FNH N° 1075 ok

Du 31 août 2022 - 8 DH - N° 1075

PREMIER HEBDOMADAIRE DE L'INFORMATION FINANCIÈRE AU MAROC

Directeur de la publication : Fatima Ouriaghli

Dette publique Le Maroc doit rembourser 1,5 Mrd de dollars

Acquisition de logement Les dessous d’une mesure «révolutionnaire»

Fatima-Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville

P. 24 à 26

P. 12

La Tunisie sous protectorat ... de l'Algérie P. 34/35 POLITIQUE

Mustapha SEHIMI, Professeur de droit, Politologue

Rentrée scolaire 2022-2023

Moudawana

Marché des capitaux

La facture s’annonce salée

Les dossiers de la rentrée

L’heure de la réforme a sonné

P. 8/9

Le gouvernement met le turbo Dessalement de l’eau de mer

P.38 à 42

Affaire des visas

À quoi joue la France ?

P. 36/37

P. 28/29

P. 30/31

Dépôt légal : 157/98 ISSN : 1114-047 - Dossier de presse : 24/98 - Adresse : 83, Bd El Massira El Khadra, Casablanca - Tél. : (0522) 98.41.64/66 - Fax : (0522) 98.40.22 - Adresse web : www.fnh.ma

www.facebook.com/FNhebdo

S OMMAIRE

2

MERCREDI 31 AOÛT 2022 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

10

> Actualité

4 Ça se passe au Maroc

> Bourse & Finances

Maroc Telecom : AGR revoit sa valorisation Marché des capitaux : Les dossiers de la rentrée Marché des capitaux : Une hausse inquiétante des taux Assurances : 30 Mds de DH de chiffre d’affaires au 1 er semestre Dette publique : Le Maroc doit rembourser près de 1,5 milliard de dollars Taqa Morocco : Un bon trimestre tiré par l’envolée du charbon Delta Holding : CA en hausse de 13% au premier semestre

6 8 10

Par Fatima Ouriaghli Editorial

11

12

Q u’a-t-elle de spécial cette rentrée 2022 ? Rien de très particulier si ce n’est une inflation à 7,7% en juillet contre 1,4% en décembre 2021. Une inflation tirée par la hausse des prix énergétiques, alimentaires et non alimentaires à l’échelle mondiale. Côté croissance, selon Bank Al-Maghrib, le taux en 2022 serait de 1% plutôt que de 3,2% prévu initialement pour la même année et par la même institution. Les économistes donnent une appellation à ce ralentissement de la croissance combiné à la forte inflation : la stagflation. Cependant, la ministre de l'Economie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, préfère détourner l’attention et ne se focaliser que sur le PIB sans pour autant le corriger de l'inflation. Elle a ainsi déclaré, fin juillet, sur les colonnes de l’un de nos confrères que le Maroc n’est pas en récession. Merci Mme la ministre, vous nous rassurez en ces temps où le Marocain est perdu entre le coût du transport, ceux du cartable scolaire et de son panier alimentaire au quotidien. Tout va bien, il faut le souligner, avec une échéance majeure: le remboursement d’une partie de la dette extérieure d’un montant de 1,5 millard de dollars. Soit quelque 17 millards de dirhams à décaisser dans une conjoncture marquée par la prudence à l’échelle internationale. Nadia Fettah Alaoui nous rassure également en annonçant, en juin dernier à un média étranger, que le Maroc serait en mesure de lever 2,5 millards de dollars auprès du marché extérieur. Un marché financier, bien évidemment, connecté aux fluctuations des prix mondiaux et notamment la guerre en Ukraine. Une guerre qui a entamé le virage du risque nucléaire. A l’évidence, ces prix impactent de facto les coûts de production à l’échelle nationale et pénalisent le pouvoir d’achat. Mais faisons confiance et conti- nuons de croire qu’au Maroc, la récession n’est pas une menace. Du moins en ces derniers mois de l’année. Tout va bien. Toutefois, on ne peut s’empêcher de se poser la question de s’inquiéter ou ne pas s’inquiéter sur le manque de visibilité au niveau mondial et ses réper- cussions sur l’économie marocaine ô combien dépendante des pluies qui se font de plus en plus rares. Il ne faut pas s’inquiéter dans la mesure où les membres de notre gouvernement nous dressent un tableau des fondamen- taux à la hauteur de leur optimisme ! Mesuré ou démesuré ? Wait and see ! Mais on devrait plutôt s’inquiéter parce que l’analyse de certaines données communiquées par nos instances méritent méditation. Elles prêtent à confu- sion et pourraient induire les moins avertis à la jubilation. À ce niveau d’ail- leurs, je m’arrête sur les chiffres publiés par le ministère du Tourisme en ces derniers jours du mois d’août. Les chiffres déclarés séduisent parce qu’ils avancent une hausse et avoisinent ceux réalisés en 2019. Par conséquent, les rentrées de devises nous conforteraient dans l’absolu. Cependant, les vrais chiffres du tourisme sont ailleurs. Car, la tutelle a livré des chiffres cumulés de juin-juillet 2022 comparés à juin-juillet 2019. Mais en réalité, lorsque l'on regarde le cumul des nuitées entre janvier et juillet, nous sommes même en baisse de 38%. Ainsi, en ajustant le curseur, en changeant de perspective, les chiffres, bien que têtus, peuvent donner une tout autre image, notamment celle d'une année touristique bien en retard par rapport à l'avant-pandémie. Bref, on va faire semblant de croire à l’optimisme de nos ministres, mieux placés pour décortiquer les fondamentaux de notre économie. Car il vaut mieux croire que ne pas croire. Ne serait-ce que pour mieux résister au coup de chaud qui guetterait cette rentrée. u Inflation, dette extérieure, tourisme ... COUP DE CHAUD SUR LA RENTRÉE

13

14

27

> Economie

23

Aide directe pour l’acquisition de logement : Les dessous d’une mesure «révolutionnaire»

27 28

Ressources hydriques : Déficit historique des barrages Rentrée scolaire 2022-2023 : La facture s’annonce salée Dessalement de l’eau de mer : Le gouvernement met le turbo Tensions crescendos entre la Chine et les Etats-Unis, après la crise de Taïwan

30

32

> Politique 34 La Tunisie sous protectorat ... de l'Algérie

32

> Tribune libre 36 Affaire des visas : À quoi joue la France ?

