FNH N° 1020

Du 22 avri l 2021 - 8 DH - N° 1020

PREMIERHEBDOMADAIREDE L'INFORMATIONFINANCIÈREAUMAROC

Directeur de la publ ication : Fatima Ouriaghl i

Lutte contre l’informel Un chantier tombé aux oubliettes

Checkinfo

«Les usagers constateront rapidement une diminution des impayés»

Mohamed Abouchikhi, président du Conseil d'administration de CreditInfo

P. 17

P. 8/10

Peut-on gagner la bataille ? RÉFORME DE LA SANTÉ

P. 16

Généralisation de la protection sociale

Point Bourse Hebdo

L’immunité collective est-elle possible ? Covid-19/ Variants

Une révolution en marche

Cap sur les sommets annuels ● Doucement mais sûrement, le marché se rapproche de ses plus hauts annuels.

P.5

Le secteur se mobilise Assurance inclusive

Dr Tayeb Hamdi, chercheur en politiques et systèmes de santé

P. 22/23

Santé

Les oubliés de la pandémie

● 11 millions de citoyens indépendants et leurs familles bénéficieront de l’AMO de base en 2021.

P. 11

P. 6/7

P. 27

Dépôt légal : 157/98 ISSN : 1114-047 - Dossier de presse : 24/98 - Adresse : 83, Bd El Massi ra El Khadra, Casablanca - Tél. : ( 0522) 98.41.64/66 - Fax : ( 0522) 98.40.22 - Adresse web : www.fnh.ma

www.facebook.com/FNhebdo

S OMMAIRE

2

JEUDI 22 AVRIL 2021 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

> Actualité Voyons voir : «Tarawih», la belle affaire ! 4

6

> Bourse & Finances

Point Bourse Hebdo : Cap vers les sommets annuels ? Généralisation de la protection sociale : Une révolution en marche Moyens de paiement : CheckInfo s'attaque aux chèques irréguliers Checkinfo : «Les usagers constateront rapidement une diminution des impayés» Assurance inclusive : Le secteur se mobilise 5 6 8 10 11

Editorial

“L’ expérience est le nom que l’on donne à ses erreurs », dixit Oscar Wilde. Le gouvernement marocain a reconnu en des termes à peine voilés avoir commis, l’année dernière, une erreur en autorisant la célébration de Aid al-Adha. C’est pourquoi il n’a pas hésité, en ce mois sacré de Ramadan, à interdire les prières de Tarawih. Au nom du principe de précaution. Vers le 20 juillet prochain, le problème de Aid al-Adha se posera de nouveau : faudra-t-il ou non autoriser sa célébration ? Question prématurée ? Non, car juillet c’est demain. D’ailleurs, le ministère de l’Agriculture a déjà ciblé ceux qui seront demain sur nos grilloirs: 8 millions de têtes d’ovins et de caprins devront être identifiées et 30 souks hebdomadaires vont être équipés. Non, car il faut d’ores et déjà se préparer à toutes les éventualités. D’autant que pour décider de la célébration ou non de l’Aid, les autorités devront prendre en compte un ensemble de paramètres : • Primo : la situation épidémiologique dans le Royaume. Qu’en sera-t-il en juillet ? Atteindra-t-on l’immunité collective ? Difficile de le dire. Si la campagne de vaccination reste très bien ficelée, son déploiement bute cependant sur le déficit de doses, ce qui compromet le calendrier initialement fixé. Et avec la présence des variants, les indicateurs sanitaires peuvent très vite se dégrader, surtout pour une fête comme Aid al-Adha caractérisée par la pro- miscuité dans les souks et les importants mouvements interrégio- naux des populations. • Secundo : au-delà des questions sanitaires, Aid al-Adha revêt surtout des enjeux socioéconomiques soutenus et reste certaine- ment la période où le cash circule le plus au Maroc. Cette fête per- met le transfert de pas moins de 8 Mds de DH vers le monde rural. Le gouvernement peut-il s’autoriser à priver les éleveurs d’une telle manne financière ? • Tertio : le dernier paramètre, et non moins important, est l’adhésion de la population. Si le gouvernement a jusqu’ici réussi à contenir la pandémie, c’est parce que, depuis plus d’un an, les citoyens font preuve d’exemplarité en souscrivant sans broncher à toutes les mesures restrictives qui leur ont été imposées. Mais pourront-ils en supporter davantage ? Pourront-ils consentir d’autres sacrifices au nom de la limitation de la propagation du coronavirus ? L’acceptabilité par les citoyens, soumis à des mois de privations, sera une dimension importante à prendre en compte avant toute décision. A l’évidence, le moment venu, il faudra trancher et désigner qui seront les sacrifiés de Aid al-Adha : lesmoutons ou lemonde rural ? Avec, dans le premier cas, un risque sanitaire certain et, dans le second, un drame économique. u LES SACRIFIÉS DE AID AL-ADHA Par Fatima Ouriaghli

16 17 > Economie

Réforme de la santé : Peut-on gagner la bataille ? Lutte contre l’informel : Un chantier tombé aux oubliettes

17

18

> Focus Agricole Engins agricoles : Propriétaires en colère 18

> L'univers des TPME

Entrepreneuriat social : Un créneau qui a le vent en poupe 19

> Développement durable

20

Villes de demain : Le triptyque qui fera la différence

21

Conditions météorologiques extrêmes et Covid-19 : Un cocktail explosif pour des millions de personnes

20

> Société

Entretien avec Dr Tayeb Hamdi : Covid-19/ Variants, l’immunité collective est-elle possible ?

