker Bnou Koutia, Quartier Industriel, Roches Noires Aïn Sebaâ, et immatriculée au Registre de Commerce de Casablanca sous le numéro 40957, sont convoqués en Assemblée Générale Ordinaire qui se tiendra le 26 Juin 2020 à 10 heures , audit siège, à l’effet de délibérer sur l’ordre du jour suivant : • Lecture des rapports du conseil d’administration et des commissaires aux comptes sur les comptes annuels de l’exercice clos au 31 Décembre 2019 ; • Approbation des comptes de l’exercice clos au 31 Décembre 2019 ; • Affectation du résultat de l’exercice ; • Approbation des conventions visées à l’article 56 de la loi 17/95 modifiée et complétée par la loi 20-05 relative aux sociétés anonymes et du rapport spécial du commissaire aux comptes ; • Quitus aux administrateurs et aux commissaires aux comptes ; • Nomination d’un administrateur ; • Nomination d’administrateurs indépendants ; • Fixation des jetons de présence alloués au Conseil d’administration ; • Questions diverses ; • Pouvoirs à conférer en vue de l’accomplissement des formalités légales. IMPORTANT : • Il est à rappeler que pour pouvoir assister à cette Assemblée Générale : • Les propriétaires d’actions au porteur devront déposer au siège social de la Société, une attestation émanant d’un intermédiaire financier habilité justifiant sa qualité d’actionnaire et le nombre de titres détenus par lui, cinq (05) jours au moins avant la date de la tenue de l’assemblée générale ; • Les propriétaires d’actions nominatives devront avoir été préalablement inscrits en compte, au plus tard cinq (05) jours avant la date de la tenue de l’assemblée générale. • Toute demande d’inscription de projets de résolutions à l’ordre du jour doit être adressée au siège social de la société par lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de dix (10) jours à compter de la publication de l’avis de convocation. • Les documents dont la loi prescrit la communication aux actionnaires seront déposés au siège social de la société quinze (15) jours avant la tenue de l’assemblée générale. • Tout actionnaire a le droit d’assister personnellement a cette assemblée ou de s’y faire représenter par son conjoint, par un ascendant ou descendant, ou par un autre actionnaire justifiant d’un mandat. • Des formulaires de procuration ainsi que des formulaires de vote par correspondance sont à la disposition des actionnaires au siège social et seront disponibles sur le site internet http://www.timar.ma. LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

PROJET DE RÉSOLUTIONS À SOUMETTRE À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 26 JUIN 2020

PREMIERE RESOLUTION L’Assemblée Générale, après avoir entendu lecture des rapports du Conseil d’Administration et des Commissaires aux Comptes sur l’exercice clos au 31 décembre 2019, approuve les états de synthèse sociaux et les états consolidés tels qu’ils lui ont été présentés et publiés ainsi que les opérations traduites dans ces états ou résumés dans ces rapports, se soldant par un bénéfice net social de 3 544 959,67 MAD. DEUXIEME RESOLUTION L’assemblée générale, sur proposition du conseil d’administration, décide d’affecter le résultat social de l’exercice comme suit : • Bénéfice net de l’exercice • Réserve légale 3 544 959,67 DHS 156 932,42 DHS

missaires aux Comptes pour l’accomplissement de leurs mandats pendant l’exercice écoulé.

CINQUIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale décide de nommer Madame Cécile Marie-Louise Josette PUECH en qualité d’administrateur de la Société, pour le restant du mandat du conseil d’administration qui prendra fin à l’issue de la réunion de l’Assemblée Générale Ordi- naire des actionnaires à statuer sur les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2024. SIXIEME RESOLUTION Conformément aux dispositions de l’article 41 bis de la loi 17-95, telle que modifiée et complétée par la loi n° 20-05, par la loi n° 78-12, et par la loi n° 20-19, relative aux sociétés anonymes, l’assemblée générale décide de nommer Messieurs Hassan LAA- ZIRI et Hamid EL JAMALI, en qualité d’administrateurs indépendants de la Société, pour le restant du mandat du conseil d’administration qui prendra fin à l’issue de la réunion de l’Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires à statuer sur les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2024. SEPTIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale décide de fixer le montant des jetons de présence, à allouer aux membres du Conseil d’Administration au titre de l’exercice 2019, à un montant global brut de 150.000,00 MAD. Le Conseil d’Administration répartira cette somme entre ses membres dans les propor- tions qu’il jugera convenables. HUITIEME RESOLUTION L’assemblée générale donne tous pouvoirs au porteur d’un original, d’une copie ou d’un extrait du procès-verbal de la présente assemblée pour accomplir toutes formalités qui seront nécessaires.

3 388 027,25 DHS 25 986 371,57 DHS

Nouveau solde

• Report à nouveau antérieur

29 374 398,82 DHS 29 374 398,82 DHS

Nouveau solde

• Report à nouveau antérieur

TROISIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale, après avoir entendu la lecture du rapport spécial des commis- saires aux comptes les conventions règlementées l’article 56 de loi 17-95 du 30 Août 1996, loi n° 17-95, telle que modifiée et complétée par la loi n° 20-05, par la loi n° 78-12, et par la loi n° 20-19, relative aux sociétés anonymes, approuve les conclusions dudit rapport et les conventions qui y sont mentionnées. QUATRIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale, par suite de l’adoption des résolutions qui précèdent, donne quitus entier et sans réserve aux membres du Conseil d’Administration et aux Com-

Société Anonyme à Conseil d’Administration Au capital de 30.110.000,00 de Dirhams Siège Social : Immeuble N°1, Rue 1, Quartier Oukacha Ain Sebaâ - CASABLANCA - R.C N° 40957

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42

fnh.ma

Made with FlippingBook flipbook maker