44

> Société

38

Moudawana : L’heure de la réforme a sonné Entretien avec Me Nesrine Roudane : Code de la famille, «L’innovation dans la Moudawana se heurte à la résistance culturelle et sociale» 38 40 > Culture 43 Musique : Awake pimente la rentrée

> L'univers des TPME

Entrepreneuriat : Intelaka, le programme public le plus connu des jeunes

44

• Directeur Général responsable de la Publication : Fatima OURIAGHLI Contact : redactionfnh@gmail.com

• Directeur des rédactions & Développement : David William • Journalistes : Charaf Jaidani, Leïla Ouriaghli, Adil Hlimi, Momar Diao, Youssef Seddik, Khalid Aourmi, Réda Kassiri Houdaifa, Ibtissam Zerrouk, Malak Boukhari, Meryem Ouaanna, • Révision : M. Labdaouat • Directeur technique & maquettiste : Abdelillah Chamseddine • Mise en page : Zakaria Beladal • Assistantes de direction : Amina Khchai • Département commercial : Samira Lakbiri, Salma Benmakhlouf, Rania Benchaib • Administratif : Fatiha Aït Allah, Nahla Sahlal • Édition : JMA CONSEIL • Impression : Maroc Soir • Distribution : Sochpress • Tirage entre 15.000 et 18.000 exemplaires • Dépôt légal : 157/98 • ISSN : 1114-047 • Dossier de presse : 24/98 • N° Commission paritaire : H.F/02-05

Ç A SE PASSE AU MAROC

4

MERCREDI 31 AOÛT 2022 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

E n ligne avec les hautes orientations Royales visant à davantage d'attention envers les Marocains rési- dant à l’étranger (MRE), et au vu de l’intérêt porté par le Conseil économique, social et environnemen- tal (CESE), dans le cadre de son approche de développement global du pays, aux questions relatives à cette catégorie de citoyennes et citoyens représentée au sein de sa composition plurielle conformément à la Constitution, le bureau du CESE a décidé d’étudier, dans le cadre d’une auto-saisine, les moyens de renforcer la contribution des Marocains du monde (MDM) au développement du pays. ■ Le CESE planche sur la contribution des MRE au développement

Le SMIG au menu du prochain Conseil de gouvernement

Collecte illégale d’argent BAM et l’AMMC mettent en garde le grand public

Tanger Le grand retour de Tanjazz L e festival Tanjazz se tiendra, du 22 au 24 septembre à Tanger, avec la participation d'une pluie d'artistes de renommée mondiale. Prévu au Palais des institutions italiennes, le Festival accueillera des artistes et des musiciens de renom venant de plusieurs pays, dont B ank Al-Maghrib et l’Autorité maro- caine du marché des capitaux (AMMC) continuent de constater la présence sur Internet et les réseaux sociaux, de sociétés qui collectent des sommes d’argent auprès du public, ver- sées sur des comptes ouverts auprès des banques, en promettant des rende- ments exceptionnels qui seraient réalisés à partir du placement de ces fonds dans le financement d’activités de production de biens ou de services. Les deux autorités rappellent que toute activité de collecte de fonds du public ou d’appel public à l’épargne sont des activités régies par un cadre légal. Celles-ci nécessitent l’obten- tion au préalable d’un agrément de la part d’une autorité habilitée, Bank Al- Maghrib ou l’Autorité marocaine du marché des capitaux selon le cas. Aussi, il est demandé au public de ne pas confier de fonds ou opérer de placement dans l’objectif de réaliser un rendement financier sans vérifier si l’entité qui offre ces services dispose d’un tel agrément.

A u début de ses travaux, prévu ce jeudi, le Conseil de gouvernement examinera sept projets de décret, dont le premier porte fixation du montant du salaire minimum légal dans l’industrie, le commerce, les profes- sions libérales et l’agriculture, indique un communiqué du Département du chef du gouvernement. Le deuxième projet porte sur le statut particulier des fonctionnaires de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII), alors que le troisième modifie et complète les deux décrets relatifs aux statuts particuliers des corps inter- ministériels des assistants techniques et des assistants administratifs, poursuit le communiqué. 3 autres projets de décrets seront aussi à l’étude. ■

Bank Al-Maghrib et l’Autorité marocaine du marché des capitaux alertent égale- ment le public sur des pratiques effectuées par des sociétés qui appliquent un sys- tème de vente dite «pyramidale» interdite par la loi (Article 58 de la loi 31.08 édictant des mesures de protection du consomma- teur). Cette pratique commerciale consiste à inciter un client adhérent à ce système à y faire adhérer à son tour d’autres clients en lui faisant espérer des gains finan- ciers résultant de la progression continue du nombre des personnes recrutées. Les revenus des adhérents proviennent prin- cipalement des montants versés par les personnes recrutées. ■

le Maroc, indique un communiqué des organisateurs. Cette édition verra éga- lement la participation du pianiste auto- didacte britannique Alfa Mist, avec son style créatif associant des impros jazz mélancoliques, soul et hip-hop alternatif le plus raffiné. ■

8.646.685 C’est le nombre d’opérations effectuées durant le 1 er semestre 2022, pour 10.501.250.020 DH, par les cartes bancaires étrangères, auprès des commerçants, des sites marchands et sites des facturiers et eGov affiliés au CMI, et sur les GAB des banques marocaines. La progression est de +106,2% en nombre et +112,4% en montant par rapport à la même période de 2021.

Le chiffre de la semaine vous est proposé par

B OURSE & F INANCES

6

MERCREDI 31 AOÛT 2022 FINANCES NEWS HEBDO

www.fnh.ma

Maroc Telecom

◆ Attijari Global Research (AGR) a révisé à 134 DH/action, tout en maintenant sa recommandation d'achat sur le titre. AGR revoit sa valorisation

particulièrement des utilisateurs Mobile prépayé. Ces derniers représentent envi- ron 90% du parc Mobile au Maroc». Par ailleurs, et dans un contexte peu favorable à la génération du cash, AGR fait état d'un réajustement baissier du taux de distribution, faisant savoir que celui-ci est passé d’un niveau historique autour des 100% à une moyenne de 70% sur la période 2019-2021. Selon son propre scénario, le payout cible du Groupe se situerait désormais entre 70 et 80% durant la période 2022-2023. Les analystes soulignent également que le rendement du dividende offert devient relativement plus attractif et ce, tenant compte de la récente correction du titre. Il s’agit, d'après eux, d’un dividend yield (D/Y) moyen de 4,5% sur la période 2022-2023 contre 3,5% pour le marché actions. L’action valorisée à 134 DH «Nous révisons à la baisse notre cours objectif de 150 DH à 134 DH. Sur la base d'un prix en Bourse de 121 DH (en date du 24 août 2022), nous croyons que la récente correction du titre demeure dis- proportionnée par rapport à la qualité de ses fondamentaux» , indique AGR dans une note d'analyse consacrée à Maroc Telecom. ◆

tien d’une asymétrie tarifaire en défaveur de l’opérateur historique. En outre, AGR souligne que les revenus du Fixe au Maroc et les activités à l’inter- national démontrent une bonne résilience grâce à la poursuite de l’expansion des parcs «ADSL & fibre optique» et à la croissance soutenue de la data mobile en Afrique, notant que la croissance des revenus Mobile des filiales africaines est toutefois ralentie par la tendance bais- sière de fond des terminaisons d’appel (TA) dont l’impact devrait se poursuivre en 2023. De même, AGR estime que les tensions inflationnistes au Maroc devraient peser davantage sur la croissance des reve- nus Mobile durant le S2-2022. «Cet avis est soutenu par la corrélation historique établie entre le niveau général des prix et les dépenses en télécommunications,

L a publication des résultats semestriels 2022 du Groupe intervient dans un contexte peu favorable à la croissance des revenus, expliquent les ana- lystes d'AGR, notant que ce premier semestre a été marqué aussi par le provisionnement de l’opérateur histo- rique d’une amende de 2,45 milliards de dirhams. Selon eux, les pressions réglementaires et concurrentielles au Maroc se font de plus en plus sentir sur le profil de crois- sance des revenus Mobile de Maroc Telecom. À l’origine, expliquent-ils, une marge de manœuvre limitée en termes d’offres & promotions par rapport aux concurrents, un encadrement plus strict des offres spécifiques B2B et un main- Par A. Hlimi

AGR : «les reve- nus du Fixe au Maroc et les activités à l’international démontrent

une bonne résilience».

