FNH 974 19 mars

Du 19 mars 2020 - 8 DH - N° 974

Directeur de la publ ication : Fatima Ouriaghl i

ÉDITION SPÉCIALE

CORONAVIRUS

◆ Infrastructures sanitaires ◆ Soutien à l'économie nationale ◆ Transparence des pouvoirs publics ◆ Education La riposte marocaine

Dépôt légal : 157/98 ISSN : 1114-047 - Dossier de presse : 24/98 - Adresse : 83, Bd El Massi ra El Khadra, Casablanca - Tél. : ( 0522) 98.41.64/66 - Fax : ( 0522) 98.40.22 - Adresse web : www.fnh.ma

www.facebook.com/FNhebdo

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

2

EDITION SPÉCIALE

ÉDITION SPÉCIALE

Editorial Par Fatima Ouriaghli

IRRESPONSABLES !!!

L e silence prête foi à la rumeur et aux mauvaises interprétations, et reste surtout un terreau fertile pour les informations fallacieuses. En cette période de crise sani- taire particulièrement, le Maroc, comme tant d’autres pays, n’échappe malheureusement pas à ces fameuses fake news qui se répandent comme un virus sur les réseaux sociaux. Le gouvernement marocain semble néanmoins avoir beau- coup appris de la campagne de boycott de certains produits il y a à peu près deux ans de cela. Sa communication défaillante et désordonnée avait contribué, à l’époque, à cristalliser l’opinion publique. Aujourd’hui, avec le coronavirus, il a parfaitement pris la mesure de l’enjeu et adopté une approche toute autre : sa démarche com- municationnelle est transparente, bien circonscrite et très claire. Les citoyens sont ainsi informés quasi- ment en temps réel de l’évolution de la situation sanitaire au Maroc et des différentes mesures prises à ce niveau. En cette période de crise aigue et d’incertitude, l’enjeu est bien évidemment de maîtriser la com- munication et d’être tout à fait transparent afin de donner la bonne information aux popula- tions, soumises à un flot incessant d’informations aussi farfelues les unes que les autres. N’empêche que malgré la dili-

gence dont fait preuve le gouver- nement jusqu’à présent, les petits esprits tordus, qui voient des com- plots et le mal partout, trouvent toujours les moyens de polluer sa communication pour angoisser la population. Mardi d’ailleurs, le gouvernement a haussé le ton. Des instruc- tions fermes ont été données aux parquets près les tribunaux du Royaume afin d’engager des pour- Le Maroc, comme tant d’autres pays, n’échappe malheu- reusement pas aux fameuses fake news. suites judiciaires à l’encontre de tous ceux qui véhiculent des fake news sur le coronavirus, suscep- tibles de semer la panique et porter atteinte à l’ordre public. Des investigations sont d’ores et déjà enclenchées par la police judi- ciaire et le ministère a déposé une plainte contre certains individus dans ce sens. C’est assurément l’attitude à avoir vis-à-vis de certains irrespon- sables, indifférents face au drame planétaire qui se joue devant eux. u

4 6 7 8 9

Corona la terreur Point Bourse Hebdo : La purge ! La riposte Bank Al-Maghrib fait un «petit» geste

Entretien avec Saïd Amzazi, ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Amzazi fédère les universitaires Déclarations fiscales : Vers une rallonge du délai légal Bourse : Privilégier les bilans de qualité Croissance : Le scénario catastrophe se profile Patriotisme… sonnant et trébuchant Voici quelques mesures proposées par la CGEM pour faire face aux impacts du coronavirus Renault suspend temporairement ses activités industrielles au Maroc Voilà comment faire un don Haro sur les fake news ! La CNOPS suspend l'accueil des assurés et des prestataires de soins Ce que vous devez savoir

10 19 24 25 25 25 26 26 26 26 27

• Directeur Général responsable de la Publication : Fatima OURIAGHLI Contact : redactionfnh@gmail.com

• Directeur des rédactions &Développement : DavidWilliam • Rédacteur en chef : Amine Elkadiri • Journalistes : Charaf Jaidani, Leïla Ouriaghli, Adil Hlimi, Momar Diao, Youssef Seddik, Badr Chaou, Chaimaa Abounaim, Khalid Aourmi • Révision : M. Labdaouat • Directeur technique &maquettiste : Abdelillah Chamseddine •Mise en page : Zakaria Beladal • Assistantes de direction : Amina Khchai • Département commercial : Samira Lakbiri, Salma Benmakhlouf, Rania Benchaib • Administratif : Fatiha Aït Allah, Nahla Sahlal • Édition : JMA CONSEIL • Impression : Maroc Soir • Distribution : Sapress • Tirage entre 15.000 et 18.000 exemplaires • Dépôt légal : 157/98 • ISSN : 1114-047 • Dossier de presse : 24/98 • N° Commission paritaire : H.F/02-05

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

4

EDITION SPÉCIALE

Corona la terreur

Par D. William

Q ui aurait pu imagi- ner tout cela il y a juste deux mois ? En deux mois, la pla- nète entière est plongée dans l’expectative par la faute d’un ennemi invisible. Qui a tra- versé des milliers de frontières pour répandre les miasmes de la terreur et de la mort dans le monde. Une odys- sée bien macabre qui a pour conséquence des milliers de familles endeuillées et des dizaines de milliers de per- sonnes infectées sur la terre. Il faut rappeler les chiffres pour se rendre compte de la dangerosité du coronavirus :

au moins 7.155 décès dans 134 pays dénombrés depuis son apparition en décembre, avec 182.424 cas confirmés, dont 79.433 guéris. Le président français Emmanuel Macron disait lundi que la France est «en guerre» contre le coronavirus. En réa- lité, c’est le cas pour tous les pays où ce virus est apparu. Mais en temps de guerre «nor- male», l’ennemi est apparent, visible, palpable, clairement identifié. Actuellement, le monde part en croisade contre un ennemi vicieux, sournois, une arme létale dont on ne sait pratique-

ment pas grand-chose et qui se déplace, insidieusement, à la vitesse de l’éclair. Comment combattre pareil ennemi ? Comment lutter

contre un ennemi qu’on ne peut voir ? Comment affronter un ennemi alors que l’on ne sait pas quelle arme peut le tuer ? Alors, faute de pouvoir l’af- fronter et engager un corps- à-corps, les Etats avisés ont choisi une autre stratégie : le repli. Se barricader. Se mettre sous cloche. Le confinement. Cela ne va certes pas le vaincre. Mais cette stratégie aura au moins le mérite de freiner sa propagation. C’est un moindre mal, en atten- dant que les scientifiques de ce monde mettent au point ce vaccin que tout le monde

attend. D’ici là, peut-être que le coronavirus disparaitra de lui- même, las d’avoir beaucoup tué. Trop tué. En attendant, la meilleure arme face à «corona la ter- reur», qui a défié et résis- té à tout l’arsenal militaire du monde, c’est notre sens de la responsabilité et notre civisme. Qui veulent que nous suivions scrupuleusement les mesures préventives et les consignes sanitaires édictées par les autorités (voir page 5). Histoire de nous protéger. De protéger nos familles. Mais également les tiers. ◆

