FNH 994

Du 10 septembre 2020 - 8 DH - N° 994

PREMIERHEBDOMADAIREDE L'INFORMATIONFINANCIÈREAUMAROC

Directeur de la publ ication : Fatima Ouriaghl i

La reprise en mode «distanciel» Rentrée économique

Mohamed Berrada

❍ Le crédit seul ne suffit pas ! ❍ Les acquis du confinement s'effritent. ❍ La CGEM appelle à la libération de l'économie. ❍ Avis d'experts.

Chakib Alj

Abdellatif Maâzouz

P. 17 à 25

ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ

La conjoncture actuelle ne permet pas à tous les contribuables de régulariser leur situation en 2020. Fiscalité Pourquoi il faut prolonger les amnisties jusqu'en 2021

«Aujourd’hui, la visibilité reste réduite» Automobile

La procédure de sauvegarde ne séduit toujours pas Pour l’année en cours, jusqu’à fin juin 2020, l’on dénombre près de 1.410 liquidations judiciaires contre seulement 17 redressements judiciaires et à peine 2 procédures de sauvegarde accordées par les tribunaux compétents. P. 26/27

P. 9

Les performances commerciales au rendez-vous, malgré… Trimestriels des banques

Fabrice Crevola, Directeur général de Renault Commerce Maroc

P. 10

P. 31

Dépôt légal : 157/98 ISSN : 1114-047 - Dossier de presse : 24/98 - Adresse : 83, Bd El Massi ra El Khadra, Casablanca - Tél. : ( 0522) 98.41.64/66 - Fax : ( 0522) 98.40.22 - Adresse web : www.fnh.ma

www.facebook.com/FNhebdo

S OMMAIRE

2

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Actualité Voyons voir : Ça ne finira jamais !

4 5 6 7

Ça se passe au Maroc Ça se passe en Afrique Ça se passe dans le monde

Bourse & Finances Point Bourse Hebdo : Les deux enjeux de la rentrée boursière Fiscalité : Pourquoi il faut prolonger les amnisties jusqu'en 2021 Trimestriels des banques : Les performances commerciales au rendez-vous, malgré... Trimestriels des entreprises cotées : Fortunes diverses Open Banking : Le monopole de la data échappe aux banques Entretien avec Meryem Habibi : Trading de devises, AZA mise sur les facteurs temps et coût Boursenews

8 9 10 12 13 14 16

Editorial Par Fatima Ouriaghli

PEUT-ON SACRIFIER LE VIVRE-ENSEMBLE ?

I l faut s’y résoudre. Cette année est définitivement compromise sur le plan éco- nomique. Le peu d’espoir qui existait encore il y a peu, s’effrite à vue d’œil, avec notamment la multiplication des confinements localisés, comme c’est le cas pour la préfecture de Casablanca actuellement. La pandémie liée à la Covid-19 annihile toute velléité d’entre- prendre. Le mot d’ordre dans le milieu des affaires se trouve réduit à un seul terme : attendre. Attendre de pouvoir investir sans crainte. Attendre de pouvoir éla- borer des bussinessplans sus- ceptibles d’être à l’épreuve de cet avenir incertain. Bref, attendre d’avoir de la visibilité. Sauf que cette attente risque d’être bien longue. Car le coro- navirus met à rude épreuve les économies à l’échelle mondiale et, surtout, défie le monde scien- tifique. Et c’est bien là tout le pro- blème. Ce virus est mystérieux et est très loin d’avoir livré tous ses secrets. Conséquences : difficile de se projeter, même à moyen terme. Dès lors, impuissantes, les auto- rités doivent, malgré elles, jouer sur les nerfs et le moral des citoyens, en alternant confine- ment et déconfinement. Parallèlement, les économies s’étouffent, agonisent et frôlent la mort clinique. Doit-on alors nous résoudre à ce mode de vie en attendant un vac-