Selon un avis publié sur le site de la Bourse de Casablanca, le dividende de Maroc Telecom, première capitali- sation de la Bourse de Casablanca, pour le compte de l’exercice 2021 et d’un montant de 4,78 DH/action, sera détaché le 6 septembre 2022. Le paiement aura lieu le 15 septembre. Maroc Telecom : Détachement du dividende en septembre

8

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

MERCREDI 31 AOÛT 2022

www.fnh.ma

Marché des capitaux

◆ Politique monétaire, inflation, taux et résultats des entreprises…, le mois de septembre sera intense. Les dossiers de la rentrée L’ été 2022 a été caractérisé par des hausses à tous les niveaux : Un rebond des Bourse : Les semestriels très attendus Par A. Hlimi

situation s’explique justement par l’attente des investisseurs qui veulent avoir plus d’infor- mations sur la tendance des résultats trimestriels, prévus en septembre, avec de pencher pour un sens ou un autre. Si ce type d’hésitation se constate régulièrement en cette période de l’année, c’est particulière- ment le cas en 2022 où le mar- ché attend les résultats pour connaître le vrai impact de l’in-

flation sur les marges des entre- prises. Le consensus table sur des résultats 2022 quasiment au même niveau qu’en 2019 avec une masse bénéficiaire autour de 30 Mds de dirhams et ces semestriels en donneront la tendance. L’inflation : On scrute le pic L’autre préoccupation des mar- chés, c’est l’inflation. Ou plutôt, le pic de l’inflation. On l’a vu

Le marché boursier a connu un été plutôt mitigé. Après des mois de mai, juin et juillet nette- ment baissiers, un rebond s’est mis en place en août. Et à y regarder de plus près, ce sont les deux premières semaines du mois qui ont été profitables. Depuis le 15 août, la volatilité a beaucoup baissé et le marché a sombré dans l’attentisme. Cette

actions, une accélération de l’inflation et des taux des bons du Trésor qui s’envolent. Et ces trois sujets devront continuer à préoccuper les investisseurs à la rentrée.

COMMUNIQUÉ FINANCIER 2 ÈME TRIMESTRE 2022 Au terme du deuxième trimestre 2022, la compagnie AtlantaSanad Assurance enregistre un chiffre d’affaires de 1 122 MDH en hausse de +1.5% par rapport à la même période de l’année 2021 soit une progression de +16 MDH.

L’activité non-vie ressort avec un chiffre d’affaire de 848 MDH et présente une croissance de +5.9% soit +47 MDH.

Le chiffre d’affaire vie se situe à 274 MDH marquant une baisse de -10.2% soit -31 MDH et qui a concernée les produits d’épargne essentiellement. Depuis le début de l’année, le chiffre d’affaire cumulé à fin juin de la compagnie AtlantaSanad Assurance s’élève à 3 082 MDH en progression de +2.0% par rapport à la même période de l’année 2021 soit +61 MDH.

Le chiffre d’affaire de l’activité non-vie ressort à 2 392 MDH avec une progression de +3.4% soit+ 78 MDH.

L’activité vie ressort avec un chiffre d’affaire de 690 MDH marquant une baisse de -2.4% soit -17 MDH.

Le chiffre d’affaires consolidé au 30 juin 2022 s’élève à 3 143 MDH en évolution de +2.4% soit +74 MDH.

Le chiffre d’affaire non-vie consolidé s’établit à 2 453 MDH en progression de +3.9% soit +91 MDH alors que celui de la vie reste identique à celui du social.

9

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

MERCREDI 31 AOÛT 2022

www.fnh.ma

sur les Bourses internationales, lorsqu’un semblant d’accalmie dans la hausse des prix s’est observé, les indices boursiers ont vite progressé. On peut ima- giner que sur le plan local, les investisseurs guettent le même type de signaux, notamment sur les produits énergétiques dont le Maroc est importa- teur. «La flambée des prix des hydrocarbures combinée aux pressions inflationnistes sur l’ensemble des intrants et des biens d’équipement importés par le Maroc devraient impacter négativement le pouvoir d’achat des ménages, la consomma- tion interne et la rentabilité des entreprises en 2022» , com- mentait cet été le départe- ment Recherche de CFG Bank. L’inflation est un vrai pivot pour les marchés en 2022.

bien expliqué en juin que l’in- flation liée aux produits non échangeables pesait plus dans la balance et pour ces produits- là, les prix ne connaissent tou- jours pas de hausse rapide, ce qui signifie que l’inflation reste à dominante importée. Mais qui sait ? En attendant, les taux des bons

du Trésor connaissent une forte augmentation, ce qui se tra- duit par un renchérissement des financements de l’Etat et une hausse du coût du capital. Et de facto, selon CFG Bank, «une baisse des niveaux de valorisa- tion sur le marché actions» . De quoi fragiliser un rebond déjà boiteux sur les actions. ◆

Retour des débats sur la politique monétaire La rentrée sera aussi accompa- gnée par un retour des débats sur la politique monétaire. BAM va-t-il ou pas céder au cou- rant qui réclame une hausse du taux directeur ? En réalité, la réponse est presque connue puisque Abdellatif Jouahri avait

La guerre en Ukraine et la sécheresse en toile de fond

Pour apporter de l'eau au mou- lin des incertitudes, l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février engendre des pénuries chroniques d’intrants essentiels tels que le pétrole, le gaz, l’alu- minium, le palladium, le blé, le tournesol et le maïs, exacerbant davantage les pressions infla- tionnistes à l’œuvre et réduisant la visibilité sur la hausse de l’in- flation. A ces contraintes s’ajoute la sécheresse qui entrecoupe la croissance et pèse à son tour sur le pouvoir d’achat des consom- mateurs, véritable moteur du PIB. De ce fait, et selon les dernières prévisions de Bank- Al Maghrib, la croissance éco- nomique devrait ralentir et se situer autour de 1% en 2022. Heureusement que les finances publiques tiennent le coup. Mais pour combien de temps ?