Notre meilleure arme face à «corona la terreur», c’est notre sens de la respon- sabilité et notre civisme.

oui , je souhaite m’abonner à cette offre spéciale pour 1 an BULLETIN D’ABONNEMENT Mon abonnement comprend : ❑ 52 numéros Finances News hebdo & 2 numéros du série. Voici mes coordonnées : ❑ M ❑ Mme ❑ Mlle Nom/Prénom : .................................................................................. Adresse : ........................................................................................... Ville : ............................. Code Postal : ........................................... Tél : ........................................ Fax : ................................................ E-mail : ............................................................................................. Mon règlement ci-joint par : ❑ Chèque bancaire ou virement bancaire à l’ordre de JMA Conseil : Banque Populaire, Agence Abdelmoumen, Compte N° 21211 580 5678 0006-Casablanca - (Maroc)

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

5 www.fnh.ma

EDITION SPÉCIALE

ACTIVITÉS ROYALES

L e Roi Mohammed VI a présidé, mardi 17 mars, au Palais royal à Casablanca, une séance de travail consacrée au suivi de la ges- tion de la propagation de la pandémie du Coronavirus au Maroc et à la poursuite de la prise de mesures pour faire face à toute évolution. Au début de la réunion, le Roi s’est notamment informé auprès du ministre de la Santé au sujet des derniers développements de la situation sanitaire dans notre pays, de la capacité d’accueil des hôpitaux et des unités de santé dans les différentes régions du Le Roi Mohammed VI mobilise l’armée

Royaume. Sur la base des données présentées et afin d'élever les capacités du système sanitaire national pour faire face à cette pan- démie, le Souverain a donné ses hautes instructions à l'Inspecteur général des FAR, pour mettre les structures de santé équipées, dont la création avait été ordonnée auparavant par le Souverain dans les différentes régions du Royaume dans cet objectif, à la disposition du système sanitaire avec toutes ses composantes, en cas de besoin. ■

Arrêtsur image

Le Maroc prend des mesures fermes de confinement

L es autorités publiques appellent les citoyens et citoyennes à limiter leurs dépla- cements et à se conformer à l'isolement sanitaire dans leurs domiciles, comme mesure pré- ventive nécessaire pour circons- crire la propagation de ce virus. Selon un communiqué conjoint des ministères de l'Intérieur et de la Santé, les déplacements dans les lieux et places publics seront conditionnés par la néces- sité absolue de faire des courses, se soigner et rejoindre le travail. Les autorités locales et les forces publiques, sûreté nationale et gendarmerie royale, orienteront les citoyens pour respecter la mise en œuvre de ces mesures prises dans l'intérêt général du peuple marocain, conclut le com- muniqué. Pour rassurer les citoyens concernant les besoins et néces-

VISIONNEZ CETTE VIDEO

sités de la vie quotidienne, le communiqué souligne qu'il n'y a pas lieu de s’inquiéter quant au niveau d’approvisionnement, eu égard aux précautions et mesures prises par les secteurs concernés en vue de garantir le déroulement normal de tous les circuits de distribution des produits de première nécessité, alimentaires et hydrocarbures, ainsi que les produits néces- saires disponibles dans les dif- férents locaux et espaces de commerce sur l’ensemble du territoire national. Le commu- niqué conjoint met l’accent sur la nécessité de respecter les règles d’hygiène et de sécu- rité physique annoncées par les autorités sanitaires, appelant les citoyens qui pourraient présenter des symptômes liés au virus à se diriger exclusivement aux centres sanitaires habilités. ■

Les Marocains s’expriment sur le Coronavirus et sur les mesures prises

Fonds anti-covid-19 :

Un compte bancaire pour déposer vos dons

D ans le cadre de l’effort national de prévention et de lutte contre la pandémie du Coronavirus Covid-19 et ses effets, et afin de permettre aux personnes, physiques ou morales, d’y contribuer, le ministère des Finances annonce la création d’un compte d’affectation spéciale n°: 3.1.0.0.1.13.030, intitulé «Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus" La Covid-19 "». Ainsi, les personnes intéressées sont invitées à verser leurs dons au compte d’affectation spéciale susvisé par virement bancaire sur le compte: RIB 001 810 00 780 002 011 062 02 21, ouvert sur les livres de Bank Al-Maghrib /Rabat, au nom du Trésorier ministériel auprès du minis- tère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration. Elles peuvent également procéder au versement de leurs dons auprès des comptables publics relevant de la Trésorerie générale du Royaume exerçant au niveau

Coronavirus

L'Administration de la Défense nationale met en garde contre les sites malveillants

P lusieurs applica- tions et sites web malveillants qui ont pour but d’infecter un nombre important de victimes sont apparus, vu les circonstances actuelles et la vaste médiatisation du coronavirus, indique l'Administration de la Défense nationale. La

national (Trésoriers ministériels, Trésoriers régionaux, Trésoriers préfectoraux et provinciaux et percepteurs) ainsi qu’au niveau des agents comptables auprès des missions diplomatiques et consulaires du Maroc à l’étranger. ■

1.965.164 C’est le nombre d’opérations de paiement en ligne réalisées en 2019 pour régler les factures d’eau et d’électricité auprès des régies de distribution du Royaume. Toutes les régies de distribution d’eau et d’électricité (à l’exception de la régie de Béni Mellal) ainsi que l’ONE et l’ONEP offrent à leurs clients la pos- sibilité de régler les factures via le paiement en ligne par carte bancaire.

même source cite à titre d’exemple, l’application du suivi du coronavirus «Covidlock» qui n’est en réalité qu’un ransomware, disponible sur le site «coronavirusapp», précisant que ce ransomware chiffre les appareils des victimes, puis demande qu’une rançon de 100$ soit payée (en Bitcoin) dans un délai de 48 heures pour récupérer l’accès à l’appareil infecté. Un autre exemple d’attaques vise spécifiquement les victimes qui s’inté- ressent aux présentations cartographiques de la propagation de corona- virus sur Internet, souligne la même source. «BlackWater» est une autre variante de malwares apparus dans ce sillage : l'attaque est initiée par des e-mails de phishing contenant des pièces jointes malveillantes qui prétendent être des informations sur le coronavirus (Covid-19) pour attirer les victimes. ■

Le chiffre de la semaine vous est proposé par

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

6

EDITION SPÉCIALE

Point Bourse Hebdo

La purge !