cin qui mettra du temps à venir ? Doit-on laisser courir l’économie et faire fi des risques sanitaires ? Aucune de ces deux solutions ne saurait faire l’unanimité, que ce soit au Maroc ou ailleurs. Alors, l’unique voie de sortie qui nous est offerte, c’est d’ap- prendre à vivre avec la Covid- 19, s’accommoder de sa pré- sence, l’apprivoiser, la domes- tiquer. Un exercice qui est très loin d’être une sinécure. Car cela requiert une forte discipline. L’unique voie de sortie qui nous est offerte, c’est d’apprendre à vivre avec la Covid-19, s’accommoder de sa présence, l’apprivoiser, la domestiquer. Discipline dans le respect strict des mesures barrières. Ce qui signifie, dans un pays comme le Maroc où les gens sont très tac- tiles, sacrifier ce fil social qui fait la singularité de ce pays, à savoir le vivre-ensemble. Les Marocains peuvent-ils alors faire ce sacrifice ? La réponse à cette interrogation se trouve dans les dernières mesures prises par les autorités pour la préfecture de Casablanca. u

Economie Relance économique : La machine fortement grippée Entretien avec Mohamed Berrada : «La crise économique et financière reste devant nous» Entretien avec Abdellatif Maâzouz : «Le gouvernement n’a pas su mettre suffisamment à profit les grands acquis des trois premiers mois de la crise» Reprise : Le patronat appelle à libérer l'économie Entretien avec Driss Effina : «Il n’y a pas de relance, mais juste une survie économique» Entretien avec Selin Ozyurt : Reprise économique, «Un confinement généralisé ne serait ni économiquement ni socialement viable» Entreprises en difficulté : La procédure de sauvegarde ne séduit tou- jours pas Financement des entreprises : Le Registre national électronique des sûretés mobilières tourne à plein régime Ouverture des frontières aux étrangers : Les professionnels du tou- risme partagés entre soulagement et réalisme Entretien avec Khalid Benazzouz : «La crise nous a fait perdre plus de la moitié de ce que nous avons gagné en 2019» Entretien avec Fabrice Crevola : Secteur automobile, «Aujourd’hui, la visibilité reste réduite»

17 18

20

22 23

24

26

28

29

30

31

Focus Agricole Aviculture : Le secteur au bord du gouffre 32 L'univers des TPME Financement des structures d’accompagnement des start-up : Un volet insuffisamment pris en compte 33

Société Entretien : Les priorités de Jamila El Moussali pour les personnes en difficulté 34 Développement durable Plans de relance : Plaidoyer en faveur de l’urgence climatique 36

• Directeur Général responsable de la Publication : Fatima OURIAGHLI Contact : redactionfnh@gmail.com • Directeur des rédactions &Développement : DavidWilliam • Journalistes : Charaf Jaidani, Leïla Ouriaghli, Adil Hlimi, Momar Diao, Youssef Seddik, Badr Chaou, Khalid Aourmi • Révision : M. Labdaouat • Directeur technique &maquettiste : Abdelillah Chamseddine •Mise en page : Zakaria Beladal • Assistantes de direction : Amina Khchai • Département commercial : Samira Lakbiri, Salma Benmakhlouf, Rania Benchaib • Administratif : Fatiha Aït Allah, Nahla Sahlal • Édition : JMA CONSEIL • Impression : Maroc Soir • Distribution : Sapress • Tirage entre 15.000 et 18.000 exemplaires • Dépôt légal : 157/98 • ISSN : 1114-047 • Dossier de presse : 24/98 • N° Commission paritaire : H.F/02-05

V OYONS VOIR

4

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Covid-19 Ça ne finira jamais !

Par D. William

C’ est encore reparti pour un tour ! La pré- fecture de Casablanca vit ce que vivent désormais plusieurs autres préfectures à tra- vers le Maroc. La liberté des citoyens vient à nou- veau d’être confisquée par les autorités en raison de la circulation active de la Covid-19. Conséquence : les mesures restrictives ont été durcies, avec de surcroît un couvre-feu nocturne pour 14 jours au moins.

C’est à se dire que ça ne finira jamais. A l’évi- dence, pas de sitôt, si l’on s’en tient à la logique «sanitaire» des pouvoirs publics : • Si les cas de contamina- tion augmentent sensible- ment, on serre la vis, voire on procède à un reconfine- ment localisé. • Si le nombre de cas baisse drastiquement, avec une circulation du virus mieux maîtrisée, on dessert l’étau en donnant plus de liberté aux citoyens. En clair, c’est la stratégie du serpent qui se mord