10

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

MERCREDI 31 AOÛT 2022

www.fnh.ma

Marché des capitaux Une hausse inquiétante des taux B ien que les finances publiques se com- portent bien grâce à une bonne tenue des recettes fiscales, à l'Etat, mettant le Trésor dans une situation inconfortable en renchérissant le coût de la dette à court terme. C'est ce qu'on a encore constaté lors de la séance d’adjudication du mardi 16 août, avec une nouvelle envolée des taux des bons du Trésor où le 2 ans a augmenté de 30 points de base pour retourner au-dessus Par A. Hlimi ◆ Pas de répit pour le Trésor et les gérants obligataires qui font face à une remontée très rapide des taux d'emprunt sur le marché obligataire cet été. les investisseurs institution- nels exigent des rendements de plus en plus élevés pour prêter

Le 2 ans a augmen- té de 30 points de base pour retourner au-dessus de la barre symbolique des 2%.

de la barre symbolique des 2% (2,257%), niveau qu'il n'avait pas atteint depuis 2 ans ou plus. Le 52 semaines a également dépassé la barre symbolique des 2% (+14,6 points de base) pour s'établir à 2,06%. Même les maturités courtes ont connu des hausses, comme le 13

à son emprunt international inau- gural sur le compartiment Dollar en 2012. Les gérants obligataires, les banques et les investisseurs institutionnels vivent mal cette remontée des taux qui se traduit par des manques à gagner ou des moins-values sur leurs place- ments en produits de taux. Certains esti- ment que la hausse des taux s'explique également par l'infla- tion qui se propage dans l'économie et par le manque de diversification des sources de finance- ment de l'Etat qui n'actionne actuelle- ment que le levier de la dette intérieure et des financements dits innovants (titrisation, leaseback, etc.). Or, une palette plus large de moyens de financement aurait pu être utilisée pour limiter la pres- sion sur le marché de la dette, comme les privatisations et le grand emprunt national qui a été abandonné et qui aurait pu capter l'épargne des MRE et des rési- dents. ◆

semaines qui, selon les lignes, a connu des hausses entre 6,7 et 13,7 points de base. Cette volatilité impor- tante du marché obli- gataire était attendue par les analystes, à l'image de ceux d'At- tijari Global Research (AGR) qui prévoient depuis plusieurs mois une accéléra-

Cette volatilité importante du marché obli- gataire était attendue par les analystes.

tion des taux. La semaine der- nière, alors que le 26 semaines avait sursauté de 18 points de base, le bureau de recherche écrivait dans une note que les pressions haussières sur les taux obligataires devraient se pour- suivre à court terme. Il expliquait en effet que le Trésor devrait rembourser 1 milliard de dollars durant le deuxième semestre lié

11

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

MERCREDI 31 AOÛT 2022

www.fnh.ma

Assurances 30 Mds de DH de chiffre d’affaires au 1 er semestre

I l en ressort que sur le pre- mier semestre de l’année, les primes ont atteint près de 30 Mds de dirhams, en hausse de 5,3% par rapport au S1 2021. Dans le détail, les primes Vie augmentent de 5,3% à 13,2 Mds de dirhams alors que les primes non- Vie augmentent de 5,2% à 16,5 Mds de dirhams. A noter que la croissance est de 6,8% au deuxième trimestre 2022 par rapport au T2 2021. Par A. Hlimi ◆ Les primes émises par les compagnies d’assurances augmentent de 5,3% au pre- mier semestre de 2022. ◆ L’ACAPS vient de diffuser les statistiques trimestrielles relatives à l’activité technique et financière des compagnies d’assurances.

cotées et une hausse des place- ments en OPCVM. En revanche, les placements en taux ont baissé de

1,4% durant le trimestre écoulé dans un contexte de hausse des taux.

Les placements en immobilier demeurent, pour leur part, stables (-0,05%) par rapport à fin mars. ◆

Bon comportement de la branche automobile

Malgré un marché du neuf en berne, mais ne représentant qu’une infime part des ventes automobiles au Maroc - le marché de l’occasion étant plus actif - l’assurance auto- mobile s’est bien comportée au T2, affichant une hausse de 15,9% par rapport au T2 2021. Sur 6 mois, cette branche importante du mar- ché connait une hausse de 8,6%. Placements des compagnies : Hausse des placements en OPCVM Notons enfin que les placements affectés sont de 189,7 milliards de dirhams, dont 51% en actifs de taux et 43% en actions. Si les place- ments ont connu une légère hausse de 0,7% par rapport au T1 de l’an- née, la poche «actions» a augmenté de 3,3% grâce à une hausse des placements dans les actions non

12

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

MERCREDI 31 AOÛT 2022

www.fnh.ma

Dette publique Le Maroc doit rembourser près de 1,5 milliard de dollars

◆ Le Royaume doit faire face à une importante tombée d’eurobonds d’un montant de 1,5 Md de dollars (Près de 17 Mds de dirhams) avant la fin de l’année dans un contexte de resserrement des conditions financières au niveau mondial.

donné que le Dollar est soutenu par le resserrement de la politique monétaire américaine. Pour les pays importateurs, comme le Maroc, cela a un impact réel sur le coût de nos importations en

Le Royaume doit rembourser 43 Mds de dirhams de dettes extérieures cette année.

Par A. Hlimi

L a devise américaine est sur un plus haut de 20 ans face à l’Euro et les autres monnaies ne font guère mieux, étant

Dollar et donc sur le pouvoir d’achat. Le Dirham a beaucoup baissé face au Dollar, dépassant le seuil des 10,25 MAD/USD pour la première fois depuis 2020, ce qui l’a ramené à un plus bas de 20 ans face au Dollar, à en croire ce graphique pris sur Investing.com. 1,5 Md $ à mobiliser au S2 En réalité, le Maroc doit rembourser 43 Mds de dirhams de dettes exté- rieures cette année. Sur ce montant, 17 Mds de dirhams sont sous forme d’eurobonds (dette de marchés libellée en Dollar). Les projections réalisées par le ministère des Finances montrent que cette tombée de 2022 est l’une des plus importantes à horizon 2030 aux côtés de celle de 2024 où le Royaume devra faire face à une tombée de 25 Mds de dirhams pour un service global de la dette de 50 Mds DH cette année-là, contre 43 Mds DH en 2022 comme dit plus haut. Comment rembourser cette dette ? Le Trésor peut soit «Rouler la dette» en remboursant une dette arrivée à échéance grâce à un emprunt du même montant. Cela revient à emprunter à nouveau sur les mar-

chés internationaux avec un risque quasi-certain d’emprunter plus cher car le Dollar s’apprécie et les taux de la FED également. Quand bien même la prime de risque serait inté- ressante, le coût additionnel d’un roulement est inévitable. L’autre moyen consiste à utiliser le marché intérieur de la dette et de puiser dans nos réserves de change pour faire face à cette dette. Si techni- quement cette solution est possible, elle aura des conséquences désas- treuses en asséchant les liquidités sur le marché intérieur, ce qui se traduira par une hausse importante des taux et, de manière générale, du coût de l’argent. L’Etat semble d’ailleurs se diriger vers la première option puisqu’une source au ministère des Finances avait déclaré à l’agence Bloomberg, en juin, que le Royaume pourrait lever jusqu'à 25 milliards de DH (soit 2,5 milliards de dollars) cette année sur les marchés internationaux. Toutefois, ce dernier doit encore décider de la taille, du timing et de la maturité de l'émission. Mais les traders sur le marché des taux sont quasiment indifférents à ces informations qui ne les ont rassurés qu’un court moment. Car depuis, le marché est anxieux et les taux montent relativement vite. ◆

Société anonyme au capital de 34 880 000 dirhams Siège social : 2, Zankat Tihama – Rabat R.C n° 1971 - Rabat

COMMUNICATION FINANCIERE INDICATEURS D’ACTIVITÉ DU DEUXIÈME TRIMESTRE 2022

Chiffre d’affaires en KMAD

Deuxième trimestre 2021

Deuxième trimestre 2022

Variation en valeur

Variation en %

11 989

11 518

- 471

- 3,93 %

Premier semestre 2021

Premier semestre 2022

Variation en valeur

Variation en %

23 383

23 330

-53

- 0,23 %

Evolution du Chiffre d’affaires en KDH

Le chiffre d’affaires du deuxième trimestre ressort avec un léger repli de 3,93% par rapport à la même période en 2021. Le chifre d’affaires du premier semestre 2022 s’est contracté de 0,23% par rapport à la même période en 2021.