Evolution de l'indice Masi depuis février 2019

◆ Entre capitulation, peur et désespoir, la Bourse enregistre une nouvelle semaine noire. ◆ À l’heure du Covid-19, les publications annuelles des émetteurs passent inaperçues.

celui-ci s'est malheureusement vali- dé cette semaine. En lâchant 20% depuis son récent sommet touché en janvier 2020 à 12.640 points, le Masi entre dans cette configuration, tout comme plusieurs marchés boursiers mondiaux. Le régulateur au secours À côté, le cri de détresse des traders et gérants dévastés par la crise a eu un écho chez le régulateur (AMMC). Ce dernier a fixé de nouveaux seuils de variation, qui empêchent un ins- trument financier d'abandonner plus de 4% en une séance contre 10% auparavant. Cela a permis aux indices de la Bourse de Casablanca de limiter la casse, avec une baisse de 3,10% mardi dernier. Enfin, les investisseurs ont trouvé insuffisant le geste de la Banque cen- trale qui a baissé de 25 pbs son taux directeur. D'aucuns estiment qu'elle

Par Y. Seddik

F rappée de plein fouet par la crise sanitaire du Covid-19, la Bourse de Casablanca a connu une nouvelle semaine très nerveuse. Lors de cette séance hebdomadaire (10 au 17 mars), le Masi a perdu plus de 2.000 points, soit une dimunition de 18,39%. Un mouvement de Sell-off inédit qui a touché presque tous les secteurs. Le marché a également «actualisé» sa baisse historique lundi, en perdant 8,82% sur un volume de 1,6 Md de DH (sur les deux marchés). Notre Bourse nationale se serait bien pas- sée d'un tel record. Mais le respon- sable est tout désigné : la propagation du coronavirus. Alors que le spectre du Bear Market (marché baissier) planait sur les actions depuis 2018 (après le mou- vement de boycott en mai 2018),

Le résultat d'exploitation augmente de 6% à 3,15 Mds de dirhams grâce à la hausse des volumes vendus, l'amélioration des performances com- merciales et industrielles et la baisse des coûts énergétiques. Le résultat net consolidé est en hausse de 7% à 1,7 Md de dirhams. Taqa Morocco a par contre réduit son niveau de dividende. Le Directoire propose un dividende de 36 DH/ action, contre 40 DH/action en 2017 et 2018, représentant un rendement de 4,9% sur la base du cours du 16 mars 2020. Son RNPG enregistre une amélio- ration de 0,5% et se maintient au- dessus de 1 Md de dirhams, profitant de l'amélioration du résultat financier, principalement due à la baisse des intérêts sur emprunts consécutive aux remboursements effectués. ◆

se garde une marge de manœuvre pour faire face à l'évolution de la situation économique suite aux consé- quences du Covid-19. Rappelons que Bank Al-Maghrib n’exclut pas des mesures additionnelles pour soutenir l’économie, si la situation l’exige (voir pages 8).

Les publications aux oubliettes

Les quelques publications annuelles tombées cette semaine sont passées inaperçues. Même celles des grosses capitalisations qui offrent rendement et stabilité. À noter que LafargeHolcim a mainte- nu son dividende à 66 DH pour garder sa politique d’investissement. Elle a dégagé un chiffre d'affaires consolidé de 7,88 Mds de dirhams en 2019, stable par rapport à 2018.

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

7 www.fnh.ma

EDITION SPÉCIALE

◆ Le dispositif sanitaire va être renforcé, avec notamment la mobilisation de l’armée qui va déployer des structures de santé équipées. ◆ Des mesures économiques fortes ont d’ores et déjà été prises, et seront probablement renforcées. La riposte

Le Roi a pré- sidé, mardi 17 mars à Casablanca, une séance de travail consacrée au suivi de la gestion de la pro- pagation du Coronavirus au Maroc.

qui pourra peut-être évoluer vers un confinement total si la situation se dégrade, il fallait aussi une réponse économique pour aider les opérateurs très fortement impactés. Car, en l’absence de visibilité sur la durée de la crise, et au regard du ralentissement de l’activité économique actuelle, les conséquences pour l’éco- nomie nationale risquent d’être très sévères. D’où la création du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), doté de 10 Mds de DH, qui permettra non seulement de renforcer le dispositif médical, mais aussi de soutenir plus globa- lement l’économie nationale. Parallèlement, le Comité de veille économique (CVE), qui a tenu sa première réunion de travail en début de semaine, a mis en place un plan d’action qui s’éta- lera jusqu’à fin juin. Dans l’immédiat, une première série de mesures ont été prises et devront être opérationnelles à partir du lundi 23 mars. Il s’agit de la suspension du paiement des charges sociales (cotisation CNSS) et la mise en place d’un moratoire pour le remboursement des crédits bancaires au profit des entreprises. Dans ce cadre, un comité technique a été créé pour préparer un guide explicitant les modalités et les conditions d’octroi de ces mesures, au cas par cas. Il faut néanmoins s’attendre à plusieurs autres mesures, compte tenu de la gravité de la situa- tion. Une situation tendue dont les conséquences poussent à apprécier avec réserve la pré- vision de croissance de 2,3% en 2020 annoncée mardi par Bank Al-Maghrib, surtout dans un contexte marqué par des conditions climatiques très défa- vorables. ◆

cas qui seraient éventuellement infectés au coronavirus, et 250 lits dans les services de réanima- tion pour les cas graves, et ce au niveau de l’ensemble des régions du Royaume. Ainsi, mardi soir, suite aux données que lui a présentées le ministre de la Santé relatives à la situation sanitaire du pays, la capacité d’ac- cueil des hôpitaux et des unités de santé dans les différentes régions du Royaume et les mesures prises pour satisfaire tous les besoins en termes de sécurité sanitaire, le Roi a décidé de renforcer les capacités du système sanitaire national pour faire face à cette pandémie. Le Souverain a, de ce fait, donné ses instructions à l'inspecteur général des Forces armées royales (FAR), pour mettre les structures de santé équipées, dont il avait auparavant ordonné la création dans les différentes régions du Royaume dans cet objectif, à la disposition du système sanitaire avec toutes ses composantes, en cas de besoin.

transports publics et la fermeture des espaces publics non néces- saires. Toutes ces mesures préventives prises par les autorités visent à juguler la progression du virus. L’objectif ultime étant d’éviter la surcharge des hôpitaux afin de favoriser une prise en charge opti- male des patients. Il faut rappeler que le Maroc comptait mercredi, au moment où nous mettions sous presse, 49 cas confirmés de coronavirus, dont deux décès. Et selon les chiffres fournis samedi dernier par le chef du gouver- nement, Saad Eddine El Otmani, quelque 970 lits sont réservés aux Le Maroc comptait mercredi, au moment où nous mettions sous presse, 49 cas confirmés de coro- navirus, dont deux décès.