la queue. Car, il faut se rendre à l’évidence : si tant les autorités allègent les restrictions dans 14 jours, les contaminations repar- tiront à la hausse. Et rebe- lote ! Alors peut-on continuer à vivre de cette manière ? Non. Tout cela est psy- chologiquement éprou- vant, très anxiogène et difficile à gérer, avec une amère impression d’être continuellement en liberté conditionnelle. A la décharge cependant de ceux qui sont aux res- ponsabilités, ils prennent

les décisions qui leur semblent idoines, à un instant donné. Car s’ils restent passifs face à un coronavirus qui se pro- page rapidement et qui est devenu particulièrement létal au Maroc, ce sont eux que l’opinion publique va pointer du doigt. S’ils pêchent par excès de prudence, ils exaspèrent des citoyens déjà pas- sablement irrités par une pandémie qui, depuis plus de 6 mois, a foncièrement bouleversé leur vie, avec parfois des conséquences économiques et sociales

dramatiques. Il faut donc trouver le juste milieu. Ce qui est d’autant plus difficile que l’on est face à un virus vicieux, dont, finalement, on ne connaît que très peu de choses. Pendant ce temps-là… Pendant ce temps-là, en priorisant la santé des citoyens, on sacrifie l’éco- nomie. Avec le risque d’un drame social aux consé- quences qui peuvent être encore plus dévastatrices. Bref, nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge. ◆

oui , je souhaite m’abonner à cette offre spéciale pour 1 an BULLETIN D’ABONNEMENT Mon abonnement comprend : ❑ 48 numéros Finances News hebdo & 2 numéros du Hors-série. Voici mes coordonnées : ❑ M ❑ Mme ❑ Mlle Nom/Prénom : ................................................................................... Adresse : ............................................................................................ Ville : ............................. Code Postal : ............................................ Tél : ........................................ Fax : ................................................. E-mail : ............................................................................................. Mon règlement ci-joint par : ❑ Chèque bancaire ou virement bancaire à l’ordre de JMA Conseil : Banque Populaire, Agence Abdelmoumen, Compte N° 21211 580 5678 0006-Casablanca - (Maroc)

Ç A SE PASSE AU MAROC

5

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

L e Conseil de gouvernement, tenu mercredi 9 septembre, a décidé de prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au samedi 10 octobre 2020, à 18H, selon un tweet du chef de gouvernement. La décision a été prise dans le cadre des mesures préventives contre la propagation du nou- veau coronavirus, Covid-19. ■ Covid-19 Maroc L'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 10 octobre 2020

«Relance TPE» et «Damane Relance» 22,4 milliards de DH pour les entreprises

Parc éolien de Taza La construction de la 1 ère phase bientôt lancée M ASEN, l’ONEE, EDF Renouvelables et Mitsui & Co. Ltd. ont annoncé que les conditions sont réunies pour le lancement de la construction de la première phase du parc éolien de Taza. La première phase, composée de 27 éoliennes, totalise une capacité de 87 MW, sur les 150 MW que comptera ce parc éolien. Notons que le démarrage des travaux fait suite à la finalisation des différents accords et contrats avec les entités publiques marocaines parties prenantes (ONEE et MASEN) et à la mise en place des financements apportés par les banques inter- nationales Japan Bank for International Cooperation (JBIC), Nippon Export and Investment Insurance (NEXI), Sumitomo Mitsui Banking Corporation (SMBC), MUFG Bank, Ltd.), ainsi que la banque marocaine Bank of Africa. Le montant d’investissement relatif à la première phase s’élève à environ 1,5 milliard de dirhams. À la mise en exploitation, début 2022, la production du parc sera équivalente à la consommation électrique annuelle de 350.000 personnes, soit environ 70% de la population d’une province telle que Taza.. ■