23 383

23 330

11 989

11 518

2 ème trimestre 1 er Semestre

2021

2022

Répartition des baux par typologie

Evolution de la typologie des baux

2 ème trimestre 2021

2 ème trimestre 2022

Habitation 33%

Commercial 54 %

52% 54%

33% 33%

15% 13%

Professionnel 13 %

Commercial

Professionnel

Habitation

La part des baux commerciaux représente 54% du parc locatif de la Société. Les baux professionnels et à usage habitation représentent respectivement 13% et 33% du parc. Par rapport à la même période en 2021, les parts relatives des trois types de baux sont restées stables. Investissements et cessions La Société n’a procédé à aucune acquisition ou cession durant le deuxième trimestre 2022. Les investissements engagés par la Société Immobilière Balima s’élèvent 1 642 172 DH durant le deuxième trimestre 2022. Endettement et leasing La Société immobilière Balima n’a contracté ni dettes à long ou moyen terme, ni découverts bancaires durant le second trimestre 2022. La dette nette au 30 juin 2022 s’élève à 9 200 KDH contre 15 010 KDH au 30 juin 2021 (leasing). Ce communiqué peut être consulté également sur la page web de la société Immobilière Balima à l’adresse suivante : www.balima.com

13

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

MERCREDI 31 AOÛT 2022

www.fnh.ma

Taqa Morocco Un bon trimestre tiré par l’envolée du charbon

T aqa Morocco annonce une progression de 70,5% de son chiffre d'affaires au premier semestre à plus de 5,9 Mds de dirhams, profitant d'une hausse des frais d'énergie et en confor- mité avec l'évolution du prix du char- bon sur le marché international. Pour Abdelmajid Iraqui Houssaini, pré- sident du Directoire de Taqa Morocco, «Le deuxième trimestre est marqué par un taux de disponibilité élevé à 92,7% qui confirme l'excellence industrielle de Taqa Morocco, dans une conjoncture marquée par la forte volatilité de la matière première. Cette performance conforte également notre positionne- ment de fournisseur de choix du mix énergétique national.» La société qui répercute la hausse des coûts d'approvisionnement sur ses prix de vente, a profité de bonnes perfor- mances opérationnelles de l'ensemble des unités de production avec un taux de disponibilité de 92,7% comparé à 89,4% à fin juin 2021. De plus, la forte hausse des frais d'énergie consécutive à l'évolution du prix d'achat du charbon sur le marché international a profité aux ventes. Le chiffre d'affaires semestriel dépasse les 5,9 Mds de dirhams, en évolution de 70,5% par rapport aux 6 premiers mois de l'année 2021. Sur le seul deuxième trimestre, le chiffre d'affaires s'envole de 110% par rapport au S2 2021, à 3,2 Mds DH. Les investissements sont de 98 MDH au S2 2022 contre 176 MDH au S1 2021. En face, l'endettement net conso- lidé est demeuré stable à 6,8 Mds de dirhams. Malgré une conjoncture marquée par la hausse et la volatilité du prix du char- bon, Taqa Morocco fait preuve d’une ◆ Le chiffre d'affaires de Taqa Morocco profite de l'envolée du charbon au pre- mier semestre. Par A. Hlimi

certaine résilience. La société poursuit également son ambition de diversifica-

tion de son portefeuille d'actifs vers les énergies bas carbone en étudiant diffé-

rentes opportunités de développement sur le mix énergétique national. ◆

14

BOURSE & FINANCES

FINANCES NEWS HEBDO

MERCREDI 31 AOÛT 2022

www.fnh.ma

Delta Holding CA en hausse de 13% au premier semestre D urant le deuxième trimestre de l’exercice 2022, le Groupe Delta holding a enregistré une hausse de 5% du chiffre d’affaires consolidé compa- Par A. Hlimi ◆ La société de construction publie son chiffre d'affaires au T2 2022.

rativement à la même période en 2021 pour atteindre 670 MDH. Le chiffre d'af- faires consolidé du premier semestre 2022 s’établit à 1.267 millions de DH, en évolution de +13% par rapport à la même période de l’exercice précédent. L'endettement financier net a connu une amélioration comparativement à l’exer- cice 2021 avec une réduction de -26% au niveau des comptes consolidés et de -28% au niveau des comptes sociaux. Les dépenses d’investissement, quant à elles, ont atteint 35 millions de DH, dont 20 millions de DH réalisés au 2 ème trimestre. Le périmètre de consolidation a connu une variation suite à la sortie de la filiale IHM (Industries Hydrauliques et Mécaniques). Cette filiale, d’un capital de 40.000 dirhams, étant en arrêt d’activité depuis 2020. Croissance externe Par ailleurs, Delta Holding avait annoncé au premier trimestre l'entrée au péri- mètre de consolidation, par intégration globale, de la filiale STI (Société des Techniques Innovantes), d'un capital de 153.000 euros. Cette société, dont le siège social est situé en France, est spé- cialisée dans les équipements de sécurité routière en matière plastique et compo- site. Opérationnelle depuis 25 ans, STI a été acquise par Delta Holding à travers sa filiale Isosign. Delta Holding fait partie de ces entreprises qui sont parvenues à maî- triser, voire à doper leur taux de marge brute en 2021 par rapport à 2019, année d’avant-crise. Ainsi, avant prise en compte des retombées de la politique d’investis- sement et d’endettement de l’entreprise, les réalisations pourraient doper l’intérêt pour cette valeur en Bourse. Le résultat net semestriel, à publier en septembre, est donc à surveiller de près. Il donnera une tendance sur les résultats annuels. Delta Holding est une valeur à suivre ! ◆

Classification : Obligations moyen et long terme - Politique d’affectation des résultats : Capitalisation

RAPPORT SEMESTRIEL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES PERIODE DU 1ER JANVIER AU 30 JUIN 2022

Opinion Conformément à la mission qui nous a été confiée par la société de gestion du Fonds Commun de Placement (FCP) « BMCI GESTION SOLIDARITE », nous avons effectué l’audit des états réglementaires et documents comptables semestriels du FCP (les états semestriels) ci-joints, au titre de la période allant du 1er janvier au 30 juin 2022. Ces documents comptables font ressortir un actif net de MAD 1 332 079,25 y compris un bénéfice à affecter de MAD 11 396,9. Ces états ont été établis dans un contexte évolutif de la crise sanitaire de l’épidémie de Covid-19, sur la base des éléments disponibles à cette date. Nous certifions que les états réglementaires et documents comptables semestriels cités au premier paragraphe ci-dessus sont réguliers et sincères et donnent, dans tous leurs aspects significatifs, une image fidèle du résultat des opérations du semestre écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine du Fonds Commun de Placement « BMCI GESTION SOLIDARITE » au 30 juin 2022 conformément au référentiel comptable en vigueur au Maroc. Fondement de l’opinion Nous avons effectué notre audit selon les Normes de la Profession au Maroc. Les responsabilités qui nous incombent en vertu de ces normes sont plus amplement décrites dans la section « Responsabilités de l’auditeur à l’égard de l’audit des états semestriels » du présent rapport. Nous sommes indépendants du FCP et de son établissement de gestion conformé- ment aux règles de déontologie qui s’appliquent à l’audit des états semestriels et nous nous sommes acquittés des autres responsabilités déontologiques qui nous incombent selon ces règles. Nous estimons que les éléments probants que nous avons obtenus sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion d’audit. Responsabilités de la direction et des responsables de la gouvernance à l’égard des états semestriels La direction de l’établissement de gestion du FCP « BMCI GESTION SOLIDARITE » est responsable de la préparation et de la présentation fidèle des états semestriels, conformément au référentiel comptable en vigueur au Maroc, ainsi que du contrôle interne qu’elle considère comme nécessaire pour permettre la préparation d’états semestriels exempts d’anoma- lies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs.