22

> Culture

Hommage : Jamal Boushaba, le dandy inoubliable Bab El Bahr sur 2M : La surprise Abdelhak Najib Mode : Sara Coelho Ansari, lumineuse et so chic 24 25 26

> Tribune libre Les oubliés de la covid-19 27

• Directeur Général responsable de la Publication : Fatima OURIAGHLI Contact : redactionfnh@gmail.com • Directeur des rédactions &Développement : DavidWilliam • Journalistes : Charaf Jaidani, Leïla Ouriaghli, Adil Hlimi, Momar Diao, Youssef Seddik, Badr Chaou, Khalid Aourmi • Révision : M. Labdaouat • Directeur technique &maquettiste : Abdelillah Chamseddine •Mise en page : Zakaria Beladal • Assistantes de direction : Amina Khchai • Département commercial : Samira Lakbiri, Salma Benmakhlouf, Rania Benchaib • Administratif : Fatiha Aït Allah, Nahla Sahlal • Édition : JMA CONSEIL • Impression : Maroc Soir • Distribution : Sapress • Tirage entre 15.000 et 18.000 exemplaires • Dépôt légal : 157/98 • ISSN : 1114-047 • Dossier de presse : 24/98 • N° Commission paritaire : H.F/02-05

V OYONS VOIR

4

JEUDI 22 AVRIL 2021 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

a grogne dans quelques régions pour avoir accès aux mosquées. Avec cet objectif de passer la nuit à prier les Tarawih, par milliers, les uns sur les autres, Au contraire, c’est cette exception marocaine qui fait notre force. Nous ne sommes pas obligés de faire comme les autres au nom de leur manière de voir la religion : «Sehhat al Abdane 9ablan min Sehhat al Adyane», nous dit le principe musul- man justement. Parce qu’un corps social en bonne santé peut faire face à tous les dangers et à toutes les crises. Alors, cette histoire de prier peut se faire chez soi, avec les seins, en se protégeant et en évitant le pire. Pourquoi ce besoin impé- rieux d’aller tenter le diable dans une mosquée pour des «Nawafil», qui ne sont pas une obligation. Sans oublier que les «Tarawih» dans la tradition islamique se priaient à la maison, ce qui donne à la demeure ce caractère sacré d’un lieu de prière qui doit s’élever au rang du sanctuaire aussi. ◆ «Tarawih», la belle affaire ! en rangs compacts, dans la promis- cuité, sans masque, sans distance de sécurité, sans aucune mesure ni précaution sanitaire dignes de ce nom. C’est en somme le résumé de la colère de certains de nos conci- toyens qui se sentent investis d’une mission religieuse : faire fi de la maladie et sombrer dans le fata- lisme le plus basique au nom d’une certaine idée de la rédemption. Cela porte un nom, mes chers compa- triotes : l’élan vers le pire. On le comprend bien, quand on est fidèle, l’enceinte d’une mosquée est un sanctuaire empreint de sacralité revêtant l’aspect rituel d’un lieu de culte qui donne toute sa mesure à l’acte de rencontrer Dieu. Mais il y a un hic : dans l’air circule un méchant virus qui, lui, ne fait aucune distinction entre un lieu saint ou un hammam ni encore une salle de sport. Autrement dit, ce vilain virus va là où il y a des humains en grand nombre pour attaquer en salve groupée. C’est l’une de ses tactiques et de ses stratégies de faire le plus grand nombre de vic- times. C’est pour cette unique rai- son que les autorités ont interdit les rassemblements dans les mosquées pour faire la prière. C’est unique- ment pour limiter les risques et sau- ver des vies. Et ce n’est pas parce que les autres pays n’ont pas pris les mêmes mesures qu’ils ont raison. Ç

Par La rédaction

Les «Tarawih» dans la tradi- tion islamique se priaient à la maison, ce qui donne à la demeure ce caractère sacré d’un lieu de prière.

oui , je souhaite m’abonner à cette offre spéciale pour 1 an BULLETIN D’ABONNEMENT Mon abonnement comprend : ❑ 48 numéros Finances News hebdo & 2 numéros du Hors-série. Voici mes coordonnées : ❑ M ❑ Mme ❑ Mlle Nom/Prénom : ................................................................................... Adresse : ............................................................................................ Ville : ............................. Code Postal : ............................................ Tél : ........................................ Fax : ................................................. E-mail : ............................................................................................. Mon règlement ci-joint par : ❑ Chèque bancaire ou virement bancaire à l’ordre de JMA Conseil : Banque Populaire, Agence Abdelmoumen, Compte N° 21211 580 5678 0006-Casablanca - (Maroc)

B OURSE & F INANCES

5

JEUDI 22 AVRIL 2021 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Cap sur les sommets annuels ◆ Doucement mais sûrement, le marché se rapproche de ses plus hauts annuels. ◆ Le niveau de participation des opérateurs reste encore faible, avec un VQM de 57 MDH. Par Y. Seddik Point Bourse Hebdo

Evolution de l'indice Masi depuis Mai 2020

de volumes qui restent moyens à faibles. Cette semaine, seuls 287 MDH ont changé de main, soit un VQM (volume moyen quo- tidien) de 57 MDH. En perspective, le marché ne devrait pas trop s’écarter de cette configuration plate dans les prochaines semaines, en atten- dant d’autres éléments susceptibles de le faire bouger dans un sens ou dans l’autre, en l’occurrence les résultats trimestriels. D'un point de vue graphique, les investis- seurs ont rendez-vous avec le seuil majeur des 11.800 points, qui constitue une résis- tance moyen terme. Ce n'est que la cassure de ce niveau, si elle a lieu, qui dégagera un potentiel additionnel pour la hausse. Comportement sur la semaine Le Masi a pris cette semaine 0,77% à 11.669 points. Il avance de 3,46% depuis de le début d’année. Sur le plan sectoriel, seuls 5 indices des 24 représentés à la cote ont terminé la semaine sur une note négative, les secteurs

«Industrie pharmaceutique» , «Sylviculture et papier» et «Société de financement et autres activités financières» ayant enregis- tré des replis respectifs de 2,89%, 2,17% et 1,25%. Du côté des gagnants, le secteur « Loisirs et hôtels» (+5,83%) a réalisé la meilleure per- formance de la semaine, devançant celui des «Mines» (+3,83%) et des «Matériels, logiciels & Services informatiques» (+2,98%). S'agissant des meilleures performances hebdomadaires, elles ont été signées par Fenie Brossette (+7,35%), Managem (+7,27%) et M2M Group (+6,46%). En revanche, Involys, CDM, et Colorado ont accusé les plus forts replis avec res- pectivement -4,66%, -3,62% et -3,41%. Avec un volume transactionnel de plus de 45,17 MDH, BCP a été le dossier le plus actif de la semaine, s'accaparant 16,46% des transactions, suivie de Label ‘Vie avec 37,32 MDH (13,60%) et Immorente Invest avec 33,56 MDH (12,23%). ◆

M algré les lourdeurs psycholo- giques dumois de Ramadan, les opérateurs ne désertent pas complètement le mar- ché actions. Mine de rien, ce dernier en est à sa cinquième semaine de hausse d'affilée. L'indice se dirige à petits bonds vers ses sommets annuels inscrits en février dernier : Moins de 150 points le séparent du pic (11.795 points). Ceci alors qu'il manque cruellement de relais haus- siers. Tout le newsflow positif (campagne agricole, campagne de vaccination, pers- pectives de croissance...) a été consommé les deux derniers trimestres et n’a actuel- lement plus d’effets sur l’évolution de la tendance. A ce stade, les investisseurs sont visi- blement dans une position attentiste et boursicotent seulement si des opportunités ou des arbitrages se présentent. D'ailleurs, cette retenue se reflète sur les niveaux

Les inves- tisseurs ont rendez-vous avec le seuil majeur des 11.800 points, qui constitue une résistance moyen terme.