Par D. William

L e Maroc a mis en place un vaste plan de bataille pour lutter contre le nouveau coronavirus. La riposte marocaine est sanitaire, d’un côté, pour limiter au mieux la propaga- tion du virus, et économique, de l’autre, pour soutenir et accompa- gner particulièrement tous les sec- teurs et entreprises impactés par la crise inhérente à cette épidémie. Sur le plan sanitaire, des mesures préventives fortes ont été prises, dans le cadre d’une démarche proactive. Elles se sont traduites, entre autres, par la fermeture de l’espace aérien et maritime maro- cain pour les voyageurs, l’annu- lation des rassemblements et des manifestations sportives, cultu- relles et artistiques, la suspension des cours dans les écoles et les universités, la fermeture provisoire des mosquées, la suspension des audiences dans les différents tri- bunaux du Royaume… A cela s’ajoutent plusieurs autres mesures prises par les autorités compétentes dans le domaine des

Réponse économique A côté de cette riposte sanitaire,

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

8

EDITION SPÉCIALE

◆ La Banque centrale baisse son taux directeur de 25 points de base à 2%, en soutien à l’activité écono- mique. ◆ Le Conseil de Bank Al-Maghrib n'écarte pas l'option de réunions exceptionnelles avant sa prochaine session trimestrielle s'il doit prendre des mesures supplémentaires. Bank Al-Maghrib fait un «petit» geste

vous cette année. La valeur ajoutée agricole régresserait de 2,7%, avec une récolte céréalière estimée sur la base des données relatives aux conditions climatiques et à l’état de la végétation disponibles au 10 mars, à 40 millions de quintaux. Si les prévisions de croissance sont entourées de grandes incertitudes, de la même manière, quel crédit accordé aux prévisions concernant les comptes extérieurs, avec peu, voire pas du tout de visibilité sur les transferts des MRE, sur les recettes de voyages, ou encore sur le commerce extérieur ? Quoi qu’il en soit, BAM estime que les réserves internationales nettes pro- gresseraient de 245,6 milliards de dirhams en 2019 à 246 milliards à fin 2020, puis à 251,9 milliards au terme de 2021. Elles devraient ainsi assurer une couverture de plus de 5 mois d'importations de biens et services. L’incertitude entoure aussi les prévisions relatives aux finances publiques, dans un contexte où le gouvernement va déployer un effort budgétaire conséquent pour contrer les effets de la pandémie. La Banque centrale souligne d’ail- leurs qu'à moyen terme, le pro- cessus de consolidation budgétaire devrait se poursuivre, à un rythme «plus lent» que prévu en décembre. Ainsi, le déficit budgétaire hors privatisation devrait, « compte non tenu des efforts exceptionnels que le gouvernement est amené à consentir dans la conjoncture difficile actuelle» , connaitre une légère atténuation à 4% du PIB en 2020, puis à 3,9% du PIB en 2021. Sur ce point aussi, Jouahri prévient que «l’évolution rapide de cette pandémie exige l’actualisa- tion fréquente de l’évaluation de la situation et des prévisions éco- nomiques». Vous l’aurez compris, le flou est total et appelle à une vigilance de tous les instants. ◆

Selon Abdellatif Jouahri, le Conseil de BAM pour- rait prendre d'autres mesures si nécessaires avant la réu- nion de juin.

immédiatement après l'annonce de A. Jouahri. Ce dernier s’est pourtant montré rassurant durant son intervention, n’excluant pas de prendre des mesures additionnelles avant fin juin, date à laquelle le prochain Conseil de la Banque doit norma- lement avoir lieu. «Il se peut que le Conseil se réunisse avant juin, tenant compte de l'évolution rapide du Covid-19», a assuré le gouver- neur de BAM. Autant dire qu'un assouplissement supplémentaire avant la réunion de juin ne serait pas surprenant...

«Ces prévisions sont entourées de fortes incertitudes et sont sujettes à une révision à la baisse si la pro- pagation de la pandémie Covid-19 au niveau mondial n’est pas conte- nue à court terme», a-t-il martelé. L’arrêt d’activité de pans entiers du tissu économique du Royaume, que ce soit dans le textile, l’indus- trie automobile, ou encore le tou- risme, etc., devrait vraisemblable- ment avoir un sérieux impact sur le rythme de croissance. L’économie mondiale, considéra- blement ébranlée par la pandé- mie, devrait également peser sur la demande adressée au Maroc. L’espoir d’une reprise économique 2020 s’est en effet largement estompé avec la propagation de la pandémie du Covid-19, dont l’ampleur de l’impact s’avère de plus en plus importante. «Dans les principaux pays avancés, la croissance s’affaiblirait significa- tivement, avant de rebondir en 2021» , estime Bank Al-Maghrib. Toujours est-il que la seule certi- tude concerne la campagne céréa- lière, qui ne sera pas au rendez-

Par A. Elkadiri

L e premier conseil de Bank Al-Maghrib de l’année 2020 avait fort à faire avec la crise mondiale du coro- navirus qui frappe de plein fouet l’activité économique marocaine. Observateurs et investisseurs s’at- tendaient à un geste de la part de la Banque centrale. Ils l’ont eu : Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, a annoncé au cours d’une vidéoconférence post- Conseil, qu’il a été décidé de bais- ser le taux directeur de 25 points de base à 2% pour soutenir l’activité économique, et ce dans le sillage des mesures prises par les autres Banques centrales depuis deux semaines. Mais cette décision ne va pas assez loin, à en croire certains investis- seurs qui s’attendaient à une baisse plus marquée. Aussi, la Bourse, qui était dans une phase de consolida- tion pendant les premières heures de cotation de ce mardi 17 mars, a-t-elle aussitôt accéléré sa baisse,

Des prévisions pas alarmistes

Voilà pour les mesures de soutien. Pour les prévisions macroécono- miques, la Banque centrale a revu à la baisse la croissance pour 2020. Sa prévision pour l’année en cours passe de 3,8% (prévi- sion établie en décembre 2019) à 2,3%. Mais il y a fort à parier que cette croissance relativement opti- miste sera revue prochainement à la baisse. Jouahri en convient :