A la tête de Sanad Assurances depuis 2010, Abdelilah Laamarti avait fait valoir ses droits à la retraite en mars dernier. Il vient de rejoindre Wafa Assurance où il sera conseiller auprès du président. Laamarti est diplômé de l’Ecole Centrale de Paris en 1983. Il s’est par la suite rendu aux Etats-Unis où il a décroché deux masters à Massachusetts Institute of Technology (MIT) en Mechanical Engineering et en Business Administration. En 1994, il débute sa carrière à l’Alliance Africaine, avant de rejoindre Atlanta Assurances en 2000 où il a occupé respecti- vement le poste de directeur en charge des Le produit «Relance TPE», destiné à garan- tir les prêts des TPE réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 10 millions de DH, a bénéficié à pas moins de 10.756 entreprises, totalisant 2,4 milliards de DH de crédits consentis, pour un volume d’engagement de 2,3 milliards de DH. L a reprise post-Covid est bien amor- cée. Depuis leur mise en place par la Caisse centrale de garantie (CCG), les mécanismes «Relance TPE» et «Damane Relance» ont profité à pas moins de 15.183 entreprises, pour un total de 22,4 milliards de DH de crédits ayant bénéficié de ces garanties exceptionnelles, soit un montant global d’engagements s’élevant à 19,7 mil- liards de DH. Lancés le 15 juin 2020, dans le cadre de la mise en œuvre des mesures décidées par le Comité de veille économique (CVE) visant l’atténuation des effets de la crise induite par la pandémie Covid-19, l’objectif de ces deux mécanismes est de permettre aux très petites entreprises (TPE), petites et moyennes entreprises (PME) et grandes entreprises (GE) de financer le retour pro- gressif à une activité normale, indique la CCG.

Pour sa part, le produit «Damane Relance», déployé en faveur des petites, moyennes et grandes entreprises réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions de DH, a profité à 4.427 entreprises. Ce mécanisme a ainsi couvert un volume de crédits de près de 20 milliards de DH, pour des engagements de 17,4 milliards de DH. En termes de répartition du volume des crédits garantis selon les secteurs d’activité, les mécanismes Relance ont principalement profité aux secteurs de l’industrie (33%), suivi du secteur du commerce et distribution (31%) et du BTP (17%). ■

Abdelilah Laamarti rejoint Wafa Assurance

départements Production et Indemnisation et le poste de Directeur général adjoint. ■

Ç A SE PASSE EN AFRIQUE

6

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Afrique du Sud L’activité du secteur privé encore dans le dur

Riziculture : L'OCP fournira des engrais adaptés à la Côte d’Ivoire

Tunisie : Grosse

chute des recettes touristiques à fin août

L’ activité du secteur privé sud-afri- cain s'est contractée en août der- nier suite à la réintroduction de mesures de confinement plus strictes dans le pays, selon l'indice Markit Purchasing Managers. L'indice des directeurs d'achat (PMI) est passé à 45,3 en août, demeurant toujours bien en dessous de la barre des 50 points qui séparent l’expansion de la contraction. Le PMI est resté en dessous de 50 pour la 16 ème fois successive, montrant que le ralentissement de l'économie sud-africaine avait commencé bien avant la pandémie, précise la même source. ■

Le Nigéria se dotera d'un centre pour l'intelligence artificielle et la robotique L e Nigéria s'apprête à créer un centre pour l'intelligence artificielle et la robotique dans l'optique de doter le pays d'une économie numérique solide. L e gouvernement ivoirien, à travers le ministère de la Promotion de la riziculture, et OCP Africa, filiale du Groupe marocain OCP, ont signé un protocole d'accord visant à contribuer à la redynamisation de la production rizi- cole en Côte d’Ivoire. L’accord vise à accélérer la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement de la riziculture 2020-2030, qui ambitionne de rendre la Côte d’Ivoire autosuffisante en riz avant 2025 et de faire du pays l’un des plus grands exporta- teurs africains à l'horizon 2030. L’accord couvre ainsi plusieurs domaines de coopération, dont le développement et la restructuration des chaînes de valeur des activités rizicoles et l’accès à des engrais adaptés, comme levier majeur d’amélioration de la productivité de la riziculture et des revenus des riziculteurs en Côte d’Ivoire. ■

L es recettes touristiques en Tunisie ont accusé, durant les huit premiers mois de 2020, une baisse de 61% pour se situer à 433 millions d'euros, selon la Banque centrale de Tunisie (BCT). Durant la même période de l’année écoulée, ces recettes étaient de l’ordre de plus d’un milliard d’euros, a précisé la Banque des banques. Cette chute est due aux consé- quences de la pandémie de la Covid-19, qui a sérieusement affec- té le secteur du tourisme dans le monde. Le ministre tunisien du Tourisme, Habib Ammar, a déploré les répercussions catastrophiques de l'épidémie du coronavirus sur le secteur touristique en Tunisie. « Les acquis réalisés par le secteur durant 60 ans sont aujourd'hui menacés », a-t-il déclaré à la presse. ■