6

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

JEUDI 22 AVRIL 2021

www.fnh.ma

Généralisation de la protection sociale

◆ 11 millions de citoyens indépendants et leurs familles bénéficieront de l’AMO de base en 2021. ◆ Ce programme à l’horizon 2025 nécessitera une enveloppe de 51 milliards de DH annuellement. ◆ Tour d’horizon de ce qu’il faut retenir de ce méga-projet social. Une révolution en marche A vec le projet de généralisation de la protection sociale, le Maroc entre dans le club très fermé la généralisation effective de la protection sociale à tous les citoyens. de façon à garantir la protec- tion de la classe ouvrière et de ses droits, ainsi qu’un tour- nant décisif sur la voie de la réalisation du développement équilibré et de la justice sociale et spatiale. Par Y. Seddik

cés par le budget général de l’État. Un effort pas que finan- cier puisqu’il est question de la modification d’un ensemble de textes législatifs et régle- mentaires existants, l’élabo- ration de nouveaux textes, et le lancement d’un ensemble de réformes structurelles qui concernent la mise à niveau du système de santé. Mais aussi la réforme du système de compensation, de manière à remédier aux déséquilibres au niveau du ciblage des catégo- ries éligibles à l’aide, parallèle- ment à l’opérationnalisation du registre social unifié. Aussi, nécessite-t-il le déve- loppement des modes de ges- tion, notamment ceux liés à la gouvernance des organismes de sécurité sociale, en vue de créer une instance unifiée de coordination et de supervision des systèmes de protection sociale. Ouverture du secteur de la santé aux compétences étrangères Sur un autre registre, la généra- lisation de la couverture médi- cale va relever un ensemble de défis qui concernent en par- ticulier le faible taux d’enca- drement médical, l’important déficit en ressources humaines et leur répartition géographique inégale. «Des mesures d’accompagne- ment doivent également être adoptées et auront pour objec- tifs d’intensifier les programmes de formation et la consolida- tion des compétences médi- cales des professionnels de la

«Ce projet sociétal, qui béné- ficie d’un suivi et d’une atten- tion particulière de la part de Votre Majesté, constitue une véritable révolution sociale, car il aura des effets directs et tangibles sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la préservation de la dignité de tous les Marocains, outre sa participation à l’intégration du secteur informel» , a déclaré Benchaâboun devant le Roi, lors de la cérémonie du lance- ment du projet. Il faut dire que la mise en œuvre de ce projet constitue un point de départ pour la réalisation des aspirations du Roi en faveur de toutes les compo- santes de la société marocaine, en termes de réponse au défi de la généralisation de la pro- tection sociale. Qui plus est, il représente un levier d’intégra- tion du secteur informel dans le tissu économique national,

des pays dont la majorité de la population bénéficie des avan- tages de la protection sociale. Intégrant les acteurs du sec- teur informel et les indépen- dants, le plan lancé par le Roi Mohammed VI vise, en effet, à plus de justice sociale et d’équilibre économique. Ce chantier d’envergure, qui bénéficiera dans un premier temps aux agriculteurs, arti- sans et professionnels de l’artisanat, aux commerçants, professionnels et prestataires indépendants soumis au régime de contribution pro- fessionnelle unique (CPU), au régime de l’autoentrepreneur ou au régime de la comptabi- lité, devra s’étendre, dans un second temps, à d’autres caté- gories dans la perspective de

«Une révolution sociale sans précédent qui constitue un pilier de base pour garantir la dignité du citoyen, soute- nir le pouvoir d'achat des plus grands groupes sociaux, proté- ger les catégories vulnérables et parvenir à la justice sociale» , a noté, pour sa part, le Chef du gouvernement, Saad Eddine El Otmani, lors du dernier Conseil de gouvernement. Notons que le gouvernement a préparé une loi-cadre dont les contours ont été présentés devant le Roi lors du Conseil des ministres du 11 février 2021 et qui a été approuvée par le Parlement. Pour l’argentier du Royaume, « cette loi-cadre est la pierre angulaire et le cadre de référence pour la mise en œuvre de la vision éclairée du

Trois conven- tions-cadres portant sur la généra- lisation de l’AMO ont été récemment signées.

Roi dans le domaine de la protection sociale, et la réa- lisation des objectifs fixés, dont les plus importants sont le soutien du pouvoir d’achat des familles maro- caines et la réalisation de la justice sociale et spatiale».

D'ici 2022, 22 millions de béné- ficiaires supplé- mentaires pourront être assurés contre la maladie.

D’importants montants alloués pour la réussite de ce chantier La gestion de ces programmes à l’horizon 2025 nécessitera d’allouer un montant annuel total de 51 milliards de dirhams, dont 23 milliards de DH finan-

7

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

JEUDI 22 AVRIL 2021

www.fnh.ma

nels d’artisanat et agriculteurs, en plus de leurs familles, bénéficieront de l’assurance maladie obligatoire de base, soit un nombre total de bénéficiaires d’à peu près 9 millions de citoyens, ce qui représente envi- ron 83% des personnes ciblées des catégories de professionnels, de tra- vailleurs indépendants et de non- salariés exerçant une activité privée. 11 millions de citoyens indépendants et leurs familles bénéficieront donc de l’assurance maladie obligatoire de base en 2021. Toutes les mesures seront également prises pour per- mettre aux 11 millions de citoyens pauvres et fragiles actuellement impliqués dans le système d’assis- tance médicale Ramed de commen- cer à bénéficier de l’assurance mala- die obligatoire de base à partir de 2022. Ainsi, environ 22 millions de bénéfi-