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

9 www.fnh.ma

EDITION SPÉCIALE

plateformes aux étudiants marocains dans des filières accréditées pour des modules spécifiques, en passant par des vidéos de streaming qui élucident les matières techniques et de pointe. F.N.H. : Les étudiants adhèrent-ils à ces démarches innovantes ? S. A. : C’est un enrichissement extraordinaire du cur- sus, car ces vidéos streaming sont déposées au niveau d’une plateforme où les étudiants s’inscrivent gratui- tement afin de les récupérer et les visionner autant de fois qu’ils le souhaitent. En parallèle, nous produisons ce qu’on appelle des Mooc, qui sont des cours scé- narisés, interactifs et séquencés, englobant aussi des quiz. Nous ne disposons pas beaucoup de Mooc, une centaine à l’échelle nationale. Nous sommes en phase de production accélérée de cet outil. Ces Mooc sont placés dans un portail appelé MUN (Maroc université numérique) à l’instar de FUN (France université numérique) avec lequel nous avons signé une convention. Nous avons accès à tous les conte- nus francophones universitaires. L’expérience inédite qui a démarré dès ce week-end, a fait que chaque enseignant entre dans son amphithéâtre ou sa salle de cours avec un dispositif très élémentaire, notamment un Smartphone et un micro et enregistre un cours qui peut être retransmis directement sur Facebook ou Youtube et emmagasiné dans un portail. Entre hier et aujourd’hui, le nombre d’enseignants à avoir adopté cette initiative est en forte croissance. Je cite l’expérience extraordinaire de la faculté de Casablanca pour un cours d’anatomie qui a été par- tagé par tous les étudiants à l’échelle nationale. C’est une dynamique extraordinaire, on ne peut que saluer cet engagement et ce sens de la responsabilité, aussi bien des professeurs que des étudiants qui adhèrent à cette démarche. Je profite de l'occasion pour lancer un appel à tous les concernés et à tous les niveaux : la suspension des études ne signifie pas vacances. Ils doivent rester à la maison et avoir un planning de travail quotidien. Ils sont appelés à bénéficier et utiliser tous ces moyens mis à leur profit. Pour les étudiants qui n’ont pas d’ordinateur ni de connexion, ils peuvent consulter les polycopies ou les ouvrages mis à leur disposition. Mieux encore, nous sommes en négociation avec l’ANRT et les opérateurs télécoms pour bénéficier de la gratuité d’Internet pour les sites qui assurent un enseignement à distance. F.N.H. : Qu’en est-il des examens qui étaient prévus cette semaine ? S. A. : Il n’y a pas d’examens durant toute cette période et il n’y aura pas de dérogations. Une repro- grammation des examens est envisagée pour le mois de juin, si la situation revient à la normale. F.N.H. : Doit-on envisager une programmation des cours durant tout l’été ? S. A. : Nous n’en sommes pas encore là. Nous n’avons aucune visibilité sur l’avenir. Nous devons faire preuve de plus de solidarité, de sérénité et de bon sens, se retrouver autour de sa famille et attendre des jours meilleurs. ◆

Amzazi fédère les universitaires ◆ L’annonce a été faite vendredi 13 mars : suspendre les cours dans les mater- nelles, les écoles, les collèges, les universités et les centres de formation. ◆ Lundi 16 mars, le système éducatif au Maroc s’est mis au digital, mesure incon- tournable pour que les élèves et les étudiants puissent poursuivre à distance les programmes scolaires et universitaires. ◆ Au lendemain de la mise en place de ce dispositif, Saïd Amzazi, ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a détaillé les actions menées au sein de la filière universitaire.

des démarches auprès de l'ANRT et des opérateurs télécoms pour bénéficier de lignes Internet spécifiques à cette démarche afin de satisfaire les besoins de toutes les franges sociales. Certaines universités, comme celle de Marrakech, disposent même d’un studio d’enregistrement à tra- vers lequel les professeurs diffusent les cours en s’appuyant sur les canaux Youtube dédiés à toutes les filières. Les sites web des universités révèlent que les inte- ractions entre les étudiants et les enseignants sont papables pour la poursuite des programmes grâce aux liens créés par le corps professoral. Ce qui est encore plus rassurant, ce sont les universités étrangères, comme Havard à titre exemple, qui ont ouvert leurs

Propos recueillis par La Rédaction

Finances News Hebdo : Dans ce contexte marqué par l'épidémie de Coronavirus, vous avez opté pour des mesures d'enseignement et de formation à distance. Comment ont réagi les enseignants, chercheurs et étudiants ? Saïd Amzazi : Dès la prise de cette mesure, les pré- sidents des universités ont été mobilisés pour la mise en place d’un process de formation à distance, basé sur des systèmes d’information et de réseaux sécuri- sés pour accompagner les étudiants dans leurs cours à domicile. N’oublions pas aussi que les polycopiés et les ouvrages renforcent le dispositif pour faire face à ce contexte exceptionnel. Nous avons même entamé

JEUDI 19 MARS 2020 / FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

10

EDITION SPÉCIALE

Déclarations fiscales

Vers une rallonge du délai légal

◆ Les observateurs s'attendent à une rallonge d'un mois de la date limite des déclarations fiscales. ◆ Parallèlement, l'Etat devrait accélérer le remboursement des crédits TVA.

le pied sur le recouvrement des recettes fiscales auprès des entre- prises tout en accélérant, voire en anticipant, le remboursement des crédits TVA. Ces mesures sont très attendues par les opérateurs qui se sont expri- més lors du comité de veille qui s'est tenu lundi et au cours duquel les différents départements minis- tériels se sont montrés à l'écoute. Il y a été décidé notamment la sus- pension du paiement des charges sociales (cotisation CNSS) et la mise en place d’un moratoire pour le remboursement des crédits ban- caires au profit des entreprises. D'autres mesures seront sans doute prises d'ici la prochaine réunion prévue lundi prochain. ◆ prises d’assurances ont mis en place, dès le début de la propa- gation, toutes les mesures de pré- voyance nécessaires pour protéger leurs collaborateurs et leurs clients visiteurs. «Le secteur jouera pleinement son rôle, en concertation avec les pou- voirs publics, et exprime sa parfaite solidarité avec les concitoyens» , assure-t-on, d’autant que les coûts humains, et surtout économiques, sont «importants». Concernant le coût humain, on nous assure que «la plupart des contrats n’excluent pas la pandémie». Les compagnies s’organisent par ailleurs pour permettre le télétravail à leurs collaborateurs, tout en assu- rant la continuité de service à leurs clients et partenaires. En outre, un dispositif particulier sera mis en place rapidement afin de renseigner et guider les assurés dans leurs démarches. En atten- dant, souligne la FMSAR, les assu- rés peuvent appeler leur interlocu- teur habituel. ◆

crédit de TVA. Cette lettre contient d'autres demandes de mesures impor- tantes pour les entreprises, comme le report des délais d'arrêtés des comptes par les organes de gestion et de présentation des rapports de commissaires aux comptes. Il est aussi demandé le report de tout contrôle fiscal, social ou douanier et les éventuels ATD. L'ordre, qui sollicite la classifica- tion du Covid-19 en cas de force majeure, souhaite aussi le report des dates butoirs des amnisties programmées cette année, la mise en place d'un dispositif de chômage partiel et des aides aux TPE, PME et autoentrepreneurs. Parallèlement, l'Etat devrait lever