Le chef de l'Etat ghanéen

élu président de la CEDEAO

« Ce centre de pointe abriterait les technologies émergentes dans les domaines du réseau, de la recherche et développe- ment (R&D) et de la sécurité de l'information et des commu- nications », a relevé le Directeur général de l'Agence nationale de promotion des technologies de l'information (NITDA), Kashifu Inuwa Abdullahi. « Il faut nous concentrer sur le secteur de l'éducation et accorder plus d'attention aux compétences et à la recherche qui peuvent être utilisées pour développer l'économie », a-t-il dit. Abdullahi a précisé que son agence offrirait des bourses dans des domaines ayant un impact direct sur l'industrie. ■

L e chef de l'Etat ghanéen, Nana Akufo-Addo, a été élu président de la Communauté économique des états de l'Afrique de l’ouest (CEDEAO), lors du 57ème sommet de l’organisation, tenu lundi à Niamey au Niger. Akufo-Addo, qui suc- cède au président nigérien, Mahamadou Issoufou, a été élu à l'unanimité pour une période d'un an. « Malgré les progrès consi- dérables qui ont été accomplis depuis la création de la CEDEAO, je suis pleinement conscient des défis auxquels l'Afrique de l'Ouest est confrontée », a-t-il dit. Il a ainsi exhorté les chefs d'État de la sous-région à mettre en œuvre des déci- sions régionales, telles que le programme de libéralisation du commerce de la CEDEAO et des valeurs communes de gouvernance. ■

Ç A SE PASSE DANS LE MONDE

7

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

La fermeture des écoles aura un impact sur le PIB mondial, selon l'OCDE

L’ impact de l’épidémie de coronavirus sur la scolarité pourrait se traduire par une baisse de 1,5% du produit intérieur brut (PIB) mondial en moyenne pour le reste de ce siècle, a déclaré mardi l’Organisation de coopération et de développement éco- nomiques (OCDE). « Les pertes enregistrées en matière d’apprentissage entraîneront des pertes en termes de compétences, et les qualifications ont un impact sur la productivité », écrit l’OCDE. Pour enrayer la propagation de l’épidémie, beaucoup de pays dans le monde ont décidé de fermer les écoles, pendant environ 10 semaines dans la plupart des cas, soit le tiers de l’année scolaire.

Cette fermeture a creusé les inégalités, les enfants disposant d’un ordinateur, d’un accès Internet et d’un accompagnement familial étant à même de mieux s’en sortir que les enfants issus des familles défavorisées. ■

Trump évoque un «découplage» des économies américaine et chinoise

D onald Trump a de nouveau évoqué lundi l’idée d’une séparation des éco- nomies américaine et chinoise, aussi appelée « découplage », assurant que cela ne ferait pas perdre d’argent aux Etats-Unis.

Espagne : La fusion entre Caixabank et Bankia pourrait bientôt être finalisée

C aixabank et Bankia pourraient conclure leur accord de fusion pour créer le pre- mier groupe bancaire espagnol dans les prochains jours, ont indiqué deux sources proches du dossier à Reuters. Le président de Bankia, Jose Ignacio Goirigolzarri, deviendrait le président du groupe fusionné, tandis que le Directeur général de Caixabank, Gonzalo Gortazar, en serait le Directeur général, selon ces sources. Bankia, détenue à 61,8% par l'Etat espa- gnol après son renflouement en 2012, et Caixabank n'ont pas souhaité faire de com- mentaires. Les deux banques ont annoncé leur projet de fusion qui créerait un nouvel ensemble déte-

« Quand on mentionne le mot ‘découpler’, c’est un mot intéressant », a dit le président américain, en campagne pour sa réélection, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche au cours de laquelle il a aussi promis de relocaliser des emplois de la Chine vers les Etats-Unis. « Nous perdons des milliards de dollars et si nous ne faisions pas d’affaires avec eux (ndlr, les Chinois), nous ne perdrions pas des milliards de dollars. Ça s’appelle le découplage, donc on va commencer à y penser », a-t-il ajouté. « Si Joe Biden gagne, la Chine gagne, car la Chine pren- dra possession de ce pays », a-t-il ajouté. ■ Zone euro : La contraction du PIB au deuxième trimestre révisée à -11,8%

nant plus de 650 milliards d'euros d'actifs. Les analystes estiment que l’opération est principalement motivée par la volonté de réduire les coûts, alors que le secteur ban- caire souffre de la récession économique provoquée par la crise sanitaire. ■