ciaires supplémentaires pourront, au cours des années 2021 et 2022, être assurés contre la maladie, avec le même panier de traitements couverts par la CNSS pour les travailleurs du secteur privé, ainsi que l’accès aux services fournis par les secteurs privé et public. Généralisation de l’AMO : 3 conventions-cadres signées Trois conventions-cadres portant sur la généralisation de l’AMO au profit de la catégorie des profes- sionnels, travailleurs indépendants et personnes non-salariées exerçant une activité privée ont été signées à l’occasion du lancement officiel de ce chantier. La première convention-cadre porte sur la généralisation de l’assurance maladie obligatoire de base au profit des commerçants, artisans, profes-

sionnels et prestataires indépendants soumis au régime de contribution professionnelle unique, au régime de l’autoentrepreneur ou au régime de la comptabilité, qui concerne plus de 800.000 adhérents. La deuxième porte sur la généralisation de l’assu- rance maladie obligatoire de base au profit des artisans et professionnels de l’artisanat (environ 500.000 adhé- rents). La troisième concerne la générali- sation de l’assurance maladie obli- gatoire de base au profit des agri- culteurs (environ 1,6 million d’adhé- rents). Soulignons que les conventions relatives aux catégories restantes, notamment les professionnels du transport et les professionnels indé- pendants (ingénieurs, médecins, avocats,…) seront signées dans les prochaines semaines. ◆

santé afin qu’ils puissent répondre à la demande, qui augmentera à un rythme rapide avec la mise en œuvre de ce grand chantier sociétal» , a expliqué sur ce point Benchaâboun. Il s’agit également, selon lui, de ren- forcer les capacités médicales natio- nales et de lutter contre le déficit en matière de cadres sanitaires, néces- saires au succès de cette réforme, à travers l’ouverture de la pratique de la médecine aux compétences étran- gères, l’encouragement des établis- sements internationaux de santé à travailler et à investir au Maroc, et la capitalisation sur des expériences réussies.

22 millions de bénéficiaires supplémentaires d’ici 2022

Quelque 3 millions d’adhérents, com- merçants, prestataires de services indépendants, artisans, profession-

Agence MCA-Morocco AVIS SPECIFIQUE D’APPEL D’OFFRES DD/SH/MCA-M/ EW-39-A Lot-7, 8, 9 & 10/Compact

Le gouvernement du Royaume du Maroc a conclu, le 30 novembre 2015, un deuxième programme de coopération (Com- pact II) avec le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, représenté par Millennium Challenge Corporation (MCC) et ce, dans l’objectif de rehausser la qualité du capital humain et d’améliorer la productivité du foncier. Le budget alloué par MCC à ce programme de coopération s’élève à 450 millions de dollars, auquel s’ajoute une contri- bution du gouvernement marocain de 15% au minimum. Le montant global est destiné à financer deux projets à savoir «Education et formation pour l’employabilité» et «Productivité du foncier» et dont la mise en oeuvre s’étale sur 5 années à compter du 30 juin 2017. Par cet avis spécifique de passation des marchés, l’Agence MCA-Morocco sollicite des offres en vue de l ’«Acquisition, Livraison, Installation et Mise en marche des équipements technico-pédagogiques destinés aux instituts de de formation professionnelle bénéficiant de l’appui financier du Fonds Charaka / Projets : IFMSAS Béni Mellal (CFP 24), IFMSAS Meknès (CFP 36), IFMSAS Oujda (CFP 32)», répartis en lots 7, 8, 9 & 10: Lot 07: Matériel médical estimé à 57.636,00 USD ; Lot 08: Matériel de kinésithérapie estimé à 25.239,00 USD; Lot 09: Equipements de laboratoire d’analyses médicales estimé à 13.618,00 USD; Lot 10: Matériel Radiologie estimé à 8.427,00 USD. Des informations supplémentaires sur les biens et services connexes figurent dans la Demande de devis. Les documents sont disponibles et téléchargeables sur le site : http://www.mcamorocco.ma/fr/appels-d-offres. Les soumissionnaires peuvent soumissionner pour un ou plusieurs lots. L’Agence MCA-Morocco attribuera un contrat d’une durée d’exécution maximale de neuf mois pour chaque lot, sans toutefois dépasser la date de la fin du Compact : 30 juin 2022. Conformément aux descriptions figurant au niveau de la Demande de Devis accompagnant le présent Avis, il sera procédé à la sélection d’un fournisseur par la procédure «Shopping». Les Soumissionnaires sont avisés que les procédures de sélection des fournisseurs sont régies par les Directives de MCC en matière de Passation des marchés du Programme consultables sur le site web de MCC (https://www.mcc.gov/resources/doc/program-procurement-guidelines). Pour s’enregistrer et être notifiés de toute modification (addendum ou informations complémentaires), les fournisseurs ayant l’intention de soumissionner sont invités à confirmer leur intérêt à soumissionner par courriel, en indiquant leurs coordonnées complètes à : procurement@mcamorocco.ma. Les Offres doivent être soumises électroniquement au plus tard le 07 mai 2021 à 23h00mn (heure locale de Rabat) uniquement via le lien suivant : https://www.dropbox.com/request/NtqjN9tUxkNVYBfx03oF « Acquisition, Livraison, Installation et Mise en marche des équipements technico-pédagogiques des- tinés aux instituts de de formation professionnelle bénéficiant de l’appui financier du Fonds Charaka / Projets : IFMSAS Béni Mellal (CFP 24), IFMSAS Meknès (CFP 36), IFMSAS Oujda (CFP 32)» Lot 07: Matériel médical; Lot 08: Matériel de kinésithérapie; Lot 09: Equipements de laboratoire d’analyses médicales ; Lot 10: Matériel Radiologie

Agent de passation de marchés Pour le compte de l’Agence MCA-Morocco Complexe administratif et culturel de la Fondation Mohammed VI des oeuvres sociales de l’Education - Formation, Avenue Allal EL FASSI- Madinat AL IRFANE, Hay Riad, Rez-de-chaussée, Bureau de l’Agent de passation des marchés, Rabat- Maroc procurement@mcamorocco.ma

8

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

JEUDI 22 AVRIL 2021

www.fnh.ma

Moyens de paiement

CheckInfo s'attaque aux chèques irréguliers

◆ Ce service offre aux entreprises, commerçants et auto-entrepreneurs la possibilité de s'assurer de la régularité des chèques qui leur sont présentés par les clients.