Un geste qui permettrait aux entre- prises et aux prestataires de ser- vices d'avoir le temps de négocier cette phase compliquée. Justement, l'Ordre des experts- comptables a adressé une lettre au chef du gouvernement le 17 mars pour demander des mesures d'urgence en matière d'obligations comptables, juridiques et fiscales. La première mesure demandée est le report des échéances fiscales des contribuables prévues pour fin mars et fin avril 2020. L'Ordre des experts-comptables demande également la suspension du paiement des impôts par les entreprises touchées par la crise et l'activation de la liquidation des demandes de remboursement du

C’ est une mesure à l'étude qui devrait tomber incessam- ment : le prolonge- ment du délai légal des déclara- tions fiscales au-delà du 31 mars 2020 sans pénalités de retard. Un geste que les opérateurs attendent du département des Finances et qui pourrait, pour cela, faire jouer l'article 236 du Code général des impôts qui stipule que le ministre chargé des Finances peut accorder à la demande du contribuable, au vu des circonstances invoquées, remise ou modération des majo- rations, amendes et pénalités pré- vues par la législation en vigueur. Par A. Hlimi

Covid-19

◆ Les entreprises d’assurances ont mis en place, dès le début de la propagation, toutes les mesures de prévoyance nécessaires pour protéger leurs collaborateurs et leurs clients visiteurs. ◆ La continuité du service est garantie. «La plupart des contrats d'assurance n’excluent pas la pandémie»

fessionnels et l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) avait eu lieu dès le 5 mars afin de leur demander de présenter leur plan d’action face à la pandémie. La FMSAR assure garantir une continuité du service, en phase avec les contraintes que pose l'épidémie du Covid-19. En effet, selon la Fédération, les entre-

essentielle qui consiste à protéger les biens et les individus, puisse continuer à produire pleinement ses effets». C’est en substance le message délivré par la Fédération marocaine des sociétés d’assu- rances et de réassurances (FMSAR) à l’issue d’une réunion tenue par ses membres mercredi 18 mars. Une première réunion entre les pro-

Par A. Elkadiri

“A s s u r e u r s citoyens et soli- daires, nous restons très engagés aux côtés des pouvoirs publics et de nos concitoyens pour faire en sorte que notre fonction

COMMUNICATION FINANCIÈRE AU 31 DÉCEMBRE 2019

COMMUNICATION FINANCIÈRE SITUATION AU 31 DÉCEMBRE 2019

BILAN - PASSIF

BILAN - ACTIF

En Milliers de Dh 31/12/18

En Milliers de Dh 31/12/18

31/12/19

PASSIF

31/12/19

ACTIF

1.Banques centrales, Trésor public, Service des chèques postaux 2.Dettes envers les établissements de crédit et assimilés

1.Valeurs en caisse, Banques centrales, Trésor public, Service des chèques postaux 2.Créances sur les établissements de crédit et assimilés

33 482

33 050

5 621 187

4 708 321

395 725

363 725

. A vue

796 796

2 038 2 038

5 225 462 1 035 025

4 344 596 1 161 696

. A terme

. A vue

. A terme 3.Créances sur la clientèle

3.Dépôts de la clientèle

5 422 570 3 917 567 1 248 529

4 521 208 3 431 164

. Comptes à vue créditeurs . Comptes d'épargne . Dépôts à terme . Autres comptes créditeurs

. Crédits de trésorerie et à la consommation

. Crédits à l'équipement . Crédits immobiliers

824 758

2 495

2 608

1 035 025

1 161 696

. Autres crédits

253 979

262 678

4.Titres de créance émis . Titres de créance négociables émis . Emprunts obligataires émis . Autres titres de créance émis 5.Autres passifs 6.Provisions pour risques et charges

4.Créances Acquises par affacturage 5.Titres de transaction et de placement . Bons du Trésor et valeurs assimilées . Autres titres de créance . Titres de propriété 6.Autres Actifs 7.Titres d'investissement . Bons du Trésor et valeurs assimilées . Autres titres de créance 8.Titres de participation et emplois assimilés

667 730 13 970

466 400 13 970

327 687

390 842

7.Provisions réglementées 8.Subventions, fonds publics affectés et fonds spéciaux de garantie 9.Dettes subordonnées

320 000

200 000

867

867

10.Ecarts de réévaluation 11.Réserves et primes liées au capital

9.Créances subordonnées 10.Immobilisations données en crédit-bail et en location

29 048 177 000

29 048 177 000

2 509 984

2 188 740

12.Capital

11.Immobilisations incorporelles 12.Immobilisations corporelles

25 396 40 082

25 369 34 339

13.AStionnaires.Capital non versé (-) 14.Report à nouveau (+/-)

351 518

312 873

8 360 864

7 196 453

TOTAL ACTIF

15.Résultats nets en instance d'affectation (+/-) 16.Résultat net de l'exercice (+/-)

145 386

127 146

ETAT DES SOLDES DE GESTION

8 360 864

7 196 453

TOTAL PASSIF

En Milliers de Dh

I - TABLEAU DE FORMATION DES RESULTATS

31/12/19

31/12/18

HORS BILAN

En Milliers de Dh

1.(+) Intérêts et produits assimilés

526 448

481 896

31/12/19

31/12/18

2.(-) Intérêts et charges assimilées

213 279

187 902

ENGAGEMENTS DONNES

39 694

101 218

MARGE D'INTERET

313 169

293 994

1.Engagementsde financement donnés en faveur d'établissementsde crédit et assimilés 2.Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle 3.Engagements de garantie d'ordre d'établissements de crédit et assimilés

0

0

39 694

101 218

3.(+) Produits sur immobilisations en crédit-bail et en location

539 858

469 556

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

4.(-) Charges sur immobilisations en crédit-bail et en location

517 436

449 673

4.Engagements de garantie d'ordre de la clientèle

Résultat des opérations de crédit-bail et de location

22 422

19 883

5.Titres achetés à réméré 6.Autres titres à livrer

5.(+) Commissions perçues

135 218

96 597

ENGAGEMENTS RECUS

6.(-) Commissions servies

53 186

42 402

7.Engagements de financement reçus d'établissements de crédit et assimilés 8.Engagements de garantie reçus d'établissements de crédit et assimilés 9.Engagements de garantie reçus de l'Etat et d'organismes de garantie divers

Marge sur commissions

82 032

54 195

7.(+) Résultat des opérations sur titres de transaction

78

10.Titres vendus à réméré 11.Autres titres à recevoir

8.(+) Résultat des opérations sur titres de placement 9.(+) Résultat des opérations de change 10.(+) Résultat des opérations sur produits dérivés