nement du contrôle interne ; • nous acquérons une compréhension des éléments du contrôle interne pertinents pour l’audit afin de concevoir des procédures d’audit appropriées aux circonstances, et non dans le but d’exprimer une opinion sur l’efficacité du contrôle interne du FCP ; • nous apprécions le caractère approprié des méthodes comptables retenues et le caractère raisonnable des estimations comptables faites par la direction de l’établissement de gestion du FCP, de même que des informations y afférentes fournies par cette dernière ; • nous tirons une conclusion quant au caractère approprié de l’utilisation par la direction de l’établissement de gestion du FCP du principe comptable de continuité d’exploitation et, selon les éléments probants obtenus, quant à l’existence ou non d’une incertitude significative liée à des événements ou situations susceptibles de jeter un doute important sur la capacité du FCP à poursuivre son exploitation. Si nous concluons à l’existence d’une incertitude significative, nous sommes tenus d’attirer l’attention des lecteurs de notre rapport sur les informations fournies dans les états semestriels au sujet de cette incertitude ou, si ces informations ne sont pas adéquates, d’exprimer une opinion modifiée. Nos conclusions s’appuient sur les éléments probants obtenus jusqu’à la date de notre rapport. Des événements ou situations futurs pourraient par ailleurs amener le FCP à cesser son exploitation ; • nous évaluons la présentation d’ensemble, la structure et le contenu des états semestriels, y compris les informations fournies dans les états semestriels, et apprécions si les états semestriels représentent les opérations et événements sous- jacents d’une manière propre à donner une image fidèle.

Lors de la préparation des états semestriels, c’est à la direction de l’établissement de gestion du FCP qu’il incombe d’évaluer la capacité du FCP à poursuivre son exploitation, de communiquer, le cas échéant, les questions se rapportant à la continuité de l’exploitation et d’appliquer le principe comptable de continuité d’exploitation, sauf si la direction de l’établissement de gestion du FCP a l’intention de liquider le FCP ou de cesser son activité ou si aucune autre solution réaliste ne s’offre à elle. Il incombe aux responsables de la gouvernance de l’établissement de gestion de surveiller le processus d’information financière du FCP. Responsabilités de l’auditeur à l’égard de l’audit des états semestriels Nos objectifs sont d’obtenir l’assurance raisonnable que les états semestriels pris dans leur ensemble sont exempts d’anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs, et de délivrer un rapport de l’auditeur contenant notre opinion. L’assurance raisonnable correspond à un niveau élevé d’assurance, qui ne garantit toutefois pas qu’un audit réalisé confor- mément aux normes de la profession au Maroc permettra toujours de détecter toute anomalie significative qui pourrait exister. Les anomalies peuvent résulter de fraudes ou d’erreurs et elles sont considérées comme significatives lorsqu’il est raisonnable de s’attendre à ce que, individuellement ou collectivement, elles puissent influer sur les décisions économiques que les utilisateurs des états semestriels prennent en se fondant sur ceux-ci. Dans le cadre d’un audit réalisé conformément aux Normes de la Profession au Maroc, nous exerçons notre jugement professionnel et faisons preuve d’esprit critique tout au long de cet audit. En outre : • nous identifions et évaluons les risques que les états semestriels comportent des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs, concevons et mettons en œuvre des procédures d’audit en réponse à ces risques, et réunissons des éléments probants suffisants et appropriés pour fonder notre opinion. Le risque de non-détection d’une anomalie significative résultant d’une fraude est plus élevé que celui d’une anomalie significative résultant d’une erreur, car la fraude peut impliquer la collusion, la falsification, les omissions volontaires, les fausses déclarations ou le contour-

Casablanca, le 29 Août 2022

BILAN ACTIF

BILAN PASSIF

COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES

Semestre clos le : 30/06/2022

Semestre clos le : 30/06/2022

Semestre clos le : 30/06/2022

ACTIF

30/06/2022

30/06/2021

PASSIF

30/06/2022

30/06/2021

COUPON COURU

X

CAPITAL (A)

1.320.682,35 1.333.573,31

1.317.622,91 1.317.314,83

IMMOBILISATIONS CORPORELLES NETTES (A) TERRAINS CONSTRUCTIONS AUTRES IMMOBILISATIONS CORPORELLES AMORTISSEMENTS PROVISIONS IMMOBILISATIONS FINANCIERES (B) IMMOBILISATIONS FINANCIERES TOTAL I = A+B PORTEFEUILLE TITRES ACHETEUR (C)

NATURE

30/06/2022

30/06/2021

CAPITAL EN DEBUT D'EXERCICE

Produits sur opérations financières (A) Produits sur actions Produits sur obligations Produits sur titres de créances négociables

19.300,40

19.903,69

EMISSIONS ET RACHATS

0,00

0,00

COMMISSIONS DE SOUSCRIPTIONS & DE RACHATS VARIATIONS DES DIFFERENCES D'ESTIMATIONS

-10.566,39

7.375,36

0,00

0,00

FRAIS DE NEGOCIATION

0,00

0,00

Produits sur titres OPCVM Produits sur BDT

PLUS ET MOINS VALUES REALISEES REPORT A NOUVEAU (B) REPORT A NOUVEAU (B) COMPTES DE REGULARISATION (C) COMPTES DE REGULARISATION (C)

-2.324,57

-7.067,28

19.300,40

19.903,69

Produits sur acquisitions et cessions temporaires de titre

0,00

0,00

0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00

Produits sur autres titres Produits sur opérations financières à terme Intérêts sur comptes courants à terme Intérêts sur comptes courants à vue Produits sur garanties données en espèces Autres produits sur opérations financières Charges sur opérations financières (B)

1.350.953,42

1.252.399,39

RESULTAT EN INSTANCE D'AFFECTATION (D) RESULTAT EN INSTANCE D'AFFECTATION (D) RESULTAT DE L 'EXERCICE A AFFECTER (E) RESULTAT DE L 'EXERCICE A AFFECTER (E)