Japon : La décroissance plus importante qu'estimée

au deuxième trimestre

L a contraction du produit intérieur brut (PIB) japonais a été plus importante qu’elle n’a été estimée au deuxième trimestre, selon les chiffres révisés publiés récemment, les dépenses d’investissement ayant été impactées par la crise sanitaire du nouveau coronavirus. Ces données soulignent la tâche ardue à laquelle sera confronté le nouveau Premier ministre pour tenter de contenir la pandémie tout en évitant de restreindre l’activité des entreprises. La 3 ème économie mondiale s’est contractée au deuxième trimestre de 28,1% en rythme annualisé, alors que l’estimation était de 27,8%, sa pire contraction depuis la fin de la

L’ économie de la zone Euro s’est contractée légèrement moins qu’estimé initialement au deuxième trimestre, montrent des chiffres révisés du produit intérieur brut publiés par Eurostat. Le PIB des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a chuté de 11,8% par rapport aux trois mois précé- dents et de 14,7% sur un an. Une première estima- tion publiée fin juillet avait donné une contraction de 12,1% d’un trimestre à l’autre et de 15,0% en rythme annuel. ■

Seconde guerre mondiale. Les dépenses d’investissement ont chuté de 4,7%, alors que l’estimation initiale était d’une baisse de 1,5%, signe que l’épidémie de la Covid-19 a impacté plus de secteurs de l’économie japonaise. ■

B OURSE & F INANCES

8

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Point Bourse Hebdo

Evolution de l'indice Masi depuis septembre 2019

Les deux enjeux de la rentrée boursière

◆ Les publications semestrielles et la situation sanitaire au Maroc conditionneront l’évolution du marché actions dans les semaines à venir. ◆ Le Masi boucle une semaine positive (du 2 au 9 septembre) avec un niveau de participation très restreint.

semestre 2020. Mutandis, elle, a pu stabiliser ses revenus qui ressortent à 683 MDH, soit le même niveau qu’à la même période de l’année pas- sée. Pour Afriquia Gaz et Maghreb Oxygène, la baisse du résultat net consolidé semestriel est de 86% et 68% respectivement. Au final, les publications semes- trielles et l'évolution de la situa- tion sanitaire resteront liées de près et pourront alimenter des phases de volatilité sur l'indice. Deux enjeux à surveiller pour cette rentrée boursière. Graphiquement, la configuration s’est neutralisée après que les cours du Masi ont réintégré leur précédent trading range 10.100/ 10.300 points. ◆

«Rebelote» ! Les périodes de publication s'enchaînent depuis que les exi- gences en matière de communi- cation financière ont été upgra- dées par le régulateur. A peine la poussière des trimestriels est- elle retombée que la saison des semestriels a commencé, avec au menu un peu plus de détails sur le volet opérationnel des comptes des émetteurs. Saham Assurance et Mutandis ont publié leurs résultats avec des impacts négatifs de 15,8% et 11% respectivement sur les bénéfices au premier semestre. En termes de revenus, l’impact a été limité chez Saham Assurance dont le chiffre d’affaires semes- triel a baissé de 6,6% à 2,87 Mds de DH à la fin du premier

que Jet Contractors (+14,03%), Alliances (+6,72%) et Colorado (+3,93%) s'adjugent les meil- leures performances hebdoma- daires. En queue du peloton cette semaine, nous retrouvons Disway (-10,28%), Stroc Industries (-5,80%) et Fenie Brossette (-5,41%). L'instabilité et l'incertitude quant à l'évolution de la situation épi- démiologique au Maroc et ses répercussions sur l’activité éco- nomique poussent les opérateurs à plus de prudence. Cela s’est traduit d’ailleurs sur le niveau de participation qui, pour cette semaine, s’est chiffré à 265 MDH, soit un volume quotidien moyen de 53 MDH.