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES

En Milliers de Dh

31/12/19

31/12/18

Résultat des opérations de marché 11.(+) Divers autres produits bancaires 12.(-) Diverses autres charges bancaires PRODUIT NET BANCAIRE

46

22

I.PRODUITS D'EXPLOITATION BANCAIRE

1 201 571

1 048 149

1.Intérêts et produits assimilés sur opérations avec les établissements de crédit

781

434

2.Intérêts et produits assimilés sur opérations avec la clientèle 3.Intérêts et produits assimilés sur titres de créance 4.Produits sur titres de propriété 5.Produits sur immobilisations en crédit-bail et en location

525 667

481 462

417 669

368 172

13.(+) Résultat des opérations sur immobilisations financières 14.(+) Autres produits d'exploitation non bancaire

46

22

2 422

3 969

539 859 135 218

469 556 96 597

15.( -) Autres charges d'exploitation non bancaire 16.( -) Charges générales d'exploitation

6.Commissions sur prestations de service

7.Autres produits bancaires

78

130 769

127 988

II.CHARGES D'EXPLOITATION BANCAIRE

783 902 212 874

679 977 187 456

RESULTAT BRUT D'EXPLOITATION

289 322

244 153

8.Intérêts et charges assimilées sur opérations avec les établissements de crédit

17.(+) Dotations nettes des reprises aux provisions pour créances

-50 526

-43 501

9.Intérêts et charges assimilées sur opérations avec la clientèle 10.Intérêts et charges assimilées sur titres de créance émis 11.Charges sur immobilisations en crédit-bail et en location

406

446

et engagements par signature en souffrance 18.(+) Autres dotations nettes de reprises aux provisions

517 436 53 186 417 669

449 673 42 402 368 172

15

12.Autres charges bancaires III.PRODUIT NET BANCAIRE

RESULTAT COURANT

238 796

200 667

RESULTAT NON COURANT

-4 326

1 241

13.Produits d'exploitation non bancaire 14.Charges d'exploitation non bancaire IV.CHARGES GENERALES D'EXPLOITATION

2 422

3 969

19.(-) Impôts sur les résultats

89 084

74 762

130 768

127 988

RESULTAT NET DE L'EXERCICE

145 386

127 146

15.Charges de personnel

56 783

54 756

16.Impôts et taxes 17.Charges externes

2 276

1 922

31/12/19

31/12/18

II - CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT

59 560

60 537

18.Autres charges générales d'exploitation

1 456

1 075 9 698

(+) RESULTAT NET DE L'EXERCICE

145 386

127 146

19.Dotations aux amortissements et aux provisions des immobilisations incorporelles et corporelles V.DOTATIONS AUX PROVISIONS ET PERTES SUR CREANCES IRRECOUVRABLES 20.Dotations aux provisions pour créances et engagements par signature en souffrance

10 693

20.(+) Dotations aux amortissements et aux provisions des

10 693

9 698

immobilisations incorporelles et corporelles 21.(+) Dotations aux provisions pour dépréciation des immobilisations financières 22.(+) Dotations aux provisions pour risques généraux 23.(+) Dotations aux provisions réglementées 24.(+) Dotations non courantes 25.(-) Reprises de provisions 26.(-) Plus-values de cession des immobilisations incorporelles et corporelles 27.(+) Moins-values de cession des immobilisations incorporelles et corporelles 28.(-) Plus-values de cession des immobilisations financières 29.(+) Moins-values de cession des immobilisations financières 30.(-) Reprises de subventions d'investissement reçues (+) CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT

185 170 135 390

190 967 118 620

21.Pertes sur créances irrécouvrables

49 780

72 347

22.Autres dotations aux provisions VI.REPRISES DE PROVISIONS ET RECUPERATIONS SUR CREANCES AMORTIES 23.Reprises de provisions pour créances et engagements par signature en souffrance

134 643 109 960

147 481 134 756

24.Récupérations sur créances amorties

24 683

12 710

25.Autres reprises de provisions

15

VII.RESULTAT COURANT 26.Produits non courants

238 796

200 667

1 820 6 146

1 602

27.Charges non courantes VIII.RESULTAT AVANT IMPOTS 28.Impôts sur les résultats IX.RESULTAT NET DE L'EXERCICE

361

234 470 89 084 145 386

201 908 74 762 127 146

TOTAL PRODUITS TOTAL CHARGES

1 340 456 1 195 070

1 201 201 1 074 055

156 079

136 844

31.(-) Bénéfices distribués

88 500

88 500

(+) AUTOFINANCEMENT

67 579

48 344

TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE

CREANCES SUR LA CLIENTELE

En Milliers de Dh 31/12/18

En Milliers de Dh

31/12/19

Secteur privé

Secteur public

Autre clientèle

Total 31/12/19

Total 31/12/18

CREANCES

1 201 571

1 048 149

1.(+) Produits d'exploitation bancaire perçus 2.(+) Récupérations sur créances amorties 3.(+) Produits d'exploitation non bancaire perçus 4.(-) Charges d'exploitation bancaire versées 5.(-) Charges d'exploitation non bancaire versées 6.(-) Charges générales d'exploitation versées

Entreprises financières

Entreprises non financières

24 683

12 710

CREDITS DE TRESORERIE

4 241

5 570

- Comptes à vue débiteurs - Créances commerciales sur le Maroc - Crédits à l'exportation - Autres crédits de trésorerie CREDITS A LA CONSOMMATION

783 902

-679 977

6 146

-361

120 075 89 084 231 288

-118 289 -74 762 193 040

7.(-) Impôts sur les résultats versés

I. Flux de trésorerie nets provenant du compte de produits et charges Variation des : 8.(+) Créances sur les établissements de crédit et assimilés

3 914 486 3 914 486 3 428 443 1 247 315 1 247 315 823 828

CREDITS A L'EQUIPEMENT CREDITS IMMOBILIERS

1 242

25 325

2 495 2 495

2 607

-976 571

-618 422

9.(+) Créances sur la clientèle

AUTRES CREDITS

55 007 55 007 48 724

10.(+) Titres de transaction et de placement 11.(+) Autres actifs

CREANCES ACQUISES PAR AFFACTURAGE INTERETS COURUS A RECEVOIR

63 153

-53 269 -274 187 674 054 127 628 26 600 -92 271 100 769

4 295 4 295

3 652

12.(+) Immobilisations données en crédit-bail et en location 13.(+) Dettes envers les établissements de crédit et assimilés

-321 244 912 866 -126 670 201 331 -245 894 -14 606

CREANCES EN SOUFFRANCE - Créances pré-douteuses - Créances douteuses - Créances compromises