Comment ça marche ? Le service de centralisation des chèques irréguliers se base sur les données col- lectées quotidiennement auprès du système bancaire. Celles-ci couvrent aussi bien les événements qui peuvent survenir durant la vie d'un chèque, comme l'interdic- tion bancaire ou judiciaire, l'opposition et la falsifica- tion, que ceux concer- nant les comptes bancaires, à l'instar de l'indisponibilité ou la clôture. Ces informa- tions ont été utilisées pour développer des services accessibles aux usagers en ligne, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à partir du site du délégataire ou d'une application mobile dédiée Checkinfo que peuvent consulter les usagers clients du service. Ce service offre aujourd'hui à ses usagers la possibilité de mesurer la régularité des chèques reçus de manière instantanée et sera enrichi

L es commerçants pourront désormais, à travers un service payant (voir tarifica- tion plus bas), véri- fier si les chèques qui leur sont présentés sont réguliers. Ce service est fourni par la filiale du Groupe Creditinfo, Checkinfo, qui est déléga- taire de Bank Al-Maghrib pour la gestion du Service de centralisation des chèques irréguliers (SCCI). Ce nouveau service s'inscrit dans le cadre des initiatives entreprises par la Banque centrale pour contribuer à l'amélioration de l'environne- ment des affaires. Il s'ajoute ainsi au dispositif actuel de prévention et de lutte contre l'utilisation irrégulière de chèques en offrant aux com- merçants et aux entreprises la possibilité de s'assurer de la régularité des chèques présentés pour le règlement de transactions. Par A. Hlimi

Ce service offre aujourd'hui à ses usagers la possi- bilité de mesurer la régularité des chèques reçus de manière instanta- née.

Les prix sont réglementés par la Banque centrale, qui fixe un pla- fond à 10 DH par consulta- tion.

par la suite par d'autres pro- duits, notamment le blocage en ligne de provisions. Dans le même sens, les canaux de consultation seront étendus à des lecteurs automatiques de chèques et aux termi- naux de paiement électro- nique (TPE) adaptés.

Tarification Mohamed Abouchikhi, pré- sident du Conseil d'admi- nistration de Creditinfo, a précisé en conférence de presse, jeudi, que les prix sont réglementés par la Banque centrale qui fixe un plafond à 10 DH par consultation. ◆

EN BREF

CDG Capital rafle 12 trophées lors des Liper Mena Markets Fund Awards DISTINCTION

On parle de chèque irrégulier dans l'un des six cas suivants : • Chèque émis sur un compte clôturé • Chèque frauduleux ou falsifié • Interdiction bancaire • Chèque émis sur un compte frappé d'indisponibilité • Opposition sur chèque pour perte ou vol • Interdiction judiciaire Qu'est-ce qu'un chèque irrégulier ?

Encore une consécration pour CDG Capital et sa filiale spécia- lisée en gestion d’actifs - CDG Capital Gestion - qui viennent de se voir décerner 12 trophées* lors de la dernière édition des «Lipper Mena Markets 2021 Fund awards» à Dubai. CDG Capital continue ainsi à se distinguer par ses solides per- formances ajustées aux risques

dans toute la zone MENA. Une distinction qui vient, encore une fois, démontrer la perfor- mance solide et durable délivrée par CDG Capital à sa clientèle.

Communication financière

EXERCICE DU 1 ER JANVIER AU 31 DÉCEMBRE 2020 BILAN ACTIF BILAN PASSIF

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES (SUITE)

ETAT DES SOLDES DE GESTION (E.S.G.)

ATTESTATION

10

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

JEUDI 22 AVRIL 2021

www.fnh.ma

Checkinfo «Les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d’impayés»

Propos recueillis par A. Hlimi ◆ Mohamed Abouchikhi, président du Conseil d'administration de CreditInfo, nous explique dans cette interview l'apport concret de Checkinfo aux usagers. • Rouge : le chèque / compte est recensé au niveau de la base • Vert : le chèque / compte n’est pas recensé au niveau de la base Il peut alors prendre la décision de l’accepter ou de le rejeter.

conjointe entre Bank Al-Maghrib et Checkinfo. Tout professionnel dis- posant d’un ICE peut donc souscrire dès à présent au service. Pour ce faire, rien de plus simple. Il lui suffit de se connecter sur https:// www.checkinfo.ma/inscription. Il choisit le forfait de son choix et en fonction de son statut professionnel (TPME, profession libérale, autoen- trepreneur), il prépare son dossier de souscription, composé de quelques pièces justificatives de son éligibi- lité ainsi que du contrat qu’il aura téléchargé sur le site et renseigné. Il devra alors nous transmettre ce dossier par courrier et dans un délai maximal de 48h. Il recevra par email ses accès et pourra procéder à la recharge de son compte via un paie- ment électronique ou via Fatourati. Son solde sera automatiquement rechargé et l’usager pourra procéder à sa première vérification. Les Grands comptes, quant à eux, qui souhaitent souscrire à un plus gros forfait de vérification, peuvent remplir le formulaire sur le site Internet. Ils seront alors recontactés par un conseiller commercial, qui leur présentera une offre adaptée au volume de vérifications souhaité mais aussi à la structure de leur entité. En effet, la plateforme est également disponible à travers le canal webservice, qui permet de relier plusieurs magasins et plusieurs caisses entre eux. Pour toute question relative au service ou au processus de sous- cription, les personnes intéres- sées peuvent contacter le Centre de relation clientèle de Checkinfo au 08.02.00.00.33. Ce CRC est joi- gnable du lundi au vendredi de 9h

Finances News Hebdo : Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le nouveau service de vérification des chèques irréguliers ? Mohamed Abouchikhi : Checkinfo, en tant que délégataire de Bank Al-Maghrib, a été chargé de mettre en place le service de vérification de la régularité des chèques et de four- nir aux professionnels éligibles une plateforme leur permettant de véri- fier instantanément et en quelques clics seulement la régularité d’un chèque, préalablement à son accep- tation. En vérifiant un chèque, l’usager, qui peut être une entreprise, un autoen- trepreneur ou un professionnel libé- ral sait si le chèque qui lui est remis, est concerné par l’une des 6 causes d’irrégularité. Il peut s’agir : • D'un chèque émis sur un compte clôturé; • D'un chèque émis sur un compte frappé d’indisponibilité; • D'une opposition sur chèque pour perte ou vol; • D'un chèque frauduleux ou falsifié;