C ette semaine de la ren- trée a été plutôt vola- tile à la Bourse de Casablanca. Le Masi, qui avait glissé sous son canal horizontal fin août, n'a pas trop attendu pour le réinté- grer. Une poussée haussière de 1,49% enregistrée le mardi 2 sep- tembre (grâce aux bancaires) a, à cet effet, été suffisante. Ainsi, bien qu'il ait manqué de relais haussier en fin de semaine, le Masi a bouclé sa séquence hebdomadaire sur une note positive (+1,15%). Sept des pre- mières capitalisations ont clôtu- ré la période dans le vert, alors Par Y. Seddik

9

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020

www.fnh.ma

Fiscalité

◆ Marquée par de fortes incertitudes, la conjoncture actuelle ne permet pas à tous les contribuables de régulariser leur situation en 2020. ◆ Il faut procéder à un ciblage selon les secteurs et la catégorie des assujettis. Pourquoi il faut prolonger les amnisties jusqu'en 2021 D ans le cadre du projet de Loi de Finances 2020, le gou- vernement a Par C. Jaidani Pour l’infor- mel, il faut investir de nouvelles pistes autres que les amnisties.

lancé plusieurs amnisties fiscales visant notamment les activités informelles, les avoirs à l’étranger, les déclarations rectificatives, les chèques en bois et aussi les revenus locatifs. Ces dispositions ont été reconduites dans le projet de Loi de Finances rectifi- cative 2020. Le gouvernement espère avec ces nouvelles mesures renforcer ses recettes fiscales et per- mettre aux contribuables de régulariser leur situa- tion. Sous l’effet de la crise économique actuelle, des voix s’élèvent actuelle- ment, véhiculant l’idée d’un prolongement de ces amnisties jusqu’au prochain exercice, sur- tout que le gouvernement prépare actuellement le projet de Loi de Finances 2021. Ils avancent plu- sieurs arguments comme le délai court et les contraintes liées à la crise sanitaire qui perturbent leurs activités ainsi que les démarches adminis- tratives et comptables. Pour les revenus loca- tifs, par exemple, des échos recueillis auprès des agences immobi- lières font état de diffi- cultés de recouvrement des mensualités. Pour

certains biens immobi- liers, le cumul des arrié- rés atteint des niveaux importants. Cela impacte le revenu des proprié- taires et, par conséquent, ils ne peuvent régulariser leur situation fiscale. Il est donc essentiel de donner plus de temps pour que les locataires puissent s’acquitter de leurs enga- gements. Interrogés à ce sujet, plusieurs spécialistes confortent l’idée d’un prolongement des amnis- ties fiscales, invoquant la situation exceptionnelle que traverse le pays et la conjoncture morose. Toutefois, les avis sont mitigés quant à la manière de piloter ces amnisties. «Le gouvernement a pré- senté la mouture des amnisties fiscales en octobre 2019 dans un contexte bien déterminé, complètement différent de la situation actuelle.

Certes, les dispositions ont été reprises dans le cadre de la Loi de Finances rec- tificative avec quelques ajustements, mais elles restent quelque part en déphasage avec l’environ- nement post-Covid-19. Contrairement aux amnis- ties lancées auparavant, l’initiative actuelle risque de ne pas donner les effets escomptés avec le climat d’incertitude qui règne actuellement. Un prolongement permet- tra de donner des signes de confiance au monde des affaires, générant au passage les ingrédients nécessaires pour stimuler la croissance», souligne Youssef Oubouali, profes- seur de droit fiscal. Il précise que «l’amnistie est une exception et pas la règle. Il faut tirer profit des expériences conduites par le passé dans ce domaine. Certains assujettis sont de mauvais contribuables,

quelle que soit la forme d’arrangement proposée. Par exemple, dans l’infor- mel, les formules décli- nées ont donné très peu d’effet. Les personnes ciblées ne veulent adhé- rer à aucune démarche, même à des taux d’im- position extrêmement réduits. Il faut procéder par ciblage, soit au niveau sectoriel ou par catégorie de contribuable» , ajoute Oubouali. En effet, certains secteurs comme le tourisme ont été fortement impactés par la crise économique et toutes les prévisions révèlent qu’ils ne pour- ront retrouver une acti- vité avant le deuxième semestre 2021, voire 2022. Par ailleurs, il faut noter que la conjoncture incer- taine et les mesures res- trictives actuelles pèsent lourdement sur les per- sonnes ayant des avoirs à

l’étranger. «La plupart de ces per- sonnes ne peuvent régu- lariser leur situation si elles ne se déplacent pas dans les pays où elles disposent de ces avoirs (pour la quasi-totalité des pays européens). Actuellement, il est diffi- cile de voyager en Europe à cause des restrictions imposées, d’autant plus que ces gens redoutent le risque d’être bloqués à cause de l’interdiction de voyage imprévisible» , souligne Abdelaziz Slaoui, professeur d'économie. ◆ L’amnistie est une exception et pas la règle. Il faut tirer pro- fit des expériences conduites par le passé dans ce domaine.