198 972 198 972 213 954 111 674 111 674 140 283 27 078 27 078 44 198 60 220 60 220 29 473

14.(+) Dépôts de la clientèle 15.(+) Titres de créance émis 16.(+) Autres passifs

II. Solde des variations des actifs et passifs d'exploitation III.FLUX DE TRESORERIE NETS PROVENANT DES ACTIVITES

4 521 208 5 422 570 5 422 570

TOTAL

D'EXPLOITATION (I + II) 17.(+) Produit des cessions d'immobilisations financières 18.(+) Produit des cessions d'immobilisations incorporelles et corporelles 19.(-) Acquisition d'immobilisations financières 20.(-) Acquisition d'immobilisations incorporelles et corporelles 21.(+) Intérêts perçus 22.(+) Dividendes perçus IV.FLUX DE TRESORERIE NETS PROVENANT DES ACTIVITES D'INVESTISSEMENT 23.(+) Subventions, fonds publics et fonds spéciaux de garantie reçus 24.(+) Emission de dettes subordonnées 25.(+) Emission d'actions 26.(-) Remboursement des capitaux propres et assimilés 27.(-) Intérêts versés 28.(-) Dividendes versés V.FLUX DE TRESORERIE NETS PROVENANT DES ACTIVITES DE

DETAIL DES AUTRES ACTIFS AU 31/12/2019

En Milliers de Dh

ACTIF

Dirhams 1 Devises 2

Total 3

-16 462

-13 402

INSTRUMENTS OPTIONNELS ACHETES Instruments optionnels de taux d'intérêts achetés Instruments optionnels de cours de change achetés Instruments optionnels sur actions et indices boursiers achetés Autres instruments optionnels achetés DEBITEURS DIVERS

-16 462

-13 402

306 416 274 181

306 416 274 181

Sommes dues par l'Etat

120 000

-

Sommes dues par les organismes de prévoyance Sommes diverses dues par le personnel Comptes clients de prestations non bancaires Divers autres débiteurs Dépôts de garantie versés sur opérations de marché Dépôts et cautionnements constitués Sommes diverses dues par les actionnaires et associés Divers autres débiteurs

623

623

31 612

31 612

-88 500 31 500

-88 500 -88 500

FINANCEMENT VI.VARIATION NETTE DE LA TRESORERIE (III+ IV +V) VII.TRESORERIE A L'OUVERTURE DE L'EXERCICE VIII.TRESORERIE A LA CLOTURE DE L'EXERCICE

432

-1 133 34 183 33 050

31 612

31 612

33 050 33 482

VALEURS ET EMPLOIS DIVERS

389

389

Avoirs en or et métaux précieux Stocks de fournitures de bureau et imprimés

PRINCIPALES METHODES D'EVALUATION APPLIQUEES INDICATION DES METHODES D'EVALUATION APPLIQUEES PAR L'ETABLISSEMENT

389

389

Immobilisations acquises par voie d'adjudication immobilière Timbres

Autres valeurs et emplois divers COMPTES DE REGULARISATION

Les comptes annuels de VIVALIS SALAF, arrêtés au 31/12/2019, sont établis conformément aux dispositions du plan comptable des établissements de crédit ( PCEC)

20 882

20 882

Comptes d'ajustement des opérations de hors bilan Contrepartie du résultat de change de hors bilan Contrepartie du résultat sur produits dérivés de hors bilan Contrepartie du résultat sur titres de hors bilan Comptes d'écarts sur devises et titres Ecarts de conversion sur devises non cotées Ecarts de conversion sur devises avec garantie de change Ecarts sur ventes de titres avec faculté de rachat ou de reprise Ecarts de conversion sur autres devises Résultats sur produits dérivés de couverture Pertes potentielles sur opérations de couverture non dénouées Pertes à étaler sur opérations de couverture dénouées Charges à répartir sur plusieurs exercices Frais préliminaires Frais d'acquisition des immobilisations Frais d'émission des emprunts Primes d'émission ou de remboursement des titres de créance émis Autres charges à répartir sur plusieurs exercices Comptes de liaison entre siège, succursales et agences au Maroc Produits à recevoir et charges constatées d'avance

Méthodes d'évaluation : 1- les immobilisations acquises depuis la fusion sont amorties selon le mode linéaire :

Constructions

: : : :

20 ans 10 ans

Mobiliers , installations et Aménagement

Matériel roulant

5 ans 5 ans

Matériel informatique

2- les créances Clients comprennent le montant du crédit en capital majoré le cas échéant des intérêts sur différés.

3-les provisions pour créances en souffrances sont arrêtées suivant la circulaire n°19 de BAM, en appliquant les taux ci- après et en tenant compte des garanties reçues :

Taux BAM

Taux Appliqués

Prédouteux

20% 50%

20% 50%

272 174

272 174

Douteux

Produits à recevoir

Compromis non déclassé

100% 100%

100% 100%

Charges constatées d'avance Autres comptes de régularisation

98

98

Compromis déclassé

20 609

20 609

CREANCES EN SOUFFRANCE SUR OPERATIONS DIVERSES

4-Dans le cadre de la LOA, VIVALIS SALAF procède à l'étalement du premier loyer majoré.

327 687

327 687

TOTAL ACTIF

5-Comptabilisation des commissions: A partir du 1er janvier 2012, les commissions versées aux intermédiaires et aux apporteurs d'affaires sont comptabilisées l'année de leur règlement

CREANCES SUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES

Effectifs rémunérés

221

223

En Milliers de Dh

Bank Al-Maghrib,

Effectifs utilisés Effectifs équivalent plein temps

Autres établissements de crédit et assimilés au Maroc

Trésor Public et Service des Chèques Postaux

Etablissements de crédit à l'étranger

Banques au Maroc

Total 31/12/2019

Total 31/12/2018

Effectifs administratifs et techniques (équivalent plein temps) Effectifs affectés à des tâches bancaires (équivalent plein temps) Cadres (équivalent plein temps)

CREANCES

50

44

Employés (équivalent plein temps) dont effectifs employés à l'étranger

171

179

COMPTES ORDINAIRES DEBITEURS 33 428

796

34 224 35 035

VALEURS RECUES EN PENSION - au jour le jour - à terme PRETS DE TRESORERIE - au jour le jour - à terme

32

30

Guichets permanents

PRETS FINANCIERS AUTRES CREANCES

Guichets périodiques Distributeurs automatiques de banque et guichets automatiques de banque

INTERETS COURUS A RECEVOIR CREANCES EN SOUFFRANCE TOTAL

Succursales et agences à l'étranger Bureaux de représentation à l'étranger

33 428

796

34 224 35 035

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28

fnh.ma

Made with FlippingBook flipbook maker