F.N.H. : Concrètement, com- ment les entreprises et les commerçants en profitent- ils ? M. A. : En souscrivant à Checkinfo et ainsi en vérifiant la régularité des chèques qui leur sont présentés, les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d’im- payés puisque les chèques irrégu- liers seront identifiés et rejetés. Cette diminution du nombre d’impayés aura bien évidemment un impact positif sur la trésorerie des entre- prises, des commerçants et des pro- fessionnels. De plus, cela génèrera également davantage d’opportunités de vente puisqu’une utilisation facilitée du chèque favorise aussi les dépas- sements de budget ainsi que les achats impulsifs. Par ailleurs, ce climat d’ouverture par rapport à l’acceptation et l’utili- sation du chèque permettra d’amé- liorer la relation client en étant réelle- ment dans une optique d’ouverture vis-à-vis du client, en réduisant cette réticence qui aurait pu être présente. F.N.H. : Le service est-il dis- ponible dès à présent. Si oui, comment y souscrire ? M. A. : A l’issue d’une phase de test très concluante, le service de vérifi- cation de la régularité des chèques a été lancé officiellement le 15 avril der- nier, lors d’une conférence de presse

à 17h pendant le mois sacré de Ramadan et de 9h à 18h pendant le reste de l’année. F.N.H. : Quelles sont les avan- cées futures que vous allez apporter à ce service ? M. A. : Les premières avancées qui seront apportées à ce service de vérification seront tout d’abord liées aux canaux de consultation. En effet, si aujourd’hui la vérification se fait via PC et appli mobile, elle sera bientôt également possible au travers d’un simple appel téléphonique mais éga- lement via les TPE (Terminal de paie- ment électronique). D’autres canaux de consultation sont aussi à l’étude. De plus, l’application sera également très prochainement disponible en version iOS. Par ailleurs, d’autres services com- plémentaires viendront étoffer l’offre de Checkinfo dans les mois à venir. Il s’agit du blocage de provision et du scoring. Le blocage de provision consistera pour les professionnels à bloquer le montant du chèque remis pendant une durée déterminée lors de laquelle celui-ci devra être déposé et ainsi à en assurer l’encaissement. Le scoring, quant à lui, devrait per- mettre d’évaluer l’usage qui est fait du chèque par une personne et ainsi simplifier davantage la prise de déci- sion. ◆

Tout pro- fessionnel disposant

d’un ICE peut souscrire dès à présent au service.

• D'une interdiction bancaire; • D'une interdiction judiciaire.

La vérification d’un chèque est très rapide. Il suffit pour l’usager de se connecter à la plateforme via son PC ou l’application android téléchargée sur son smartphone. Il renseigne alors le numéro du chèque qui lui a été présenté ainsi que le numéro du RIB correspondant et qui est inscrit sur ce même chèque. Il reçoit ins- tantanément une réponse à travers un code couleur :

11

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

JEUDI 22 AVRIL 2021

www.fnh.ma

Assurance inclusive

◆ Le HCP a alerté sur le creusement des inégalités sociales qui se sont détériorées lors de la crise sanitaire et qui auraient dépassé le seuil socialement intolérable de 42%. Le secteur se mobilise L es principaux enjeux évoluent à chaque état du développement d’un pays. Dans le contexte actuel en proie à la cialisée dans la prospective éco- nomique alerte également sur Par M. Diao

le creusement des inéga- lités sociales, qui se sont détériorées lors de la crise sanitaire et qui auraient dépassé le seuil sociale- ment intolérable de 42%. Ce qui précède conforte la nécessité impérieuse pour les principaux acteurs (Etat, compagnies d’assu- rances, régulateur) d’éri-

La démocratisation des outils technolo- giques offre la pos- sibilité aux compa- gnies d’assurances de mieux adapter le parcours des clients en fonction de plu- sieurs paramètres.

crise sanitaire dont les réper- cussions économiques, sociales voire environnementales sont manifestes, l’un des plus grands défis des pays en développe- ment et des Etats émergents dont le Maroc, est de bâtir une croissance inclusive et durable, laquelle constitue une digue contre la montée des inégalités. L’assurance inclusive a un rôle crucial à jouer dans le combat contre le creusement des iné- galités au Maroc. Les chiffres récents relayés par le haut-com- missariat au Plan (HCP) sont édi- fiants et commandent l’accélé- ration des chantiers structurants à même de réduire les dispa- rités économiques et sociales. D’après le HCP, sous l’effet de la crise sanitaire qui s’éternise, le coefficient de Gini a atteint 44,4% contre 38,5% avant la pandémie. L’entité publique spé-

Les chiffres récents relayés par le HCP commandent l’accélération des chantiers structurants à même de réduire les disparités éco- nomiques et sociales.

ger en priorité et d’accélérer le chantier de l’édification d’une assurance plus inclusive, cen- sée couvrir les personnes vulné- rables que la crise actuelle n’a pas épargnées. Les nouvelles technologies peuvent changer la donne Aujourd’hui, le Benchmark international montre que l’in- novation qui s’appuie sur les nouvelles technologies est un puissant vecteur afin de ren- forcer le caractère inclusif du secteur des assurances au Maroc. Ainsi, le retour d’expé- rience à l’échelle internationale prouve que les nouvelles tech-

nologies offrent la possibilité aux compagnies d’assurances de mettre sur pied de nou- veaux canaux de distribution moins coûteux, adaptés à une clientèle disposant de reve- nus modestes. La technolo- gie facilite également la mise en place de mécanismes de déclenchement automatique des remboursements ou par exemple la détermination du sinistre via des drones dans le domaine de l’agriculture. En clair, la démocratisation des outils technologiques (Internet, smartphones, tablettes, PC) offre la possibilité aux compa-

gnies d’assurances de mieux adapter le parcours des clients en fonction de plusieurs para- mètres (niveaux d’instruc- tion et d’inclusion financière, revenus, etc.). D’ailleurs, la déclaration de Mohamed Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et réassurance (FMSAR), lors du dernier Rendez-vous de Casablanca de l’assurance, prouve que les compagnies d’assurances mesurent le grand enjeu lié à l’assurance inclusive. «Le secteur est mobi- lisé afin d’adapter l’offre pro- duits et ajuster les canaux de distribution en vue de cadrer avec les besoins et le pouvoir d’achat des personnes à faible revenu», a révélé en substance le patron de la FMSAR (www. laquotidienne.ma). Ceci dit, étendre l’assurance aux per- sonnes vulnérables économi- quement suppose de la part des compagnies d’assurances la mise en place de proces- sus de souscription simplifiés, des remboursements rapides et surtout la création de polices d’assurances à petits prix. ◆