ACTIONS

0,00

0,00

OBLIGATIONS TITRES DE CREANCES NEGOCIABLES

11.396,90 11.396,90

12.072,88 12.072,88

0,00 0,00

0,00 0,00

TITRES D'OPCVM BON DE TRESOR

TOTAL I = ACTIF NET = A+B+C+D+E

1.332.079,25

1.329.695,79

1.350.953,42

1.252.399,39

0,00 0,00

0,00 0,00

OPERATIONS DE CESSION SUR VALEURS MOBILIERES OPERATIONS DE CESSION SUR VALEURS MOBILIERES OPERATIONS DE CESSION TEMPORAIRE DE TITRES OPERATIONS TEMPORAIRES SUR TITRES OPERATEURS CREDITEURS (G) OPERATEURS CREDITEURS SUR CONTRATS A TERME AUTRES OPERATEURS CREDITEURS ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS (H) ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS (H) CREDITEURS DIVERS ET COMPTES RATTACHES (I) SOUSCRIPTIONS A PAYER ACHAT A REGLEMENT DIFFERE

OPERATIONS D ACQUISITION ET CESSION TEMP DE TITRES

0,00

0,00

AUTRES OPERATIONS SUR TITRES AUTRES TITRES OPERATEURS DEBITEURS (D)

Charges sur acquisition et cessions temp de titres Autres charges sur opérations financières de portefeuille Charges sur Operations Financieres A Terme Charges sur emprunts Intérêts sur comptes courants créditeurs

0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00

0,00

0,00

COUPONS A RECEVOIR

VENTES A REGLEMENTS DIFFERE

0,00

0,00

0,00

0,00

OPERATEURS DEBITEURS SUR CONTRAT A TERME AUTRES OPERATEURS DEBITEURS ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS DEBITEURS (E) ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS DEBITEURS DEBITEURS DIVERS ET COMPTES RATTACHES (F) PERSONNEL AUTRES DEBITEURS COMPTES DE REGULARISATION ACTIF INCIDENCE DES ENGAGEMENTS SUR OPERATIONS A TERME(G) INCIDENCE DES ENGAGEMENTS SUR OPERATIONS A TERME CONTRE VALEUR POSITION DE CHANGE(H) TOTAL II = C+D+E+F+G+H

Charges sur garanties reçues en espèces Autres charges sur opérations financières I-Résultat sur opérations financières (A-B)

19.300,40

19.903,69

Autres produits de gestion (C)

0,00 0,00

0,00 0,00

1.476,10

1.429,67

Produits accessoires Produits non courants Frais de gestion (D)

PERSONNEL ORGANISMES SOCIAUX ETAT AUTRES CREDITEURS

-7.903,50

-7.830,81

Charges externes

-605,86

-559,82

105,66

102,31

Impôts et taxes Charges de personnel Autres charges de gestion courante Dotation aux frais de gestion budgetés Dotation aux amortissements Charges non courantes II-Résultat net du semestre (I+C-D)

COMPTES DE REGULARISATION PASSIF

1.370,44

1.327,36

INCIDENCE DES ENGAGEMENTS SUR OPERATIONS A TERME (J) INCIDENCE DES ENGAGEMENTS SUR OPERATIONS A TER POSITION DE CHANGE (K) POSITION DE CHANGE TOTAL II = F+G+H+I+J+K

0,00

0,00

1.350.953,42

1.252.399,39 78.726,07

-7.297,64

-7.270,99

COMPTES FINANCIERS - ACTIF (I) DEPOTS A TERME (2 ANS ET PLUS) DEPOTS A TERME (INFERIEURS A 2 ANS ) DEPOTS A VUE REMUNERES BANQUES ( SOLDES DEBITEURS ) SOCIETES DE BOURSE & AUTRES INTERMEDIAIRES AUTRES COMPTES DE TRESORERIE - ACTIF TOTAL III = I

0,00

1.476,10 17.398,07

1.429,67

COMPTES FINANCIERS - PASSIF (L) EMPRUNTS A TERME BANQUES (SOLDES CREDITEURS)

0,00

11.396,90

12.072,88

Régularisation des revenus du semestre en cours (E) Régularisation des revenus du semestre en cours (E)

0,00 0,00

0,00 0,00

0,00

78.726,07

17.398,07

0,00

SOCIETES DE BOURSE & AUTRES INTERMEDIAIRES AUTRES COMPTES DE TRESORERIE - PASSIF TOTAL III = L

Acomptes sur dividendes du semestre (F) Produits utilisés Charges imputées

17.398,07

0,00

0,00

78.726,07 1.331.125,46

TOTAL GENERAL = I+II+III

1.350.953,42

1.331.125,46

TOTAL GENERAL = I+II+III

1.350.953,42

III- RESULTAT A AFFECTER (II+/-E-F)

11.396,90

12.072,88

COMMENTAIRE SUR LES ACTIVITES DU SEMESTRE

POLITIQUE DE PLACEMENT

EVOLUTION DES NOMBRES DE PARTS ET DE LA VALEUR LIQUIDATIVE DES OPCVM

Semestre clos le : 30/06/2022

RAPPEL DE L’ORIENTATION DE LA POLITIQUE DE PLACEMENT Le FCP « BMCI GESTION SOLIDARITE » sera investi en permanence à hauteur de 90 % au moins de ses actifs, hors titres d’OPCVM « obligations moyen et long terme » et liquidités, en titres de créances émis ou garantis par l’Etat tout en respectant la réglemen- tation en vigueur. Le FCP pourrait également investir 10% au maximum de ses actifs en actions, en certificats d’investissement, en droits d’attribution ou de souscription, en titres d’OPCVM. INDICATION DE LA POLITIQUE DE PLACEMENT SUIVIE Fonds Commun de Placement «obligations moyen et long terme».Pour cela, la sensibilité du portefeuille peut varier dans une fourchette allant de 1,1 à 5,1 selon les conditions du marché.

MARCHÉ OBLIGATAIRE : Au cours du premier semestre de l’année 2022, les taux obligataires se sont accrus avec des hausses allant de 11 pbs pour la maturité 10 ans à 26 pbs pour la maturité 05 ans. Cette évolution est attribuable au contexte internationale difficile suite à la guerre en Ukraine ainsi qu’aux mauvaises conditions de la campagne agricole. D’où une hausse des dépenses du Trésor en lien avec l’augmentation du gaz butane ainsi qu’aux subventions accordées au secteur du transport. La demande des investisseurs ne cesse de diminuer au niveau des adjudications, particulièrement au niveau des maturités LT, en relation avec le manque de visibilité quant à l’évolution des taux directeurs à la hausse à l’instar des autres pays. A moyen terme, malgré les hausses observées au niveau du marché obligataire, les taux court terme devraient se stabiliser à l’approche de l’encais- sement des acomptes de l’impôts sur les sociétés. Cependant la partie MLT devraient continuer son trend haussier.

Semestre 10.000,00

Semestre précédent

Nombre d'actions ou de parts en circulation à la fin de la période

10.000,00

Valeur liquidative de fin de période

133,21

132,97

TABLEAU D’ANALYSE DES REVENUS

Semestre clos le : 30/06/2022

Ventilation des revenus du portefeuille par catégorie

PORTEFEUILLE DE CLOTURE

DETAIL DES REVENUS

COMPLÉMENET D’INFORMATIONS RELATIVES A L’INVENTAIRE DE L’OPCVM

Catégories de TITRES

30/06/2022

30/06/2021

30/06/2022 30/06/2021

COMMENTAIRE DE GESTION : Au titre du 1er semestre 2022, le fonds a réalisé une contreperformance de -0.07%. Le fonds est investi sur des titres moyen terme.