10

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

JEUDI 10 SEPTEMBRE 2020

www.fnh.ma

Trimestriels des banques

Les performances commerciales au rendez-vous… L a crise sanitaire a donné du fil à retordre aux banques marocaines. Une crise qui s’ajoute aux multiples contraintes Par Y. Seddik

◆ Toutes les banques cotées affichent une hausse des crédits et des collectes au 1 er semestre. ◆ Les prêts octroyés aux grands groupes et les produits de garantie de l’Etat ont dopé la production de prêts.

Malgré la crise, les

6 banques cotées à la Bourse de Casablanca ont amélioré leurs indica- teurs de per- formances

auxquelles fait face le secteur : taux durablement bas, croissance molle et une panoplie d’exigences réglementaires. Pourtant, elles arrivent à tirer leur épingle du jeu, du moins sur le volet commercial. Sur cette pre- mière partie de l’année, les six banques cotées ont généré des revenus supérieurs à ceux de l’année passée, distribué plus de crédits et collecté plus de dépôts. Pour la première banque par la capitalisation, Attijariwafa bank, les crédits et l’épargne collectée se sont établis à respectivement 330,2 milliards de DH (+ 4%) et 490,1 milliards de DH (+5,9%) sur base consolidée. Depuis le début de la crise, la banque a accom- pagné plus de 19.500 entreprises, majoritairement des TPME, à tra-

commer- ciales au terme du premier semestre.

vers la distribution de 25 milliards de DH, note la banque dans sa communication financière du pre- mier semestre. Le coup de pouce de l’Etat via ses produits garanties aux entre- prises (Damane Oxygène, Damane Relance et Relance TPE) a en effet permis aux banques d’améliorer leur production de prêts durant

cette période délicate. Selon les statistiques monétaires du mois de juin, l’encours des crédits de trésorerie a progressé de 10,4% à 206 milliards de DH. Chez BCP, les dépôts du Groupe continuent de se renforcer à hau- teur de 5,7% pour s’établir à 327 milliards de DH, tandis que les crédits s’affermissent de 1% par

rapport au 31 décembre 2019, à 261 milliards de DH. On note que la banque a dégagé un PNB de 10 milliards de DH, en amélioration de 13,9%, tiré notamment par l'effet combiné du changement de périmètre suite à l'intégration des nouvelles filiales africaines acquises au T4-2019. Hors effet périmètre, la croissance du PNB s’établit à 6%. Quasi-stagnation des dépôts pour BoA Du côté de Bank of Africa, l’on fait état d’un renforcement commer- cial avec des crédits à la clientèle en progression de 7,9% pour la banque au Maroc et de 4,8% pour le Groupe à fin 2020. Hors Resales, les crédits clientèle ressortent en hausse de 5% à 108,6 milliards de DH en social et de 2,9% à 178,9 milliards de DH en consolidé. Les

Les ressources à la clientèle s’apprécient de 4,9% par rapport à juin 2019, à 44,01 milliards de DH. Cette performance est portée essentiellement par les ressources à vue, qui évoluent de 10,2% à 29,91 milliards de DH. Hors dépôts à terme en baisse de 13,1%, la collecte bilan du Crédit du Maroc affiche une progression de 6,5%. Les emplois clientèle, quant à eux, enregistrent une hausse de 3,8% à 43, 8 milliards de DH par rapport à fin juin 2019. On note en définitive que depuis leur mise en place, les mécanismes «Relance TPE» et «Damane Relance» ont profité à pas moins de 15.183 entreprises, pour un total de 22,4 milliards de DH de crédits ayant bénéficié de ces garanties excep- tionnelles, soit un montant global d’engagements s’élevant à 19,7 milliards de DH. CDM : Les ressources à vue dopent les dépôts

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42 Page 43 Page 44

fnh.ma

Made with FlippingBook flipbook maker