La compagnie d’assurances RMA a révélé récemment une nouvelle gamme de produits relative à l’assurance inclusive. La nouvelle offre mise en place complète la couverture de l’assurance classique. D’après l’assureur, une nouvelle gamme de produits se démarque par une tarification accessible à toutes les catégories sociopro- fessionnelles, une souscription simplifiée et des exclusions limitées, couplées à une indemnisation rapide sans modalités contraignantes. Les personnes vulnérables sont particulièrement ciblées par la nouvelle offre. Il s’agit des femmes, de la population rurale, des personnes âgées ainsi que des jeunes de moins de 25 ans. Dans le détail, les produits lancés par RMA concernent aussi bien les segments des Particuliers (assurance santé de base, complémentaire et hospitalisation, le décès….) que les Professionnels (TPE ,autoentrepreneurs, start- up…). Au final, force est d’admettreque les autres compagnies d’assurances doivent emboîter lepas rapidement à RMA. Le contexte de crise qui fragilise davantage les plusmodestes l’exige. Une initiative àmultiplier à l’échelle nationale

Communication financière

AVIS DE CONVOCATION DES ACTIONNAIRES A L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

Les Actionnaires d’EQDOM, Société Anonyme au capital de 167.025.000 DHS, sont priés d’assister à l’Assemblée Générale Ordinaire qui se tiendra au siège social, sis, 127, Angle Bd. Zerktouni et Rue Ibnou Bouraîd à Casablanca, le : Jeudi 27Mai 2021à11heures En vue de délibérer et de statuer sur l’ordre du jour suivant : 1. Lecture et examen du rapport de gestion du Conseil d’Administration au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2020 ; 2. Lecture et examen du rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2020 ; 3. Lecture et examen du rapport spécial des Commissaires aux comptes sur les conventions visées à l’article 56 de la Loi 17-95 relative à la Société Anonyme telle que modifiée et complétée ; 4. Résolutions : • Approbation des comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2020 ; • Quitus de leur gestion aux Administrateurs et décharge aux Commissaires aux comptes de l’exécution de leurs mandats ; • Affectation du résultat de l’exercice clos le 31 décembre 2020 ; • Fixation du montant des jetons de présence ; • Approbation des conventions visées à l’article 56 de la Loi 17/95 relative à la Société Anonyme telle que modifiée et complétée ; • Nomination d’un nouvel Administrateur ; • Pouvoirs à conférer en vue des formalités légales. Les propriétaires d’actions au porteur, devront déposer ou faire adresser par leur banque au siège social, cinq jours avant la réunion, les attestations constatant leur inscription en compte auprès d’un intermédiaire financier habilité. Les titulaires d’actions nominatives, devront avoir été préalablement inscrits en compte, soit au nominatif pur ou en nominatif administré, cinq jours avant la réunion, ils seront admis à cette assemblée sur simple justification de leur identité. Tout actionnaire remplissant les conditions prévues par la Loi 17/95 relative à la Société Anonyme telle que modifiée et complétée, a la faculté de requérir l’inscription d’un ou plusieurs projets de résolutions à l’ordre du jour. La demande d’inscription de ces projets de résolutions doit être adressée au siège de la société par lettre recommandée, avec accusé de réception, dans un délai de dix jours à compter de la publication de l’avis de convocation. Cet avis ainsi que le texte des projets de résolutions seront publiés, conformément aux dispositions de la loi 17-95 relative à la Société Anonyme telle que modifiée et complétée, sur le site internet www.eqdom.ma.

PROJET DES RESOLUTIONS A SOUMETTRE A L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 27 MAI 2021

PREMIERE RESOLUTION L’Assemblée Générale, après avoir entendu lecture du rapport du Conseil d’Administration et du rapport général des Commissaires aux comptes, approuve les états financiers de synthèse de l’exercice clos le 31 décembre 2020, tels qu’ils ont été présentés, ainsi que les opérations traduites dans ces comptes ou résumées dans ces rapports. En conséquence, elle donne quitus entier et sans réserve aux Administrateurs en fonction et décharge aux Commissaires aux comptes de l’exécution de leurs mandats pour l’exercice 2020. DEUXIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale, connaissance prise du rapport du Conseil d’Administration, décide d’affecter le bénéfice net de l’exercice 2020, s’élevant à 34 386 655,95 Dirhams, comme suit :

56 de la Loi 17/95, telle que modifiée et complétée, déclare approuver lesdites conventions.

CINQUIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale, connaissance prise du rapport du Conseil d’Administration, décide de nommer Monsieur Jean-Hugues DELVOLVE en qualité de nouvel Administrateur, et ce, pour une période de 4 ans expirant à l’issue de l’Assemblée Générale Ordinaire qui sera appelée à statuer, en 2025, sur les comptes de l’exercice devant être clos le 31 décembre 2024. SIXIEME RESOLUTION En conséquence de la résolution qui précède, l’Assemblée Générale prend acte que la nouvelle composition du Conseil d’Administration se présente à ce jour comme suit : • Monsieur Khalid CHAMI, Administrateur, Président • Monsieur Abdelaziz TAZI, Administrateur • Monsieur Gérard TOUATI, Administrateur • Société Générale Marocaine de Banques, Administrateur, dont le représentant permanent est Monsieur Ahmed EL YACOUBI • Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraites, Administrateur, dont le représentant permanent est Monsieur Khalid CHEDDADI • Société Centrale de Réassurance, Administrateur, dont le représentant permanent est Monsieur Youssef FASSI FIHRI • Monsieur Jean-Hugues DELVOLVE, Administrateur • Madame Amina FIGUIGUI, Administratrice Indépendante

: 34 386 655,95

• Bénéfice net de l’exercice auquel s’ajoute • Le report à nouveau disponible

: 512 026 751,43

: 546 413 407,38

• Total à affecter comme suit

: 108 566 250,00

• Dividendes par action, 65 DHS

: 437 847 157,38

• Reliquat à reporter à nouveau

Le dividende ainsi fixé, sera mis en paiement à partir du 29 juin 2021 auprès de la SOCIETE GENERALE MAROCAINE DE BANQUES.