ACTIONS

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Montant / Quantité

ACTIONS COTEES

Pensions livrées Actif Net

ACTIONS NON COTEES

1.332.079,25

OBLIGATIONS

Nombre d'actions ou de parts

10.000,00

OBLIGATIONS ORDINAIRES

OBLIGATIONS CONVERTIBLES EN ACTIONS

INVENTAIRES DES ACTIFS au 30 juin 2022

OBLIGATIONS AVEC BON DE SOUSCRIPTION D'ACTIONS

BON DE TRESOR

1.350.953,42 1.350.953,42

1.252.399,39 1.252.399,39

19.300,40 19.300,40

19.903,69 19.903,69

Emetteurs

Code Maroclear

Désignation

Quantité

Valorisation par

Valorisation

% par rapport

BONS DU TRESOR

(1)

(A)

titre en DH

globale en DH

au Total Actif

TCN

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

BILLETS DE TRESORERIE CERTIFICATS DE DEPOT

(C)

(D=C*A)

BONS DE SOCIETES DE FINANCEMENT

TITRES D'OPCVM ACTIONS SICAV

ETAT

MA0002012922

BDT 10Y 05AOU23 05.25

2,00

108.437,94

216.875,88

16,05

MA0002014944

BDT 05Y 03AVR23 02.80

6,00

101.426,46

608.558,76

45,05

PARTS FCP

MA0002014829

BDT 05Y 17OCT22 02.70

2,00

102.189,79

204.379,58

15,13

AUTRES TITRES

AUTRES TITRES

MA0002013383

BDT 10Y 02JUN25 04.55

3,00

107.046,40

321.139,20

23,77

OPERATIONS TEMPORAIRES SUR TITRES

TITRES DONNES EN PENSION TITRES RECUS EN PENSION PRET ET EMPRUNT DE TITRES

Dépot à terme (plus de 2 ans)

0,00

0,00

TOTAL

1.350.953,42

1.252.399,39

19.300,40

19.903,69

Autres revenus financiers OPERATIONS FINANCIERES A TERME

Créances représentatives des titres reçus en pension

0,00

0,00

30/06/2022

30/06/2021

30/06/2022 30/06/2021

COMPTE A VUE COMPTE A TERME

0,00 0,00 0,00 0,00

78.726,07

0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00

Autres actifs(4)

0,00

0,00

0,00 0,00

Liquidité

0,00

0,00

AUTRES OPERATIONS FINANCIERES A TERME

TOTAL

78.726,07

Total actifs

1.350.953,42

100%

TABLEAU DES CREANCES

Semestre clos le : 30/06/2022

MOUVEMENTS DES ACTIFS

Semestre clos le : 30/06/2022

PLUS

MOINS D'UN AN

ECHUES NON RECOUVRES

CREANCE

TOTAL 0,00

D'UN AN

Variation différence d'estimation

0,00 0,00 0,00

OPERATEURS DEBITEURS COUPONS A RECEVOIR

Numéro de compte Montant début de semestre Acquisitions

Cessions

Variation intérêts courus Montant fin de semestre

Structure en %

0,00 0,00

VENTES A REGLEMENTS DIFFERE

COMPTES FINANCIERS - ACTIF ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS DEBITEUR ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS DEBITEURS DEBITEURS DIVERS ET COMPTES RATTACHES PERSONNEL AUTRES DEBITEURS COMPTES DE REGULARISATION ACTIF DEPOT A TERME OPERATEURS DEBITEURS SUR CONTRAT A TERME AUTRES OPERATEURS DEBITEURS

1.IMMOBILISATIONS

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

2.ACTIONS

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

ACTIONS COTEES

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

ACTIONS NON COTEES

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

3.OBLIGATIONS

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

Semestre clos le : 30/06/2022

OBL AC BON DE SOUS D ACT

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

30/06/2022

30/06/2021

OBL CONV EN ACT

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

DEPOTS A TERME (2 ANS ET PLUS) DEPOTS A TERME (INFERIEURS A 2 ANS ) DEPOTS A VUE REMUNERES BANQUES ( SOLDES DEBITEURS )

OBLIGATIONS ORDINAIRES

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

4.BON DU TRESOR

1.252.399,39

508.670,89

402.916,75

-17.941,75

10.741,64

1.350.953,42

100,00

0,00

78.726,07

SOCIETES DE BOURSE & AUTRES INTERMEDIAIRES AUTRES COMPTES DE TRESORERIE - ACTIF TOTAL

BON DU TRESOR

1.252.399,39

508.670,89

402.916,75

-17.941,75

10.741,64

1.350.953,42

100,00

0,00

78.726,07

5.TCN

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

TABLEAU DES DETTES

BILLETS DE TRESORERIE

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

Semestre clos le : 30/06/2022

DETTES

TOTAL

%

PLUS

%

MOINS DE 1 AN

%

ECHUES ET NON PAYEES

%

BONS DE SOCIETES DE FINA

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

DE 1 AN

CERTIFICATS DE DEPOT

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

OPERATEURS CREDITEURS SOUSCRIPTIONS A PAYER ACHAT A REGLEMENT DIFFERE

0,00 0,00

0,00 0,00

0,00

0,00

6.TITRES D'OPCVM

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00 0,00

0,00 0,00

OPERATEURS CREDITEURS SUR CONTRATS A TER AUTRES OPERATEURS CREDITEURS ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS ACTIONNAIRES OU PORTEURS DE PARTS CREDITEURS DIVERS ET COMPTES RATTACHES

0,00 0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00 0,00

ACTIONS SICAV

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

PARTS FCP

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

7.AUTRES TITRES

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

1.476,10 0,11

1.476,10 0,11

PERSONNEL

0,00 0,00 0,00

0,00 0,00 0,00

AUTRES TITRES

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

ORGANISMES SOCIAUX

ETAT

8.TITRES DONNES EN PENSI

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

AUTRES CREDITEURS

105,66 0,01 1.370,44 0,10

105,66 0,01 1.370,44 0,10

COMPTES DE REGULARISATION PASSIF

9.CREANCES

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

COMPTES FINANCIERS - PASSIF

10.DEPOTS A TERME

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

0,00

Semestre clos le : 30/06/2022

11.LIQUIDITE

78.726,07

1.126.277,65

1.205.003,72

0,00

0,00

0,00

0,00

30/06/2022

30/06/2021

EMPRUNTS A TERME BANQUES (SOLDES CREDITEURS)

12.AUTRES ELEMENTS DE L

0,00

238.150,00

238.150,00

0,00

0,00

0,00

0,00

17.398,07

0,00

AUTRES ELEMENTS DE L AC

0,00

238.150,00

238.150,00

0,00

0,00

0,00

0,00

SOCIETES DE BOURSE & AUTRES INTERMEDIAIRES AUTRES COMPTES DE TRESORERIE - PASSIF TOTAL

Total

1.331.125,46

1.873.098,54

1.846.070,47

-17.941,75

10.741,64

1.350.953,42

100%

17.398,07

0,00

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42 Page 43 Page 44

fnh.ma

Made with FlippingBook flipbook maker