• Madame Michèle THILL, Administratrice • Monsieur Said RKAIBI, Administrateur • Monsieur Mohamed TAHRI, Administrateur.

TROISIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale décide d’allouer au Conseil d’Administration, à titre de jetons de présence, une somme globale d’ UN MILLION DEUX CENT DIX MILLE DH (1.210.000 DH) à répartir entre les administrateurs, au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2020. QUATRIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale après avoir entendu lecture du rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions relevant des dispositions de l’article

SEPTIEME RESOLUTION L’Assemblée Générale donne tous pouvoirs au porteur d’un original, d’une copie ou d’un extrait du procès-verbal de la présente Assemblée pour accomplir toutes formalités de dépôt, d’enregistrement et de publicité qui seront nécessaires.

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

SOCIETE D’EQUIPEMENT DOMESTIQUE ET MENAGER (EQDOM) S.A AU CAPITAL DE 167.025.000 DHS S.S. CASABLANCA - 127, ANGLE BOULEVARD ZERKTOUNI ET RUE IBNOU BOURAID – R.C 32.775 (Société de crédit à la consommation régie par l’arrêté n°2459-96 du 28 Rajeb 1417 (10 décembre 1996))

Communication financière

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS EXERCICE DU 1ER JANVIER AU 31 DÉCEMBRE 2020

RAPPORT GÉNÉRAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES EXERCICE DU 1ER JANVIER AU 31 DÉCEMBRE 2020

SOCIETE D’EQUIPEMENT DOMESTIQUE ET MENAGER (EQDOM) S.A AU CAPITAL DE 167.025.000 DHS S.S. CASABLANCA - 127, ANGLE BOULEVARD ZERKTOUNI ET RUE IBNOU BOURAID – R.C 32.775 (Société de crédit à la consommation régie par l’arrêté n°2459-96 du 28 Rajeb 1417 (10 décembre 1996))

E CONOMIE

16

JEUDI 22 AVRIL 2021 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Réforme de la santé

◆ La grande réforme du secteur de la santé initiée par le Royaume prend forme. Si aucun calendrier officiel n'a été dévoilé, les contours de cette réforme laissent entrevoir un véritable Big Bang. Peut on gagner la bataille ?

la santé publique et d'adapter sa gestion avec les spécificités de la profession de la santé. Une plus grande ouverture aux investisseurs étrangers Ce projet de réforme vise également à renforcer l'inves- tissement étranger et attirer

pilier de ce chantier. Ceci va permettre également un suivi précis du patient et l'évalua- tion du déroulement de ses traitements, en se basant sur le dossier médical commun tout en améliorant le système de facturation dans les établis- sements hospitaliers, a encore expliqué Ait Taleb. Au début de sa présentation, le ministre a déterminé le cadre général de ce chantier à travers trois éléments réfé- rentiels. Il s'agit en l'occur- rence de la mise en œuvre des Hautes Orientations Royales visant à revoir intégralement le système national de santé, faire de la promotion du sec- teur de la santé un des grands chantiers vitaux et l'accom- pagnement de la loi cadre n°09.21 relative à la protection sociale, qui porte sur l'obliga- tion de la réforme du système de santé national et sa réhabi- litation. Ce cadre comprend le dia- gnostic des limites de l'ac- tuel système de santé que Ait Taleb a expliqué par : «la succession d'un ensemble de réformes qui n'ont occasionné aucun changement réel dans le secteur, le manque cruel des ressources humaines et le déséquilibre régional dans leur répartition, une offre de santé inégale et ne répondant pas aux attentes des citoyens, la faiblesse de la gouvernance du système de santé devant l'absence de l'indépendance des institutions de santé, en plus d'un financement insuffi- sant du secteur» . Voilà qui est dit. ◆

l'expertise et les compé- tences médicales étran- gères, ce qui permettra d'une part, de développer l'infrastructure de santé et assurer les équipements biomédicaux de grande

L'un des premiers axes de cette réforme concerne la gouvernance.

qualité, et d'autre part, d'en- courager les compétences médicales marocaines rési- dentes à l'étranger à retourner dans leur pays pour y travailler et s'y installer définitivement. Il faut dire que sur ce point, le Maroc n'aura pas beaucoup de difficultés pour convaincre, la santé faisant déjà partie de la tête de liste des secteurs visés par les IDE grâce à sa rentabilité et son caractère défensif. Ce chantier consiste à réhabi- liter l'offre de santé à travers l'appui de la dimension régio- nale, en mettant en œuvre le programme de santé régional et en appliquant l'obligation du respect de l'option des traite- ments et en œuvrant à réhabi- liter les institutions sanitaires. Plus de data La création d'un système d'in- formation intégré qui permet la collecte, le traitement et l'ex- ploitation de toutes les infor- mations de base relatives au système de santé, y compris le secteur privé, est un autre

ministre a souligné que parmi les fondements principaux de ce chantier figure la valorisa- tion des ressources humaines en levant les obstacles impo- sés par la loi 131.13, sur la pratique des médecins étran- gers au Maroc, en promul- guant de nouvelles règles qui s'appuient sur le principe de l'égalité de traitement entre les médecins marocains et leurs confrères étrangers. Le but est que le médecin étranger pour- ra exercer sa profession selon les mêmes conditions appli- quées à son confrère maro- cain et les médecins étrangers qui pratiquent actuellement au Maroc. Ceci permettra de pal- lier le manque de médecins et de couvrir de manière plus importante l'ensemble du ter- ritoire. Le ministre a souligné, dans le même cadre, qu'il sera procédé à la création d'une fonction publique de santé dans le but de valoriser le capital humain du secteur de

M algré un Conseil de gouverne- ment chargé mardi, l'exécutif a pris le temps d'analyser en détail l'exposé du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, sur la réforme de la Santé que la pandémie a remise sur le devant de la scène. Gouvernance, res- sources humaines et maté- rielles..., autant de sujets que le ministre a clarifiés tout en mettant à plat les vrais pro- blèmes du secteur. Une instance de législation L'un des premiers axes de cette réforme concerne la gouvernance. Il s'agit en effet de la mise en place, prévue, d'une instance supérieure pour la législation intégrée de la santé, des agences régio- nales de santé et des groupe- ments territoriaux de santé. Le Par A. Hlimi

Le médecin étranger pourra exer- cer sa pro- fession selon les mêmes conditions appliquées à son confrère marocain.

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28

fnh.ma

Made with FlippingBook flipbook maker